Cameroun

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

République du Cameroun

(en) Republic of Cameroon

Drapeau
Drapeau du Cameroun
Blason
Armoiries du Cameroun
Devise en français : Paix, Travail, Patrie
en anglais : Peace, Work, Fatherland
Hymne Chant de Ralliement
Fête nationale 20 mai
· Événement commémoré Référendum qui mit fin au fédéralisme (1972)
Description de l'image Cameroon w1 locator.svg. Description de l'image Carte cameroun francais.gif. Administration
Forme de l'État République à régime présidentiel
Président de la République Paul Biya
Premier ministre Joseph Dion Ngute
Président du Sénat Marcel Niat Njifenji
Président de l'Assemblée nationale Cavayé Yeguié Djibril
Parlement Parlement
Chambre haute
Chambre basse
Sénat
Assemblée nationale
Langues officielles
Langues nationales
Français et anglais,
peul, parkwa, mandara, kanouri, béti, bassa, bankon, boulou, pidgin camerounais, ewondo, douala, haoussa, langues bamilékées, camfranglais, moundang
Capitale Yaoundé

3° 52′ N, 11° 31′ E

Géographie
Plus grandes villes Douala, Yaoundé, Garoua, Bamenda, Bafoussam, Maroua
Superficie totale 475 442 km2
(classé 53e)
Superficie en eau 1,3 %
Fuseau horaire UTC +1
Histoire
Entités précédentes
Indépendance Drapeau de la France France
Date 1er janvier 1960
Réunification et république fédérale du Cameroun 1er octobre 1961
Référendum constitutionnel camerounais de 1972 20 mai 1972
Constitution actuelle 18 janvier 1996
Démographie
Gentilé Camerounais, Camerounaise
Population totale (2023) 30 135 732 hab.
(classé 51e)
Densité 63 hab./km2
Économie
PIB (PPA) (2019) 40,13 milliards US $7 (96e)
PIB (PPA) par hab. (2018) 1 547 US $ (187e)
Monnaie Franc CFA (CEMAC) (XAF)
Développement
IDH (2021) en diminution 0,576 (moyen ; 151e)
IDHI (2021) en stagnation 0,393 (126e)
Coefficient de Gini (2014) 46,6 %
Indice d'inégalité de genre (2021) 0,565 (148e)
Indice de performance environnementale (2022) en diminution 30,2 (153e)
Divers
Code ISO 3166-1 CMR, CM
Domaine Internet .cm
Indicatif téléphonique +237
Organisations internationales Drapeau des Nations unies ONUDrapeau de l'Union africaine UACEEACCEMACDrapeau de l'Organisation internationale de la francophonieOIF Icône du Commonwealth Commonwealth ACPNAM BAD OHADACGGAPOZPCASOMCOMDOPCWOCIUITITSOUIPOIPCIMSOFMIIBRDG77ITIEBDEACISOAIDINBARCIRCICIBACBLTCAMESOHI

Le Cameroun (/ka.mə.ʁun/ ou /kam.ʁun/), en forme longue la république du Cameroun (en anglais : Cameroon et Republic of Cameroon), est un État d'Afrique centrale et occidentale situé entre le Nigeria au nord-nord-ouest, le Tchad au nord-nord-est, la République centrafricaine à l'est, la république du Congo au sud-est, le Gabon au sud, la Guinée équatoriale au sud-ouest et le golfe de Guinée au sud-ouest. Les langues officielles sont le français et l'anglais pour un pays qui compte une multitude de langues locales.

Avant la période coloniale, les habitants ne forment pas un seul groupe homogène et présentent plusieurs formes d'organisations sociales allant de royaumes structurés à des ethnies nomades. Aux anciens royaumes (Bamoun, Bonjongo, Adamaoua, Garoua) succède au XIXe siècle la colonisation allemande qui place le Cameroun sous protectorat. À l'issue de la Première Guerre mondiale, le Cameroun est placé sous mandat de la Société des Nations, la partie orientale étant administrée par la France et la partie occidentale par le Royaume-Uni. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il est placé sous tutelle de l'ONU. L'ancienne tutelle de l'ONU sous administration française accède à l'indépendance sous l'appellation de république du Cameroun le 1er janvier 1960 avec comme président Ahmadou Ahidjo. Elle est rejointe par le Cameroun méridional (partie du territoire sous administration britannique) le 1er octobre 1961 pour former la république fédérale du Cameroun qui, le 20 mai 1972, est renommée en république unie du Cameroun, puis république du Cameroun en 1984. Depuis la démission d'Ahidjo en 1982, Paul Biya sert comme président du pays. Comme pour la plupart des États africains, les frontières actuelles du pays résultent de la colonisation européenne qui a séparé des mêmes ethnies telles que les Fang-Beti qui se trouvent au Cameroun et au Gabon.

Le Cameroun est aujourd'hui membre de droit de l'Organisation internationale de la francophonie, du Commonwealth ainsi que de l'Organisation de la coopération islamique.

Le Cameroun est surnommé « l'Afrique en miniature » en raison de sa diversité climatologique, minière, géographique, humaine, linguistique et culturelle. Le pays s'étire vers le nord jusqu'au lac Tchad, reliant l'Afrique équatoriale à l'Afrique occidentale et constituant un pont entre l'Afrique centrale et occidentale. Le sud-ouest du pays présente une importante chaîne volcanique dominée par le mont Cameroun, qui est le point culminant d'Afrique centrale avec 4 100 m d'altitude.

Histoire

Articles détaillés : Histoire du Cameroun et Histoire contemporaine du Cameroun.

Préhistoire

Les premiers habitants du territoire de l'actuel Cameroun sont probablement les chasseurs-cueilleurs Baka, des nomades pygmées. Mais dès le Ier millénaire av. J.-C. se développent des sociétés sédentaires d'agriculteurs-éleveurs, peut-être venus du Sahara alors en voie de désertification, et les Baka sont repoussés dans les forêts des provinces du sud et de l'est où on les trouve encore. Parmi les sédentaires, ceux du sud-ouest de l'actuel Cameroun et du sud-est de l'actuel Nigeria sont les plus anciennement attestés comme utilisant des langues bantoues. Ces langues se sont ensuite répandues à travers la majeure partie de l'Afrique subsaharienne occidentale, jusqu'en Afrique du Sud, probablement en même temps que l'agriculture. La première mention historique des côtes camerounaises pourrait se trouver dans le récit dit Périple d'Hannon, dans un texte grec très discuté. Au Ve siècle av. J.-C., ce Carthaginois atteint le mont Cameroun qu'il baptise le Char des Dieux. Mais ce texte est controversé pour sa traduction approximative depuis le phénicien et surtout parce qu'il n'y a pas de preuve archéologique que les Carthaginois soient allés plus loin qu'au sud d'Essaouira.

Présence européenne

En revanche, on a la certitude que, en 1472, les marins portugais du navigateur Fernando Pó sont entrés dans l'estuaire du Wouri, s'extasiant de l'abondance des crevettes dans le cours d'eau qu'ils appellent aussitôt Rio dos Camarões (rivière des crevettes). Les marins anglais adoptent ce nom en l'anglicisant (Cameroons), d'où le nom actuel de "Cameroun".

Après les Portugais viennent les Néerlandais puis les Allemands. Par les contacts avec les Européens et les Sahéliens (royaume du Kanem-Bornou) débutent des échanges commerciaux réguliers. Le développement de la traite négrière, soit occidentale, soit orientale, la diffusion du christianisme par le sud et de l'islam par le nord, changent profondément les sociétés du Cameroun, favorisant les groupes structurés ayant adopté une religion monothéiste et capables de se procurer des armes à feu, au détriment de l'organisation politique antérieure (comme le royaume Bamoun).

Colonisation allemande

Article détaillé : Kamerun.

Dans l'optique de protéger leurs intérêts commerciaux, les Allemands établissent le 5 juillet 1884 leur protectorat du nom de Kamerun. L'Allemagne est en particulier intéressée par le potentiel agricole du Cameroun et confie à de grandes firmes le soin de l'exploiter et de l'exporter. Le chancelier Otto von Bismarck définit l'ordre des priorités comme suit : le marchand d'abord, le soldat ensuite. C'est en effet sous l'influence de l'homme d'affaires Adolph Woermann, dont la compagnie implante une maison de commerce à Douala, que Bismarck, d'abord sceptique sur l'intérêt du projet colonial, se laisse convaincre. De grandes compagnies commerciales allemandes et compagnies concessionnaires s'implantent massivement dans la colonie. Laissant les grandes compagnies imposer leur ordre, l'administration se contente de les épauler, de les protéger, et d'éliminer les rébellions indigènes.

