Émeutes consécutives à la mort de Nahel Merzouk

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

Émeutes consécutives à la mort de Nahel Merzouk
Véhicule en feu devant un centre commercial, dans le quartier de Planoise, à Besançon.
Véhicule en feu devant un centre commercial, dans le quartier de Planoise, à Besançon.
Type Violences urbaines, émeutes, révoltes
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de la Suisse Suisse
Localisation Nanterre puis généralisation à de nombreuses zones en France, puis à Bruxelles et à Lausanne
Cause Mort de Nahel Merzouk
Date 27 juin – 5 juillet 2023
(8 jours)
Nombre de participants 8 000 à 200 000 émeutiers
Bilan
Blessés > 1 000 (dont 674 policiers, 108 gendarmes et 3 sapeurs-pompiers), dont environ 40 grièvement
Morts 2
Répression
Arrestations 3 651 interpellations
3 625 gardes à vue
Procès de manifestants Au 1er août 2023 : 1 989 condamnations, dont 1 787 à des peines d'emprisonnement (ferme ou semi-ferme dans 69 % des cas)

Les émeutes consécutives à la mort de Nahel Merzouk sont des émeutes qui commencent le 27 juin 2023 à Nanterre, à la suite de la mort de Nahel Merzouk, un adolescent de 17 ans, tué à bout portant par balle par un policier dénommé Florian M., invoquant un refus d'obtempérer et la légitime défense — cette dernière est rapidement contestée par des vidéos et témoignages des passagers. Elles se propagent au reste de la France dans les jours qui suivent, ainsi qu'en Belgique et en Suisse.

Bien que plus courtes, ces émeutes et la répression sont plus intenses que celles de 2005 consécutives à la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré, qui tentaient d'échapper à un contrôle de police.

Elles déclenchent de vifs débats en France aussi bien vis-à-vis de la légitimité des émeutes que de leurs causes, et sont couvertes médiatiquement à l'international, au prisme, selon les pays, des questions sécuritaires, culturelles, migratoires, raciales ou de violences policières dans la police française.

Le 5 juillet, la situation revient à la normale. Au total, le bilan est de 3 651 personnes arrêtées et 380 peines de prison ferme prononcées, ainsi que de deux morts. D'importantes dégradations, en particulier l'incendie de voitures et de bâtiments, sont également dénombrées, pour un montant estimé à 1 milliard d'euros environ.

Événement déclencheur

Article détaillé : Mort de Nahel Merzouk.

Le 27 juin 2023, vers 8 h 15, Nahel Merzouk, âgé de 17 ans, franco-algérien, est tué par un policier aux abords de la place Nelson-Mandela, à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. Selon les autorités, le policier a tiré dans un contexte de légitime défense à la suite d'un refus d'obtempérer,,. Cette version est contredite en grande partie par des vidéos de l'événement, mises en ligne sur les réseaux sociaux où elles sont devenues rapidement virales,.

Le policier auteur du tir, Florian M., placé en garde à vue, est mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire le 29 juin. Il a fait partie de la compagnie de sécurisation et d'intervention 93, dont le préfet de police Didier Lallement avait annoncé la dissolution avant d'y renoncer : la compagnie était visée par 17 enquêtes judiciaires pour « violences, propos racistes, interpellations illégitimes, racket de dealers, faux et usage de faux… ». Il a également fait partie de la brigade de répression de l'action violente motorisée, « unité décriée » pour les consignes reçues « d'aller au contact des manifestants » qu'il a rejointe peu après sa création, le 1er octobre 2020.

Le procureur de la République de Nanterre, Pascal Prache, estime que les conditions de l'usage de l'arme n'étaient « pas réunies ». Par ailleurs, il détaille lors d'une conférence de presse le récit de cette course-poursuite et indique que le jeune homme était « connu des services de police » mais que son casier judiciaire était vierge, contrairement à ce qui avait été relaté préalablement dans les médias.

Le 30 juin, le troisième passager à bord du véhicule déclare que Nahel Merzouk a reçu plusieurs coups de crosse. Selon ce témoin, le troisième coup aurait fait lâcher la pédale de frein au conducteur, ce qui aurait conduit la voiture à avancer, car la boîte de vitesses est automatique. Cette version diffère de celle présentée par la police, où selon Laurent Nuñez, « le conducteur avait d'abord éteint le moteur, redémarré le véhicule, puis est parti. C'est dans ce contexte que le policier a fait usage de son arme à feu ».

Chronologie

La rapport du Sénat identifie deux phases :

Juin 2023

27 juin

Des émeutes et violences urbaines éclatent dans plusieurs quartiers de Nanterre le soir même de la mort de Nahel Merzouk,. Les émeutiers tirent des feux d'artifice et des projectiles sur la police, incendient des voitures, des abribus, des poubelles, dégradent plusieurs bâtiments et allument un incendie dans une école de musique,. Venu assurer son soutien aux manifestants, le député du Val-d'Oise Carlos Martens Bilongo est pris à partie par un groupe, qui l'accuse de récupération politique, et frappé par un coup de mortier d'artifice,,. Des feux sont également allumés le long des rails de la ligne A du RER. Vingt policiers sont légèrement blessés et dix véhicules de police dégradés. Trente et une personnes sont interpellées.

Dans les Hauts-de-Seine, des incendies de voitures et poubelles ont lieu à Asnières-sur-Seine, Clichy, Colombes, Courbevoie, Gennevilliers, Villeneuve-la-Garenne, Rueil-Malmaison, Suresnes, Boulogne-Billancourt, Bourg-la-Reine, Clamart, Montrouge, Bagneux, Vanves et Malakoff. Les forces de l'ordre font usage de grenades lacrymogènes et de lanceurs de balles de défense (LBD).

Dans les Yvelines, à Meulan-en-Yvelines, la maison de quartier est incendiée et un incendie est allumé sur la façade arrière d'un supermarché. À Mantes-la-Jolie, la mairie annexe du Val Fourré est incendiée.

En Seine-Saint-Denis, des incidents se produisent notamment à Saint-Denis, Montfermeil et Clichy-sous-Bois. Les forces de l'ordre effectuent plus de 46 tirs de LBD.

Des événements similaires sont signalés à d'autres endroits en France, dont Bordeaux, Lille, Creil et Roubaix.

28 juin Citroën C2 incendiée, boulevard Louis-XIV, à Lille.

En réponse aux violences urbaines, les autorités déploient 2 000 policiers et militaires de la gendarmerie pour faire face aux risques d'émeutes. Cent-cinquante personnes ont été interpellées dans toute la France. Selon une source policière dont fait état le journal Le Parisien, 2 377 incendies sont recensés sur la voie publique, ayant affecté 609 véhicules et 114 bâtiments. Vingt-sept attaques de locaux de la police nationale sont également rapportées (dont sept par incendie), quatre contre des casernes de la gendarmerie, quatorze contre des locaux de police municipale (dont dix incendies). Huit mairies sont incendiées ou dégradées, six écoles et six bâtiments publics. Selon Gérald Darmanin 170 policiers et gendarmes ont été blessés et plus de 180 personnes ont été interpellées.

Dans les Hauts-de-Seine sont notés les événements suivants : nombreux affrontements et véhicules incendiés à Nanterre, commissariats attaqués à Suresnes, Bois-Colombes et à Gennevilliers, poste de police municipale attaqué à Meudon, incendie des chantiers de la médiathèque et d'un engin de chantier à Clichy, incendie d'une école à Puteaux, tramway incendié à Clamart, pillages à Colombes et mairies annexes attaquées à Meudon et Châtenay-Malabry. 34 personnes sont placées en garde à vue.

En Seine-Saint-Denis, l'AFP fait état de multiples feux de voitures et magasins, de pillages, de commissariats attaqués, de mairies dégradées, d'une médiathèque incendiée. Des supermarchés sont pillés. Les mairies de L'Île-Saint-Denis, Garges-lès-Gonesse et Mons-en-Barœul sont partiellement ou totalement incendiées.

À Paris, des affrontements ont lieu dans les 18e et 19e arrondissements et des feux sont allumés dans le 15e.

Dans le Val-de-Marne, la prison de Fresnes subit des tirs de mortier d'artifice et des supermarchés sont pillés. Dans le Val d'Oise, à Cergy-Pontoise, le cinéma UGC est visé et un incendie se déclare dans le hall d'entrée, cependant sans gravité. À Viry-Châtillon dans l'Essonne, un bus est incendié en début de soirée, à proximité de la Grande Borne. À la suite de cela les réseaux de bus Keolis Meyer, TICE et Keolis Seine Essonne sont interrompus dès le soir du 28 juin et pour les journées suivantes.

À Toulouse, un important départ de feu et des affrontements dans le quartier de la Reynerie sont relevés. Treize personnes sont interpellées et vingt véhicules brûlés dans la nuit. À Laval, dans le quartier Saint-Nicolas, un McDonald's est incendié. Des émeutes sont signalées à Amiens, Creil, Nogent-sur-Oise, Dijon, Lyon, Lille, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand, Strasbourg,. En Normandie, les villes de Rouen, Le Havre et Évreux connaissent des dégradations.

Au Bourget, le directeur de la sécurité et de la prévention, Romain Piccinini, ouvre le feu à 69 reprises pour défendre le poste de police municipale,.

29 juin Marche blanche pour Nahel organisée par sa famille le 29 juin à Nanterre. Véhicules incendiés dans une concession Abarth à Brest.

En marge de la marche blanche organisée pour rendre hommage à Nahel Merzouk, des heurts éclatent en fin d'après-midi à Nanterre. Le mémorial de la Déportation et de la Résistance est dégradé lorsque des émeutiers s'y groupent, proférant des insultes antisémites et taguant notamment « Nanterre nike les condés, Bande de chiennes, on va vous faire une Shoah »,.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce le déploiement de 40 000 policiers et gendarmes. Le RAID, la BRI et le GIGN sont également engagés en réserve. Alors que 875 personnes sont interpellées dans la nuit, dont 408 à Paris et sa proche banlieue, 492 bâtiments subissent des dégradations, 2 000 véhicules sont brûlés et 3 880 incendies de voie publique allumés.

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France et d'IdFM, annonce que les bus et tramways ne fonctionneront plus après 21 h dans l'ensemble de la région. Quelques heures plus tard, certaines communes comme Clamart et Meudon décident d'instaurer un couvre-feu de 21 h à 6 h du matin, et ce, jusqu'au 3 juillet. Dans la métropole de Lille, les bus et les tramways ne circulent plus après 20 h.

À Paris, des pillages surviennent rue de Rivoli : 16 personnes sont interpellées. De nombreux incidents sont également signalés dans l'agglomération d'Orléans. Dans le Nord, à Sous-le-Bois, des maisons habitées et la mairie sont incendiées. Une pharmacie est pillée puis incendiée. À Valenciennes, un bowling est entièrement brûlé.

À Cayenne en Guyane, une personne est tuée par une balle perdue.

Les préfectures du Nord et du Pas-de-Calais prennent plusieurs mesures de sécurité : les rassemblements sont interdits, tout comme l'usage de feu d'artifice. De plus, un hélicoptère survole l'agglomération lilloise toute la nuit du 29 au 30 juin et le RAID est déployé dans la ville de Roubaix à la suite des émeutes survenues la veille. À Montpellier, Béziers et Nîmes, des feux de poubelles ainsi que quelques dégradations ont été constatées par les préfets de l'Hérault et du Gard, tandis que le rassemblement prévu en soirée à Montpellier est interdit par le Préfet. À Pau et ses environs, une médiathèque, un collège, un centre social (déjà attaqué et reconstruit l'année précédente) et un poste de police récemment inauguré sont caillassés et incendiés,,,,.

Contrairement aux émeutes de 2005, il est remarqué que des émeutes se propagent très rapidement à des villes moyennes, dont le cas emblématique est Montargis. La nuit dans cette ville connaît en effet au moins 200 émeutiers qui saccagent environ 70 magasins allant jusqu'à trois immeubles incendiés qui s'effondrent, les dégâts seraient comptés en millions d'euros.

À Vernon, plusieurs locaux d'associations dont ceux des Restos du Cœur sont incendiés. Dans l'Aisne, à Saint-Quentin, une dizaine de feux sont enregistrés dès 22h. Un magasin ainsi qu'une pharmacie sont incendiés plus tard dans la nuit. Plus tard, à Soissons, les pompiers interviennent également pour sept incendies, dont une crèche et le Centre communal d'action sociale. À Talence, dans l'agglomération de Bordeaux, le quartier de la Médoquine est le théâtre d'émeutes inattendues pour ce que Sud Ouest qualifie de « quartier lambda » : le bar-tabac, un magasin de téléphonie, un restaurant, une laverie, une pharmacie et le bâtiment d'une mutuelle sont attaqués et incendiés,.

À Besançon, dans le quartier populaire de Planoise, le supermarché Euromarket est pillé et une agence bancaire du Crédit mutuel est incendiée,,,.

Cette nuit voit se développer des menaces à l'intégrité physique d'élus comme les maires, phénomène qui se confirmera les quelques jours suivants. Ainsi, la maire de Pontoise, Stéphanie Von Euw, est ciblée par des émeutiers, le véhicule qu'elle conduisait ayant reçu des chocs et des tirs de feux d'artifice, ce qui lui aurait occasionné des acouphènes au tympan droit et une brûlure à la cheville droite.

Il est fait état d'un usage massif des messageries chiffrées comme WhatsApp et Telegram, alors que la fonction géolocalisation de certains réseaux sociaux comme Snapchat rend le regroupement des émeutiers plus aisé et plus rapide que lors des émeutes de 2005.

30 juin Voiture en flammes dans le quartier du Bois-l'Abbé à Champigny-sur-Marne. Tir de mortier de feu d'artifice à Grenoble. Magasin de chaussures Foot Locker vandalisé et pillé dans le centre de Grenoble.

Vers 1 heure du matin, la cabine d'une grue opérant sur le chantier de la place André-Abbal à Toulouse est incendiée. À la même heure, la mairie d'Achères est partiellement incendiée à la suite de tirs de mortiers d'artifice ayant détruit toutes les vitres du rez-de-chaussée.

Un train de fret est attaqué puis pillé par une dizaine d'émeutiers alors que celui-ci circulait à hauteur du quartier des Bars à Givors,.

À Nanterre, un photographe travaillant pour Le Point, Khanh Renaud, se fait violemment agresser par une dizaine d'émeutiers, alors qu'il couvrait les événements,.

De nombreux centres commerciaux sont attaqués dès l'après-midi, comme celui de Rosny-sous-Bois. Des pillages de magasins, des affrontements avec les forces de l'ordre ont lieu dans de nombreuses villes, dont Strasbourg. Lyon et Marseille sont fortement touchées par des pillages dans leurs centre-ville durant la nuit du 30 juin au 1er juillet,,,.

