-li



L'internet est une source inépuisable de connaissances, y compris lorsqu'il s'agit de -li. Des siècles et des siècles de connaissances humaines sur -li ont été versés, et sont encore versés, dans le réseau, et c'est précisément la raison pour laquelle il est si difficile d'y accéder, car nous pouvons trouver des endroits où la navigation peut être difficile, voire impraticable. Notre proposition est que vous ne fassiez pas naufrage dans une mer de données concernant -li et que vous puissiez atteindre tous les ports de la sagesse rapidement et efficacement.

Avec cet objectif en tête, nous avons fait quelque chose qui va au-delà de l'évident, en collectant les informations les plus récentes et les mieux expliquées sur -li. Nous l'avons également organisé de manière à le rendre facile à lire, avec un design minimaliste et agréable, garantissant la meilleure expérience utilisateur et le temps de chargement le plus court. Nous vous facilitons la tâche pour que vous n'ayez plus qu'à vous soucier de tout savoir sur -li ! Donc, si vous pensez que nous avons atteint notre objectif et que vous savez déjà tout ce que vous vouliez savoir sur -li, nous serions ravis de vous revoir sur les mers calmes de sapientiafr.com dès que votre soif de connaissances se réveillera.

Le suffixe suisse allemand et du sud du Bade -li (prononcé [l] ) est un affixe diminutif et réduit un nom (voir diminutif ) ou parfois d'autres mots tels que des pronoms. Fonctionnellement, il correspond essentiellement au haut allemand -chen / -lein .

D' autres variantes sonores sont les souabe et dans certaines parties du Moyen - Alémanique , Bavière du Sud et du Sud franconienne -LE se produisant , l' Alsace , du Sud franconienne, francique rhénan , du Nord de Bavière , Thuringe , Haute - saxon et en partie Silesian -el, l' Est franconienne , du Nord de Bavière et en partie silésien -la ainsi que bavarois -la -l .

origine

-li ou haut allemand -lein s'est développé à partir de la combinaison du suffixe ancien haut allemand -al, -il (cf. ahd. fogal "oiseau", leffil "cuillère") avec le suffixe diminutif ancien haut allemand -n et est devenu un nouveau , suffixe indépendant en le transférant à des mots qui à l'origine n'avaient pas de suffixe l (cf. par exemple ahd. hsilin « petite maison »).

façonner

-li connaît aussi les variantes -eli, -ili , selon le dialecte, le degré d' affection ou le mot .

Les variantes régionales, principalement alpines et préalpines suisses allemandes, qui remontent finalement également à -li en termes d'histoire linguistique , sont -ji, -je, -elti, -etli, -ti, -tschi . Ces suffixes sont apparus d'une part pour des raisons structurelles articulatoires et syllabiques particulières dans un environnement caractérisé par un mélange linguistique germano-roman et d'autre part ils sont basés sur la fusion de deux suffixes existants ou sur la fusion de la formulation et du suffixe avec un remplacement ultérieur morphologiquement incorrect. Des exemples de ces types sont Hundji, Hundi « Hündchen », Vogelti « Vöglein », Chuotschi « Kühlein », Alpelti / Alpetli « Klein Alp ». Dans le cas des Bernois et des Lucernois Meitschi "fille" et Müntschi "baiser", le type -tschi a progressé jusqu'au Mittelland ; dans une zone géographique encore plus vaste, il peut également être trouvé dans des noms tels que Rüetschi pour "Rudolf". En général, le suisse allemand est sémantiquement des diminutifs indépendants sur -i, une terminaison qui ne remonte pas au vieux haut allemand -iln, mais au vieux haut allemand -n , par exemple, dans Amdi "Ende".

Les diminutifs sur -li sont généralement neuronaux. Les exceptions sont la dérivation de surnoms et de noms de famille, tels que de (r) Hansli "Hänschen" ou en Bünzli " ein Kleinbürger", ainsi que quelques autres mots tels que le Peeterli généralement masculin "persil" et Röteli " liqueur de cerise de Graubünden" rarement Egli "perche", se tient à côté de son genre neutre plus âgé plus jeune masculin.