Afin d'assurer l'essor économique du protectorat, les Allemands se lancent dans des travaux importants : construction de routes et de la première ligne de chemin de fer, démarrage des travaux du port de Douala, édification d'écoles et d'hôpitaux, création de grandes plantations (cacaoyers, bananiers, caféiers, hévéas, palmiers à huile…). Mais les populations locales sont, pour la plupart, soumises au travail forcé et aux châtiments corporels. Quant aux Baka, ils sont piégés et étudiés comme des animaux ; certains sont emmenés en Allemagne pour être montrés, en cage, dans les expositions coloniales.

Mandats français et britanniques

Articles détaillés : Cameroun français, Cameroun britannique et Guerre du Cameroun.

En 1918, les Allemands perdent leur protectorat en raison de leur défaite lors de la Première Guerre mondiale ; la Société des Nations confie alors la majeure partie du protectorat à la France et deux poches occidentales limitrophes du Nigeria (colonie britannique) au Royaume-Uni. Pendant les vingt premières années, la France s'emploie notamment à liquider les rébellions de populations kirdis dans le nord du Cameroun. Si la pacification de cette région s'accompagne de massacres et de pillages récurrents, la France, à la différence de l'Allemagne, pratique aussi une politique d'assimilation à l'instar de ce qui se passe dans ses autres colonies. Le Royaume-Uni applique le régime de l'indirect rule.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'Union des populations du Cameroun (UPC), parti politique dirigé par Ruben Um Nyobe, revendique l'indépendance et la réunification avant d'être interdite puis réprimée par les Français en pays bassa et en pays bamiléké (« guerre bamiléké »).

Indépendance, réunification et guerre civile

Articles détaillés : Guerre du Cameroun et Réunification du Cameroun.

L'indépendance de la zone française est proclamée le 1er janvier 1960, le Cameroun devenant la première des dix-huit colonies africaines à accéder à l'indépendance en 1960. La réunification a lieu l'année suivante avec la partie sud de la zone britannique (Cameroun méridional), la partie nord (Cameroun septentrional) ayant opté pour l'union avec le Nigeria. Cette indépendance reste pourtant largement théorique puisque des « conseillers » français sont chargés d'assister chaque ministre et disposent en réalité du pouvoir. Le gouvernement gaulliste préserve son ascendant sur le pays à travers la signature « d'accords de coopération » touchant à tous les secteurs de la souveraineté du Cameroun. Ainsi, dans le domaine monétaire, le Cameroun conserve le franc CFA et confie sa politique monétaire à son ancienne puissance tutrice. Toutes les ressources stratégiques sont exploitées par la France et des troupes sont maintenues dans le pays.

Il s'ensuit une période de violente répression contre le mouvement de l'UPC et l'ALNK, son « Armée de libération nationale du Kamerun », par le nouveau gouvernement avec l'assistance de la France, qui dure jusqu'à la fin des années 1960. D'après l'ouvrage Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique, ce sont des officiers français qui, au cours des années 1960, dirigent clandestinement les opérations de répression menées par l'armée camerounaise contre les derniers bastions de l'insurrection « upéciste », essentiellement dans l'ouest du pays. Tortures, regroupement et déplacement de force des populations, exécutions extrajudiciaires, guerre psychologique, villages rasés ou bombardés au napalm, les méthodes employées sont peu à peu transmises par les militaires français à leurs homologues camerounais, notamment au sein de l'École militaire interarmes du Cameroun (EMIA), dirigée au cours de cette période par des officiers français formés à la doctrine de la guerre révolutionnaire (DGR). Le 20 mai 1972, un référendum conduit à un État unitaire et met fin au fédéralisme.

Présidence de Paul Biya

Paul Biya en 2009, président du Cameroun depuis 1982.

Le Premier ministre Paul Biya devient président de la République le 6 novembre 1982, après la démission du président Ahidjo. Le 6 avril 1984, il échappe à une tentative de coup d'État perpétrée par des membres de la Garde présidentielle. Plusieurs des putschistes sont arrêtés et quelques-uns exécutés. De nombreuses autres personnalités sont également interpellées et emprisonnées à cet effet. Associé au coup d'État manqué, l'ancien président Ahidjo sera condamné à mort par contumace puis gracié plus tard par le président Biya. La répression vise particulièrement les régions du Nord, où des centaines de personnes sont tuées. Paul Biya reprend dès lors en main le parti unique, qu'il rebaptise Rassemblement démocratique du peuple camerounais.

Seul candidat, il est élu président en 1984 et 1988. Il adopte un plan d'ajustement structurel qui lui est présenté par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale : privatisation, ouverture à la concurrence, réduction des dépenses sociales, etc. Les salaires des fonctionnaires sont réduits de 60 %, le secteur informel augmente très significativement, mais les classes dirigeantes ne sont pas affectées par ce programme. Au début des années 1990, à la suite d'opérations de désobéissance civile, baptisées « Villes mortes », et d'émeutes, il accélère la mise en œuvre du multipartisme. Il supprime la législation « contre-subversive » instaurée par son prédécesseur, restaurant ainsi la liberté d'association, et permet à une presse indépendante de commencer à paraître. Cette démocratisation a ses limites : le gouvernement continue d'avoir recours aux fraudes électorales et instrumentalise les appareils judiciaire et policier contre l'opposition.

À la fin des années 1990, les « compagnies juniors » canadiennes, investies dans plus de 8 000 propriétés minières, dans plus de 100 pays, pour la plupart encore à l'état de projet, multiplient les contrats avec des pays africains parmi lesquels le Cameroun, où Mega Uranium a des concessions sur 4 654 km2 . L'ambassadeur américain au Cameroun, Niels Marquardt, organise le voyage du premier ministre Ephraïm Inoni à l'été 2007 aux États-Unis, au cours duquel la délégation camerounaise est orientée vers des sociétés minières canadiennes, américaines, anglaises et australiennes.

Le président Paul Biya et Colin Powell en 2002.

Le régime de Paul Biya est proche du gouvernement français, qui lui livre des armes et forme ses forces de répression. La France est le premier investisseur étranger, devant les États-Unis. Cent cinq filiales françaises sont implantées dans tous les secteurs clés (pétrole, bois, bâtiment, téléphonie mobile, transport, banque, assurance, etc.). En février 2008, des émeutes éclatent, réclamant la baisse des prix et le départ de Paul Biya. Les manifestants sont sévèrement réprimés : une centaine de morts, des milliers d'arrestations.

Dans les années 2010, le régime de Paul Biya est confronté à deux crises sécuritaires majeures. En mars 2014, le groupe terroriste Boko Haram lance des incursions, des raids meurtriers, des enlèvements et des attaques contre l'armée dans la région de l'Extrême-Nord. Face à cette situation, le président Paul Biya réorganise son état-major et déploie près de 6 000 hommes dans la région, dont 2 000 membres du Bataillon d'Intervention rapide (BIR), l'unité d'élite de l'armée.

En 2016, une crise socio-politique éclate dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Le 17 janvier 2017, Paul Biya ordonne la coupure d'Internet dans ces régions pour étouffer la contestation. Le 23 janvier 2017, il décrète la création de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM) et, le 15 mars 2017, il nomme l'ancien Premier ministre Peter Mafany Musonge à la présidence de la CNPBM. Le 20 avril 2017, il annonce le rétablissement d'Internet dans ces deux régions. Ayant duré trois mois, cette coupure est la plus longue de l'histoire de l'Afrique. Le 30 août 2017, il décrète l'arrêt des poursuites judiciaires « pour actes de terrorisme » contre des leaders anglophones. Le 1er octobre 2017, Paul Biya condamne « de façon énergique tous les actes de violence, d'où qu'ils viennent, quels qu'en soient les auteurs » et appelle au « dialogue » après la mort de plusieurs personnes dans des incidents en marge d'une proclamation symbolique d'indépendance. En novembre 2017, dix membres des forces de sécurité sont tués par des séparatistes présumés dans les régions anglophones. Paul Biya réagit en déclarant que « le Cameroun est victime des attaques à répétition d’une bande de terroristes se réclamant d’un mouvement sécessionniste », et ajoute que « toutes les dispositions sont prises pour mettre hors d’état de nuire ces criminels et faire en sorte que la paix et la sécurité soient sauvegardées sur toute l’étendue du territoire national ».En mars 2018, Paul Biya déclare que l'armée devra poursuivre ses « efforts » pour un « retour à la normale » dans les régions anglophones. Paul Biya est réélu pour un septième mandat en 2018, dans un scrutin dont la régularité est contestée par l'opposition. Il lance un « Grand dialogue national », mais aucune avancée décisive n'en ressort sur le conflit dans les régions anglophones. Paul Biya fait libérer des détenus, mais les leaders du mouvement sont toujours incarcérés.