Les syndicats Alliance Police nationale et UNSA Police, ayant obtenu près de la moitié des voix aux dernières élections professionnelles, décrivent dans un tract belliqueux des « hordes sauvages », de « nuisibles », et préviennent sur un ton menaçant le gouvernement Élisabeth Borne que ses actions seront scrutées par les policiers qui seront en « résistance ». Le communiqué est décrit comme ayant un caractère séditieux et comme appelant à la guerre civile, par les principales forces politiques de gauche. À la suite de cela, la branche UNSA Éducation, ainsi que Laurent Escure, le secrétaire général de l'UNSA ont condamné le communiqué,.

Les concerts de Mylène Farmer pour sa tournée Nevermore 2023 qui devaient se tenir le 30 juin et 1er juillet au stade de France à Saint-Denis sont annulés par la préfecture,.

Un arrêté préfectoral autorise « la captation, l'enregistrement et la transmission d'images au moyen de drones par la préfecture de police dans plusieurs communes » des Hauts-de-Seine et de la Seine-Saint-Denis, annonce la préfecture de police de Paris. Cette autorisation est valable jusqu'à 6 heures samedi 1er juillet.

À Vaulx-en-Velin, un homme tire sur des policiers à une distance d'environ 50 m. Quatre policiers blessés sont transportés à l'hôpital pour des examens. L'arme semble être un fusil à pompe ayant tiré des grenailles.

À Annonay, les émeutiers lancent plusieurs voitures contre les gendarmes et les sapeurs-pompiers, percutant un camion du SDIS.

Plusieurs groupuscules d'extrême droite, notamment L'Alvarium à Angers, effectuent des descentes au sein des émeutes en provoquant et en agressant des manifestants.

À Lorient, une rumeur est relayée par la presse locale, selon laquelle des militaires en civil auraient prêté main-forte de manière musclée aux forces de l'ordre face aux émeutiers. Cette rumeur est reprise au niveau national par des médias comme Médiapart, qui affirme qu'une « milice d'extrême droite » serait intervenue. Sur cette base, trois députés LFI, Frédéric Mathieu, Murielle Lepvraud et Mathilde Hignet procèdent à un signalement auprès du procureur.La rumeur est contestée par le commissariat de Lorient, et après une enquête d'un an, le parquet classe l'affaire face à l'absence d'élément.

À Annemasse, après l'incendie de la maison des Jeunes Nelson Mandela, dans le quartier du Perrier, Amine Mehdi, adjoint au maire a été pris à partie par un groupe d'émeutiers, blessé à la tête, aux bras et aux jambes. « En tant qu’élu et en m'engageant en politique, je savais que j'allais prendre des coups, mais pas des coups physiques »

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, annonce la mobilisation de 45 000 policiers et gendarmes, principalement issus de la direction centrale de la Sécurité publique et de la gendarmerie départementale, respectivement, pour la nuit du 30 juin au 1er juillet. Cette nuit-là, 1350 véhicules sont incendiés, 266 bâtiments incendiés ou dégradés, dont 26 mairies et 24 écoles, et 2 560 feux comptabilisés sur la voie publique. 31 commissariats, 16 postes de police municipale et 11 casernes de gendarmerie sont aussi visés durant la nuit.

Le 30 juin, une cagnotte est créée par Jean Messiha, polémiste d'extrême droite, pour soutenir la famille du policier mis en examen. Cette cagnotte fait rapidement polémique notamment du fait du montant atteint qui dépasse au bout de quelques jours 1 million d'euros. En parallèle, une autre cagnotte est lancée pour soutenir la mère de Nahel Merzouk, qui atteint dans le même temps environ 170 000 euros,,.

Juillet 2023

1er juillet

Des incendies volontaires mobilisent les pompiers et des forces de l'ordre au Clou-Bouchet à Niort. Le maire Jérôme Baloge intervient, pour libérer la circulation.

À Montluçon, un élu est blessé à la tête par une pierre lancée par un émeutier et hospitalisé en urgence.

Une crèche est dégradée à Conflans-Sainte-Honorine, un local des Restos du cœur à Vaux-sur-Seine et un bureau de poste à Chanteloup-les-Vignes.

Dans la soirée, des casseurs se rassemblent au Flon, un quartier de Lausanne en Suisse, vandalisant de nombreux magasins.

À Marseille, un homme meurt des suites d'un projectile de « type flash-ball »,.

La nuit du 1er au 2 juillet marque cependant un premier apaisement.

2 juillet Magasin Cash Express dégradé à Lyon.

À L'Haÿ-les-Roses, vers 1 h 30, le domicile de Vincent Jeanbrun, maire de la commune, où dormaient sa femme et ses deux enfants âgés de 5 et 7 ans, est attaqué par une voiture-bélier en feu. Les auteurs mettent également le feu à la voiture de la famille, avant d'être mis en fuite par la police et les pompiers. Son épouse se fracture le genou dans la fuite alors que les émeutiers les ont pris en chasse et un de ses deux jeunes enfants est aussi blessé.

À Lyon, une centaine de militants d'extrême droite se rassemble devant l'hôtel de ville avant d'être dispersée par la police.

L'accalmie se poursuit, peu d'incidents et d'interpellations sont signalés.

3 juillet

Le groupe d'hacktivistes Kromsec publie un document contenant les données personnelles de magistrats et d'avocats, d'après eux, en réponse aux émeutes. Le ministère de la Justice porte plainte.

4 juillet

Un rassemblement programmé à 20 h sur la place Guichard à Lyon, est interdit dans la journée par la préfecture afin d'éviter tout débordement.

5 juillet Peugeot 208 II incendiée dans le quartier des Épinettes à Paris.

Le Nouvel Observateur confirme une baisse des violences urbaines après une nuit du 5 ou 6 juillet avec 20 interpellations ont eu lieu. Un total de 81 incendies ou tentatives d'incendies ont aussi été comptabilisés sur la voie publique, en majorité des feux de poubelles. 55 véhicules ont été incendiés.

De nombreux médias estiment que les émeutes sont terminées à cette date. Rudy Manna, porte-parole du syndicat policier Alliance Sud, interrogé par CNews avance que les dealers et narcotraficants des quartiers populaires ont provoqué la fin des émeutes. Selon lui « Des dealers ont demandé aux émeutiers de cesser les violences pour reprendre le trafic de drogue »,. Cette hypothèse est jugée crédible par certains observateurs,. Le ministre de la transition écologique Christophe Béchu minimise cette hypothèse et estime que la fin des émeutes s'explique d'abord par l'action de la police et de l'État, mais aussi par la pénurie des mortiers d'artifice, l'arrestation de 4 000 « émeutiers », l'« appel à la responsabilité parentale » ou les « appels au calme ».

Profil des émeutiers

Auditionné par la commission des lois du Sénat, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, évoque « entre 8 000 et 12 000 » émeutiers, « peut-être un peu plus, peut-être un peu moins »,. Dans son rapport, la commission des lois du Sénat estime que « le nombre d’émeutiers pourrait davantage s’approcher des 50 000, ce qui semble plus crédible et cohérent ». Un tiers des personnes interpellées sont mineures et 60 % primo-délinquants. Le rapport donne pour les émeutiers le profil standard d'« un homme, de nationalité française, âgé de 23 ans en moyenne, célibataire, sans enfant, hébergé souvent par ses parents, ayant un diplôme de niveau secondaire, maximum baccalauréat, plutôt en activité »,. L'estimation la plus haute du nombre d'émeutiers provient de l'ancien directeur général de la sécurité extérieure, Pierre Brochand, qui, « en appliquant le ratio optimiste de 1 % aux effectifs appréhendés chaque nuit », parle d'« entre 100.000 et 200.000 personnes ».

Motivations

Les émeutiers sont motivés par la défiance envers l’autorité et par l'opportunisme. Moins de 8 % d'entre eux « invoquent l’émotion provoquée par la mort de Nahel Merzouk comme la motivation de leur passage à l’acte ».

Lieux

En termes de mortalité, les deux lieux touchés sont Cayenne (Guyane) et Marseille (Provence-Alpes-Côte d'Azur).

En termes de sinistres, les lieux les plus touchés sont l'Île-de-France (38,9 % des sinistres déclarés aux assureurs), l’Auvergne-Rhône-Alpes (13,1 % des sinistres) et les Hauts-de-France (8,6 % des sinistres). Ces trois régions à elles-seules représentent 60% des sinistres.

Bilan

Chronologie des émeutes de 2023
27 juin 2023, Nahel Merzouk est tué à bout portant par un policier après un refus d'obtempérer allégué.
Bilan du… Véhicules incendiés Bâtiments dégradés Interpellations Policiers blessés Morts
27 juin 2023 115 2 31 24 -
28 juin 2023 788 142 207 174 -
29 juin 2023 1 919 492 875 317 1
30 juin 2023 1 585 266 1 311 162 -
1er juillet 2023 958 123 773 42 1
2 juillet 2023 297 34 157 3 -
3 juillet 2023 159 24 72 - -
4 juillet 2023 78 8 16 - -
5 juillet 2023 55 1 20 1 -
Total : 5 954 1 092 3 462 723 2
Source : déclarations du ministère de l'Intérieur.

Le 30 juin 2023, le bilan diffusé par le ministère de l'Intérieur fait déjà état de 515 blessés parmi les forces de l'ordre. Pour comparaison, en 2005, le total, après trois semaines d'affrontements, était de 224.

Au 2 juillet, selon les décomptes établis par le ministère de l'Éducation nationale, 210 établissements scolaires ont subi des incendies et des dégradations.

De nombreuses structures culturelles, et notamment des bibliothèques ont subi des dégradations.

Le 3 juillet, Île-de-France Mobilités dresse un premier bilan du coût des destructions pour les transports publics franciliens qui se chiffre à « au moins 20 millions d'euros ».

Le même jour, le bilan depuis le début des violences est de 99 mairies attaquées, plus de 5 600 véhicules incendiés, près de 1 000 bâtiments brûlés ou dégradés, un peu plus de 250 attaques de commissariats ou de gendarmeries et plus de 700 membres des forces de l'ordre blessés et 35 pour les pompiers. 200 commerces ont été pillés. 300 agences bancaires et 250 bureaux de tabac ont également été détruits à travers la France. Selon le directeur de la DGPN s'exprimant après la fin des émeutes, 150 commissariats ont été « pris à partie, dont certains ont subi des attaques en règle par des dizaines d’émeutiers. »

À Marseille, 400 commerces ont été saccagés ce qui représente 100 millions d'euros de pertes pour les commerçants de la ville.

France Assureurs évalue le coût des émeutes à au moins 650 millions d'euros de dégâts, un montant trois fois plus élevé que celui des émeutes de 2005. Les neuf dixièmes « du coût de ces violences urbaines concernent les 3 900 biens des professionnels et des collectivités locales sinistrés ». Elle dénombre 11 300 déclarations de sinistres. 55 % des sinistres concernent des biens professionnels, 35 % les biens des collectivités locales.

Le 25 août, l'Inspection générale de l'administration (IGA), conjointement avec l'Inspection générale de la Justice (IGJ), rend une mission flash sur « les profils et motivations des délinquants interpellés à l’occasion de l’épisode de violences urbaines ». La statistique des profils des interpellés montre un simple opportunisme, sans lien avec la mort de Nahel.

En avril 2024, la commission des Lois du Sénat écrit que « l’estimation des dommages aux biens atteint le chiffre d’un milliard d’euros. Les 16 400 sinistres déclarés aux assureurs représentent un coût de 793 millions d’euros ».

Reconstruction des bâtiments publics

Après une circulaire gouvernementale publiée dès le 5 juillet, le gouvernement Élisabeth Borne présente au Conseil des ministres du 13 juillet un projet de loi visant à faciliter la réhabilitation ou la reconstruction des équipements endommagés ou détruits, notamment en autorisant un taux de subventionnement supérieur au maximum légal de 80 % (bien que le texte ne comporte aucune mesure financière) ou accélérant les formalités urbanistiques ou de marchés publics.

La métropole du Grand Paris vote en juillet la création d'un fonds de soutien de 15 millions d'euros pour aider les communes impactées par les émeutes. Le conseil régional d'Île-de-France acte lui la création d'un fonds de soutien de 20 millions d'euros (18 pour les communes et 2 pour les commerces), pour compléter les sommes versés par les assurances. En septembre 2023, les assureurs chiffrent le bilan à 15 600 sinistrés indemnisables pour un coût global de 730 millions d'euros : les biens des professionnels et des collectivités locales représentent 90 % du coût des violences urbaines.

Durant les émeutes, 250 bâtiments scolaires sont dégradés : 60 font l'objet de départs d'incendies et 13 ont été endommagés de façon importante, en particulier dans les communes de La Verrière, dans les Yvelines et de Mâcon, en Saône-et-Loire. Ainsi, l'école Champollion de Dijon a nécessité 550 000 euros de travaux pour rouvrir à la rentrée. En outre, cinq écoles ne pourront pas rouvrir en septembre 2023.

Au-delà des travaux des 481 équipements publics endommagés ou détruits, les collectivités territoriales s'inquiètent de leurs assurances. Alors que beaucoup d'assureurs privés se sont détournés de ce marché, la mutuelle des collectivités Smacl assurances (SMACL) (qui assurait les trois quarts des équipements vandalisés), déjà en difficultés financières après les sinistres climatiques exceptionnels de 2022, estime le coût des émeutes de 2023 à 100 millions d'euros, soit cinq fois les dommages constatés en 2005. Pour le dirigeant de la SMACL Patrick Blanchard, « un soutien de l'Etat doit être envisagé pour protéger les collectivités face aux émeutes et mouvements populaires, si les franchises des assureurs augmentent, les charges de sinistres vont directement peser sur le budget des collectivités ». En revanche, les particuliers ont été moins touchés qu'en 2005 avec 7 000 véhicules endommagés ou incendiés indemnisables pour un coût d'un peu moins de 50 millions d'euros.

Répression

Les premiers événements donnent lieu à la mise en place d'un important dispositif policier (environ 45 000 policiers et gendarmes mobilisés, contre environ 11 000 au pic des émeutes de 2005). Par ailleurs, l'intervention peut-être irrégulière de militaires en civil à Lorient donne lieu à une enquête.

Certaines communes d'Île-de-France renoncent par précaution à organiser le traditionnel feu d'artifice de la fête nationale. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin maintient un dispositif exceptionnel de 130 000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour les soirées des 13 et 14 juillet. La nuit du 13 au 14 juillet se révèle ainsi plus calme que celle de l'an passé avec 218 véhicules incendiés contre 326 en 2022, alors que les policiers ont été visés 23 fois par des tirs d'artifice contre 180 fois en 2022.