Utiliser avec des noms

La formation des mots

Le suffixe entraîne généralement le tréma de la voyelle radicale du mot de base qu'il diminue, dans la mesure où il est phonétique :

  • / a /> / ä / : Männli « Männchen » à Maa « Mann »
  • / a /> / e / : Negeli « clous » à clou « clou »
  • / ä / = / ä /: Wäägli "Weglein" à Wääg "Weg"
  • /i/=/i/: Wyybli "Weiblein" à Wyyb "Weib"
  • / i / = / i / : Tierli « petit animal » à animal « animal »
  • /o /> / ö /: Röösli "Röschen" à Roos (e) "Rose"
  • / u /> / ü /: Muesli «Mäuschen» à Muus «Maus»
  • / u /> / ü /: Muesli "Müslein" à Mues "Mus"
  • / ü / = / ü / : Füürli « Feuerchen » à Füürli « Feuer »

Les mots se terminant par -le et -i et dans certains cas ceux se terminant par -e forment un diminutif de -eli (à ne pas confondre avec -eli, -ili, qui dans certains dialectes est généralement formé à la place de -li ):

  • Chügeli " Kugelchen " à Chugle " Kugel "
  • Byygeli « petit tas » à Byygi « tas, beige »
  • Caisse "Sparbüchse" à caisse enregistreuse " Caissier , Sparkasse"

Les mots se terminant par -el forment un diminutif en -i (qui ne doit pas être confondu avec -i, qui dans certains dialectes peut généralement être formé à la place de -li ):

  • Tufeli "Teufelchen" à Tufeli "Teufel"

Si -li et -eli peuvent être côte à côte, ce dernier est associé à une plus grande affection (tendresse) :

  • Mäitli "fille" face à Mäiteli "(doux) fille"
  • Hündli "petit chien" comparé à Hündeli "(cher) petit chien"

Des variations avec ou sans tréma - souvent selon les régions et/ou avec des nuances de sens - se trouvent sur

  • Hundeli / Hündli « petit chien » à chien « chien »
  • Puurli / Püürli « petit paysan, petit agriculteur » à Puur « agriculteur »

Les variantes sans tréma sont souvent associées à une plus grande affection :

  • Chueli "( coeur ) cool girl" face à Chueli "petite vache"
  • Hundeli « petit chien (doux) » en face de Hündli « petit chien »
  • Puurli « petit agriculteur (adorable) » en face de Püürli « petit agriculteur »

Parfois, les différenciations sont plus pertinentes sémantiquement :

  • Manndli « petit homme » contre Männdli « petit homme ; Animaux mâles »
  • Schachteli (anciennement) « boîte pour ustensiles d'écriture » en face de Schachteli « petite boîte »

Sémantiquement indépendants dans toute la Suisse alémanique sont des diminutifs sur -i qui ne remontent pas à l'ancien haut allemand -iln, mais -n , par exemple

  • Ääri "Ähre" à (masculin) éther, Äär "Ähre"
  • Changer «fin (par exemple d'un morceau de ficelle)» pour changer «fin»
  • Bäsi "parents féminins" à Baas "tante; parentes de sexe féminin du tout »
  • Chüni / Chini "chin" (mot de base n'est plus disponible)
  • Hirni "cerveau" (mot de base n'est plus disponible).
  • Rippi "côte" à côte "côte"

De manière synchrone, des diminutifs de la langue des enfants se joignent ici, par exemple

  • Bibi "Chicken, Chick" (après le bip des poussins)
  • Büsi "Chaton" (à l'appel du bus-bus )
  • Zizi "chaton" (pour appeler zi-zi )

Formation au pluriel

Dans les dialectes alémaniques du Plateau central suisse , de la plupart des Préalpes et d'une partie des Alpes (Urkantons, Glaris, Grisons) les formes du singulier et du pluriel sont identiques : e(s) oiseaux, deux /douze oiseaux, « un oiseau, deux oiseaux". De nombreux dialectes, cependant, avaient une forme spéciale de -ene au datif pluriel jusqu'au 20ème siècle , par exemple de Vöglene «le petit oiseau».

