Élection présidentielle taïwanaise de 2024

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

Élection présidentielle taïwanaise de 2024
13 janvier 2024
Corps électoral et résultats
Inscrits 19 548 531
Votants 14 048 310
71,86 % en diminution 3
Blancs et nuls 100 804
Lai Ching-te – DPP
Colistier : Hsiao Bi-khim
Voix 5 586 019
40,05 % 
Hou Yu-ih – KMT
Colistier : Jaw Shaw-kong
Voix 4 671 021
33,49 % 
Ko Wen-je – TPP
Colistier : Cynthia Wu
Voix 3 690 466
26,46 % 
Président de Taïwan
Sortante Élu
Tsai Ing-wen
DPP
Lai Ching-te
DPP

L'élection présidentielle taïwanaise de 2024 a lieu le 13 janvier 2024 afin d'élire le président et le vice-président de Taïwan. Des élections législatives ont lieu simultanément. Le processus des primaires et des nominations présidentielles s'étale sur les six derniers mois de 2023.

La présidente sortante Tsai Ing-wen, du Parti progressiste-démocrate (DPP), ne peut se représenter pour un troisième mandat. La campagne voit s'affronter son vice-président Lai Ching-te, à Hou Yu-ih et Ko Wen-je, respectivement candidats du Kuomintang (KMT) et du Parti populaire taïwanais (TPP).

Le scrutin, qui intervient dans un contexte de regain des tensions avec la république populaire de Chine, voit la victoire en demi-teinte de Lai Ching-te, qui ne réunit qu'un peu plus de 40 % des voix tandis que le DPP perd sa majorité absolue des sièges aux législatives. Le DPP réussit néanmoins à devenir le premier parti dont les candidats remportent la présidence lors de trois élections successives depuis le passage au suffrage universel direct.

Contexte

Tsai Ing-wen.

La vie politique taïwanaise est dominée par le bipartisme opposant le Parti progressiste-démocrate (DPP) au Kuomintang (KMT). Élue en 2016 puis réélue en 2020 sous l'étiquette du DPP, la présidente sortante Tsai Ing-wen ne peut se représenter en 2024, la révision constitutionnelle de 2005 ayant gardé la limite à un maximum de deux mandats présidentiels.

Le Parti progressiste-démocrate procède par conséquent à une primaire afin de choisir son nouveau candidat à la présidence. Cette dernière est dominée par la candidature du vice-président Lai Ching-te qui, seul en lice, obtient l'investiture du DPP fin mars 2023,,.

Dans l'opposition, le Kuomintang choisit le 17 mai suivant pour candidat Hou Yu-ih, alors maire de Nouveau Taipei, l'une des plus importantes ville du pays.

Les élections législatives de 2020 ayant vu l'entrée au Yuan législatif du Parti populaire taïwanais (TPP), son dirigeant et maire de la capitale Taipei, Ko Wen-je, présente à son tour sa candidature. Également seul en lice de la primaire de son parti, ce dernier le choisit officiellement le 17 mai,

Le scrutin de 2024 est remarqué pour le nombre initialement élevé de candidats pour une élection présidentielle taïwanaise. Fin 2023, six candidats sont ainsi en lice — un record depuis celle organisée en 2000 — dont le milliardaire indépendant Terry Gou et Su Huan-chih, membre du Parti du renouveau taïwanais, qui recueillent les signatures nécessaires à la validation de leur candidature,. Ces deux derniers ainsi que l'indépendant Wang Chien-shien finissent cependant par se retirer, donnant lieu à un scrutin plus classique opposant trois candidats issus des partis traditionnels.

Système électoral

Le président de Taïwan est élu au scrutin uninominal majoritaire à un tour pour un mandat de quatre ans renouvelable une seule fois, de manière consécutive ou non. Les candidats à la présidence se présentent chacun en binômes avec un colistier, lui même candidat à la vice-présidence,.

Tout candidat doit être détenteur de la seule nationalité taïwanaise, acquise de naissance, être âgé d'au moins 40 ans, et avoir résidé à Taïwan depuis au moins quinze ans, sans interruption de plus de six mois consécutifs. Ne peuvent se présenter les individus ayant leur résidence en république populaire de Chine, les militaires et les membres de la commission électorale,.