Arrestations et condamnations

Le 30 juin, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti publie une circulaire appelant à une réponse pénale ferme. 586 personnes sont alors jugées en comparution immédiate et 400 incarcérées, avec de nombreux mandats de dépôts. La dureté et la disproportion des peines prononcées à l'égard de prévenus souvent jeunes — 50 % ont moins de 17 ans — et au casier judiciaire parfois vierge est soulignée,,. Le journal Libération décrit par exemple un "surrégime" de la justice et Le Monde une justice "rapide". Des magistrats et avocats racontent n'avoir « jamais vu ça » et dénoncent une justice « instrumentalisée », « bâclée » ou « politique ».

Le 4 juillet, un premier bilan fait état d'environ 3 693 personnes placées en garde à vue, dont 1 149 mineurs.

Le 19 juillet, Éric Dupond-Moretti fait état de « 1278 jugements, avec 95 % de condamnations, 1300 déferrements au parquet, 905 comparutions immédiates, 1056 personnes condamnées à une peine d'emprisonnement, dont 742 à une peine ferme avec un quantum moyen des peines fermes de 8,2 mois, et 600 personnes incarcérées » en réponse aux faits survenus entre le 27 juin et le 5 juillet. Selon un bilan intermédiaire au 1er août 2023, plus de 4 000 personnes, dont un tiers de mineurs, ont été interpellées, dont 2 107 ont été jugées et pour 94 % condamnées,. Parmi elles, 1 239 ont été condamnées à une peine de prison ferme ou semi-ferme pour un quantum de peine moyen de 8,9 mois,. Par comparaison, les émeutes de 2005 plus longues mais moins intenses avaient donné lieu à un nombre d'interpellations du même niveau (4 728), mais seulement 400 peines de prison ferme.

Une personne condamnée à 12 mois de prison ferme le 4 juillet pour le pillage du Lookin Optic commis dans la nuit du 29 au 30 juin voit le bail en logement social à Deuil-la-Barre de sa famille résilié. Cependant, le rapport de causalité entre le délit et cette sanction n'est pas forcément aussi direct que le préfet du Val-d'Oise, Philippe Court, le laisse entendre dans son tweet du 23 août montrant le logement vidé de ses occupants et de ses effets, puisque la procédure d'expulsion était déjà enclenchée pour un autre motif qui serait des impayés de loyer, la condamnation ayant pu seulement accélérer l'exécution,,,, une décision d'expulsion du logement pour un motif d'ordre ne pouvant par ailleurs être pris que par la Justice (et non un préfet) si elle est saisie à cet effet d'une demande du bailleur et si l'infraction ou le délit est en rapport avec le trouble de jouissance du logement.

Des enquêtes permettent également des arrestations quelques semaines après les faits grâce à la mobilisation des enquêteurs et de la police scientifique : exploitation de la vidéosurveillance, tests ADN sur les projectiles ou les véhicules, analyse des réseaux sociaux, géolocalisation des téléphones. Ainsi la BRI arrête les auteurs présumés de l'incendie de l'hôtel de ville de Mons-en-Barœul, alors que l'incendiaire présumé du centre administratif de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), confondu par la vidéosurveillance et des tests ADN est mis en détention provisoire dans l'attente de son procès en septembre. En revanche, le 4 août, le tribunal de Bobigny disculpe trois jeunes de Gagny en détention provisoire depuis cinq semaines.

En décembre, six émeutiers sont condamnés à Montargis à des peines de 12 à 24 mois de prison pour le saccage du centre-ville. Aucun d'eux, ni auprès des enquêteurs ni devant la juge n'ont mentionné le sort de Nahel, présenté en juillet comme une justification aux émeutes.

Projets de sanctions nouvelles

Début juillet, le président de la République Emmanuel Macron évoque de nouvelles sanctions lors d'un échange avec des policiers : « Il faudrait qu'à la première infraction, on arrive à sanctionner financièrement et facilement les familles. Une sorte de tarif minimum dès la première connerie ». Cela conduit le président des Républicains Éric Ciotti à faciliter la suspension des allocations familiales aux familles incriminées.

Censure d'Internet dans le monde en 2020.

Devant les maires de communes frappées par les émeutes, Emmanuel Macron évoque l'idée (défendue aussi par le secrétaire national du PCF Fabien Roussel) de limiter, voire de couper l'accès aux réseaux sociaux lors d'épisodes de violences urbaines, deux jours après que l'État ait démenti une rumeur qui lui prêtait la décision de procéder à de telles coupures. Le ministre délégué chargé de la transition numérique, Jean-Noël Barrot, évoquait une « réflexion » sur le sujet qui pourrait aboutir d'ici à la rentrée, mais dans les jours qui suivent l'exécutif se fait moins affirmatif. En effet, cette pratique de blocage n'est jusqu'à présent pratiquée que par des régimes autoritaires. Le droit européen, garantit le droit à la liberté d'expression, alors le Conseil constitutionnel a jugé à plusieurs reprises que les mesures la limitant au nom de la protection de l'ordre public doivent être proportionnées et justifiées. En 2020, il avait ainsi censuré l'essentiel de la proposition de loi contre les contenus haineux sur internet.

Le mensuel Le Monde diplomatique fait un rapprochement de la situation française avec les émeutes de 2011 en Angleterre consécutives à la mort de Mark Duggan, 29 ans, tué par un policier d'une balle dans la poitrine après l'interception du taxi dans lequel il circulait à Tottenham. En début de soirée, des policiers matraquent une jeune fille de 16 ans qui aurait lancé un caillou. Ces faits entraînent des violences qui se propagent les jours suivants à la banlieue de Londres, Birmingham, Liverpool et Manchester.

Violences policières

Victimes Articles détaillés : Violence policière, Violence policière en France et Affaire Hedi. Un agent armant un LBD 40 en 2009.

Dans la nuit du 28 au 29 juin, un jeune homme de 19 ans, de retour d'une soirée, est atteint par un projectile alors qu'il s'abritait dans le renfoncement à l'entrée d'un bâtiment et perd l'œil droit à Montreuil.

Dans la soirée du 29 juin, à Saint-Denis, un jeune homme de 21 ans est atteint à l'œil droit par un tir de lanceur de balles de défense (LBD). Il perd son œil. La presse révèle ces faits le 20 juillet ; le parquet de Bobigny ouvre une enquête préliminaire et saisit l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN) quelques heures plus tard.

Vers 23 h 45 (UTC-3), à Cayenne, Carl Tarade, un agent du service de démoustication de la collectivité territoriale de Guyane âgé de 54 ans, est tué par une balle perdue dans le thorax alors qu'il se trouvait au balcon de sa résidence,. Selon le préfet Thierry Queffélec (en) et le procureur Yves Le Clair, la balle proviendrait des émeutiers qui l'auraient tiré en direction des policiers avant qu'elle ne ricoche,. Selon des habitants du quartier où s'est déroulé le drame, la balle aurait au contraire été tirée par les policiers. La préfecture de Cayenne conteste cette version des faits, arguant que les policiers « se retiraient » et qu'« aucun membre des forces de l'ordre n'a fait usage d'une arme létale »,. L'expertise balistique écarte elle aussi l'hypothèse d'un tir policier.

Dans la nuit du 30 juin, un homme âgé de 24 ans perd lui aussi l'usage d'un œil après le tir d'un LBD. Dans sa plainte, il affirme avoir été touché alors qu'il marchait dans une rue de Nanterre (Hauts-de-Seine) aux alentours de minuit après avoir assisté à la marche blanche en hommage à Nahel. Il se serait évanoui sans avoir été secouru puis conduit à l'hôpital par des passants.

Le même soir, un homme de 25 ans, est plongé dans le coma après qu'il a reçu à la tête un « bean bag » tiré par un policier du RAID à Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle) ; une enquête en flagrance pour « fait de violence volontaire » est confiée à l'IGPN,,. La même nuit à Villetaneuse (Seine-Saint-Denis), une enseignante de 51 ans s'étant trouvée à proximité d'un camion incendié alors qu'elle rentrait à vélo d'une soirée est blessée par deux policiers qui lui fracturent le tibia et le péroné, lui occasionnant une ITT de 45 jours, avant que d'autres policiers ne la dégagent. Une enquête pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique est ouverte par le parquet de Bobigny et confiée à l'IGPN,. À Marseille (Bouches-du-Rhône), à l'angle de la rue Saint-Ferréol et de la rue Davso Abdelkarim Y., 22 ans, perd l'œil gauche après un tir de projectile en passant à proximité de policiers.

Dans la nuit du 1er au 2 juillet à Marseille, après sa soirée de travail à Vauvenargues, Hedi, un homme de 22 ans rejoint un ami vers le port de Marseille. Après qu'ils ont croisé un équipage de la BAC, le jeune homme reçoit un tir de flash-ball dans la tempe, puis est passé à tabac par le groupe de policiers, avant de perdre connaissance et d'être conduit à l'hôpital de la Timone par un épicier. Victime d'une rupture d'anévrisme, il tombe dans le coma dont il sort avec d'importantes séquelles : une partie de sa boîte crânienne lui est retirée, il a la mâchoire cassée, a perdu la vue du côté gauche et est atteint d'un grave traumatisme crânien. Identifiés par la vidéosurveillance, les quatre policiers sont placés en garde à vue dans le cadre d'une information judiciaire ouverte du chef de violences en réunion, et l'un d'entre eux est placé en détention provisoire,,. La victime livre son témoignage sur le site Konbini,, la vidéo est vue en deux jours près de 23 millions de fois.

À Marseille également, un livreur de 27 ans est tué par un probable tir LBD ou par des munitions de calibre 12 de type « beanbag » qui lui aurait causé un arrêt cardiaque, justifiant l'ouverture d'une information judiciaire du chef de coups mortels avec usage ou menace d'une arme par le Parquet de Marseille. Plusieurs policiers de l'antenne marseillaise du Raid possiblement impliqués dans la mort de Mohamed Bendriss (cousin d'Abdelkarim Y., éborgné la veille) sont placés en garde à vue le 8 août, puis trois sont mis en examen le surlendemain pour « coups mortels » et placés sous contrôle judiciaire. Pour Arié Alimi, l'avocat de la famille, « l’ordre qui a été donné de faire intervenir des policiers du Raid, qui n’ont pas vocation à intervenir dans des violences urbaines, est une faute politique grave ». Toujours dans la nuit du 1er au 2 juillet à Chilly-Mazarin, un garçon de 15 ans perd un œil et a le crâne fracturé à la suite d'un tir de flash-ball.

Le 3 juillet à Angers, Abdel G., âgé de 32 ans, perd l'usage d'un œil à la suite d'un tir de LBD dans le cadre d'une intervention de la police survenue en réaction à des bagarres entre des militants identitaires — qui occupaient un local où était actif le groupuscule l'Alvarium dissous en novembre 2021 — et des personnes s'opposant aux violences policières. Une enquête, ouverte par le parquet d'Angers, est confiée à l'IGPN,.

Par ailleurs, quelques jours après la fin des émeutes, dans le cadre d'une manifestation à Paris appelée Place de la République le 8 juillet par Assa Traoré, son frère Youssouf est violemment interpellé par la police au moment de la dispersion, le plaquage ventral lui causant des fractures et une hospitalisation. Une enquête administrative est diligentée pour des violences commises par des policiers sur trois journalistes qui filmaient cette interpellation.

Le 19 juillet, la cheffe de l'Inspection générale de la Police nationale, Agnès Thibault-Lecuivre, déclare devant la commission des Lois de l'Assemblée nationale que son service est saisi de vingt-et-une enquêtes « de nature et de gravité très différentes » sur les agissements des forces de l'ordre lors des manifestations et violences ayant suivi la mort de Nahel Merzouk.

Le 29 août, un policier est placé en garde à vue à la suite d'une nouvelle enquête ouverte à Marseille pour violences policières présumées dans la nuit du 1er au 2 juillet. Otman, la victime alléguée, sortait d'un bureau de tabac qui venait d'être pillé quand il aurait été interpellé et agressé par plusieurs policiers. Il dépose plainte le 19 juillet, l'IGPN assure l'enquête,.

Débat sur la détention provisoire de policiers Laurent Nuñez, préfet de police de Paris.

Le 22 juillet, au lendemain de la mise en détention provisoire d'un policier mis en cause pour des violences commises à dans la nuit du 1er au 2 juillet 2023 contre Hedi, le directeur général de la Police nationale, Frédéric Veaux, se rend à l'hôtel de police de Marseille pour rencontrer les agents de la BAC. Le DGPN dit souhaiter voir libéré le policier incarcéré la veille, car « le savoir en prison m’empêche de dormir », « de façon générale, je considère qu'avant un éventuel procès, un policier n'a pas sa place en prison, même s'il a pu commettre des fautes ou des erreurs graves dans le cadre de son travail », mais « la justice ne cède jamais à la pression médiatique ou de la rue, elle traite les dossiers ». Les syndicats policiers ont appelé à un service minimum après la mise en détention d'un de leur collègue. Le secrétaire général du syndicat des commissaires de la Police Nationale, David Le Bars, réclame que dans le cadre de faits commis en mission, « la détention provisoire doit être l’exception (..) Il faut que la justice ne traite pas un policier en mission de police comme un délinquant ».

Le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, rappelant avoir été préfet de police à Marseille, tweete dans la soirée, « Je partage les propos du DGPN ». Souhaitant que le Code de procédure pénale soit réformé pour les policiers, les organisations syndicales de police sont reçues le 27 juillet par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui affirme ensuite que « les policiers ne peuvent pas être les seules personnes pour lesquelles la présomption d'innocence ne compte pas ». Ces deux déclarations suscitent de fortes réactions politique : le député et premier secrétaire du PS Olivier Faure estime que Frédéric Veaux, Laurent Nuñez et Gérald Darmanin qui « défient les règles républicaines et les grands principes qui nous régissent : l'indépendance de la justice, la séparation des pouvoirs et l'égalité des citoyens devant la loi devraient démissionner ». L'ensemble de ces prises de position de l'exécutif suscitent une réaction des instances judiciaires : la Conférence nationale des premiers présidents de cours d'appel (CNPP) et la Conférence nationale des procureurs généraux (CNPG) publient un communiqué commun le 28 juillet pour s'inquiéter d'une « dégradation de l'Etat de droit » et expriment leurs craintes « qu'une forme de radicalisation des positions s'installe parmi les fonctionnaires de police, facilitée par les atteintes publiques de leurs plus hautes autorités aux principes de la séparation des pouvoirs et de l'indépendance judiciaire ».

À l'instar de la cagnotte en faveur du policier à l'origine de la mort de Nahel Merzouk, une cagnotte en ligne est ouverte par l'amicale de la BAC Sud en soutien aux agents poursuivis, qui affiche des dons dépassant 50 000 euros en une semaine.