Politique

Le palais de l'Unité, présidence de la république du Cameroun. Article détaillé : Politique au Cameroun.

Le Cameroun est une république de type présidentiel. Le pouvoir est concentré entre les mains du président de la République reconnu par la constitution comme celui qui « définit la politique de la nation » (Titre II, Chapitre 1, article 5, alinéa 2).

Paul Biya en tête-à-tête avec le président de l'Assemblée nationale MKavayé Yégué Dibril.

Le pouvoir législatif est exercé par le Parlement. Il est composé de deux chambres, l'Assemblée nationale (où on compte 180 députés) et le Sénat (composé de 100 sénateurs). Le Sénat est mis en place depuis le 14 mai 2013.

Le président Paul Biya en tête-à-tête avec l'opposant Jean-Jacques Ekindi.

On désigne souvent le régime comme étant une « démocrature » dans la mesure où le système politique du Cameroun s'apparente plus à une démocratie procédurale ; derrière les institutions au fonctionnement a priori démocratique, la réalité de l'exercice du pouvoir est celle d'une dictature qui réprime avec force toute velléité de contestation politique ou sociale. Les incarcérations de journalistes, écrivains, syndicalistes et activistes sont fréquentes.

Le 10 avril 2008, l'Assemblée nationale adopte le projet de loi sur la révision constitutionnelle avec 157 voix pour, 5 contre et 15 non votants. Ce projet adopté est très critiqué par les partis politiques de l'opposition puisqu'il permet à Paul Biya de prétendre à un quatrième mandat à la fin de son mandat en 2011.

Maurice Kamto, opposant camerounais.

Le 9 octobre 2011, Paul Biya est réélu à travers des élections présidentielles au premier tour de scrutin et avec 77,99 % des voix. Le 9 décembre 2011, il y a un nouveau gouvernement avec à sa tête le premier ministre Philémon Yang, qui se succède à lui-même. Le 4 janvier 2019, Joseph Dion Ngute est nommé Premier ministre.

Sur tout le territoire, les chefs traditionnels conservent un réel pouvoir et sont consultés par les autorités centrales. Outre les codes juridiques modernes émanant des législations internationales, la réglementation juridique s'appuie sur le droit coutumier qui permet aux Camerounais de maintenir leurs cultures originelles. Il n'est pas rare que les fils des dynasties royales, des lamibé ou des sultans exercent des responsabilités ministérielles à Yaoundé.

Le Cameroun est également membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie.

L'extrait du projet de loi no 962/PPJL/AN adopté par l'Assemblée nationale, punissant de peine de mort qui ose s'opposer au régime par manifestation de quelque type que ce soit, classe le Cameroun parmi les gouvernements de type dictatorial.

Droits humains

Articles détaillés : Droits de l'homme au Cameroun et Droits LGBT au Cameroun. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Subdivisions administratives

Articles détaillés : Subdivision territoriale du Cameroun et Liste de villes du Cameroun.

Le Cameroun est peuplé par 280 ethnies dont quelques grands ensembles (Sémites, Hamites, Bantous, Semi-Bantous et Soudanais) et de nombreux métissages.

Sur le plan administratif, le Cameroun compte aujourd'hui dix régions elles-mêmes divisées en 58 départements. Les départements sont divisés en arrondissements. Les régions sont créées à la suite d'un décret présidentiel le 12 novembre 2008. Jusque-là, on avait affaire aux « provinces » ou « districts ».

Les 10 régions camerounaises et leurs chefs-lieux et langues
Les régions du Cameroun. no  Région Chef-lieu Nombre de
départements
Langues officielles
1 Adamaoua Ngaoundéré 5 français (majoritaire),
anglais
2 Centre Yaoundé 10
3 Est Bertoua 4
4 Extrême Nord Maroua 6
5 Littoral Douala 4
6 Nord Garoua 4
8 Ouest Bafoussam 8
9 Sud Ebolowa 4
7 Nord-Ouest Bamenda 7 anglais (majoritaire),
français
10 Sud-Ouest Buéa 6

Géographie

Article détaillé : Géographie du Cameroun. Image satellite du Cameroun.

Le Cameroun est un pays du golfe de Guinée, sur la façade occidentale de l'Afrique. Il possède 590 km de côtes très découpées le long de l'océan Atlantique. Très étendu en latitude (1 200 km du nord au sud), le pays a schématiquement la forme d'un triangle dont la base longe le 2e degré de latitude nord, tandis que le sommet, riverain du lac Tchad, atteint le 13e parallèle. Le Cameroun est entouré des pays et étendues d'eau suivants :

Barrage de Bidim au Cameroun. Vue de la rive du lac Tchad à partir de Maroua au Cameroun.

Par sa superficie de 475 442 km2 — 465 400 km2 de surface terrestre — et sa population d'environ 19 598 889 habitants en 2010, le Cameroun est un pays de taille moyenne en Afrique.

Le pays se situe entre la bordure méridionale du Sahara et la limite septentrionale de la forêt équatoriale du bassin du Congo au sud. L'ouest du pays est dominé par les Hauts-Plateaux, et comprend le massif le plus haut de toute l'Afrique de l'Ouest : le mont Cameroun, qui culmine à 4 070 mètres ; c'est le neuvième sommet du continent africain. L'est du pays est recouvert dans sa très grande majorité d'une forêt équatoriale encore bien conservée. Le long de ses 590 km de côtes, on compte quelques cités balnéaires : Kribi, et Limbé près du mont Cameroun.

Frontières terrestres

Article détaillé : Frontières du Cameroun.

Le Cameroun partage ses frontières avec six pays, dont 1 690 km avec le Nigeria, 1 094 km avec le Tchad, 797 km avec la République centrafricaine, 523 km avec la république du Congo, 298 km avec le Gabon et 189 km avec la Guinée équatoriale.

Une gambas pêchée à Limbé, non loin de l'embouchure du Wouri, dont le nom en portugais, camarão, donne le nom : Cameroun.

Relief

Le relief est extrêmement varié et les études géologiques et géomorphologiques rendent compte que la barrière orographique de l'Adamaoua sépare le Cameroun « humide » du Cameroun « sec ».

Basses terres

Les basses terres sont composées de la cuvette de Mamfé (Sud-Ouest), de la cuvette de la Bénoué et de la plaine du Nord.

Plateaux

Les plateaux camerounais comptent le Sud camerounais, avec une altitude moyenne de 650 m, et l'Adamaoua — le château d'eau du Cameroun — dont l'altitude moyenne est de 1 000 m mais qui s'élève jusqu'à 2 650 m.

Hautes terres de l'Ouest Le viaduc Bana - Bangou au Cameroun.

Les hautes terres de l'Ouest sont un bloc du socle soulevé et recouvert d'épanchements basaltiques, disposé en un arc de cercle appelé la dorsale camerounaise. Les sommets vont de 1 500 à 4 000 m. Les massifs les plus connus sont les monts Mandara (Extrême-Nord), Alantika (Nord), et les volcans encore en activité d'Oku (Nord-Ouest) et du mont Cameroun (Sud-Ouest) qui est, à 4 095 m d'altitude, le point culminant de l'ouest de l'Afrique.

Climat

Domaine équatorial Climat chaud de l'extrême-Nord du Cameroun.

Le domaine équatorial se caractérise par des précipitations abondantes, des températures élevées et stables et une végétation se dégradant au fur et à mesure qu'on s'éloigne de l'équateur. On distingue les plateaux du Centre et du Sud avec quatre saisons bien tranchées : petite saison de pluie (de mars à juin), petite saison sèche (juillet et août), saison de pluie (de septembre à novembre), grande saison sèche (décembre à février), et la zone occidentale (Littoral, montagnes du Sud-Ouest et hauts plateaux de l'Ouest) avec ses pluies surabondantes qui tombent pendant neuf mois d'affilée de mars à novembre.

Domaine tropical Palmeraie au Cameroun.