À ces conditions s'ajoutent celle du soutien de leur candidature par un parti ou par une partie de la population. Les partis politiques dont les candidats ont réuni au moins 5 % des suffrages exprimés à la précédente élection présidentielle ou aux dernières élections législatives sont en droit de soumettre la candidature d'un binôme de candidats. À défaut d'un tel soutien, un candidat peut se présenter s'il réunit en deux semaines les signatures d'au moins 1,5 % du total des électeurs inscrits sur les listes électorales aux dernières élections législatives, soit en 2024 un minimum de 289 682 signatures,.

Campagne

Tsai Ing-wen et Lai Ching-te en janvier 2023.

Le vice-président Lai Ching-te, du Parti démocrate progressiste (DPP) bénéficie d'une avance dans les sondages d'opinions tout au long de la campagne, favorisé par la désunion de l'opposition, le Kuomintang (KMT) et le Parti populaire taïwanais (TPP) ayant échoué en novembre à s'entendre sur un duo de candidats communs après plusieurs semaines d'incertitudes. Leurs candidats respectifs, Hou Yu-ih et Ko Wen-je se font ainsi concurrence dans le contexte d'un scrutin à un tour où la désunion de l'opposition avantage le candidat du gouvernement sortant,,,.

La campagne est notamment marquée par le regain des tensions politiques et militaires avec la république populaire de Chine (RPC), dont le dirigeant, Xi Jinping, déclare lors de son discours du nouvel an que « La réunification de la patrie est une fatalité historique », dans la lignée de ses propos lors de sa rencontre mi-novembre 2023 avec le président des États-Unis, Joe Biden, au cours de laquelle il avait déjà jugé « inévitable » la réunification des deux côtés du détroit. Après plusieurs importants exercices de manœuvres militaires de l'armée chinoise ayant simulé courant 2023 l'encerclement total de l'île, la présidente sortante Tsai Ing-wen réaffirme quant à elle l'objectif taïwanais d'une résolution pacifique du conflit. Le pays bénéficie du soutien américain, qui approuve en décembre 2023 une nouvelle vente d'équipements militaires à hauteur de 300 millions de dollars, tandis que la Chine resserre ses liens avec la Russie de Vladimir Poutine dans le contexte de la guerre russo-ukrainienne. Début janvier, le gouvernement taïwanais fait face à des incursions croissantes de ballons d'observations chinois dans ses eaux territoriales du détroit de Taïwan,,. Lai Ching-te s'engage à poursuivre la politique du gouvernement sortant, en se montrant ferme face à la République populaire dont il refuse la « fausse paix » tout en n'essayant pas de déclarer formellement l'indépendance de Taïwan, une « provocation » pour Pékin qu'il ne juge pas nécessaire. Si Hou Yu-ih appelle les États-Unis à rendre explicite leur engagement à défendre l'île en cas d'invasion, le candidat du Kuomintang se déclare favorable à une tentative de rapprochement avec la RPC, à la condition que cette dernière renonce à tout recours à la force, une position partagée par le candidat du TPP, Ko Wen-je,,.

Les questions économiques figurent également parmi les principales préoccupations des électeurs, le coût de la vie et du pouvoir d'achat. L'économie est alors affectée par le taux élevé d'inflation au niveau mondial provoqué par la crise économique liée à la pandémie de Covid-19 dans le contexte d'une crise énergétique provoquée par cette dernière puis par le déclenchement en février 2022 de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Lai Ching-te et Hou Yu-ih s'engagent à relever le salaire minimum, le premier reconnaissant par ailleurs le manque d'aides accordées aux jeunes par le gouvernement tout en promettant d'y remédier,. Lai fait également campagne sur une augmentation des aides aux start-up, tandis que Ko Wen-je se concentre sur le financement accru du secteur hospitalier.

Hou Yu-ih et Ko Wen-je soutiennent tous deux une augmentation progressive de la part du nucléaire civil dans la production énergétique du pays, là où Lai Ching-te s'engage à fermer la filière d'ici à 2050. Tout trois font néanmoins campagne sur une augmentation de la production issue d'énergies renouvelables. Hou Yu-ih voit cependant son colistier, Jaw Shaw-kong, se montrer très critique envers le solaire, à qui il entend voir privilégier le nucléaire.