Controverse sur l'utilisation d'armes non létales

L'ONG, Action des chrétiens pour l'abolition de la torture, dénonce l'utilisation des « bean bags », « Il y a déjà plusieurs organismes qui se sont inquiétés de l'utilisation de ces « bean bags », notamment la Société française de médecine d'urgence, qui ont dit qu'ils pouvaient être responsables de lésions sévères, voire mortelles. Maintenant, ils sont utilisés dans le contexte de maintien de l'ordre. On demande à ce que ces armes soient totalement interdites. On a la preuve que la mobilisation de ces corps-là, le RAID et la BRI, n'est pas du tout adaptée à ce type d'événement ».

Stigmatisation

Les commentaires qui accompagnent les émeutes après la mort de Nahel Merzouk donnent lieu à des propos jugés stigmatisants par des parents des quartiers populaires.

Le maire de Saint-Gratien réclame les « noms des auteurs » avant de lancer la reconstruction d'un centre culturel, ce qui est perçu comme une appel à la « délation » par la Ligue des droits de l'homme (LDH).

Au Blanc-Mesnil, la municipalité décide de priver l'ensemble des habitants (dont beaucoup n'ont pas accès aux vacances) de la plage urbaine estivale, du bal et du feu d'artifice de la Fête nationale. Elle réalise un affichage annonçant que les économies réalisées serviront à rembourser les dégradations, ce que Mediapart qualifie de « punition collective ». Le sénateur et ancien maire annonce vouloir priver d'activités les mineurs qui auraient participé aux révoltes, qu'il traite alors de « petits connards ». En revanche, la commune de Nanterre ouvre sa plage estivale mi-juillet car pour le maire Patrick Jarry, « après les événements éprouvants que nous venons de vivre, et un début d’année difficile pour beaucoup, nous avons toutes et tous envie et besoin de nous retrouver, au cœur de nos quartiers ».

Le préfet de l'Hérault, Hugues Moutouh, préconise pour sa part une réponse des parents, par la formule « Si demain vous attrapez votre gamin qui descend dans la rue pour brûler des véhicules de police ou caillasser des pompiers ou piller des magasins, la méthode, c'est quoi ? C'est deux claques et au lit ! » ; celle-ci crée la polémique et est fortement critiquée par des personnalités de gauche comme violente et illégale,. Trois députés de La France Insoumise annoncent saisir le procureur de la République pour ces propos « l'existence de faits pouvant constituer une infraction sur la base de l'article 40 de procédure pénale »

Dans certaines villes, comme Angers, Lyon ou Chambéry, des militants d'extrême droite se livrent à des violences et des intimidations publiques ou sur les manifestants réclamant justice pour Nahel Merzouk. Des journalistes et des militants antiracistes témoignent d'une hausse des menaces et insultes reçues sur les réseaux sociaux, venant en particulier de l'extrême droite. Le 10 août à Angers, des quatre prévenus, un est condamné à trois mois de prison avec sursis et les trois autres relaxés.

Après l'interdiction par la préfecture du Val-d'Oise de la manifestation annuelle en mémoire d'Adama Traoré à Persan et Beaumont-sur-Oise le 8 juillet, une nouvelle manifestation à Paris contre les violences policières le 15 juillet est également interdite par la préfecture de police. Pour Samia el Khalfaoui, dont le neveu Souheil a été tué par un policier à Marseille en août 2021, « On nous empêche de manifester. On nous fait comprendre qu’on ne compte pas (...) Notre objectif, ce n’est pas la confrontation, c’est d’interpeller le gouvernement. Il faut abroger l’article 435-1 de la loi de 2017 ».

Les évènements donnent plus largement lieu à la diffusion de discours hostiles à l'immigration. Selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, une grande majorité de Français (84 %) dénoncerait le « déchaînement de violence » qui a suivi la mort de Nahel Merzouk. Les sympathisants LFI se distinguent en étant les seuls à « comprendre » les émeutiers (60 %). Le soutien populaire aux forces de l'ordre resterait important (64 %), mais seulement 27 % des sondés seraient satisfaits de l'action du gouvernement. La hausse de la délinquance et la disparition de l'autorité sont évoqués comme étant les deux premiers facteurs explicatifs des émeutes. Les événements seraient également perçus aux yeux des sondés comme « la conséquence des défaillances de notre politique migratoire ». Le durcissement du projet de loi concernant l'immigration, dont le vote est prévu à l'automne 2023, serait réclamé par 59 % des sondés. Des responsables politiques de droite et d'extrême droite font également le lien entre les événements et l'immigration, le député RN Jean-Philippe Tanguy parlant de « nationalité faciale » (faisant référence à l'expression xénophobe « français de papier ») ou, pour le sénateur LR Bruno Retailleau, de « régression vers les origines ethniques » chez des Français de deuxième voire troisième génération. En lien avec cette affaire, le parti LR présente le 6 juillet un « plan pour restaurer l'ordre public » concernant la justice et l'immigration.

Dans le Val-d'Oise, la préfecture procède à des expulsions de leurs logements sociaux de personnes condamnées pour leur participation aux émeutes, mais aussi de leurs proches innocents. Ces expulsions, accompagnées de la diffusion de photographies par la préfecture, sont vivement critiquées, notamment par des acteurs de l'aide aux démunis,.

Réactions internationales

Les émeutes de 2023 sont scrutées à travers le monde, au prisme, selon les pays, des questions sécuritaires, culturelles, migratoires ou raciales. Pour les médias étrangers, elles agitent le spectre des émeutes de 2005 et réveillent les fractures d'une France en prise avec son histoire « révolutionnaire », suscitant également des interrogations sur le modèle d'intégration à la française et les violences policières.

Le 29 juin 2023, les États-Unis recommandent la prudence à leurs ressortissants en France, suivis le lendemain par la Norvège, le Royaume-Uni et la Turquie.

En Pologne, le président du Conseil des ministres Mateusz Morawiecki souligne le contraste entre les « scènes de chaos » présentes dans des villes françaises et la quiétude des villes polonaises. Partisan d'une grande fermeté en matière migratoire, il établit clairement « un lien entre les émeutes dans l'Hexagone et la porosité des frontières européennes »,.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, appelle, le 2 juillet, le gouvernement français à « prêter attention aux demandes des manifestants » et à « mettre fin à la violence contre son peuple ». Il ajoute qu'« en raison de la situation précaire et imprévisible en France », les citoyens iraniens y résidant ne doivent « pas sortir dans la rue » et que ceux n'y résidant pas doivent « éviter de s'y rendre » sauf en cas de nécessité,.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan déclare que le « passé colonial » et le « racisme institutionnel » en France sont à l'origine de cette flambée de violences. Selon lui, « la plupart des immigrants qui sont condamnés à vivre dans des ghettos, systématiquement opprimés, sont musulmans ».

Couverture médiatique

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

En France, le mouvement est abondamment traité par la presse nationale et locale. Il est également suivi de manière détaillée par des médias indépendants comme le compte Twitter Cerfia, un des comptes d'actualités les plus suivis avec 650 000 abonnés crée en novembre 2022. Géré par une associative créé en 2020, le compte salué pour sa rigueur, mais comportant plusieurs captations violentes, est alimenté en informations et vidéos par 35 bénévoles. D'autres comptes ont cessé de publier au cours des émeutes comme Mediavenir. Après des signalements, les autorités ont demandé la suppression de plusieurs vidéos d'AlertesInfo.

Les émeutes sont suivies avec attention à l'étranger. Au Royaume-Uni, The Daily Telegraph estime que « le monde regarde avec incrédulité la France se déchirer » et que « Macron perd le contrôle » face à un « mauvais maintien de l'ordre ». Le quotidien allemand Bild s'émeut des « appels répétés à "Allahu akbar" et des incidents antisémites » en marge des violences, attribuées par la Pologne aux flux migratoires connus par la France.

Aux États-Unis, le point de vue est parfois différent, The New York Times insistant sur le « profond ressentiment » des banlieues envers une police accusée de racisme.

Débats politiques nationaux

Sur les émeutes

Grafiti sur un mur de la rue Legendre, à Paris « Justice pour Nahel » à côté du logo des Soulèvements de la Terre, fin juin 2023

Le député LFI David Guiraud déclare le 29 juin : « Ce sont les policiers qui doivent se calmer Je n'appelle pas au calme, j'appelle à la justice. C'est ça l'enjeu, c'est la justice. Les appels au calme, c'est facile ». Il reprend ainsi le message du slogan Pas de justice, pas de paix, scandé pendant les manifestations, en plaçant la justice avant la paix. C'est aussi le cas de Marine Tondelier d'Europe Écologie Les Verts : « Sans justice et sans vérité, il n'y aura pas de paix »,. Par contre, le secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel appelle au calme et le président socialiste du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel déclare : « ma responsabilité d'élu est évidemment d'appeler au calme, car rien ne se règle par la violence, mais ma responsabilité d'élu est aussi de comprendre la colère et d'appeler à la vérité et la justice pour Nahel ». Après la deuxième nuit d'émeutes, le président des Républicains (LR) Éric Ciotti et le dirigeant de Reconquête, Éric Zemmour, appellent à déclarer l'état d'urgence, qui n'a été mis en place que six fois depuis son instauration en 1955 pendant la guerre d'Algérie.

Le 30 juin, dans une allocution sur les réseaux sociaux, Marine Le Pen demande à Emmanuel Macron de recevoir « sans plus attendre » les formations représentées à l'Assemblée nationale « pour évoquer la situation grave » du pays et « les initiatives » pour y faire face. Elle ajoute : « Il n'y a pas d'autre solution immédiate que le retour à l'ordre républicain par le biais de couvre-feux sectoriels et, si la situation devait perdurer ou s'aggraver, par la déclaration de l'état d'urgence ».

Devant la commission des lois de l'Assemblée nationale réunie le 19 juillet 2023, le ministre de l'intérieur a écarté une indépendance de l'IGPN et de l'IGGN, tout comme un changement de la loi relative au refus d'obtempérer que, selon lui, le « policier n'a manifestement pas respecté » et donc « changer le droit n'aurait donc pas changé grand-chose ».

Sur les causes des émeutes

Articles connexes : Police française et Émeutes dans les banlieues françaises depuis les années 1970.

L'accusation d'Emmanuel Macron que les émeutiers « vivent dans la rue les jeux vidéo qui les ont intoxiqués » est considérés par des psychologues et scientifiques comme « stéréotypée », « sans aucun fondement scientifique » et « une façon pour les politiques de parler à un électorat conservateur, et de ne pas se confronter aux véritables problèmes »,.

Le quotidien Libération rappelle que dans l'année précédant la mort de Nahel Merzouk, il y a eu en moyenne un mort par mois à la suite de refus d'obtempérer. La justification apportée par la police, qui est que le tir est une réaction à la mise en danger des policiers impliqués, est parfois contredite par des vidéos, ce qui suscite un débat. Les formations de gauche appellent à revenir sur la modification législative introduite en 2017, qui faciliterait ces tirs.

Des footballeurs internationaux prennent position comme Aurélien Tchouaméni qui appelle à la révision des rapports entre la police et la population et rappelle la prévalence du contrôle au faciès : « j’aimerais comprendre pourquoi depuis des années, des jeunes meurent lors de contrôles de police qui semblent anodins. Comprendre pourquoi la gâchette semble beaucoup moins lourde quand il s’agit d’un certain type d’individus (...) Je sais aussi que la question centrale se situe dans le juste milieu entre la légitimé et l’illégalité du recours à la force rétablir la confiance des citoyens envers leur police »,.

Après deux jours d'émeutes, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, du réagit à la poursuite des violences en expliquant : « On est tous hyper mobilisé, on s'est remis en mode 2005. Mais depuis 2005, les choses ont empiré : les réseaux sociaux sont apparus, les populations se sont paupérisées, le rapport à l'État s'est dégradé ».

Pour l'historien français Pierre Vermeren, les violences urbaines ne s'expliqueraient pas seulement par les inégalités économiques et sociales, et les causes seraient d'après lui « essentiellement historiques et culturelles ».

Annonces gouvernementales après les émeutes

L'exécutif ne prend pas de décisions rapides après les rencontres de Saint-Denis lors desquelles le président de la République Emmanuel Macron reçoit en août 2023 les chefs de partis politiques. Une semaine avant sa tenue prévue, le comité interministériel des villes du 9 octobre est une nouvelle fois repoussé, alors que le Conseil national de la refondation convoqué à la hâte le 5 octobre ne débouche sur aucune annonce gouvernementale, ce qui déçoit les associations d'élus, comme le maire d'Allonnes et président de l'association Ville & Banlieue Gilles Leproust qui estime que « ce sont des méthodes de travail insupportables et irrespectueuses. Le président de la République n’a aucune ambition pour les quartiers populaires ».

La Première ministre Élisabeth Borne est chargée d'annoncer en deux temps la réponse de l'État.

Les annonces gouvernementales se font en deux temps les 26 et 27 octobre sous la responsabilité de la première ministre Élisabeth Borne, d'abord en détaillant une réponse sécuritaire puis le lendemain en présentant le volet social de la réponse. Dans son éditorial suivant ces deux initiatives, le quotidien Le Monde souligne que l'événement déclencheur des émeutes est lié à la pratique policière des contrôles d'identité, dans un contexte où le Conseil d'État vient de relever que le contrôle au faciès « ne peut être regardé comme se réduisant à des cas isolés », et que « le silence de l’exécutif sur la question lancinante de la violence des rapports entre jeunes et police, et ses annonces très limitées sur les discriminations, ne sont pas de bon augure », alors même que les mesures sociales annoncées par le Gouvernement ne sont pas de nature à rééquilibrer le désavantage touchant que les QPV qui ont « quatre fois moins de moyens qu'ailleurs, rapporté au nombre d'habitants ».

Au grand amphithéâtre de la Sorbonne, Élisabeth Borne présente devant 250 élus une série de mesures, restant à valider par une loi, destinées à « réaffirmer l’autorité et l’ordre républicain » » comme en portant l'amende pour non-respect du couvre-feu au quintuple à 750 euros ou encore la mise à contribution financière des parents d'enfants délinquants pour les dégradations commises,. Il en est de même pour la possibilité de placer même sans accord préalable des enfants dans des unités éducatives de la PJJ et la possibilité d'un « encadrement militaire de la jeunesse »,. Il est annoncé que les polices municipales pourraient accomplir certains actes de police judiciaire, mais des dispositions en ce sens avaient été invalidées par le Conseil constitutionnel. Des « forces d'action républicaine » associant policiers, magistrats et personnels sociaux doivent être déployés de manière conjointe avec des premiers tests à Besançon, Valence et Maubeuge d'ici la fin 2023. Les mesures de soutien à la parentalité ou l'apport de 100 millions d'euros pour la réparation et la reconstruction des bâtiments publics endommagés ou détruits passent au second plan de ces annonces à la tonalité essentiellement martiale,.