Le domaine tropical se distingue par des températures élevées et des pluies peu abondantes, de type soit soudanien (une saison pluvieuse de mai à octobre, une saison sèche de novembre à avril), soit sahélien, marqué par des pluies très irrégulières, mais absentes de décembre à mars. Les températures les plus basses sont de 17 à 18 °C et les plus élevées de 30 à 32 °C.

Environnement

Article détaillé : Environnement au Cameroun. Végétation Végétation. Pamplemoussier au Cameroun.

La végétation camerounaise est diversifiée et peut être divisée en deux grandes zones : la zone tropicale et la zone équatoriale. Elle souffre d'une importante déforestation, ayant conduit à un appauvrissement de la biodiversité et à d'importantes émissions de gaz à effet de serre.

Zone tropicale

La zone tropicale est en grande partie couverte de savane. On y trouve :

Zone équatoriale Forêt galerie.

La végétation de la zone équatoriale camerounaise est d'un vert luxuriant et composée de :

Route Tibati-Banyo au Cameroun. Faune

Plus de la moitié des espèces de mammifères sont amputées d'au moins 70 % de leurs effectifs, notamment à cause de la chasse.

Géologie

Les cratères du sommet du Mont Cameroun. Article détaillé : Géologie du Cameroun.

La géologie du Cameroun présente de forts contrastes pétrographiques et structurels répartis sur quatre grands ensembles géologiques majeurs :

Économie

Articles détaillés : Économie du Cameroun et Agriculture au Cameroun.

Généralité

Quincaillerie ambulante au Cameroun.

De 1965 à 1985, le Cameroun connaît une croissance soutenue (plus de 15 % par an en moyenne), portée par les prix des matières premières, et est longtemps parmi les pays les plus prospères du continent africain. La situation économique s'est ensuite fortement dégradée jusqu'à la dévaluation, en janvier 1994 du franc CFA, précédée par une diminution drastique des salaires de l'ordre de 70 %. Après une décennie de récession caractérisée par une forte baisse du PIB (-30 % entre 1985 et 1993) et une chute de 40 % de la consommation par habitant, le Cameroun renoue avec la croissance économique depuis 1994. Son PIB (environ 42,750 milliards de dollars américains en 2009, soit 2 300 dollars américains par habitant en PPA) représente aujourd'hui la moitié de celui de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), ce qui lui confère une place importante au niveau régional.

Pour ce qui est des importations, les principaux partenaires économiques du Cameroun sont la France (19,1 %), la Chine (13,3 %), le Nigeria (12,4 %). Pour les exportations, ce sont l'Espagne (15,1 %), les Pays-Bas (12,8 %), la Chine (9,4 %), l'Italie (9,3 %), la France (6,5 %) et les États-Unis (6,4 %), en 2010. La dette publique constitue 14,3 % du PIB (2009), tandis que la dette extérieure est d'environ 2 929 milliards de dollars américains (estimation 2009). En 2023, le Cameroun est classé en 123e position pour l'indice mondial de l'innovation.


Le Cameroun devient un pays producteur de pétrole en 1977. Prétendant vouloir faire des réserves pour les temps difficiles, les autorités gèrent les recettes pétrolières « hors budget » dans la plus totale opacité (les fonds sont placés sur des comptes parisiens, suisses et new-yorkais). Plusieurs milliards de dollars sont ainsi détournés au bénéfice de compagnies pétrolières et de responsables du régime. L'influence de la France et de ses 9 000 ressortissants au Cameroun reste considérable. La revue African Affairs note au début des années 1980 qu'ils continuent à dominer presque tous les secteurs clés de l'économie, à peu près comme ils le faisaient avant l'indépendance. Les ressortissants français contrôlent 55 % du secteur moderne de l'économie camerounaise et leur contrôle sur le système bancaire est total.

Secteurs d'activités

Élevage de bovins au Cameroun.

Le pays dispose de ressources naturelles agricoles (bananes, cacao, café, coton, miel), forestières, minières (bauxite, fer, cobalt, nickel, manganèse, diamant, marbre) et pétrolières ; les compagnies minières junior de Vancouver ou de Toronto jugent qu'il « sera un pays minier de grande ampleur dans les années à venir ». La population active se répartit en 2010 entre secteurs primaire (19,7 %), industriel (31,4 %) et tertiaire (48,9 %).

La filière coton a pris de l'ampleur,. La valeur de cette production reste toutefois tributaire des cours mondiaux qui varient fortement: 2 USD/lb en 2011, 0,70 USD/lb en 2015. Le pays est à la cinquième place du palmarès des sept premiers producteurs africains de coton au milieu des années 2010.

Économie informelle

Chariot dans la ville de Douala.

75 % de la main-d'œuvre urbaine travaille dans le secteur informel et six ménages sur dix tirent au moins une partie de leurs revenus de ce secteur informel. Cette importance du secteur informel a tendance à croître de plus en plus depuis la crise économique. Il permet de remédier partiellement au problème du chômage (20 % de la population en 1995, 30 % en 2003). En 2011, le taux de chômage a dégringolé et est estimé à 13,1 %.

Infrastructures de communication

Article détaillé : Transport au Cameroun. Douala, la capitale économique. Route de Ngaoundéré-Idool-Balam au Cameroun. Routes et voies ferrées Gare ferroviaire de Mbang Jock.

Trois axes routiers transafricains traversent le Cameroun:

  1. Transafricaine 3, Tripoli - Le Cap
  2. Transafricaine 5 (en), Dakar - N'Djamena
  3. Transafricaine 8, Lagos - Mombasa

Le Cameroun possède 50 000 km de routes, dont 6 000 bitumées.

Réseau ferroviaire Articles détaillés : Camrail et Transcamerounais.

Le réseau ferroviaire totalise 1 020 km de voies ferrées avec la ligne du transcamerounais, gérée par la société Camrail. Camrail est une filiale de Bolloré Africa Logistics. En janvier 2022, il est annoncé que la société mère de Camrail, Bolloré Africa Logistics, va être rachetée par l'armateur MSC. On peut se demander si la compagnie de porte-conteneurs MSC poursuivra le transport de passagers sur les rails du Cameroun. En effet, les trains de passagers vont gêner l'activité principale de MSC, à savoir le transport de conteneurs par voie ferroviaire. Cette situation contraste avec celle du Nigeria tout proche, où la compagnie ferroviaire locale NRC réalise justement des bénéfices avec le transport de passagers.

Ports

Trois grands ports sont actifs, à commencer par le Port autonome de Douala. Les ports de Limbé et Kribi sont en grande partie financés par la Banque d'investissement chinoise et ont vocation à devenir des ports en eau profonde pour abriter les navires avec de plus grands tirants d'eau que ceux accédant aujourd'hui à Douala. Le Cameroun compte plusieurs ports dont les plus importants sont ceux de Douala et de Limbé. Il possède aussi un port fluvial saisonnier à Garoua (sur la rivière Bénoué). Le port en eaux profondes à Kribi est en fonction depuis 2016.

Transport aérien

Le Cameroun dispose de quatre aéroports internationaux (Douala, Yaoundé-Nsimalen, Garoua et Maroua Salak) et une dizaine d'aéroports secondaires. En 2008, la compagnie nationale aérienne Cameroon Airlines fait faillite. Son successeur, Camair-Co, effectue son premier vol le 28 mars 2011. Il existe quelques compagnies privées de taille modeste dont la flotte se limite à un ou deux porteurs de moins de 50 places desservant essentiellement l'intérieur du pays.

Lutte contre la corruption

Article détaillé : Corruption au Cameroun.

On retrouve la pratique de la corruption dans les plus hauts niveaux de l'État jusqu'au fonctionnaire au bas de l'échelle. La corruption quotidienne est qualifiée de nombreux noms : « tchoko », « bière », « taxi », « carburant », « motivation » et d'autres. Malgré son potentiel naturel, minéral et humain énorme, le Cameroun souffre encore aujourd'hui de plusieurs maux qui empêchent un véritable décollage économique : la corruption, une production énergétique déficitaire par rapport à la demande, des finances publiques insuffisamment épurées, une attractivité pour des investissements de capitaux privés et étrangers en retrait par rapport à d'autres pays, une lourdeur administrative souvent handicapante. À cela s'ajoute une inadéquation entre la formation des jeunes et les besoins du marché de l'emploi qui aggrave le chômage, et l'ampleur du secteur informel.

Population et société

Démographie

Article détaillé : Démographie du Cameroun. Évolution de la démographie entre 1961 et 2003, population en milliers d'habitants, données FAOSTAT, 2005. Population de l'ouest du Cameroun essentiellement agricole.