En décembre 2023, une réforme entrainant une diminution des classiques chinois étudiés dans les programmes d'enseignement prend une place inattendue dans la campagne présidentielle. En mettant davantage l’accent sur l’histoire contemporaine, la réforme réduit en effet la part des contenus concernant l’histoire de la Chine. Si le vice-président Lai Ching-te défend la réforme et précise que des ajustements sont possibles, Hou Yu-ih souhaite une grande conférence nationale sur les programmes scolaires. Ko Wen-je se prononce quant à lui pour le statu quo.

Dans le domaine sociétal, Lai Ching-te se démarque en participant en octobre 2023 à la marche des fiertés organisée dans la capitale Taipei, devenant ainsi le membre d'un gouvernement taïwanais le plus haut placé à montrer de cette façon son soutien aux droits LGBT. A l'opposé, Ko Wen-je fait l'objet de critiques pour ses positions en la matière, le candidat du Parti populaire taïwanais (TPP) étant un opposant de longue date au mariage homosexuel, légalisé à Taïwan en 2019. Le TPP est lui même critiqué pour ses liens avec un groupe de lobby anti-gay ayant notamment joué un rôle clé dans l'organisation d'un référendum contre le mariage homosexuel en 2018,. En réaction, Ko Wen-je signe avec Lai Ching-te un engagement à promouvoir et soutenir les droits LGBT et l'égalité des sexe.

La question de la peine de mort — légale à Taïwan où elle est appliquée par arme à feu — intervient dans la campagne, Lai Ching-te se retrouvant vivement critiqué par Hou Yu-ih en raison de l'inconstance de sa position sur le sujet. Ces attaques amène le vice-président à clarifier sa position au cours d'un des débats présidentiels, où il se déclare personnellement favorable à une interdiction mais s'engage à ne pas essayer de l'interdire en raison du large soutien dont la peine capitale bénéficie chez la population.

Sondages

Résultats

Résultats nationaux

Résultats de l'élection
présidentielle taïwanaise de 2024
Candidats
et colistiers
Partis Voix %
Lai Ching-te
Hsiao Bi-khim
DPP 5 586 019 40,05
Hou Yu-ih
Jaw Shaw-kong
KMT 4 671 021 33,49
Ko Wen-je
Cynthia Wu
TPP 3 690 466 26,46
Votes valides 13 947 506 99,28
Votes blancs et nuls 100 804 0,72
Total 14 048 310 100
Abstention 5 500 221 28,14
Inscrits / participation 19 548 531 71,86

Cartes

Analyse et conséquences

Partisans du DPP venus écouter le discours de victoire de Lai Ching-te devant le siège du parti.

Comme attendu au vu des sondages d'opinion, Lai Ching-te arrive largement en tête avec un peu plus de 40 % des suffrages exprimés. Arrivé deuxième avec 33 %, Hou Yu-ih reconnait sa défaite dans la soirée avant de s'excuser auprès des électeurs du Kuomintang (KMT) pour avoir échoué à mettre fin à huit ans de gouvernement du Parti démocrate progressiste (DPP). Si ce dernier voit son candidat remporter la présidentielle pour la troisième fois consécutive, une première dans le pays depuis l'élection du président au scrutin direct, Lai ne remporte néanmoins pas la majorité absolue des suffrages, ce qui n'était pas arrivé depuis l'élection présidentielle de mars 2000, dont il ne dépasse que de justesse les 39,30 % remportés à l'époque par Chen Shui-bian. Bien qu'ayant maintenu sa position de premier parti taïwanais, le DPP est par ailleurs confronté à la perte de sa majorité au Yuan législatif lors des élections législatives organisées simultanément. Cette situation amène le candidat du Parti populaire taïwanais (TPP), Ko Wen-je, arrivé troisième avec 26 %, à se féliciter de ces résultats, qui marquent selon lui la fin du bipartisme entre le DPP et le KMT,.