Le 27 octobre 2023, pour le Conseil interministériel des villes tenu à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) et qui doit s'inscrire dans le cadre de la mise en œuvre du plan Quartiers 2030. Après les prises de ministres (logement, éducation, ville…), les élus présents sont déçus, retenant « quelques bonnes mesures » mais « sans vision » globale et ignorant la question de la relation police-population. La première ministre Élisabeth Borne quitte le CIV sans répondre à la presse,. Parmi les mesures saluées figurent le doublement de la part du fonds vert (aides à la rénovation centrée sur l'adaptation au réchauffement climatique avec un objectif de 15 % ; le déploiement d'un fonds de 300 millions d'euros sur trois ans en faveur des associations pour l'insertion professionnelle des publics les plus éloignés de l'emploi  ; la prolongation du NPNRU au-delà de 2030 et l'annonce d'ici quelques mois d'un projet de loi contre le logement indigne et la gestion des copropriétés,. Le Gouvernement annonce des mesures parfois déjà annoncés précédemment comme la signature des contrats de ville 2024-2030 sur la base d'une géographie prioritaire actualisée, la scolarisation des enfants avant 3 ans et l'accueil des élèves de 8 heures à 18 heures dans les collèges d'éducation prioritaire à partir de la rentrée 2024, la généralisation progressive des cités éducatives dans les QPV, la poursuite du déploiement des espaces France services, l'arrivée de 1 000 éducateurs socio-sportifs, la création de 62 Quartiers de reconquête républicaine et de de 1 300 postes de policiers. La DILCRAH est chargée de mener à partir de 2024 des testings pour lutter contre les pratiques discriminatoires dans l'accès aux stages, à l'embauche, au logement, ou aux prêts bancaires avec un objectif « à terme » de 500 entreprises par an,. Une mesure symbole est l'annonce d'une circulaire aux préfets demandant de ne plus reloger les foyers relevant du DALO « les plus précaires » dans les logements sociaux en QPV, mais elle laisse perplexe la maire de Chanteloup Catherine Arenou, qui la juge « très positive dans le principe mais que les préfets auront beaucoup de mal à appliquer vu qu’il n’y aura nulle part ailleurs où les loger ». De même, le président de l'association Ville & Banlieue, le maire PCF d'Allonnes Gilles Leproust dénonce que « Ces mesures ne s’attaquent pas aux vrais problèmes du logement : le fait qu’il ne s’en construit plus et que certaines communes refusent de se conformer à la loi SRU, qui leur impose de disposer d’un nombre minimum de logements sociaux ».

Terminologie

Au cours des événements, la majorité des médias français et des membres du gouvernement font le choix de parler d'« émeutes ». Pour autant, le terme ne fait pas consensus et des auteurs, des militants syndicaux comme Anasse Kazib, des responsables politiques de LFI comme Louis Boyard ou Jean-Luc Mélenchon, des sociologues comme Kaoutar Harchi, et des journalistes, estiment notamment qu'il contribue à dépolitiser les événements. Ils revendiquent ainsi au côté de certains médias comme Bondy Blog l'emploi du terme « révolte » ou « révoltes urbaines », qu'ils jugent plus juste.

Pour Sami Zegnani, maître de conférences en sociologie à l'université de Rennes, les violences sont également à lire comme des révoltes et non des émeutes : « Le terme « émeutes » réduisant ces violences à une simple délinquance urbaine alors qu'elles revêtent une dimension politique indéniable » dans un contexte d'inégalités sociales croissantes.

Conséquences

Commission sur la parentalité

Fin 2023, la ministre des solidarités, Aurore Bergé, annonce la création d'une commission sur la parentalité censée répondre à la crise mise au jour par les émeutes. Les mesures évoquées initialement incluent « des travaux d'intérêt général pour les parents défaillants, le paiement d'une contribution financière pour les parents d'enfants coupables de dégradations auprès d'une association de victimes et une amende pour les parents ne se présentant pas aux audiences qui concernent leurs enfants »,. Plusieurs membres de la commission démissionnent après avoir découvert dans la presse qu'elle était présentée comme une réponse aux émeutes de juin.

Préconisations du Sénat

La sénat a émis 25 recommandations, comme le blocage de certaines fonctionnalités des réseaux sociaux, l'encadrement de l’achat de mortiers, moderniser le matériel des forces de l’ordre, améliorer la formation des forces de l'ordre, former « des unités spéciales à l’intervention en contexte émeutiers », augmenter « la capacité de munition », assurer la sécurisation des armureries ou une meilleure coordination des polices.

Ces 25 propositions s'articulent autour de sept axes d'amélioration :

  1. axe 1: modernisation des moyens de rétablissement et de maintien de l'ordre
    • schéma national de maintien et de rétablissement de l’ordre public en contexte émeutier,
    • décloisonnement et dézonage de l’emploi des forces de sécurité intérieure
    • adéquation de la formation des forces de l’ordre aux contextes émeutiers
    • moyens matériels et équipements
    • sécurisation des bâtiments utilisés par les forces de l’ordre et des armureries
    • activité des services de renseignement
    • analyse rapide et systématique des profils et des motivations des émeutiers
    • suivi et la connaissance transdisciplinaire des phénomènes émeutiers en France :
  2. axe 2: utilisation détournée des mortiers d’artifice :
    • entraver administrativement et pénalement l’utilisation détournée des mortiers d’artifice
    • choix d’homologation et de catégorisation des mortiers d’artifices
  3. axe 3: réseaux sociaux
    • groupe de contact permanent entre les représentants des réseaux sociaux et l’État
    • désactivation de certaines fonctionnalités des applications de réseaux sociaux (géolocalisation, lives)
    • identification par les réseaux sociaux et les supports numériques des auteurs d’actes violents ou de dégradations
    • poursuites contre les délinquants mobilisant les supports numériques
  4. axe 4: rôle des polices municipales
    • emploi des polices municipales, dans le cadre de leurs prérogatives,
    • alignement des prérogatives de police judiciaire de la police municipale sur celles conférées aux gardes-champêtres.
    • confier aux policiers municipaux, des prérogatives de saisie de biens dangereux (mortiers d’artifices, armes par destination).
    • doctrine pour l’équipement et le matériel des polices municipales et des gardes champêtres
    • déploiement de la vidéoprotection au sein des communes, y compris rurales ou de petite taille
  5. axe 5: place des élus locaux
    • information systématique du maire et permettre sa présence, en qualité d’officier de police judiciaire (OPJ)
    • formation des élus locaux à la conduite à tenir face à des jeunes violents
  6. axe 6: réponse judiciaire
    • adapter l’arsenal pénal aux nouveaux comportements émeutiers
    • renforcer la palette de mesures et de sanctions applicables aux mineurs impliqués dans des émeutes urbaines
    • traitement judiciaire des violences urbaines efficace
  7. axe 7: après-émeute
    • couverture assurantielle des dommages résultant d’émeutes d’ampleur nationale