Dans le sud-ouest de la Suisse alémanique, en revanche, les dialectes différencient entre singulier et pluriel (et au sein du pluriel souvent aussi entre nominatif/accusatif et datif). Par exemple, dans le Simmental bernois , dans le Haslital bernois , dans le quartier Fribourg Sense et dans le Fribourg Jaun Vögeli (singulier) - Vögeleni (nominatif / accusatif pluriel), Vögelene (datif pluriel, ou en Haslital -enen ; forme dative spéciale manque dans le quartier Sense) , et dans le Valais Visperterminen ainsi qu'en Valais il est appelé Redli "Rädlein" - Redlini (nominatif / accusatif pluriel) - Redlinu (datif pluriel).

sens

Les fonctions sont la réduction des effectifs, l'isolement, l'affection/appréciation, le dédain/la dégradation et la dépréciation. De plus, il existe des diminutifs sans fonction.

  • Downsizing : Büechli « petit livre »
  • Séparation : Chörnli « single grain », Erbsli « single pea », Gresli « single grass », Häärli / Höörli « single hair »
  • Appréciation / dénigrement : Puurli l « petit exploitant aimable ou peu valorisé », Bappeli « père aimable ou légèrement idiot », Buebetrickli « manuvres de tromperie au hockey sur glace, également manuvres politiques », Gschäftli « affaires douteuses », esprit cantonal « politique de la tour de l'église »
  • Dénigrement : Rüüschli « petite ivresse », Ämtli « tâche régulière (surtout pour les enfants, mais aussi pour les adultes) », Glesli Wyy « un verre de vin »
  • Sans fonction : Lyybli " Leibchen ", Zündhölzli " Matchstick ", Widli " Bindereis "

Le diminutif peut aussi être indépendant en termes de sens, par exemple dans

  • Chätzli « chatons de fleurs », à Chatz « chat » (car ils ont une « fourrure » tout aussi douce)
  • Croissants "croissant, croissant" jusqu'au sommet "sommet de la montagne ; partie supérieure d'une plante; pâtisseries bombées (noix, croissants à la vanille) »
  • Glesli "Hyazinte", à Glaas "Glas" (dans lequel ils ont été élevés au début du printemps)
  • Gstältli « partie du costume féminin ; Partie de certains équipements sportifs », à Gstalt « Gestalt »
  • Häntscheli "coucou", à Häntsche "gant" (auquel ils ressemblent)
  • Hüüsli « toilette », à Huus « maison » (comme c'était une maison séparée à l'air libre)
  • Lyybli " Leibchen ", à Lyyb " Leib "
  • Mäieryysli « muguet », au « (le) riz » de Ryy
  • Muesli "céréales pour petit-déjeuner aux fruits", avec mues "Mus, porridge"
  • Muesli "Sage", avec Muus "Mouse" (puisque les gâteaux de sauge cuits au four ressemblent à des souris)
  • Nägeli « illet », pour clouer « clou » (puisqu'il ressemble à un petit clou)
  • Navet « carotte », à la betterave (e), navet « gros navet en tout genre ; Betterave à sucre"
  • Schänkeli « pâtisseries cuites dans la graisse à base de farine, de lait, d'ufs et de beurre », pour Schänkel « Schenkel »
  • Schüfeli « omoplate du cochon », à Schuufle « pelle »
  • Schwigerli-Schwöögerli "Pansy" (nom de la plante), à Schwiger "beau-père" et Schwooger "beau-frère"
  • Täfeli, Dääfeli « Bonbon », à Taf (e) le « Table, assiette carrée ou surface »
  • Zältli « Bonbon », zu Zälte (Zelten) « gâteau plat »

La forme de base peut aussi avoir complètement disparu, donc à

  • Beieli, Byyli "abeille", au désormais rare Byy "essaim d'abeilles"
  • Egli "(rivière) perche", à l'origine une "petite perche de rivière" spécifique
  • Fäärli " cochon ", en moyen haut allemand varch "cochon"
  • Gänterli «placard, armoire; Garde-manger " à bâillement obsolète " fermeture; Cabane »
  • Gspäändli « compagnon, collègue », au Gspaane désormais dépassé avec le même sens
  • Hämmli, Hemmli, Hömmli dans les dialectes de la Suisse occidentale et centrale pour "chemise", au synonyme Hämp, Chanvre, chemise, ce qui est assez courant dans les autres dialectes
  • Läckerli ( Basler Läckerli , Züriläckerli ), un gâteau de pain d'épice ou de massepain, finalement le plus susceptible de lëcken en moyen haut allemand "lécher"
  • Mäitli, Meitschi « fille », trop tôt le nouveau haut- allemand Meid « femme de chambre », à son tour « fille » maguée du moyen haut allemand
  • Müntschi, Muntschi « baiser », pour « bouche », qui est éteint en suisse allemand
  • Rööteli "Rotkehlchen", " omble chevalier", " Cowslip ", " liqueur de cerise " , avec le désormais rare Röötel " quelque chose de rouge (par exemple une rousse) "

Une forme de base de la pensée traduite du français n'a jamais existé

  • Dänkeli "Pansy" (nom de la plante)

-li est dans certains cas une réinterprétation étymologique populaire :

  • Peeterli « persil », réinterprété du latin/grec petroselnum, petroselnon « tapis de roche, tapis de pierre »
  • Viöönli, Veieli "Veilchen", réinterprété de l' alto latin "Veilchen, Levkoje"
  • Zoggeli " Zoccoli ", parfois interprété comme un diminutif, est tiré de l'italien zoccoli, pluriel de zoccolo " Holzschuh "

Utiliser avec d'autres parties du discours

Dans le cas d'autres types de mots, l'utilisation du diminutif au moyen du suffixe -li est exclusivement dépréciative et surtout dans un langage enfantin ou ironique. Le nom formel du mot en question est parfois associé à la diminution.

Pronoms de question

Des mots interrogatifs réduits sont attestés dans toute la Suisse alémanique, et sont souvent doublés :

  • Waaseli (waas) wottsch dänn "alors, qu'est-ce que vous voulez"
  • Wääreli (wäär) Dit ça "Qui dit ça"

A -d- ou -N- peut être inséré comme Hiat Tilger :

  • Woodeliwoo (wooneliwoo) c'est ça "Où est-ce"

Pronom personnel

Des formes réduites de pronoms personnels sont attestées pour divers dialectes.

Dans la salutation il y a un du diminué sous les formes duuli, duueli, duili, döüeli attesté :

  • Duuli, mon pote glyy zue-n-is ! (Luzerne)
  • Duuli, à bientôt ! (Luzerne)
  • Duili !, tendre salut (Nidwald)
  • E döüeli ! "Toi petit !" (Engelberg)

Duulidu répliqué se produit également .

"Surtout kosend aux enfants" est myyn diminué sous la forme myyseli (Zurich). Le diminutif myyneli ou myynelis existe aussi comme une interjection euphémique de douleur, de surprise et de pitié, comme o du myyneli ! (Berne, Glaris, Zurich), oh myyneli ! (Zürcher Oberland) ou e myynelis nei! (Berne), chaque couverture pour myyn God .

Adjectifs

La langue normale comprend les noms de pâtisseries Bruunsli et Guetsli, Gueteli, Güetsi dans lesquels rien que les adjectifs de diminution bruun "marron" et guet sont "bons" avec les moules avec inlautendem -s relient le nominatif du neutre fort avec le suffixe diminutif sont ( quelque chose de Bruuns, Guets + -li ).

Ce n'est qu'en ce qui concerne les tout-petits que les éducations comme warmeli haa seront « chaleureuses » ou est-ce que c'est guetili  « Est-ce bon  » Jusqu'à stillili ! "Soyez silencieux!" d'occasion.

Les adverbes

La réduction est la minimisation des adverbes dans des cas tels que :

  • sooli (soodeli, sooneli, sooseli), ce serait « alors, ce serait »
  • sevili « tant »
  • e chlyyseli "un peu", diminué e chlyy "un peu"

Une utilisation confuse peut être trouvée dans les exemples suivants :

  • comme cadeau ou souvenir e goldenigs Nüüteli (Nünteli) ou rapportez- le à la maison Läärhäigängeli , "un petit rien d'or, un petit vide - rentrer à la maison"
  • es Hättigäärneli ou Hätteligäärn « un peu j'aurais aimé »

Interjections

L'attestation généralisée est diminutif dans le langage des enfants, ää en Ääli mache et Ääli gää «faire ou donner un geste caressant, en particulier se blottir joue contre joue».

Formes réduites du verbe

La diminution régulière des verbes se fait en utilisant la terminaison -le, -ele ou -erle, par exemple bräätle / bröötle « grillieren », bädele « (comme un plaisir de loisir) se baigner », lädele « faire du shopping », sändele « jouer dans le bac à sable», sünnele « bronzer », neige (r) le « légèrement neige », lismerle « tricoter soi-même ». Ici aussi, le l appartenait à l'origine au nom dont dérive le verbe et n'a été réinterprété que secondairement comme suffixe.

Littérature

Revoir les travaux
Grammaires
  • Ludwig Fischer : Grammaire allemande de Lucerne. 2e édition Hitzkirch 1989, pp. 459-471.
  • Werner Marti : Grammaire allemande de Berne. Berne 1985, p. 196-200.
  • Rudolf Suter : Grammaire allemande de Bâle. 3e édition Bâle 1992, pp. 182-185.
  • Albert Weber : Grammaire allemande de Zurich. 3e édition Zurich 1987, pp. 327-335.
Examens spéciaux
  • Natascha Frey : doublage du mot w en suisse allemand. Berner Diss. Publication en ligne 2010, en particulier pp. 72-79.
  • Werner Hodler : Contributions à la formation et à la signification des mots en allemand de Berne. Berner Dissident Francke, Berne 1915; Réimpression Kraus, Nendeln / Liechtenstein 1970, en particulier pp. 113-130.
  • Roland Hofer : Formation suffixe dans l'homonyme bernois. Les diminutifs sur -ti, -elti, -etli et les collectifs sur -ere. Une contribution à la grammaire des noms. Berner Diss., Bâle 2012, en particulier pp. 23-83.
  • Heinrich Lüssy : Problèmes de tréma en suisse allemand. Etudes sur la langue contemporaine. Huber, Frauenfeld 1974 (contributions à la recherche sur le dialecte suisse alémanique XX ; version numérisée ), pp. 159-208.
  • Esther Odermatt : La déminution dans le dialecte de Nidwald. Thèse de Zurich Zurich 1903.
  • H. Stickelberger : La deminutiva en dialecte bernois. Dans : Études philologiques. Engagement auprès d' Eduard Sievers le 1er octobre 1896, au terme de 25 années d'enseignement en tant que professeur de philologie allemande. Niemeyer, Halle 1896 ( version numérisée ), pp. 319-335.

Notes et références individuelles

  1. Wolfgang Pfeifer : Dictionnaire étymologique de l'allemand. Berlin 1989 (avec d'autres éditions), voir v.
  2. ^ A b Walter Henzen : formation des mots allemands. 3e édition revue et complétée Niemeyer, Tübingen 1965, pp. 143-146.
  3. Pour plus de détails à ce sujet , Roland Hofer: formation Suffixe dans le même nom bernois. Les diminutifs sur -ti, -elti, -etli et les collectifs sur -ere. Une contribution à la grammaire des noms. Berner Diss., Bâle 2012, pp. 23-83.
  4. Pour la répartition des différentes variantes diminutives, voir Atlas linguistique de la Suisse alémanique, Volume III, Cartes 149 ( petit chien), 150 (escroc), 151 ( petite roue), 152 (auge), 153 (petite pomme ), 154 (petite bird), 155-158 (Suppléments aux cartes diminutives) ainsi que Schweizerisches Idiotikon, tomes I et suiv. Frauenfeld et Basel 1881 et suiv., Passim.
  5. Voir les grammaires de Ludwig Fischer, Werner Marti, Rudolf Suter et Albert Weber mentionnées sous "Littérature".
  6. a b c d e f Pour les mots respectifs, consulter principalement Schweizerisches Idiotikon, Volumes I et suiv. Frauenfeld ou Basel 1881 ff.
  7. Emil Abegg : Le dialecte d'Urseren. Frauenfeld [1911], page 75 ; Heinrich Baumgartner : Les dialectes du Seeland bernois. Frauenfeld 1920, page 142 ; Leo Brun : Le dialecte d'Obersaxen dans le canton des Grisons. Frauenfeld 1918, page 153 ; Walter Clauss : Le dialecte uri. Frauenfeld 1920, page 182 ; Ludwig Fischer : Grammaire allemande de Lucerne. 2e édition Hitzkirch 1989, p.190 ; Werner Marti : Grammaire allemande de Berne. Berne 1985, p.87; Paul Meinherz : Le dialecte de la Bündner Herrschaft. Frauenfeld 1920, page 171 ; Martin Schmid, Gaudenz Isler : Dictionnaire allemand de Davos. Coire 1982 (par exemple p. 79 : Hääremji « Grosses, aussi Kleines Wiesel », pluriel comme singulier) ; Rudolf Suter : Grammaire allemande de Bâle. 3e édition Bâle 1992, p.66 ; Georg Wanner : Les dialectes du canton de Schaffhouse. Frauenfeld 1941, page 164 ; Albert Weber : Grammaire allemande de Zurich. 3e édition Zurich 1987, page 110.
  8. Emil Abegg : Le dialecte d'Urseren. Frauenfeld [1911], page 75 ; Leo Brun : dialecte d'Obersaxen dans le canton des Grisons. Frauenfeld 1918, page 153 ; Walter Clauss : Le dialecte Uri. Frauenfeld 1920, page 182 ; Ludwig Fischer : Grammaire allemande de Lucerne. 2e édition Hitzkirch 1989, p.190 ; Georg Wanner : Les dialectes du canton de Schaffhouse. Frauenfeld 1941, page 164 ; Albert Weber : Grammaire allemande de Zurich. 3e édition Zurich 1987, page 110. Les dialectes plus anciens du Bernois Central et Seeland, Bâle et Bündner Herrschaft n'avaient pas de formes datives séparées; voir les preuves individuelles mentionnées ci-dessus.
  9. Armin Bratschi, Rudolf Trüb et al. Vocabulaire Simmental. Thoune 1991, page 13 ; Hans Dauwalder : Haslitiitsch. Comment mma s et écrire cha. Une courte grammaire allemande hasli. Gemeinnütziger Verein Meiringen, Meiringen 1992, p. 21 (avec d'autres exemples, tels que Wägelli, Wägelleni, Wägellenen ); Walter Henzen : Le dialecte allemand de Fribourg dans le Sens et la région des lacs du sud-est. Frauenfeld 1927, page 186 ; Carl Stucki : Le dialecte de Jaun dans le canton de Fribourg Frauenfeld 1917, p. 267.
  10. Elisa Wipf : Le dialecte des Visperterminen en Valais. Frauenfeld 1910, page 125 ; Karl Bohnenberger : Le dialecte du Valais allemand dans la vallée natale et dans les banlieues . Frauenfeld 1913, page 194.
  11. Schweizerisches Idiotikon, Tomes I et suiv. Frauenfeld et Basel 1881 et suiv.; Ludwig Fischer : Grammaire allemande de Lucerne. 2e édition Hitzkirch 1989, pp. 461-463 ; Werner Marti : Grammaire allemande de Berne. Berne 1985, p.198 ; Rudolf Suter : Grammaire allemande de Bâle. 3e édition Bâle 1992, p. 183 sq. ; Albert Weber : Grammaire allemande de Zurich. 3e édition Zurich 1987, pp. 228-230.
  12. Christoph Landolt : Das Gspäändli. Histoire des mots du 18 juin 2020, éd. des éditeurs du Swiss Idiotikon .
  13. Pour l'utilisation, voir Natascha Frey : Doubler le mot w en suisse allemand. Berner Diss. Publication en ligne 2010, en particulier pp. 72-79, également par exemple Schweizerisches Idiotikon, Volume XVI, Column 1043, Lemma wër I, avec les documents Sp. 1045, 1048 et 1050 ; ibid. Colonne 1763, Lemme était, avec des informations sur la distribution Col. 1764 et les documents Col. 1765 et 1766 .
  14. Exemples tirés de Schweizerisches Idiotikon, tome XII, colonne 35 f., Lemme d et d'Esther Odermatt : The Deminution in the Nidwalden dialect. Dissertation Zurich Zurich 1903, page 88.
  15. ^ Un b Ludwig Fischer : grammaire allemande de Lucerne. 2e édition Hitzkirch 1989, page 465.
  16. un b Schweizerisches Idiotikon, Volume IV, colonne 314, le lemme min .
  17. Schweizerisches Idiotikon, Volume V, Colonne 648, Lemme brn, Bed.1b ; ibid., tome II, colonne 554, Lemma Gueteli ; Hans-Peter Schifferle , Christoph Landolt : Wienachtsguetsli - die Klassiker , in : Wortgeschichte du 15 décembre 2016, éd. des rédacteurs du Swiss Idiotikon.
  18. ^ Un b Esther Odermatt : La déminution dans le dialecte de Nidwald. Dissertation Zurich Zurich 1903, page 88.
  19. Voir Schweizerisches Idiotikon, Volume VII, Colonne 15 ou 17, Lemme s .
  20. Voir le document de l'ouvrage de Gotthelf dans Schweizerisches Idiotikon, Volume V, colonne 1071 ci-dessus .
  21. suisse Idiotikon, Volume VI, colonne 871, Lemme nt, lit. 3b et Volume II, colonne 347, Lemme Lr-home-Gängeli .
  22. Schweizerisches Idiotikon, Volume II, Colonne 427, Lemma Hätteli-Gërn .
  23. Schweizerisches Idiotikon, Volume I, Colonne 3, Lemme II ; Albert Weber : Grammaire allemande de Zurich. 3e édition Zurich 1987, page 273 ; Ludwig Fischer : Grammaire allemande de Lucerne. 2e édition Hitzkirch 1989, page 465.
  24. Voir Werner Hodler : Contributions à la formation des mots et à la signification des mots en allemand de Berne. Zürcher Diss. Francke, Berne 1915 (réimpression : Kraus, Nendeln / Liechtenstein 1970), pp. 8-10 et 21-34 ainsi qu'Esther Odermatt : The déminution in the Nidwalden dialect. Dissertation Zurich Zurich 1903, pp. 85-88.

Opiniones de nuestros usuarios

Huguette Blanc

Pensez que vous saviez déjà tout sur -li, mais dans cet article, vous avez constaté que certains détails que vous pensiez bons n'étaient pas si bons. Merci pour l'information.

Aline Delmas

J'avais besoin de trouver quelque chose de différent à propos de -li, ce qui n'était pas la chose typique qui est toujours lue sur Internet et j'ai aimé cet article de -li.

Michele Paris

Les informations fournies sur -li sont vraies et très utiles. Bien.

Annick Henry

Parfois, lorsque vous recherchez des informations sur Internet à propos de quelque chose, vous trouvez des articles trop longs qui insistent pour parler de choses qui ne vous intéressent pas. J'ai aimé cet article sur -li car il va droit au but et parle exactement de ce que je veux, sans me perdre dans des informations inutiles.

Sylvain Gilles

Cette entrée sur -li est très intéressante.