La république populaire de Chine réagit au soir même du scrutin en réitérant qu'elle considère « inévitable » la « réunification » avec Taïwan, s'opposant fermement aux « activités séparatistes » de l'île et à l'« ingérence étrangère ».

La prestation de serment de Lai Ching-te intervient le 20 mai 2024. Dans son discours d'investiture, le nouveau président se montre bien plus ferme avec la Chine que sa prédécesseure ne l'avait été lors de son propre discours huit ans auparavant. Tout en promettant de « ne pas céder ni provoquer » et de « maintenir le statu quo », il appelle la population à ne pas se faire d'illusions face aux « multiples menaces et tentatives d'infiltration de la Chine » et à démontrer sa « résolution à défendre la nation », tout en concluant qu'elle seule décidera le futur de la « République de Chine-Taïwan ». Ces déclarations rendent furieuse la Chine qui y voit un aveux de la part du gouvernement de rechercher l'indépendance et de pousser ainsi l'île « vers la guerre ». Trois jours plus tard, la Chine lance une série d'exercices militaire de grande ampleur, encerclant totalement Taiwan avec sa flotte en guise de « sévère punition »,.

Références

  1. « VP Lai runs in DPP primary, vows to safeguard Taiwan amid China threat », sur focustaiwan.tw, 15 mars 2023 (consulté le 31 mars 2023)
  2. « Registration for DPP presidential primary closes with Lai Ching-te as sole registrant », sur ftvnews.com.tw, 17 mars 2023 (consulté le 31 mars 2023)
  3. Pei-ju Teng, « ELECTION 2024/VP Lai picked as DPP's candidate for 2024 presidential election », sur focustaiwan.tw, 12 avril 2023 (consulté le 18 juin 2023)
  4. Hsiu-chuan Shih, « ELECTION 2024/New Taipei Mayor Hou Yu-ih named as KMT presidential nominee », sur focustaiwan.tw, 17 mai 2023 (consulté le 18 juin 2023)
  5. Chien-ta Kuo, Hung-kuo Wang et Lin Ko, « ELECTION 2024/Ko Wen-je registers for TPP presidential primary », sur focustaiwan.tw, 8 mai 2023 (consulté le 18 juin 2023)
  6. Sean Lin et Chien-shen Kuo, « ELECTION 2024/TPP formally nominates Ko as its presidential candidate », sur focustaiwan.tw, 17 mai 2023 (consulté le 18 juin 2023)
  7. « A Taiwan, le milliardaire Terry Gou entre dans la course à la présidentielle », Libération (consulté le 13 septembre 2023).
  8. (zh-TW) « 要把台灣變成福利均富東方瑞士國 蘇煥智宣布參選總統 », sur rwnews.tw,‎ 28 avril 2023 (consulté le 30 avril 2023)
  9. Jean-Pierre Maury, « Constitution », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 13 septembre 2023).
  10. « Loi électorale », sur law.moj.gov.tw (consulté le 13 septembre 2023).
  11. (en) « Presidential candidate choice 'only hurdle' left for joint ticket: Ko », sur focustaiwan.tw, 7 novembre 2023 (consulté le 2 janvier 2024).
  12. (en) Lawrence Chung, « Opposition considers joint ticket for better chance of winning Taiwan election », South China Morning Post, 13 octobre 2023 (consulté le 2 janvier 2024).
  13. (en) « KMT, TPP back to stalemate on how to form joint presidential ticket », sur focustaiwan.tw, 18 novembre 2023 (consulté le 2 janvier 2024).
  14. « Taïwan : que disent les sondages avant l’élection présidentielle ? », Le Figaro, Le Figaro, 11 janvier 2024 (ISSN 0182-5852, consulté le 13 janvier 2024).
  15. Julie Cloris avec agences, « Chine : Xi Jinping juge la réunification avec Taïwan inévitable », Le Parisien,‎ 31 décembre 2023 (lire en ligne).
  16. « La tension monte avec Pékin : Taïwan affirme avoir détecté deux nouveaux ballons chinois, à quelques jours des élections », sur La Tribune, 2 janvier 2024 (consulté le 2 janvier 2024).
  17. « Taïwan: Xi Jinping déclare que la Chine "sera sûrement réunifiée" dans son discours de Nouvel an », sur bfmtv.com (consulté le 2 janvier 2024).
  18. « Chine : Xi Jinping juge la réunification avec Taïwan inévitable », Le Parisien, 31 décembre 2023 (consulté le 2 janvier 2024).
  19. « Elections à Taïwan : pourquoi la présidentielle et les législatives sont suivies de très près par la communauté internationale », sur francetvinfo.fr, 13 janvier 2024 (consulté le 13 janvier 2024).
  20. « Election présidentielle à Taïwan : « A l’évidence, c’est sur la question des relations avec la Chine que les trois candidats s’opposent » », Le Monde, 12 janvier 2024 (ISSN 1950-6244, consulté le 13 janvier 2024).
  21. (ro) « Bloomberg - Are you a robot? », sur bloomberg.com (consulté le 13 janvier 2024).
  22. (en) « Taiwan election: who are the candidates and what is at stake? », The Guardian, 8 janvier 2024 (consulté le 13 janvier 2024).
  23. (en) « DPP's Lai promises to level up salaries in Taiwan », sur focustaiwan.tw, 14 décembre 2023 (consulté le 13 janvier 2024).
  24. (en) « William Lai vows to expand financial support to start-ups - Taipei Times », Taipei Times, 4 octobre 2023 (consulté le 13 janvier 2024).
  25. (en) « Presidential aspirants agree on renewables, diverge on nuclear energy », sur focustaiwan.tw, 12 novembre 2023 (consulté le 13 janvier 2024).
  26. « A Taïwan, la « désinisation » des programmes scolaires fait débat », Le Monde,‎ 27 décembre 2023 (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2023)
  27. (en) Taiwan News, « Taiwan presidential frontrunner marches in LGBTQ+ Pride parade », sur Taiwan News (consulté le 13 janvier 2024).
  28. (en) « Taiwan People’s Party Comes Under Fire for Ties to Anti-Gay Group », sur newbloommag.net, 26 mars 2021 (consulté le 13 janvier 2024).
  29. « 新北黨部副主委「反同」? 民眾黨:願認同本黨理念者 沒拒絕的理由 », sur newtalk.tw,‎ 22 mars 2021 (consulté le 13 janvier 2024).
  30. (en) « Two Presidential Hopefuls Pledge Support for Sexual Diversity », sur www.taiwanplus.com (consulté le 13 janvier 2024).
  31. (en) « Hou Seeks to Attack Lai Over Capital Punishment », sur newbloommag.net, 11 janvier 2024 (consulté le 13 janvier 2024).
  32. « Central Election Commission », sur vote2024.cec.gov.tw (consulté le 13 septembre 2023).
  33. « results », sur www.taiwanplus.com (consulté le 13 janvier 2024).
  34. (en) « KMT's Hou concedes defeat in Taiwan presidential election », sur focustaiwan.tw, 13 janvier 2024 (consulté le 13 janvier 2024).
  35. (en) « TPP's Ko urges supporters not to lose faith after election defeatjour=13 », sur focustaiwan.tw, janvier 2024 (consulté le 13 janvier 2024).
  36. « Taiwan: la Chine assure que "la réunification" est "inévitable" malgré l'élection d'un président indépendantiste », sur bfmtv.com (consulté le 13 janvier 2024).
  37. Yimou Lee et Ben Blanchard, « Lai Ching-te sworn in as Taiwan's new president », sur Reuters, 20 mai 2024 (consulté le 25 mai 2024)
  38. « Furieuse du discours de Lai Ching-te, la Chine menace Taïwan de « représailles » », sur Le Monde.fr, Le Monde, 22 mai 2024 (ISSN 1950-6244, consulté le 25 mai 2024).
  39. « La Chine accuse le président Lai de pousser Taïwan vers «la guerre» », sur Le Figaro.fr, Le Figaro, 24 mai 2024 (ISSN 0182-5852, consulté le 25 mai 2024).
  40. « La Chine procède à d’importantes manœuvres militaires autour de Taïwan », sur Le Monde.fr, Le Monde, 23 mai 2024 (ISSN 1950-6244, consulté le 25 mai 2024).