Notes et références

Notes

  1. Dix-huit CRS et deux agents de la BAC de Gennevilliers.

Références

  1. Buffet 2024, p. 11.
  2. Nicolas Farmine, « Mort de Nahel : derrière les chiffres, des violences urbaines plus intenses que lors des émeutes de 2005 », Le Figaro, 5 juillet 2023 (consulté le 5 juillet 2023)
  3. Catherine Fournier, AFP, « Refus d'obtempérer à Nanterre : ce que l'on sait de la mort d'un adolescent de 17 ans, tué par un policier lors d'un contrôle routier », sur France Info, 27 juin 2023 (consulté le 13 août 2023).
  4. Antoine Albertini, « Adolescent tué par un policier à Nanterre : l’agent en garde à vue, nuit de colère et de tension dans les Hauts-de-Seine », Le Monde.fr,‎ 28 juin 2023 (lire en ligne, consulté le 13 août 2023).
  5. « Mort de Nahel, tué par un tir de police à Nanterre », sur BFMTV, 28 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023).
  6. Théo Putavy, « Mort de Nahel: le troisième passager de la voiture donne sa version des faits pour "rétablir la vérité" », sur BFM TV (consulté le 13 août 2023).
  7. Jonathan Bouchet-Petersen, « Mort de Nahel : une vidéo qui change tout et un cocktail explosif », sur Libération, 28 juin 2023 (consulté le 13 août 2023).
  8. Flavien Groyer, « Mort de Nahel : le policier mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire », sur France Bleu, 29 juin 2023 (consulté le 13 août 2023).
  9. Ismaël Halissat et Fabien Leboucq, « Le policier qui a tué Nahel, un ancien de la Brav-M et de la CSI 93 », sur Libération.fr, 5 juillet 2023 (consulté le 13 août 2023).
  10. .
  11. Caroline Lemaitre, « Mort de Nahel, 17 ans, à Nanterre : Ouverture d'une information judiciaire pour homicide volontaire, les conditions d'usage de l'arme du policier n'étaient "pas réunies" indique le procureur », sur lindependant.fr, 29 juin 2023 (consulté le 13 août 2023).
  12. « Mort de Nahel: le procureur de Nanterre détaille le déroulé des faits », BFM TV, 29 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023).
  13. Laure Ducos, « Nahel : l'adolescent de 17 ans tué par la police à Nanterre a-t-il vraiment un casier judiciaire ? », sur midilibre.fr, 29 juin 2023 (consulté le 13 août 2023).
  14. Jacques Pezet, « Mort de Nahel à Nanterre : polémique autour du casier judiciaire de l’adolescent tué par la police », sur Libération, 28 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023).
  15. « Après la mort de Nahel, le troisième passager livre sa version des faits », sur 20 Minutes (France), 1er juillet 2023 (consulté le 1er juillet 2023).
  16. Isabelle Missiaen, « Mort de Nahel : le troisième passager de la voiture livre sa version des faits », sur Le Point, 1er juillet 2023 (consulté le 1er juillet 2023).
  17. Buffet 2024, p. 10.
  18. Caroline Piquet et Julien Constant, « Mairie incendiée, voitures brûlées, 31 interpellations… Nuit de violences à Nanterre après la mort de Nahel », sur le parisien, 28 juin 2023 (consulté le 13 août 2023).
  19. AFP, « Nanterre : nuit de colère et de tension après la mort d’un ado de 17 ans, tué par la police pour refus d’obtempérer », sur nouvelobs, 28 juin 2023 (consulté le 28 juin 2023).
  20. Étienne Baldit et Sylvain Chazot, « Mort de Nahel : LFI ne veut pas réagir après l’agression du député Martens Bilongo à Nanterre », sur Libération (consulté le 4 juillet 2023).
  21. « « Trace ta route » : venu en soutien, le député LFI Carlos Martens Bilongo pris à partie à Nanterre », Ouest France,‎ 28 juin 2023 (lire en ligne Accès libre ).
  22. « Mineur tué à Nanterre: le député LFI Carlos Martens Bilongo pris à partie par des émeutiers », sur Figaro Live, 29 juin 2023 (consulté le 4 juillet 2023).
  23. (en-GB) John Ensor, « Paris Erupts In Violence After Police Shoot 17-year-old Driver », EuroWeekly News, 28 juin 2023 (consulté le 13 août 2023).
  24. Félix d'Orso et Mehdi Pfeiffer, « Mort de Nahel : commissariats attaqués, tramway incendié, école détruite… Une nouvelle nuit de violences », sur le parisien, 29 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023).
  25. Par Le Parisien avec AFP Le 29 juin 2023 à 19h17, « Mort de Nahel : la BRI, la Brav-M, la CRS 8… Les unités spécialistes des violences urbaines mobilisées à Nanterre », sur leparisien.fr, 29 juin 2023 (consulté le 1er août 2023).
  26. « Mort de Nahel : mairies incendiées, tirs de mortiers... Retour sur une nuit de violence à travers la France », sur Franceinfo, 29 juin 2023 (consulté le 1er août 2023).
  27. « Violences après la mort de Nahel: 40.000 policiers et gendarmes mobilisés, dont 5.000 à Paris », sur RMC (consulté le 1er août 2023).
  28. « Hauts-de-Seine : commissariats et bâtiments publics pris pour cibles, 34 interpellations pendant la nuit », sur Euro Weekly News, 29 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023).
  29. « Mort de Nahel : retour sur une nouvelle nuit de violences en banlieue parisienne et dans plusieurs villes de France », sur nouvelobs, 29 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023).
  30. Alexandre Arlot, Elsa Marnette, Julie Ménard, Sophie Bordier et Clément Poulet, « «Ils ont tout pris» : des supermarchés pillés en Île-de-France en marge de la nuit de violences urbaines », Le Parisien, 29 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023).
  31. « Mort de Nahel: tentative d'incendie au cinéma de Cergy », sur LEFIGARO, 29 juin 2023 (consulté le 2 juillet 2023).
  32. Florian Garcia, « Nuit d’émeutes en Essonne », Le Parisien, 29 juin 2023.
  33. Fabienne Béranger, « Mort de Nahel à Nanterre. Nouvelle nuit de violences urbaines à Laval, un Mc Do et un centre de loisirs incendiés », sur France 3 Pays de la Loire, 29 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023).
  34. AFP, « Mort de Nahel. Voitures, commissariats et école incendiés : nuit de tension à Rouen, au Havre et Évreux », sur Paris-Normandie, 29 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023).
  35. Claire Guédon et Nathalie Revenu, « Il a tiré 69 fois en l’air lors des émeutes au Bourget : le directeur de la sécurité dans la tourmente », Le Parisien, 11 juillet 2023 (consulté le 18 mai 2024)
  36. Nathalie Revenu, « Affaire des 69 coups de feu au Bourget : « C’est dangereux qu’un fonctionnaire lambda puisse s’armer » », Le Parisien, 28 juillet 2023 (consulté le 18 mai 2024)
  37. « Marche blanche pour Nahel: plusieurs feux en cours à Nanterre, une épaisse fumée noire envahit la ville », sur bfmtv.com, 29 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023)
  38. Rachel Khan, « Cet antiracisme dévoyé qui a mené la France dans le mur », sur Atlantico, 1er juillet 2023.
  39. Yana Grinshpun, « La mort de Nahel et la question de l'identité », sur revuedesdeuxmondes.fr, 13 juillet 2023.
  40. « Violences après la mort de Nahel : Gérald Darmanin annonce 40 000 policiers et gendarmes mobilisés », sur ouest-france.fr, 29 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023)
  41. « Mort de Nahel à Nanterre : Macron va présider une cellule de crise après une troisième nuit d’émeutes », sur L'Obs, 30 juin 2023 (consulté le 1er août 2023)
  42. « Mort de Nahel: Valérie Pécresse demande l'interruption du trafic des bus et trams à partir de 21h », sur BFMTV, 29 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  43. « Violences urbaines: un couvre-feu mis en place à Clamart et à Neuilly-sur-Marne », sur BFMTV (consulté le 30 juin 2023)
  44. « Transports en commun suspendus ce soir : quels sont les secteurs concernés ? », sur Le HuffPost, 29 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023)
  45. Par Le Parisien avec AFP Le 30 juin 2023 à 06h53 et Modifié Le 30 Juin 2023 À 09h44, « Mort de Nahel : des scènes de pillages et de saccages en plein Paris », sur leparisien.fr, 30 juin 2023 (consulté le 1er août 2023)
  46. Alexandre Charrier avec Maude Milekovic et David Creff, « Mort de Nahel - Commissariats de Fleury et Saint-Jean-de-Braye pris pour cible, mairie de l'Argonne vandalisée : retour sur une nuit de violences dans l'agglomération d'Orléans », sur www.larep.fr, 30 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  47. « Incendies de maisons, de la mairie annexe, tirs de mortiers d’artifice: nuit de chaos à Sous-le-Bois », sur La Voix du Nord, 30 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  48. Catherine Bouteille, Nathalie Waroux et Pierre Rouanet, « Le quartier de la Briquette de nouveau sous les tirs de mortier d’artifice, le Satellium incendié », sur La Voix du Nord, 30 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  49. « Violences après la mort de Nahel : un homme a été tué jeudi soir à Cayenne par une "balle perdue" qui venait "des émeutiers", annonce le préfet de Guyane », sur francetvinfo.fr, 30 juin 2023 (consulté le 18 mai 2024)
  50. « Violences urbaines à Lille: des rassemblements interdits, le RAID et un hélicoptère déployés », sur BFMTV (consulté le 29 juin 2023)
  51. « Mort de Nahel: une nuit de chaos et d’émeutes à Lille, Roubaix et Tourcoing, des vidéos impressionnantes », sur La Voix du Nord, 29 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023)
  52. « Mort de Nahel : après une nuit d'incidents, la préfecture interdit la manifestation prévue en mémoire de l'adolescent à Montpellier », sur France 3 Occitanie, 30 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  53. Yannick Damont, Julien Morceli et Daniel Corsand, « Mort de Nahel : des violences urbaines dans plusieurs quartiers de l'agglomération de Pau », sur francebleu.fr, France Bleu.
  54. Bénédicte Mallet, « Mort de Nahel : environ 200 personnes ont participé aux violences urbaines dans l’agglo de Pau », sur larepubliquedespyrenees.fr, La République des Pyrénées, 30 juin 2023.
  55. « Violences urbaines à Pau : soirée de tensions dans les quartiers, le poste de police de Saragosse visé », sur sudouest.fr, Sud Ouest, 30 juin 2023.
  56. America Lopez, « Mort de Nahel à Nanterre : des voitures brûlées et des affrontements à Pau et dans son agglomération », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France 3 Régions / France Info, 30 juin 2023.
  57. Flore Catala et Julien Morceli, « Nuit de violences à Pau : « Ça fait mal au cœur » réagissent les habitants des quartiers touchés », sur francebleu.fr, France Bleu, 30 juin 2023.
  58. Raphaëlle Aubert, Samuel Laurent, Sophie Dupont et Stéphanie Pierre, « La cartographie d’une semaine d’émeutes en France », sur lemonde.fr, 7 juillet 2023 (consulté le 17 juillet 2023)
  59. Sylvain Riollet, « Mort de Nahel - Trois immeubles à détruire, plus de 200 émeutiers, 60 magasins attaqués : un premier bilan effroyable à Montargis après une nuit de saccages et pillages », sur www.larep.fr, 30 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  60. « Violences urbaines. Le local des "Restos du Cœur" ravagé par le feu : "amertume, de la tristesse et colère" », sur France 3 Normandie, 30 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  61. « Mort de Nahel: saccages et feux à Saint-Quentin dans la nuit de jeudi à vendredi », sur www.lunion.fr, 30 juin 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  62. « Émeutes: le CCAS incendié, des voitures brûlées dans la nuit à Soissons et des dégâts à Laon », sur www.lunion.fr, 30 juin 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  63. Daniel Bozec, « Émeutes en Gironde : « En arrivant le matin, je me suis effondré », se souvient le patron d’une boutique saccagée », Sud Ouest, 2 octobre 2023 (consulté le 22 juin 2024)
  64. Elisa Artigue-Cazcarra, « Violences urbaines à Bordeaux et Talence : des interpellations après les saccages à la Médoquine », Sud Ouest, 27 juillet 2023 (consulté le 22 juin 2024)
  65. Florence Cicolella, Sarah Rebouh et Lucie Thiery, « Mort de Nahel : bâtiments incendiés, commerces pillés... des violences urbaines embrasent les quartiers de Franche-Comté », sur France 3 Régions, 30 juin 2023 (consulté le 22 juin 2024)
  66. Marie-Coralie Fournier, « Mort de Nahel : des violences dans le quartier de Planoise à Besançon », France Bleu, 30 juin 2023 (consulté le 22 juin 2024)
  67. Valentin Collin, « Mort de Nahel à Nanterre : à Besançon une agence bancaire brûlée et des magasins pillés lors d’une nuit d’émeutes », L'Est Républicain, 30 juin 2023 (consulté le 22 juin 2024)
  68. Sacha Nelken, « Mort de Nahel : pour Anne Vignot, maire de Besançon, «la société n’a pas su accompagner une jeunesse discriminée» », Libération, 30 juin 2023 (consulté le 22 juin 2024)
  69. Agence France Presse, « « C’est la maire ! On va s’la faire »… Les élus, cibles privilégiées des jeunes émeutiers », sur lepoint.fr, 3 juillet 2023 (consulté le 17 juillet 2023)
  70. Thibault Chaffotte, « « Ils m’ont reconnue » : la maire de Pontoise attaquée par des émeutiers », sur leparisien.fr, 1er juillet 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  71. Blandine D'alena et Nella Prod'homme avec Baptiste Farge, « Géolocalisation, messageries chiffrées... Les forces de l'ordre surprises par l'organisation des émeutiers », sur bfmtv.com, 30 juin 2023 (consulté le 28 juillet 2023)
  72. Hocine Zaoui, « Émeutes après la mort de Nahel : "On se retrouve au chômage technique"... à Toulouse, le désarroi des victimes de la casse », La Dépêche du Midi, 30 juin 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  73. Florent Jacono, « Emeutes dans les Yvelines : la mairie d'Achères incendiée est fermée jusqu'à nouvel ordre », sur Actu.fr, 30 juin 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  74. « Givors: un train de marchandises attaqué pendant les émeutes, deux personnes mises en examen », sur BFMTV (consulté le 14 juillet 2023)
  75. « Métropole de Lyon. Scène digne du Far West à Givors : les émeutiers ont attaqué un train », sur www.leprogres.fr (consulté le 14 juillet 2023)
  76. « Émeutes : la rédaction du « Point » dénonce l’agression dont a été victime un de ses photographes », sur Le Point, 1er juillet 2023 (consulté le 14 juillet 2023)
  77. Romain Gubert, « La presse, cible des émeutiers », sur Le Point, 6 juillet 2023 (consulté le 21 juillet 2023)
  78. « Émeutes après la mort de Nahel : le centre commercial Rosny 2 cible de pillages cet après-midi », sur actu.fr, 30 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  79. « Violences après la mort de Nahel : affrontements et pillages ce vendredi 30 juin au centre-ville de Strasbourg », sur France 3 Grand Est, 30 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  80. Anthony Soudani, « Emeutes : Lyon plonge dans le chaos, ce qu'il s'est passé cette nuit » Accès libre, sur Actu Lyon, 30 juin 2023
  81. Nicolas Zaugra, « Emeutes à Lyon : magasins pillés et scènes de violences, les images des dégâts » Accès libre, sur Actu Lyon, 1er juillet 2023
  82. Mathilde Frénois, « A Marseille au lendemain d’une nuit de pillages : «Ce n’est pas de la colère, c’est du vol» » Accès payant, sur Libération, 1er juillet 2023
  83. « La sidération après une nuit de pillages extrêmes dans le centre de Marseille, récit en images » Accès payant, sur Nice Matin, 1er juillet 2023
  84. Antoine Albertini, « Syndicats de police : un tract incendiaire d’Alliance et d’UNSA-police, révélateur de l’exaspération des troupes » Accès payant, sur Le Monde, 1er juillet 2023
  85. Jacques Pezet, « Mort de Nahel : les syndicats Alliance et Unsa-Police se disent «en guerre» contre des «nuisibles», la gauche dénonce une «menace de sédition» » Accès libre, sur Libération, 30 juin 2023
  86. Lola Dhers, « "En guerre" contre des "nuisibles" : ce communiqué de deux syndicats de police indigne » Accès libre, sur BFM TV, 30 juin 2023
  87. « Mort de Nahel : la CFE-CGC et l'Unsa se démarquent de leurs syndicats de policiers » Accès libre, sur France Info TV, 30 juin 2023
  88. « Concert de Mylène Farmer annulé au Stade de France : comment vous faire rembourser ? », sur Capital.fr, 30 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  89. « Des fans "dégoûtés" et "en colère" : réactions après l'annulation des concerts de Mylène Farmer », sur Franceinfo, 30 juin 2023 (consulté le 3 juillet 2023)