La population du Cameroun est estimée en 2015 à 20 000 000 d'habitants. Lors de l'indépendance du pays, en 1960, le Cameroun comptait un peu plus de 5 000 000 d'habitants.

En 2001, 6 villes dépassent le seuil des 200 000 habitants : Douala (la capitale économique, 1,5 million d'habitants), Yaoundé (la capitale politique et siège des institutions, environ 1,25 million d'habitants), Garoua (environ 357 000 habitants), Bamenda (environ 316 000 habitants), Maroua (environ 272 000 habitants) et Bafoussam (environ 242 000 habitants).

Une famille au village.

Cependant, les estimations démographiques varient selon les sources. Selon le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune (en se basant sur les dossiers spéciaux hebdomadaires dans une ville du pays au cours des années 2008 et 2009), les dix agglomérations les plus peuplées sont : Douala (2,2 millions d'habitants), Yaoundé (1,7 million), Garoua (600 000), Bafoussam (400 000), Nkongsamba (300 000), Bamenda (280 000), Édéa (250 000), Kribi (220 000), Maroua (220 000) et Ngaoundéré (200 000). Le Cameroun compte au total une vingtaine de villes ayant au moins 50 000 habitants.

Selon les résultats du dernier recensement, le Cameroun compte toujours un peu plus de femmes (50,6 %) que d'hommes (49,4 %). La moitié de la population a moins de 17,7 ans et le poids démographique des moins de 15 ans se situe à 43,6 %. Les personnes âgées de plus de 60 ans ne représentent que 5,5 % de la population totale.

Malgré une démographie urbaine en constante croissance, une majorité (de 55 % à 65 % selon les estimations) de la population demeure en zone rurale.

Les provinces les plus densément peuplées (plus de 100 hab./km2) sont les provinces de l'Ouest, du Littoral, de l'Extrême-Nord et du Nord-Ouest. Par contre, les provinces de l'Adamaoua, de l'Est et du Sud sont très faiblement peuplées (moins de 15 hab./km2).

En fonction de l'importance numérique de l'effectif de leur population, les régions du Cameroun peuvent être classées en 3 catégories :

Tableau des données sur la répartition géographique de la population du Cameroun
no  Région Chef-lieu Population Superficie Densité de population
1 Adamaoua Ngaoundéré 884 289 63 701 13,9
2 Centre Yaoundé 3 098 044 68 953 44,9
3 Est Bertoua 771 755 109 002 7,1
4 Extrême-Nord Maroua 3 111 792 34 263 90,8
5 Littoral Douala 2 510 283 20 248 124
6 Nord Garoua 1 687 859 66 000 25,5
7 Nord-Ouest Bamenda 1 728 953 17 300 99,9
8 Ouest Bafoussam 1 720 047 13 892 123,8
9 Sud Ebolowa 634 855 47 191 13,4
10 Sud-Ouest Buéa 1 318 079 26 410 51,8
Cameroun Yaoundé 17 465 956 648 320 26,94

Niveau de vie et IDH

Le PNUD classe le Cameroun au 151e rang au niveau mondial sur 191 pays en 2021. Son indice de développement humain (IDH) s'est amélioré entre 1990 et 2019, passant de 0,452 à 0,583, avant de redescendre à 0,576 en 2021. Ce dernier classement est établi sur les données socio-économiques telles que l'éducation, la santé ou encore le revenu par habitant. Il donne une estimation du niveau de vie général d'un pays.

Indice de développement humain Évolution de l'IDH depuis 1990
Année 1990 2000 2010 2015 2018 2019 2020 2021
IDH 0,452 0,442 0,513 0,560 0,577 0,583 0,578 0,576
Indicateur de pauvreté humaine (IPH-1)

Selon le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l'indicateur de pauvreté humaine au Cameroun en 2004 est de 35,6 % de la population totale. La pauvreté est beaucoup plus présente dans les campagnes (70 %), tandis que la pauvreté urbaine touche près de 2 millions de personnes, essentiellement à Yaoundé et à Douala. La moitié des ménages n'est pas raccordée au réseau électrique et le tiers n'a pas accès à l'eau potable.

Santé

Entrée de l'hôpital Ad Lucem à Bafang. Article détaillé : Santé au Cameroun.

Le système de santé camerounais se situe encore à un niveau bas. D'après l'OMS, il y a un médecin pour 10 400 habitants. On remarque aussi une répartition inégale des services médicaux dans le pays, et ce sont les zones enclavées du Grand Nord et de l'Est du pays qui en pâtissent le plus.

En 2009, on estime à 610 000 cas déclarés de VIH et de SIDA. On constate environ 37 000 décès à la suite de ces maladies.

Éducation

Articles détaillés : système éducatif au Cameroun, Enseignement supérieur et recherche au Cameroun et Enko Education. Amphithéâtre de l'université de Yaoundé 1 en 2014. Université de Yaoundé 1 au Cameroun en 2014.

Le système éducatif comporte trois types d'enseignements : enseignement de base, enseignement secondaire et enseignement supérieur. La particularité du système éducatif est le bilinguisme. En effet, on peut étudier en français et en anglais et obtenir des diplômes équivalents. L'éducation est encadrée par deux principaux types d'enseignement :

Université de Douala.

On dénombre des centaines d'établissements d'enseignement maternel, primaire, secondaire. Dans les grands centres urbains, l'alphabétisation est presque universelle alors que certaines régions du Cameroun, notamment la zone septentrionale, souffrent encore d'une sous-alphabétisation, ce qui n'empêche pas le pays d'afficher un taux d'alphabétisation d'environ 80 % selon l'UNICEF (un des taux les plus élevés du continent africain) ou de 70 % selon CIA World factbook. Cependant, le pays doit faire face à une pénurie d'enseignants, pas souvent bien formés ou alors démotivés par une très modeste rémunération.

L'entrée à l'école maternelle se fait en général à l'âge de trois ans. Le cycle maternel et primaire dure 8 ans, aboutissant à l'obtention d'un CEP (certificat d'études primaires).

L'accès au cycle secondaire se fait généralement par le biais d'un concours dit d'entrée en classe de 6e. Il est à noter qu'au Cameroun, le terme « lycée » désigne un établissement public, tandis que le qualificatif « collège » est attribué à un établissement privé. Le cycle secondaire dure 7 ans et il est sanctionné dans son cours par trois diplômes : le BEPC (brevet d'études du premier cycle) délivré après avoir accompli les quatre premières années, le Probatoire (niveau Première) et le Baccalauréat (niveau Terminale), ouvrant l'accès aux études universitaires.

En moyenne, dans les écoles primaires et secondaires, les heures de cours vont du lundi au vendredi de 7 h 30 à 16 h 30, avec une pause d'une heure à midi, à l'exception du mercredi où les cours s'arrêtent à 12 h 30. Dans plusieurs établissements, des cours sont aussi dispensés le samedi matin, selon le niveau d'études (généralement les classes d'examen).

La rentrée scolaire a lieu traditionnellement le premier lundi de septembre (sauf si celui-ci est le 1er septembre). L'année scolaire, à cheval sur deux années civiles, est divisée en trois trimestres d'inégale longueur : le 1er allant de septembre à décembre, le 2e de janvier à mars et le 3e d'avril à mai. Les épreuves des examens officiels (CEP, BEPC, Probatoire, Baccalauréat) se déroulent au mois de juin, en une seule session (il n'y a pas de session de rattrapage et l'oral au Baccalauréat a été annulé en 1993), à l'exception des épreuves sportives qui se tiennent souvent en mai.

Le Cameroun compte huit universités d'État (Yaoundé I, Ngoa Ekélé), Yaoundé II (Soa), Douala, Buéa, Dschang, Ngaoundéré, Bamenda, Maroua), une dizaine d'universités privées (dont l'université catholique d'Afrique centrale située à Yaoundé, l'université des Montagnes à Bangangté, l'université adventiste de Nanga-Eboko) et une cinquantaine d'instituts universitaires parapublics et privés répartis sur l'ensemble du territoire. En 2008, on dénombre plus de 140 000 étudiants. La rentrée universitaire a lieu traditionnellement en octobre.

Médias

Article détaillé : Médias au Cameroun. Presse

Le Cameroun compte une douzaine de journaux quotidiens. Les plus connus sont le Cameroon Tribune (quotidien gouvernemental bilingue), La Nouvelle Expression, Mutations, Le Jour, Le Messager, Le Quotidien de l'économie. On dénombre aussi des hebdomadaires comme Motbinama Press, Repères, Diapason, Intégration, Ça Presse, Nyanga, Situation, Le Popoli (journal humoristique), La Météo, La Nouvelle, Kalara, ou encore le bi-hebdomadaire économique, EcoMatin. Selon les données de 2013, le Cameroun compte près de 644 journaux.

Studio de la radio CRTV (2003). Logo de la Cameroon Radio Television. Chaînes de télévision

Le paysage audiovisuel s'est considérablement diversifié depuis l'ouverture aux médias privés au début des années 2000. La principale chaîne de télévision publique, la Cameroon Radio Television (CRTV), voit le jour en 1985 et est basée à Yaoundé, avec une station dans chacune des dix régions du pays. Les principales chaînes de télévision privées (STV1 et 2, Canal 2 International, Equinoxe TV, Samba TV, Vision 4, Ariane TV, Afrique media, LTM International, New TV…) sont basées à Douala et Yaoundé. Depuis les années 2000, les chaînes de télévision implantées au Cameroun initient des débats télévisés. Les plus en vue étant les débats télévisés du dimanche au cours desquels des acteurs socio-politiques, journalistes, universitaires, membres de la société civile sont régulièrement invités pour discuter des sujets d'actualité de la semaine. De tels dispositifs, malgré de nombreux manquements au niveau de l'organisation, contribuent indéniablement à l'émergence d'un espace public au Cameroun.

Radio

De nombreuses radios locales (RTS 1, Sweet FM, Radio Véritas, FM 94, Youth Radio, Radio balafon, Kalak Fm, Radio Lumiere, FM 105, Poala FM, Mount Cameroon FM, Radio Campus, Radio Bonne Nouvelle, Satellite FM, Radio Vénus, Sky Radio, Radio Environnement, Radio Reine, Afrik2, Il est Écrit…) émettent sur l'ensemble du territoire. Quelques grands réseaux radiophoniques internationaux sont captés comme RFI, BBC, Africa Radio, Medi 1 radio ou Radio Vatican. Il y a quelque temps, une véritable révolution s'est produite dans le paysage avec la mise en place de la première radio spécialisée dans le sport, RSI (Radio Sport Info), dont le promoteur Martin Camus MIMB, est un journaliste réputé dans le domaine. Ce qui nous offre un paysage diversifié et très dense.

Sports

Article détaillé : Sport au Cameroun. Les Lionnes Indomptables, équipe nationale féminine. Samuel Eto'o fils, ancien capitaine des Lions Indomptables du Cameroun.

Parmi la diversité des disciplines sportives pratiquées sur le territoire, le football est certainement la plus populaire. Le Cameroun est connu à l'international notamment grâce à son équipe nationale : les Lions Indomptables, et ses joueurs internationaux évoluant dans des grands clubs européens. Le plus célèbre, Samuel Eto'o, a remporté le titre de joueur africain de l'année à 4 reprises entre 2003 et 2010. Depuis 2022, il est président de la Fédération camerounaise de football.

Le palmarès du Cameroun aux jeux olympiques est constitué de deux médailles d'or en athlétisme, deux médailles en boxe et une en football (2000).

Les sports collectifs, tels que le basket-ball, le volley-ball et le handball, voient leurs qualifications aux compétitions continentales et internationales être de plus en plus fréquentes.

Le Tour du Cameroun 2019.

Le Cameroun organise des compétitions nationales, telles que le Tour cycliste du Cameroun et la Course de l'espoir (ascension du Mont Cameroun), ainsi que des compétitions continentales (Afrobasket féminin 2015, CAN féminine 2016, Coupe d'Afrique des Nations TotalEnergie 2021, 2022).

Culture

Article détaillé : Culture du Cameroun.

La culture camerounaise est caractérisée par une très grande diversité ethnique, linguistique, religieuse et culinaire liée à son histoire et sa géographie. Cette diversité permet le développement d'une créativité d'une grande richesse dans tous les domaines artistiques.

Diversité culturelle

Ethnies Chapeau de danse traditionnelle des Bamiléké à l'ouest du Cameroun. Costume bamoun à l'ouest du Cameroun. Article détaillé : groupes ethniques du Cameroun.

Différents groupes socioculturels sont représentés au sein de la population camerounaise. À l'image de ses milieux naturels contrastés, le Cameroun est d'une grande diversité humaine. Trois grands ensembles peuvent être identifiés :

Messager Sawa pendant la fête du Ngodo.

Langues

Article détaillé : Langues au Cameroun. Signes de l'alphabet bassa.

On recense au Cameroun 309 langues, dont le ngumba, le gbaya regroupant plusieurs dialectes : laii (Bétaré-Oya), do'oka (Garoua-Boulaï), yayoué (Meiganga, Ngaoundal, Dir, Tibati), bBodomo, le bamoun, le tikar, le bankon, le tunen, l'eton, l'ewondo, le douala, le bassa, le yabassi, le dibom, le mbang, le ntumu (Vallée-du-Ntem), le bakweri, le boulou, le peul ou foufouldé, le mofu-gudur, le mofu du Nord, le haoussa, le psikye, le guidar, le moundang, le mousgoum, le toupouri, le massa, le guizigaguiziga du Nord et guiziga du Sud –, les langues bamilékées composées de plusieurs sous-ensembles comme le nufiBafang), le ghomalaʼBafoussam, Baham, Bahouan, Bamendjou, Pète-Bandjoun, Batié, Bansoa, Bandenkop, Batoufam…), le nuguru, le bafia, le medumbaBangangté), le yembaDschang), le ngombaBamesso), le ngiemboonMbouda), et bien d'autres. Contrairement à la majorité des pays africains, le Cameroun n'a donc pas de langue régionale dominante ou commune. Cette variété fait également du Cameroun l'un des 25 pays au monde possédant une «mégadiversité linguistique» avec la 7e place mondiale, mais la 2e en Afrique après le Nigeria.

En plus de ces langues, plusieurs langues créoles se sont développées depuis le commencement des explorations européennes modernes et de la colonisation. Cela a entraîné un brassage de populations, et ce, particulièrement depuis le début du XXe siècle. Aujourd'hui encore, la jeunesse urbaine a créé une forme d'argot complexe dit camfranglais (mélange de français, d'anglais, de locutions dialectales camerounaises et de verlan) qui varie selon les villes. Par ailleurs, le pidgin English, proche de sa version nigériane, sert parfois de lingua franca aux commerçants à travers tout le pays (en particulier dans sa moitié Sud). Il tend à se répandre dans la population au travers des productions audiovisuelles nigérianes et à la faveur des relations entre francophones et anglophones du pays. En 2011, une chaîne de télévision privée utilise le pidgin pour ses émissions d'informations.

École primaire maternelle bilingue à New Bell (Douala). Langues officielles

Les langues officielles sont le français (environ 80 % de la population est francophone et vit dans des subdivisions francophones) et l'anglais, lequel est parlé dans deux subdivisions administratives limitrophes du Nigeria, celle du Nord-Ouest et celle du Sud-Ouest.

Ce sont les deux langues de l'administration, de l'enseignement et des médias. Ce bilinguisme au Cameroun est un héritage de la colonisation et permet au Cameroun de faire à la fois partie du monde francophone et anglophone. Le Cameroun constitue ainsi le seul pays bilingue français / anglais d'Afrique jusqu'à ce que le Rwanda ajoute en 2003 l'anglais au français comme langue officielle, et est un des rares pays ayant un tel bilinguisme au monde avec le Canada, les Seychelles, le Vanuatu et Maurice. Malgré tout, le français est largement avantagé dans l'administration et les médias par le fait de la prépondérance démographique / territoriale des francophones. Certains anglophones se plaignent d'ailleurs de discrimination à l'égard de leur langue,, conduisant à un conflit armé à partir de 2017.

Cependant, le bilinguisme est officiellement encouragé par le gouvernement et la plupart des documents officiels lus ou écrits le sont dans les deux langues. L'administration, les représentants des autorités sont tous censés être bilingues, et il est en principe attendu des citoyens camerounais qu'ils puissent communiquer dans les deux langues. La chaîne de télévision publique CRTV émet notamment ses informations dans les deux langues par alternance. Par ailleurs, six des huit universités publiques sont bilingues, dont deux sous régime linguistique anglophone, l'université de Buéa et l'université de Bamenda, et de nombreux lycées et écoles primaires bilingues existent sur l'ensemble du territoire.

Religions

Articles détaillés : Religion au Cameroun, Protestantisme au Cameroun et Islam au Cameroun.

Le Cameroun est un État laïc mais est cependant membre de l'Organisation de la coopération islamique. Sa population est composée de :

Gastronomie

Article détaillé : Cuisine camerounaise. Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Les listes peuvent demeurer si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items  (janvier 2017).

Le Cameroun, à l'image de sa diversité ethnique, présente une vaste diversité culinaire.

Plats Plat de Water fufu and Eru, plat camerounais prisé dans la région du Sud-Ouest et au Nigéria. Bobolo, mets de manioc écrasé et enroulé dans une feuille. Plat de Ndolé, mets camerounais. Accompagnements Préparation de beignet koki, mets camerounais à base de haricot. Desserts Condiments

Diversité artistique

Art Article détaillé : Art au Cameroun.

L'art camerounais est caractérisé par une très grande diversité de style liée à son histoire et sa géographie (diversité des ethnies, des langues, des religions…). Cette diversité culturelle permet le développement d'une grande créativité sur tous les supports de l'art contemporain (art plastique, peinture, sculpture, photographie…) et inspiré par son art traditionnel (masques, statuettes, architecture…).

Les œuvres publiques, les événements artistiques, les lieux d'expositions et les galeries d'art se développent petit à petit au Cameroun.

Littérature Article détaillé : littérature camerounaise. Musique Article détaillé : musique camerounaise.

Depuis les temps anciens, la musique traditionnelle est le moyen de commémorer les faits et événements ayant marqué une famille, une ethnie, un peuple durant son vécu. Elle est riche en sons et couleurs, et on peut y remarquer l'usage d'instruments tels le mvett, le tam-tam, le tambour, le balafon et diverses formes de percussions. De nos jours, l'ouverture du pays et les nouvelles technologies de l'information et de la communication ont fortement transformé l'univers musical camerounais à tel point que cette musique devenue tradition-moderne est fortement et fièrement représentée et vendue dans le monde entier, notamment l'œuvre d'artistes parmi lesquels, notamment, Ekambi Brillant, Elvis Kemayo, André-Marie Tala, Ben Decca, Grace Decca, Charlotte Dipanda, Kareyce Fotso, Manu Dibango, Claude Moundi dit « Petit-Pays », Richard Bona, Simon Ngaka, Josco L'inquiéteur, Sam Fan Thomas ou encore Yannick Noah.

Cinéma Article détaillé : cinéma camerounais.

Le cinéma camerounais a vu le jour en 1965 avec le film Point de vue 1 du réalisateur Urbain Dia Mokouri, qui a étudié en France au Conservatoire libre du cinéma français. En effet, les premières expériences cinématographiques camerounaises ont des origines européennes, notamment en France. En 1973, le gouvernement camerounais a créé un Fonds de développement de l'industrie cinématographique. Jean-Pierre Dikongué Pipa, qui a étudié au Conservatoire du Cinéma français, a tourné le film Muna Moto en 1975, décrivant les événements de son pays. Dans les années 1970, afin de concurrencer le cinéma occidental et américain, des films commerciaux sont produits dans lesquels se distinguent les réalisateurs Daniel Kamwa avec Boubou Cravate et Pousse-pousse et Alphonse Beni avec Danse mon amour. En 1991, au Festival de Cannes, Bassek Ba KobHio a présenté le film Sango Malo et le réalisateur Jean-Marie Teno le film Clando. Les films des réalisateurs camerounais abordent les thèmes du réalisme local.

Tourisme

Article détaillé : Tourisme au Cameroun. Le fond de cette section est à vérifier (avril 2020). Améliorez-le ou discutez des points à vérifier. Si vous venez d’apposer le bandeau, merci d’indiquer ici les points à vérifier.

Cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires indépendantes du sujet.
Pour l'améliorer, ajoutez-en, ou placez des modèles {{Source secondaire souhaitée}} ou {{Source secondaire nécessaire}} sur les passages mal sourcés. (avril 2020)

Le mont Rhumsiki situé dans l'Extrême-Nord du pays.

Progression du tourisme

Le tourisme est peu développé. En 2002, le tourisme représentait 2,5 % du PIB, en 2005, il n'en représente que 1,8 %, soit 25 dollars américains par habitant. Le gouvernement affirme à plusieurs reprises sa volonté de développer ce secteur, mais des tarifs aériens élevés comparés aux destinations asiatiques et un prix élevé du visa ont un effet dissuasif.

Chute d'Ekom Nkam. Ville de Bamenda.

Récemment, pour pallier la faiblesse du tourisme, le gouvernement a lancé un plan d'aménagement à long terme, susceptible de porter la masse de 200 000 visiteurs actuels à 500 000 d'ici la fin 2009. Pour cela, le gouvernement noue des liens de coopération en ouvrant des bureaux touristiques dans les grandes villes européennes telles que Paris, Londres et Madrid. Ces derniers ont pour but de vanter le Cameroun à l'étranger afin d'inciter des voyageurs à y faire un tour.

Ces programmes passent également par la recherche de nouveaux investisseurs. C'est notamment le cas avec la Chine, qui signe un contrat spécial avec le gouvernement camerounais afin d'envoyer, et ce dès l'année 2008 quelque 50 000 Chinois par an au Cameroun. La recherche de nouveaux partenaires vise aussi les États-Unis, via un partenariat culturel et des échanges entre les deux pays.

En 2012, le Cameroun accueille 817 000 touristes.

Quelques sites touristiques

Articles connexes : Liste de monuments du Cameroun, Liste du patrimoine mondial au Cameroun et Liste des aires protégées du Cameroun.

Le Cameroun possède trois sites naturels classés au patrimoine mondial par l'UNESCO :

Officiellement, le ministère du Tourisme recense 120 sites à potentiel touristique, dont une soixantaine en mesure d'accueillir des touristes.

Divers

Fête du travail 2019 à Douala au Cameroun.

Fêtes et jours fériés

Défilé des étudiants avec le drapeau du Cameroun lors de la fête nationale. Défilé des policiers lors de la fête nationale du Cameroun. Fêtes et jours fériés
Date Nom Remarques
1er janvier Jour de l'an Date de l'indépendance du pays : 1er janvier 1960
Variable Fête de la Tabaski Aussi appelée « fête du mouton »
Variable Fête du Ramadan Marque la fin du jeûne du mois de Ramadan
11 février Fête de la Jeunesse
Variable Vendredi saint Jour de la crucifixion de Jésus sur la croix
1er mai Fête du Travail Fête célébrée en faveur des travailleurs du secteur formel
Variable Ascension Fête chrétienne (Montée de Jésus au ciel)
1 semaine après l'Ascension Pentecôte Fête chrétienne (Descente du Saint-Esprit sur les Apôtres (Disciples de Jésus))
20 mai Fête nationale ou de l'unité Date de la naissance de la république unie du Cameroun et la fin du système fédéral.
15 août Assomption Élévation de Marie (mère de Jésus au ciel)
25 décembre Noël Fête chrétienne (Naissance de Jésus-Christ, fils de Dieu)

Notes et références

  1. « République du Cameroun », sur www.axl.cefan.ulaval.ca (consulté le 23 août 2020).
  2. (en) « Cameroon », dans The World Factbook, Central Intelligence Agency, 1er novembre 2023 (lire en ligne).
  3. « Cameroon », sur lemoci.com.
  4. Rapport sur le développement humain 2021/2022 : Temps incertains, vies bouleversées : façonner notre avenir dans un monde en mutation, New York, Programme des Nations unies pour le développement, septembre 2022, 337 p. (ISBN 978-92-1-126452-4, lire en ligne).
  5. (en) « Gini index », sur Banque mondiale (consulté le 24 avril 2023).
  6. (en) Martin J. Wolf, John W. Emerson, Daniel C. Esty, Alex de Sherbinin, Zachary A. Wendling et al., 2022 Environmental Performance Index, New Haven, Connecticut, États-Unis, Yale Center for Environmental Law & Policy, 2022, 192 p. (lire en ligne ).
  7. « Mandat français Cameroun, 20 juillet 1922, Digithèque MJP », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 16 avril 2023).
  8. « Mandat britannique Cameroun, 20 juillet 1922, Digithèque MJP », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 16 avril 2023).
  9. Arol Ketchiemen, Dictionnaire de l'origine des noms et surnoms des pays africains, Favre, 2014, 316 p., p. 81.
  10. UNESCO, Histoire générale de l'Afrique, t. 2, p. 688.
  11. B.H. Warmington, La période carthaginoise, in Histoire générale de l'Afrique, UNESCO, 4e ed 1999, t. II, pp. 484-485.
  12. Christian Roche, Afrique noire et la France au XIXe siècle, Karthala, 2011 (lire en ligne), p. 105.
  13. Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsitsa, Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971), Paris, La Découverte, 2011, 741 p. (ISBN 978-2-7071-5913-7, lire en ligne).
  14. Christa Kilian-Hatz, « Denn Komba hat den Wald für dich gemacht : der Wald in Wirtschaft und Weltanschauung der Baka im südlichen Kamerun », dans M. Bollig, D. Bünnagel (dir.), Der zentralafrikanische Regenwald, Hambourg, Münster, 1992, p. 65–71.
  15. « 1er janvier 1960 - Le Cameroun ouvre le bal des indépendances africaines », sur www.herodote.net (consulté le 2 juillet 2023).
  16. Verschave François-Xavier, La Françafrique, le plus long scandale de la République, Stock, 1998.
  17. Fanny Pigeaud, « La guerre cachée de la France Cameroun », Libération,‎ 17 septembre 2008 (lire en ligne).
  18. Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsita, Kamerun !, La Découverte, 2019.
  19. Thomas Deltombe, « Interminable fin de règne à Yaoundé », sur Le Monde diplomatique, 1er octobre 2011.
  20. Stefaan Marysse et Filip Reyntjens, L'Afrique des Grands Lacs : Annuaire 1999-2000 (lire en ligne), p. 302.
  21. Yumpu.com, « L'arnaque des juniors minières en Afrique », sur yumpu.com, 2 mars 2020 (consulté le 8 août 2020).
  22. David Beylard, « Quelle confiance accorder aux juniors minières ? », Les Afriques, no 73,‎ 2009, p. 13 (lire en ligne).
  23. « Sur les traces de Boko Haram : Cameroun, la terreur aux frontières », sur RFI (consulté le 10 juillet 2024)
  24. « Cameroun. Paul Biya rétablit Internet après trois mois de coupure », sur Courrier international, 21 avril 2017 (consulté le 10 juillet 2024)
  25. « Cameroun : Paul Biya nomme Peter Mafany Musonge et Ama Tutu Muna à la Commission pour la promotion du bilinguisme », sur Jeune Afrique, 16 mars 2017 (consulté le 10 juillet 2024)
  26. « Cameroun : Paul Biya décrète l’arrêt des poursuites contre des leaders anglophones », Le Monde.fr,‎ 30 août 2017 (lire en ligne, consulté le 10 juillet 2024)
  27. « Cameroun : Paul Biya appelle au "dialogue" après des incidents dans les régions anglophones », sur France 24, 1er octobre 2017 (consulté le 10 juillet 2024)
  28. « Crise anglophone au Cameroun : Paul Biya dénonce une « bande de terroristes » », sur Jeune Afrique, 1er décembre 2017 (consulté le 10 juillet 2024)
  29. « Les "efforts" de l'armée doivent être "poursuivis" au Cameroun selon Biya », sur Voice of America, 15 mars 2018 (consulté le 9 juillet 2024)
  30. « Paul Biya n’est pas le doyen des chefs d’Etat africains (mais presque) », le Monde,‎ 23 octobre 2018 (lire en ligne).
  31. « Au Cameroun, Paul Biya ordonne la libération de 333 détenus liés à la crise anglophone », le Monde,‎ 4 octobre 2019 (lire en ligne).
  32. « Loi no 96/06 du 18 janvier 1996 portant révision de la Constitution du 02 juin 1972 », sur prc.cm (consulté le 15 mai 2024), p. 7.
  33. « Cameroun/constitution : révision adoptée », sur Le Figaro, 10 avril 2008 (consulté le 20 mars 2024).
  34. Fred Bihina, « Cameroun - Remaniement ministériel: Voici tous les nouveaux ministres », sur cameroon-info.net, 4 janvier 2019 (consulté le 15 mai 2024).
  35. « Lui : Interpellé », sur lanouvelleexpression.info, 10 novembre 2011 (consulté le 19 février 2022)
  36. « République du Cameroun », sur www.axl.cefan.ulaval.ca.
  37. atlas, p. 133.
  38. Encyclopædia Universalis, 1974, p. 824.
  39. J.C. Olivry, Fleuves et rivières du Cameroun (lire en ligne), Introduction
  40. « Adamawa Plateau », sur webcitation.org (consulté le 20 mars 2024)
  41. (en) Encyclopædia Britannica, « Adamawa Plateau », 8 septembre 2011 (consulté le 1er mai 2018).
  42. « La végétation du Cameroun », sur Économies Africaines (consulté le 2 mai 2017).
  43. « La faune et la flore au Cameroun », sur Evaneos.fr (consulté le 25 mars 2019).
  44. « La chasse vide les forêts tropicales de leurs mammifères », Le Monde,‎ 14 mai 2019 (lire en ligne, consulté le 16 mai 2019)
  45. WIPO, « Indice mondial de l’innovation 2023 - L’innovation dans un climat d’incertitude », sur wipo.int (consulté le 17 février 2024)
  46. (en) Angola Press News Agency (en), « Les revenus miniers doivent contribuer au développement (ONG) », 1er juillet 2011.
  47. Clémentine Pawlotsky et Stéphane Ballong, « Coton : où se trouvent les principaux producteurs africains ? », Jeune Afrique.
  48. Jean-Claude Devèze, « Le coton, moteur du développement et facteur de stabilité du Cameroun du Nord ? », Afrique et développement, sur Cairn.info, Afrique contemporaine, De Boeck Supérieur, 1er juin 2006 (ISBN 2-8041-5116-6, consulté le 31 janvier 2023), p. 107-120
  49. (en) « MSC to acquire Bolloré Africa logistics business for $6.4m », sur The East African, 27 janvier 2022 (consulté le 8 février 2022)
  50. « Population Recensement : Les résultats sont enfin connus au Cameroun ! », sur lemessager.net, avril 2010.
  51. Jeune Afrique, dossier spécial Cameroun, novembre 2007.
  52. « Cameroun VIH/SIDA - nombre total de cas déclarés de SIDA et de VIH », sur www.indexmundi.com (consulté le 20 mars 2024)
  53. Simon Ngono, Les Débats télévisés dans l'espace public au Cameroun : logiques et jeux d'acteurs, Paris, Édilivre, 17 novembre 2016, 167 p. (ISBN 978-2-334-21534-3).
  54. Simon Ngono, Les Débats télévisés dans l'espace public au Cameroun : logiques et jeux d'acteurs, Paris, Édilivre, 17 novembre 2016, 168 p. (ISBN 978-2-334-21534-3).
  55. Le Point Afrique, « Football : Samuel Eto’o élu président de la Fecafoot », sur Le Point, 12 décembre 2021 (consulté le 30 avril 2022)
  56. « Comité National Olympique du Cameroun », sur olympic.org/fr/cameroun (consulté le 31 mai 2015).
  57. « CAN 2021 : le calendrier des matchs, tous les résultats et classements », sur TV5MONDE, 9 janvier 2022 (consulté le 30 avril 2022)
  58. Georges Dougueli, « Mathias Eric Owona Nguini vs Patrice Nganang », Jeune Afrique,‎ 23 juin 2019, p. 18.
  59. Les cultures du Cameroun, Paix et Diversité (2007) p. 70-73.
  60. Les cultures du Cameroun, Paix et Diversité, 2007.
  61. « Cameroun : une femme décapitée en zone anglophone », Le Monde.fr,‎ 13 août 2020 (lire en ligne, consulté le 26 août 2020)
  62. Cyril Bensimon, « La crise anglophone au Cameroun devant le Conseil de sécurité », Le Monde,‎ 13 mai 2019 (lire en ligne)
  63. Note Cameroun. Crise du Cameroun anglophone, Berne-Wabern, Département fédéral de justice et police (Suisse), Secrétariat d'État aux migrations, 25 septembre 2018 (lire en ligne)
  64. Institut national de la statistique du Cameroun, « État et structure de la population : indicateurs démographiques » , sur bucrec.cm (consulté le 9 janvier 2021), p. 6.
  65. Cameroon Radio Television - Crtv.
  66. « Le nombre d’arrivées de touristes au Cameroun a presque doublé en 5 ans », sur Investir au Cameroun (consulté le 20 mars 2024)
  67. « Ambition de sortir le tourisme de l'ornière », sur Bonaberi.com (consulté le 20 mars 2024)

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

Liens externes