  90. « La police autorisée à utiliser des drones dans plusieurs départements d'Île-de-France », sur France 3 Paris Ile-de-France, 16 juillet 2023 (consulté le 1er août 2023)
  91. Émeutes : la CRS8 et le Raid sont à Lyon, dix interpellations dans l'agglomération, leprogres.fr, 1er juillet 2023
  92. « Émeutes urbaines en Ardèche : poubelles et véhicules incendiés dans plusieurs villes du département », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, 1er juillet 2023 (consulté le 14 juillet 2023)
  93. Maxime Macé et Pierre Plottu, « Violences urbaines : des «milices» d’extrême droite signalées dans plusieurs villes » Accès payant, sur Libération, 2 juillet 2023 (consulté le 2 juillet 2023)
  94. Anne-Cécile Juillet, « À Lorient, une bien étrange « brigade anticasseurs » » Accès payant, sur Le Télégramme, 1er juillet 2023 (consulté le 3 juillet 2023)
  95. Matthieu Suc et Marine Turchi, « Nahel : ces milices d’extrême droite qui se substituent à la police », sur Mediapart (consulté le 3 juillet 2023)
  96. « Violences urbaines : une enquête bientôt ouverte après l’intervention présumée de militaires à Lorient », Libération,‎ 18 juillet 2023 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2024).
  97. « Groupe d’« anti-casseurs » à Lorient : ce que l’on sait des interpellations opérées par la police », sur Ouest-France.fr, 5 juillet 2023 (consulté le 21 juillet 2023)
  98. « Emeutes à Lorient après la mort de Nahel : le parquet classe l’enquête sur les soupçons d’«interpellations sauvages» par des militaires », Libération,‎ 15 juillet 2024 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2024).
  99. Antoine Grosjean, « Un adjoint au maire d’Annemasse a été violemment agressé par des émeutiers », sur tdg.ch, 7 juillet 2023 (consulté le 27 juillet 2023)
  100. « Darmanin annonce 45 000 policiers et gendarmes mobilisés pour la nuit de vendredi à samedi », sur Le HuffPost, 30 juin 2023 (consulté le 1er août 2023)
  101. Tiphaine Le Liboux et Sabine Colpart, « Adolescent tué en France: Les mobilisations se poursuivent, le jeune Nahel inhumé », La Presse,‎ 1er juillet 2023 (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2023)
  102. Juliette Campion, « Mort de Nahel : on vous explique la polémique autour de la cagnotte en soutien au policier mis en examen, qui a déjà recueilli plus d'un million d'euros », sur France TV Info, 3 juillet 2023
  103. Samuel Laurent et Clément Guillou, « Emeutes : comment l’extrême droite instrumentalise une cagnotte pour la famille du policier » Accès payant, sur Le Monde, 3 juillet 2023
  104. Mathilde Cousin, « Mort de Nahel : La cagnotte à 1 million d’euros pour la famille du policier est « conforme », selon Gofundme » Accès libre, sur 20 Minutes, 3 juillet 2023
  105. Jordan Guérin-Morin, « Violences urbaines à Niort : plusieurs incendies en cours », sur Ouest-France, 1er juillet 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  106. « À Montluçon, une nuit de violences et de pillages, symptôme d'une ville coupée en deux », sur www.marianne.net, 2023-07-14utc10:33:30+0200 (consulté le 14 juillet 2023)
  107. Fabien Dezé, « Émeutes dans les Yvelines : encore des dégradations mais une nuit plus calme que les précédentes », sur Actu.fr, 1er juillet 2023 (consulté le 3 juillet 2023)
  108. « Lausanne: Inspirés par les émeutes en France, des casseurs s’attaquent au Flon », sur 20 minutes, 1er juillet 2023 (consulté le 2 juillet 2023)
  109. « À Marseille, un homme de 27 ans mort durant les émeutes » Accès libre, sur La Marseillaise, 4 juillet 2023 (consulté le 4 juillet 2023)
  110. « "Je veux qu’on m’explique" : la femme de Mohamed, mort en marge des émeutes, réclame des réponses », sur BFMTV, 5 juillet 2023
  111. « Émeutes: au moins 78 interpellations, nuit plus calme en France », sur BFMTV (consulté le 3 juillet 2023)
  112. Paul Sugy, « Attaque du domicile du maire de L'Haÿ-les-Roses : enquête ouverte pour tentative d'assassinat », sur lefigaro.fr, 2 juillet 2023
  113. « Des militants d’extrême droite stoppés dans leur "action de communication" à Lyon », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, 3 juillet 2023 (consulté le 3 juillet 2023)
  114. « Émeutes après la mort de Nahel : l'accalmie se poursuit », sur Le Figaro, 3 juillet 2023 (consulté le 3 juillet 2023)
  115. Bogdan Bodnar, « Après les émeutes, des infos personnelles de juges publiées par des hackers » Accès libre, sur Numerama, 3 juillet 2023 (consulté le 3 juillet 2023)
  116. « Mort de Nahel : une manifestation prévue ce mardi à Lyon, mais interdite », sur actu.fr, 4 juillet 2023 (consulté le 4 juillet 2023)
  117. Agence France-Presse, « Violences après la mort de Nahel : retour au calme confirmé, 20 interpellations », sur nouvelobs.com, 6 juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023)
  118. « Emeutes en France : «des dealers ont demandé aux émeutiers de cesser les violences pour pouvoir reprendre le trafic de drogue», explique ce policier », sur CNEWS, 5 juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023)
  119. « La fin des émeutes liée aux trafiquants de drogue? Christophe Béchu a d'autres explications », sur BFMTV (consulté le 10 juillet 2023)
  120. « Les dealers ont-ils calmé les émeutes? "C’est crédible" selon un spécialiste », sur RMC (consulté le 10 juillet 2023)
  121. « Violences urbaines : pourquoi les émeutes nuisent aux trafics de drogue », sur Europe 1, 5 juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023)
  122. Stéphane Vernay, « Émeutes urbaines. Auditionné par le Sénat, Gérald Darmanin fait parler « la vérité des chiffres » », Ouest-France, 5 juillet 2023 (consulté le 18 mai 2024)
  123. Mariama Darame et Jérémie Lamothe, « Emeutes urbaines : devant le Sénat, Gérald Darmanin défend son bilan », Le Monde, 5 juillet 2023 (consulté le 18 mai 2024)
  124. Buffet 2024, p. 49.
  125. Clémence Mart, « "Un déferlement de violences inédit par son ampleur et son intensité" : le bilan des émeutes suite à la mort de Nahel est tombé », Midi libre, 11 avril 2024 (consulté le 18 mai 2024)
  126. Eugénie Bastié, « Pierre Brochand (ex-DGSE): «Si nous en sommes là, c’est à cause d’une immigration de peuplement massive» », Le Figaro, 6 juillet 2023.
  127. Buffet 2024, p. 57.
  128. Buffet 2024, p. 15.
  129. Victor Cousin et Victor Alexandre, « Interpellations, voitures brûlées, bâtiments dégradés… Les émeutes en chiffres, nuit par nuit », Le Parisien, 3 juillet 2023 (consulté le 3 juillet 2023)
  130. « Face à l’ultra violence, la police peine à encaisser le choc », sur LEFIGARO, 30 juin 2023 (consulté le 10 juillet 2023)
  131. Frédéric Gouaillard, « Mort de Nahel : 210 écoles vandalisées depuis le début des violences urbaines », sur leparisien.fr, 2 juillet 2023 (consulté le 4 juillet 2023)
  132. « Dans les émeutes urbaines, des lieux culturels pris pour cible », Le Monde.fr,‎ 6 juillet 2023 (lire en ligne, consulté le 10 juillet 2023)
  133. « Émeutes en France : des bibliothèques saccagées et incendiées », sur ActuaLitté.com (consulté le 10 juillet 2023)
  134. « Émeutes : au moins 20 millions d’euros de dégâts pour les transports en région parisienne », La Croix,‎ 3 juillet 2023 (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 1er août 2023)
  135. « Mort de Nahel: 99 mairies attaquées depuis le début des émeutes », sur BFMTV (consulté le 4 juillet 2023)
  136. « « Un milliard d’euros de dégâts pour les entreprises » : le patron du Medef fait un premier bilan des émeutes », sur leparisien, 3 juillet 2023 (consulté le 3 juillet 2023)
  137. Jean-Michel Décugis, « Frédéric Veaux, patron de la police : « Avant un éventuel procès, un policier n’a pas sa place en prison » », sur leparisien.fr, 23 juillet 2023 (consulté le 24 juillet 2023)
  138. « Émeutes: le très lourd bilan d’une semaine de violences », sur LEFIGARO, 4 juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023)
  139. « Émeutes : les dégâts estimés à plus de 650 millions d'euros, selon les assureurs », Le Journal de Saône-et-Loire, 11 juillet 2023 (consulté le 18 mai 2024)
  140. Paule Gonzalès, Émeutes de juin: le rapport qui pointe l’ultraviolence du désœuvrement, lefigaro.fr, 10 septembre 2023
  141. Olivia Kouassi, « Émeutes : la Métropole du Grand Paris débloque 15 millions d'euros pour venir en aide aux villes », sur actu.fr, 17 juillet 2023 (consulté le 18 juillet 2023)
  142. « 20 millions d’euros pour venir en aide aux communes et aux commerces impactés par les émeutes en Île-de-France », sur iledefrance.fr, 12 juillet 2023 (consulté le 18 juillet 2023)
  143. Maxime Gayraud, « 730 millions d’euros : la facture salée des émeutes pour les assureurs », sur leparisien.fr, 6 septembre 2023 (consulté le 6 septembre 2023)
  144. Delphine Gerbeau, « Emeutes : cinq établissements ne pourront pas rouvrir pour la rentrée scolaire », sur lagazettedescommunes.com, 22 août 2023 (consulté le 23 août 2023)
  145. Amélie Laurin, « Les émeutes font vaciller l'assureur des collectivités locales », sur lesechos.fr, 18 juillet 2023 (consulté le 18 juillet 2023)
  146. « Violences urbaines : 45 000 gendarmes et policiers encore mobilisés en France ce lundi soir », sur ici, par France Bleu et France 3, 3 juillet 2023 (consulté le 8 juillet 2023)
  147. « Emeutes après la mort de Nahel M. : à Lorient, la participation de militaires en civil au maintien de l’ordre suscite le malaise », Le Monde.fr,‎ 7 juillet 2023 (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2023)
  148. Pierre Garcia, « 14 juillet : ces villes où les émeutes auront raison du feu d’artifice », sur lagazettedescommunes.com, 13 juillet 2023 (consulté le 13 juillet 2023)
  149. « Festivités des 13 et 14 juillet : Gérald Darmanin évoque un "dispositif exceptionnel" avec 130 000 policiers et gendarmes mobilisés », sur francetvinfo.fr, 12 juillet 2023 (consulté le 13 juillet 2023)
  150. « 13 juillet : 97 interpellations dans la nuit, une « baisse » des dégradations par rapport à 2022 », sur leparisien.fr, 14 juillet 2023 (consulté le 16 juillet 2023)
  151. « Emeutes urbaines : pour les mineurs ayant participé aux violences, une justice qui s’est voulue rapide », Le Monde.fr,‎ 8 juillet 2023 (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2023)
  152. « À Bobigny, des dizaines de jeunes écopent de peines de prison ferme », sur Bondy Blog, 2 juillet 2023 (consulté le 8 juillet 2023)
  153. « Emeutes après la mort de Nahel : pour la justice, l’équation impossible des mineurs », sur Libération (consulté le 8 juillet 2023)
  154. « "Jamais vu ça": après les émeutes en France, des peines très sévères prononcées par la justice », sur BFMTV (consulté le 11 juillet 2023)
  155. « Pour juger les émeutiers, la justice se met au surrégime », sur Libération (consulté le 8 juillet 2023)
  156. « Violences urbaines : 3.693 personnes placées en garde à vue depuis huit jours, dont 1.149 mineurs », sur francebleu.fr, 4 juillet 2023 (consulté le 8 juillet 2023)
  157. « Vers une adoption conforme et donc définitive du projet de loi relatif à l'accélération de la reconstruction et de la réfection des bâtiments dégradés ou détruits au cours des violences urbaines » Accès payant, sur bulletinquotidien.fr, 20 juillet 2023 (consulté le 20 juillet 2023)
  158. Esther Paolini, « Mort de Nahel: la justice a-t-elle eu une «réponse pénale ferme et systématique» face aux émeutiers? » Accès payant, sur lefigaro.fr, 16 août 2023 (consulté le 18 août 2023)
  159. « Mort de Nahel : Après les émeutes, près de 1 800 personnes ont été condamnées à de la prison », sur Le HuffPost, 29 août 2023 (consulté le 18 mai 2024)
  160. « Mort de Nahel à Nanterre : six mois après, des élus ont l’impression de « danser sur un volcan » », Ouest-France, 30 décembre 2023 (consulté le 18 mai 2024)
  161. Frédéric Naizot, « Deuil-la-Barre : jusqu’à un an de prison ferme pour les pilleurs du Carrefour Contact », Le Parisien, 5 juillet 2023 (consulté le 18 mai 2024)
  162. Marie Persidat, « Val-d’Oise : un émeutier, condamné pour le pillage d’un opticien, expulsé de son logement social », Le Parisien, 23 août 2023 (consulté le 18 mai 2024)
  163. Fleur Tirloy, « Expulsion d'un émeutier et de sa famille dans le Val-d'Oise : "ils n'ont pas leur place dans un logement social" », sur francetvinfo.fr, 25 août 2023 (consulté le 25 août 2023)
  164. François Vaneeckhoutte, « Le préfet du Val-d’Oise a-t-il expulsé une famille de son logement social du fait des émeutes ? » Accès libre, sur Libération, 25 août 2023 (consulté le 18 septembre 2023)
  165. Agence France-Presse, « Émeutes : l'incendiaire présumé du centre administratif de Saint-Denis jugé en septembre », sur lefigaro.fr, 3 août 2023 (consulté le 3 août 2023)
  166. Méline Escrihuela, « Au tribunal de Bobigny, la version des policiers ne convainc pas », sur mediapart.fr, 7 août 2023 (consulté le 9 août 2023)
  167. Rozenn Morgat, «C'est le nihilisme violent qui s'est exercé ce soir-là» : à Montargis, six émeutiers condamnés à des peines de 12 à 24 mois de prison pour le saccage du centre-ville, lefigaro.fr, 9 décembre 2023
  168. Isabelle Ficek, « Emeutes urbaines : Emmanuel Macron réfléchit à de nouvelles sanctions contre les parents », sur lesechos.fr, 4 juillet 2023 (consulté le 28 juillet 2023)
  169. Guillaume Deleurence, « Révoltes urbaines : couper les réseaux sociaux pour ignorer l'incendie ? », sur POLITIS, 7 juillet 2023 (consulté le 11 juillet 2023)
  170. Damien Leloup et Florian Reynaud, « Emmanuel Macron suggère de bloquer les réseaux sociaux pendant les émeutes, une pratique très controversée », sur lemonde.fr, 7 juillet 2023 (consulté le 28 juillet 2023)
  171. Tristan de Bourbon-Parme, « Banlieues, sermonner et punir » Accès payant, sur Le Monde diplomatique, 27 juillet 2023 (consulté le 28 juillet 2023)
  172. Mathilde Lemaire, « Nathaniel, 19 ans, a perdu un œil lors des émeutes à Montreuil : "Je ne méritais pas ça, personne ne le mérite" », sur francetvinfo, 27 juillet 2023 (consulté le 28 juillet 2023)
  173. Pascale Pascariello, David Perrotin et Bondy Blog, « Mehdi, 21 ans, éborgné par un tir policier à Saint-Denis : une enquête confiée à l’IGPN » Accès payant, sur mediapart.fr, 20 juillet 2023 (consulté le 20 juillet 2023)
  174. Hermann Rose-Elie, « Mort de Nahel : la Guyane s’embrase, un homme tué par balle », sur Mo News Guyane, 30 juin 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  175. « Les casseurs tirent sur les policiers, un homme tué par une balle perdue », France-Guyane, 30 juin 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  176. Paul Sugy, « Violences urbaines : un homme tué par le tir d'un émeutier en Guyane », Le Figaro, 30 juin 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  177. Guillaume Reuge, « À Cayenne, un homme tué en marge de la mobilisation pour Nahel » Accès payant, sur Mediapart, 30 juin 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  178. Guillaume Reuge, « Mort de Carl Tarade à Cayenne : la balistique écarte un tir policier », sur Mediapart, 3 octobre 2023
  179. « Nanterre : éborgné avec un tir de LBD, un homme porte plainte à l’IGPN » Accès payant, sur leparisien.fr avec l'Agence France-Presse, 12 juillet 2023 (consulté le 20 juillet 2023)
  180. « Jeune homme dans le coma en Meurthe-et-Moselle : le parquet annonce l'ouverture d'une information judiciaire », sur Franceinfo, 7 juillet 2023 (consulté le 8 juillet 2023)
  181. Mustapha Kessous, « Émeutes urbaines : à Mont-Saint-Martin, un jeune homme dans le coma et des interrogations sur l’intervention du RAID » Accès payant, sur lemonde.fr, 4 juillet 2023 (consulté le 20 juillet 2023)
  182. Annaïg Haute, « Mont-Saint-Martin : une enquête ouverte par l'IGPN après la blessure d'un homme pendant les émeutes », sur France Bleu, 30 juin 2023
  183. « Seine-Saint-Denis : l'IGPN enquête sur des violences après la plainte d'une enseignante gravement blessée », sur Franceinfo, 19 juillet 2023 (consulté le 20 juillet 2023)
  184. Agence France-Presse, « À Villetaneuse, une enseignante porte plainte pour violences policières », sur citoyens.com, 20 juillet 2023 (consulté le 20 juillet 2023)
  185. Camille Polloni, « Après la mort de Mohamed Bendriss à Marseille, des policiers du Raid en garde à vue », sur Mediapart, 8 juillet 2023 (consulté le 9 août 2023)
  186. Alexandra Gonzalez avec Justine Chevalier, « AFFAIRE HEDI À MARSEILLE: CE QUE LES POLICIERS MIS EN CAUSE ONT DIT AUX ENQUÊTEURS DE L'IGPN », sur bfmtv.com, 27 juillet 2023 (consulté le 29 juillet 2023)
  187. Nejma Brahim, Pascale Pascariello, Camille, « Hedi, 22 ans, « laissé pour mort » après avoir croisé la BAC à Marseille », sur Mediapart (consulté le 23 juillet 2023)
  188. M.S., « Émeutes à Marseille : "Ils étaient là pour taper" : Hedi a été laissé pour mort après un tir de flash-ball », sur laprovence.com, 10 juillet 2023 (consulté le 20 juillet 2023)
  189. « Vidéo. Haie d'honneur, applaudissements... la séquence qui divise après la mise en examen de quatre policiers à Marseille », sur midilibre.fr, 21 juillet 2023 (consulté le 21 juillet 2023)
  190. « Marseille : Quatre policiers mis en examen pour violences en réunion, un placé en détention provisoire », sur 20minutes.fr avec l'AFP, 21 juillet 2023 (consulté le 21 juillet 2023)
  191. « Le déchirant témoignage de Hedi, blessé par des policiers à Marseille : « Une partie de moi n’y croit toujours pas » », sur Le HuffPost, 27 juillet 2023 (consulté le 28 juillet 2023)
  192. (en-GB) Angelique Chrisafis, « Man describes attack by Marseille police that left him with skull damage », The Guardian,‎ 27 juillet 2023 (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2023)
  193. « Gérald Darmanin consacre neuf secondes à Hedi, défiguré après avoir été passé à tabac par quatre policiers », sur Libération, 28 juillet 2023 (consulté le 28 juillet 2023)
  194. Clara Martot Bacry (Marsactu), « Mohamed B., tué d’un « probable » tir de flash-ball à Marseille : l’IGPN est saisie », sur Mediapart (consulté le 8 juillet 2023)
  195. Timothée Boutry, « Policiers du Raid en garde à vue après la mort de Mohamed : les vidéos au cœur de l’enquête » Accès payant, sur leparisien.fr, 8 août 2023 (consulté le 9 août 2023)
  196. Camille Polloni, « Mort de Mohamed Bendriss à Marseille : trois policiers mis en examen » Accès payant, sur mediapart.fr, 10 août 2023 (consulté le 11 août 2023)
  197. StreetPress, « Jalil, 15 ans, éborgné par la police pendant les révoltes à Chilly-Mazarin », sur StreetPress (consulté le 1er août 2023)
  198. Agence France-Presse, « Angers : l'IGPN saisie après la plainte d'un homme ayant perdu un œil à la suite d’un tir de LBD », sur lefigaro.fr, 17 juillet 2023 (consulté le 20 juillet 2023)
  199. Fabien Leboucq, « Abdel G., éborgné pendant les émeutes à Angers : «J’ai perdu un œil, mais j’ai aussi un peu perdu la raison» », Libération, 4 août 2023 (consulté le 15 août 2023)
  200. Enzo =Guérini, « Une procédure judiciaire engagée contre Assa Traoré après la marche interdite à Paris », sur leparisien.fr, 9 juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023).
  201. Jean Forneris, « Marche interdite : Youssouf Traoré est sorti de l'hôpital », sur francetvinfo.fr avec l'AFP, 10 juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023).
  202. « Marche pour Adama Traoré : enquête administrative ouverte après des violences sur des journalistes », sur lefigaro.fr avec l'FP, 10 juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023).
  203. « Marseille : une quatrième enquête pour violences policières présumées en marge des émeutes », sur La Croix, 29 août 2023 (consulté le 30 août 2023).
  204. « Emeutes à Marseille : une quatrième enquête pour violences policières présumées », sur Le Monde, 29 août 2023 (consulté le 30 août 2023).
  205. M.B avec AFP, « Policier de la BAC écroué à Marseille : le patron de la police nationale souhaite sa libération », sur tf1info.fr, 23 juillet (consulté le 24 juillet 2023)
  206. Adrien Rakotoarivelo, « Violences policières à Marseille : code 562, congés maladies : on vous explique le mouvement de contestation de la police », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 21 juillet 2023 (consulté le 24 juillet 2023)
  207. « Propos du patron de la police : le préfet Nuñez justifie son « soutien » à Frédéric Veaux », sur leparisien.fr, 26 juillet 2023 (consulté le 28 juillet 2023)
  208. « Policier incarcéré à Marseille : des magistrats s'inquiètent d'une "dégradation de l'Etat de droit" », sur francetvinfo.fr, 28 juillet (consulté le 28 juillet 2023)
  209. « Fronde des policiers : pour Olivier Faure (PS), Gérald Darmanin, Frédéric Veaux et Laurent Nuñez "devraient démissionner" », sur francetvinfo.fr, 28 juillet (consulté le 28 juillet 2023)
  210. Paloma Auzeau, « Marseille : après sa réouverture, la cagnotte de soutien aux policiers mis en examen dépasse les 50.000 euros », sur lefigaro.fr, 28 juillet 2023 (consulté le 28 juillet 2023)
  211. Stéphane Pair, « 14-Juillet : le recours à des policiers du Raid pour participer à des opérations de maintien de l'ordre remis en question : Des organisations réclament l'interdiction des "bean bags" », sur francetvinfo.fr, 13 juillet 2023 (consulté le 27 juillet 2023)
  212. « Après les émeutes urbaines, des parents des quartiers populaires parlent, se disant « stigmatisés », « angoissés » ou « en colère » », Le Monde.fr,‎ 8 juillet 2023 (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2023)
  213. « Emeutes : le maire de Saint-Gratien réclame "les noms des auteurs" avant de lancer la reconstruction d'un centre culturel », sur France 3 Paris Ile-de-France, 6 juillet 2023 (consulté le 8 juillet 2023)
  214. Faïza Zerouala, « Au Blanc-Mesnil, le châtiment collectif érigé en politique de la ville » Accès payant, sur www.mediapart.fr, 13 juillet 2023 (consulté le 13 juillet 2023)
  215. Auguste Canier, « Pas de «double peine» pour les enfants : les vacances solidaires ont bien débuté à la plage de Nanterre » Accès payant, sur www.leparisien.fr, 15 juillet 2023 (consulté le 18 juillet 2023)
  216. « Emeutes : «Deux claques et au lit», par Daniel Schneidermann », sur Libération (consulté le 11 juillet 2023)
  217. « Violences urbaines : "deux claques et au lit", le conseil déjà polémique du préfet de l'Hérault », sur TF1 INFO, 3 juillet 2023 (consulté le 11 juillet 2023)
  218. « «Deux claques et au lit !» : après la sortie polémique d'un préfet, des députés LFI saisissent le procureur », sur LEFIGARO, 4 juillet 2023 (consulté le 11 juillet 2023)
  219. « À Angers, des manifestants tabassés en pleine rue par des militants d’extrême droite », sur Ouest-France.fr, 1er juillet 2023 (consulté le 1er août 2023)
  220. « Lyon : des militants d'extrême droite ont manifesté sous les fenêtres de l'Hôtel de ville », sur lefigaro.fr, 3 juillet 2023 (consulté le 9 juillet 2023)
  221. « Révoltes après la mort de Nahel : la tentation milicienne de l'extrême droite », sur Blast le souffle de l’info, 7 juillet 2023 (consulté le 9 juillet 2023)
  222. Clara Monnoyeur et Elisa Verbeke, « « On va brûler vos mosquées » : depuis la mort de Nahel, militants et journalistes subissent un harcèlement violent », sur streetpress.com, 5 juillet 2023 (consulté le 16 juillet 2023)
  223. Mathieu Suc, « À Angers, la justice délivre un blanc-seing à une milice « armée » », sur mediapart.fr, 11 août 2023 (consulté le 11 août 2023)
  224. Nathalie Raulin, « 15 juillet 2023 », sur liberation.fr, 15 juillet 2023 (consulté le 18 juillet 2023)
  225. « Émeutes : les Français attribuent les violences à l’échec de la politique migratoire », sur LEFIGARO, 6 juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023)
  226. « "Nationalité faciale", "régression ethnique"... Le discours décomplexé de la droite et son extrême », sur BFMTV (consulté le 9 juillet 2023)
  227. « Justice, immigration : LR s'empare des émeutes pour mettre la pression sur le gouvernement », sur Les Echos, 6 juillet 2023 (consulté le 11 juillet 2023)
  228. « 29 procédures d'expulsions de logement contre des émeutiers dans le Val-d'Oise », sur France 3 Paris Ile-de-France, 24 août 2023 (consulté le 24 août 2023)
  229. « Le préfet du Val-d’Oise suscite un tollé en s’attribuant l’expulsion d’un locataire condamné pour les émeutes de juin », Le Monde.fr,‎ 25 août 2023 (lire en ligne, consulté le 25 août 2023)
  230. « Les émeutes en France vues de l’étranger », Le Monde.fr,‎ 1er juillet 2023 (lire en ligne, consulté le 13 juillet 2023)
  231. Lou Roméo, « Émeutes : la mort de Nahel dans la presse internationale », sur Le Point, 30 juin 2023 (consulté le 13 juillet 2023)
  232. « L'actu en dessin : la presse internationale réagit aux émeutes en France après la mort de Nahel », sur France 24, 7 juillet 2023 (consulté le 13 juillet 2023)
  233. « Émeutes: les États-Unis et le Royaume-Uni mettent en garde leurs ressortissants présents en France », sur BFMTV (consulté le 1er août 2023)
  234. Par Le Parisien avec AFP Le 30 juin 2023 à 15h18, « Mort de Nahel : Allemagne, Norvège… des pays européens font part de leur « inquiétude » », sur leparisien.fr, 30 juin 2023 (consulté le 1er août 2023)
  235. (tr) Sümeyye Dilara Dinçer, « Türkiye'nin Paris Büyükelçiliğinden, Fransa için seyahat uyarısı », Agence Anadolu, 1er juillet 2023 (consulté le 1er juillet 2023)
  236. «Nous ne voulons pas de telles scènes» : inquiet des émeutes en France, le premier ministre polonais dénonce l'«immigration illégale», sur LEFIGARO, 1er juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023)
  237. « Des images des émeutes en France reprises par le gouvernement polonais dans un clip anti-migrants », sur Ouest-France.fr, 3 juillet 2023 (consulté le 1er août 2023)
  238. (fa) « کنعانی: شهروندان ایرانی از سفر غیرضرور به فرانسه بپرهیزند » , IRNA,‎ 2 juillet 2023 (consulté le 3 juillet 2023)
  239. J.D., « Émeutes: l'Iran appelle la France à "mettre fin au traitement violent" de sa population », BFM TV, 2 juillet 2023 (consulté le 3 juillet 2023)
  240. « Pour Erdogan, «racisme et colonialisme» sont à l'origine des émeutes en France », sur LEFIGARO, 3 juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023)
  241. « Qui se cache derrière Cerfia, le compte Twitter au cœur de la couverture des émeutes ? », sur challenges.fr, 2 juillet 2023 (consulté le 20 juillet 2023)
  242. « Émeutes: à l’étranger, Emmanuel Macron est vu comme un président «submergé» », sur LEFIGARO, 2 juillet 2023 (consulté le 10 juillet 2023)
  243. Clara Degiovanni, « « Pas de justice, pas de paix » : décryptage d’un slogan », Philosophie Magazine,‎ 29 juin 2023 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2023).
  244. Michel Revol, « Émeutes après la mort de Nahel : le jeu dangereux des Insoumis », sur Le Point, 2 juillet 2023 (consulté le 20 juillet 2023).
  245. Grégoire Poussielgue, « Mort de Nahel : en refusant d'appeler au calme, LFI joue la surenchère à gauche », sur lesechos.fr, 29 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  246. Camille Ducrocq, « Violences après la mort de Nahel : qu’est-ce qu’implique l’état d’urgence réclamé par Ciotti et Zemmour ? », sur leparisien.fr, 29 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023)
  247. « Mort de Nahel : qu’est-ce que l’état d’urgence, réclamé par la droite et l’extrême droite ? », sur Libération, 29 juin 2023 (consulté le 29 juin 2023)
  248. « Emeutes: Marine Le Pen (RN) demande à Emmanuel Macron de recevoir les partis représentés à l'Assemblée nationale », sur rfi.fr, 30 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023).
  249. « Macron voit un lien entre jeux vidéo et émeutes, mais « scientifiquement, c’est faux » », sur Le HuffPost, 30 juin 2023 (consulté le 1er août 2023)
  250. « Aurélie Jean: «Les jeux vidéo ne sont pas responsables des émeutes, arrêtons de les stigmatiser» », sur LEFIGARO, 6 juillet 2023 (consulté le 1er août 2023)
  251. Fabien Leboucq, « «Refus d’obtempérer» : depuis 2017, une inflation létale », sur liberation.fr, 27 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  252. « Aurélien Tchouaméni adresse une lettre ouverte après la mort de Nahel à Nanterre », sur sofoot.com, 28 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  253. Alexandra Tizio, « Le footballeur Aurélien Tchouaméni publie une lettre ouverte après la mort de Nahel à Nanterre », sur elle.fr, 29 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  254. « « La mort de Nahel, c’est l’étincelle » : les raisons de la colère », sur mediapart.fr, 29 juin 2023 (consulté le 30 juin 2023)
  255. Le Point magazine, « Ces émeutes sont un revival fantasmatique d’une mini-guerre d’Algérie », sur Le Point, 5 juillet 2023 (consulté le 1er août 2023)
  256. Louise Couvelaire et Laurent Telo, « Après les émeutes, les élus de banlieue désabusés par l’absence de réponse de Macron : « Les mesures ne sont jamais là » », sur lemonde.fr, 6 octobre 2023 (consulté le 6 octobre 2023)
  257. Claire Gatinois, « Émeutes urbaines : Élisabeth Borne parie sur la « fermeté » », sur lemonde.fr, 26 octobre 2023 (consulté le 30 octobre 2023)
  258. La rédaction, « Les leçons des émeutes en banlieue restent à tirer », sur lemonde.fr, 28 octobre 2023 (consulté le 30 octobre 2023)
  259. Antoine Albertini, Solène Cordier, Louise Couvelaire, Abel Mestre et Eléa Pommiers, « Quatre mois après les émeutes, le gouvernement dévoile des nouvelles mesures et affiche une image de fermeté », sur lemonde.fr, 27 octobre 2023 (consulté le 30 octobre 2023)
  260. Agence France-Presse, « Plan "anti-émeutes" : l'exécutif annonce plus de fermeté pour lutter contre les violences urbaines », sur france24.com, 27 octobre 2023 (consulté le 30 octobre 2023)
  261. Louise Couvelaire, Claire Ané et Eléa Pommiers, « Comité interministériel des villes : « quelques bonnes mesures » mais « sans vision », jugent les élus de banlieue », sur lemonde.fr, 28 octobre 2023 (consulté le 30 octobre 2023)
  262. « Les principales mesures du Comité interministériel des villes », sur gouvernement.fr, 27 octobre 2023 (consulté le 30 octobre 2023)
  263. Julie Lescarmontier, « Mort de Nahel. Violences, révolte… Pourquoi l’expression « émeute » s’est imposée », sur Ouest-France.fr, 5 juillet 2023 (consulté le 13 août 2023).
  264. Laurence Ferrari et Lou Fritel, « Émeutes : la semaine où la France insoumise s’est discréditée », sur parismatch.com, 5 juillet 2023 (consulté le 13 août 2023).
  265. Sandrine Cassini, « Emeutes urbaines : à gauche, la position de Jean-Luc Mélenchon critiquée au sein même de la Nupes », Le Monde.fr,‎ 2 juillet 2023 (lire en ligne, consulté le 13 août 2023).
  266. Elisa Covo, « Mort de Nahel : « émeutes » vs « révoltes », une bataille sémantique, médiatique et politique », sur Madmoizelle, 7 juillet 2023 (consulté le 9 juillet 2023)
  267. Charlotte Thiède et Hadrien Hubert, « Mort de Nahel : « La colère ravive les révoltes de 2005 », selon la rédactrice en chef du Bondy Blog », Ouest-France, 30 juin 2023
  268. Catherine Jauneau, « Mort de Nahel. Pourquoi les jeunes se révoltent selon un sociologue », sur France 3 Bretagne, 1er juillet 2023 (consulté le 13 août 2023).
  269. « Aurore Bergé : « Des travaux d’intérêt général pour les parents défaillants » », sur La Tribune, 2023-12-10cet05:57:00+0100 (consulté le 11 décembre 2023)
  270. « Le pédopsychiatre Serge Hefez va coprésider une commission sur la parentalité », Le Monde,‎ 10 décembre 2023 (lire en ligne, consulté le 10 décembre 2023)
  271. « Plusieurs démissions dès la première réunion de la commission parentalité lancée par le gouvernement », ,‎ 11 décembre 2023 (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2023)
  272. François Vignal, « Emeutes de 2023 : un rapport du Sénat préconise « le blocage de certaines fonctionnalités des réseaux sociaux » en cas de grande tension », sur Public Sénat, 10 avril 2024 (consulté le 13 avril 2024)
  273. Buffet 2024, p. 23.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes