Canton de Neuchâtel

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

République et canton de Neuchâtel
Blason de République et canton de Neuchâtel
Blason
Drapeau de République et canton de Neuchâtel
Drapeau
Localisation du canton en Suisse.
Noms
Nom allemand Kanton Neuenburg
Nom italien Canton Neuchâtel
Nom romanche Chantun Neuchâtel
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Entrée dans la Confédération 19 mai 1815
ISO 3166-2 CH-NE
Chef-lieu Neuchâtel
Régions 4
Communes 27
Exécutif Conseil d'État (5 sièges)
Législatif Grand Conseil (115 sièges)
Conseil des États 2 sièges
Conseil national 4 sièges
Démographie
Gentilé Neuchâtelois
Population
permanente
176 571 hab. (31 décembre 2022)
Densité 220 hab./km2
Rang démographique 16e
Langue officielle Français
Géographie
Coordonnées 46° 59′ nord, 6° 47′ est
Altitude Min. 429 m (Lac de Bienne et lac de Neuchâtel)
Max. 1 552 m (Ouest du Chasseral)
Superficie 802,93 km2
Rang 15e
Liens
Site web www.ne.ch
Carte géographique du canton.

Le canton de Neuchâtel (NE), officiellement la République et Canton de Neuchâtel, est l'un des 26 cantons de la Suisse. Son chef-lieu est Neuchâtel.

Géographie

Généralités

Vue du lac de Neuchâtel et du littoral depuis la chaîne jurassienne.

Le canton de Neuchâtel est situé au nord-ouest de la Suisse dans le massif du Jura. Il comprend une partie basse bordant le lac de Neuchâtel, désignée par le Littoral ou le Bas ainsi qu'un plateau plus élevé, situé à environ 1 000 mètres d'altitude, désigné par les Montagnes neuchâteloises ou le Haut. La ville de Neuchâtel est située sur le littoral, celles de La Chaux-de-Fonds et du Locle sont situées dans les Montagnes. Elles jouxtent la frontière française située sur le Doubs, du nom de la rivière qui coupe la vallée en deux. Le Bas s'étend de Vaumarcus jusqu'à la limite du lac de Bienne. Plusieurs vallées existent entre le Haut et le Bas. Le Val-de-Travers, situé à l'ouest du canton et le Val-de-Ruz - au centre - en sont les principales.

Le canton de Neuchâtel culmine à l'ouest du Chasseral, à 1 552 m d'altitude, et ses points les plus bas se trouvent au bord des lacs de Bienne et de Neuchâtel, à 429 m d'altitude,. Avec 802,93 km2, Neuchâtel est le quinzième canton suisse par sa superficie.

Régions, communes et villes

Régions du canton de Neuchâtel. Articles détaillés : Communes du canton de Neuchâtel, Districts du canton de Neuchâtel et Régions du canton de Neuchâtel.

Le canton était historiquement divisé en six districts qui formaient les quatre régions du canton : le district de Neuchâtel et le district de Boudry forment ensemble la région Littoral, le district du Val-de-Ruz ainsi que le district du Val-de-Travers forment chacun une région distincte qui porte le nom du district (Val-de-Ruz et Val-de-Travers). Le district de La Chaux-de-Fonds ainsi que celui du Locle forment ensemble la région Montagnes. Les districts sont supprimés le 1er janvier 2018, les régions deviennent un échelon statistique mais plus du tout administratif.

Le canton de Neuchâtel compte 27 communes au 1er janvier 2021, dont quatre de plus de 10 000 habitants : Neuchâtel avec 44 568 habitants, La Chaux-de-Fonds avec 36 527 habitants, Val-de-Ruz avec 17 410 habitants et Val-de-Travers avec 10 558 habitants.

Lacs et cours d'eau

Les gorges de l'Areuse entre le Val-de-Travers et le Littoral.

Faune, flore et paysages

Le Creux-du-Van dans le Val-de-Travers.

Climat

Relevé météorologique du canton de Neuchâtel pour la période 1981-2010.
Données Station jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Températures moyennes max. (°C) La Brévine 0,9 2,1 5,5 9,5 14,4 17,9 20,5 20 16,1 12,4 6 2,2 10,6
Neuchâtel 3,3 5 9,9 14,1 18,6 22,1 24,9 24,3 19,5 13,9 7,6 4,3 14
La Chaux-de-Fonds 2,7 3,3 6,2 9,9 14,6 18,1 20,7 20,2 16,4 12,8 6,7 3,5 11,3
Températures moyennes min. (°C) La Brévine −10,4 −10,0 −6,1 −2,5 1,5 4,3 6,6 6 3,6 0,5 −4,6 −7,8 −1,6
Neuchâtel −0,9 −0,5 2,4 5,4 9,6 12,8 15 14,7 11,4 7,9 3 0,3 6,8
La Chaux-de-Fonds −6,0 −5,7 −2,8 0,6 4,7 7,6 9,8 9,4 6,5 3,3 −1,5 −4,2 1,8
Précipitations (mm) La Brévine 144 128 132 116 141 134 131 125 127 130 134 154 1 597
Neuchâtel 70 63 69 68 88 87 85 103 93 89 74 89 978
La Chaux-de-Fonds 107 99 111 98 141 124 126 136 128 123 120 128 1 441
Ensoleillement (heures) La Brévine
Neuchâtel 45 81 137 165 185 208 238 221 166 99 57 39 1 641
La Chaux-de-Fonds 100 106 134 150 159 180 212 200 158 131 97 82 1 710
Source : MétéoSuisse.

Transports

ICN à la gare de Neuchâtel.

Histoire

Article détaillé : Histoire du canton de Neuchâtel.

La présence d'hominidés dans la région est attestée dès le paléolithique moyen, avec la présence de néandertaliens occupant la grotte de Cotencher et la grotte des Plaints. Entre -3800 et -3500, les terres neuchâteloises sont l'origine de la civilisation de Cortaillod dont les hommes commençaient à construire des villages, cultiver des céréales et façonner des poteries. Les découvertes archéologiques exceptionnelles faites lors de la correction des eaux du Jura (1868-1878) sur le site de La Tène ont donné au second âge du fer le nom de La Tène (de -500 à -50) et témoignent que l'endroit devait être un important péage sur la route entre le Rhône et le Rhin.

Jusqu'à l'an mil, on a peu de matériel concernant la région en particulier. On sait qu'en 998 les moines de Cluny fondent le prieuré de Bevaix. Ces années voient aussi la création de la ville de Neuchâtel. En 1011, première apparition écrite du nom de Neuchâtel dans un acte de donation de Rodolphe III de Bourgogne à sa femme Irmengarde. Le territoire cantonal devient vassal des Bourguignons, puis aussi combourgeois avec les cantons alémaniques ou encore sous la coupe du Saint-Empire romain germanique.

Dès le XVIe siècle, le comté de Neuchâtel et Valangin devient une principauté, statut qui l'a relativement mis en dehors de tous les conflits armés extérieurs.

Carte du canton de Neuchâtel établie en 1735 par Ratelband.

Fin 1529, Guillaume Farel introduit la Réforme protestante dans le canton. Avec la révocation de l'édit de Nantes, Neuchâtel voit affluer nombre de huguenots. Le haut du canton commence à se peupler. Les souverains de l'époque, les Orléans-Longueville, notamment Henri II, portent beaucoup d'attention à ce coin de pays.

Lors du décès en 1707 de Marie de Nemours, les Neuchâtelois choisissent comme suzerain le roi de Prusse, l'éloignement géographique leur permettant d'être plus tranquilles.

En 1806, Napoléon, après avoir obtenu Neuchâtel par un échange avec le roi de Prusse, remet la principauté au maréchal Louis-Alexandre Berthier.

En 1814, le roi de Prusse reprend officiellement possession de la principauté. Neuchâtel est reçu le 19 mai 1815 (en même temps que Genève) dans la Confédération suisse, avec pleine égalité de droits.

Durant un siècle, le futur canton se développe économiquement, avec l'essor de l'horlogerie et la création de nombreuses manufactures textiles (les indiennes). La Société typographique de Neuchâtel édite durant cette période de nombreux livres interdits en France.

Le 12 septembre 1814, la Diète fédérale réunie à Zurich admet la principauté de Neuchâtel dans la Confédération suisse, comme 21e canton. Elle reconnaît au roi de Prusse la qualité de prince de Neuchâtel.

L'acte de réunion proprement dits du canton a été signé ultérieurement, soit le 19 mai 1815, la signature du Pacte fédéral du 7 aout 1815 entérinant définitivement ces admissions. Dans la tradition, le canton de Neuchâtel reconnaît son adhésion à la Confédération le 12 septembre 1814. Le 12 septembre 2014 a été célébré le bicentenaire.

Cette adhésion comme Principauté et canton implique que les dirigeants, dont le gouverneur du canton ainsi que les chefs de l'armée, seront nommés par le roi de Prusse. En revanche, militairement, il sera défendu par la Suisse et il devra se soumettre aux impératifs de celle-ci (envoyer des contingents à sa requête), et les échanges commerciaux seront soumis aux exigences suisses (taxe, douanes...), mais le canton devra continuer de payer les émoluments sous forme d'impôts au roi de Prusse.

Ce n'est qu'avec la révolution du 1er mars 1848 que Neuchâtel perd son statut de principauté en échange de celui de république, et s'intègre pleinement à la Suisse moderne. Il rompt les liens avec la monarchie prussienne qui ne s'en formalise pas, dans les faits en tout cas, car le traité de 1814 n'a pas officiellement été révoqué.

La Chaux-de-Fonds en 1863 lors du Tir fédéral.

En 1856 à la suite de l'affaire de Neuchâtel, une tentative de coup d'État monarchiste durant laquelle le roi de Prusse menace de prendre les armes contre Neuchâtel et qui se finit par l'arrestation des putschistes, les dirigeants européens menés par Napoléon III, peu enclins à voir les troupes prussiennes traverser le Rhin, réussissent la médiation qui enlève tout droit sur Neuchâtel au roi de Prusse et accorde définitivement le statut de pays neutre à la Suisse.

À partir du 2 mars 1848, jour de la proclamation de la république, on peut dire qu'excepté cette affaire neuchâteloise, son histoire se confond avec celle de la Suisse. La réunion du nouveau canton à l'État fédéral est fêtée avec grand bruit lors du Tir fédéral de 1863 à La Chaux-de-Fonds.

Politique et administration

Communale

Les communes du canton sont au nombre de 27 depuis 2021. Chacune est administrée par un conseil général (législatif) et un conseil communal (exécutif). Le conseil général est formé théoriquement de 41 personnes mais certaines communes ne parviennent pas à atteindre ce nombre de conseillers. Les conseils communaux sont formés de 5 membres. Les élections communales se déroulent tous les 4 ans, les dernières ont eu lieu le 25 octobre 2020 dans vingt-et-une communes. Six communes ont eu des élections tacites en raison du peu de candidats présentés.

Cantonale

Souverain, le peuple exerce ses droits notamment en élisant, pour quatre ans, les 100 députés du Grand Conseil, qui exerce le pouvoir législatif, et les cinq membres du Conseil d'État, qui exerce le pouvoir exécutif.

Le Grand Conseil Article détaillé : Grand Conseil du canton de Neuchâtel.

Jusqu'aux élections de 2021, le Grand Conseil comprenait 115 membres élus à la proportionnelle tous les 4 ans. À partir du 18 avril 2021, le nombre de députés a été réduit à 100.

Répartition des sièges au Grand Conseil pour la législature 2021-2025
Partis politiques Nombre de sièges
Parti libéral-radical (PLR) 32
Parti socialiste neuchâtelois (PS) 21
Parti ouvrier et populaire (POP) 8
Les Verts 19
Union démocratique du centre (UDC) 8
Le Centre (LC) 4
Parti Vert'liberal (VL) 8
Totaux 100
Répartition des sièges au Grand Conseil pour la législature 2017-2021
Partis politiques Neuchâtel Boudry Val-de-Travers Val-de-Ruz Le Locle La-Chaux-de-Fonds total Canton
PLR 14 11 3 5 3 7 43 (+8)
PS 11 7 2 3 2 7 32 (-1)
Les Verts 5 4 1 2 1 4 17 (+5)
UDC 0 2 2 1 1 3 9 (-11)
POP 0 0 0 0 2 4 6 (-3)
Verts-libéraux 2 2 0 0 0 0 4 (-1)
PDC 1 0 0 0 0 1 2 (+1)
SolidaritéS 2 0 0 0 0 0 2 (-7)
Total 35 26 8 11 9 26 115
Répartition des sièges au Grand Conseil pour la législature 2013-2017
Partis politiques Neuchâtel Boudry Val-de-Travers Val-de-Ruz Le Locle La Chaux-de-Fonds Total Canton
PLR 11 10 2 5 3 4 35 (-6)
PS 11 7 3 3 1 8 33 (-3)
Les Verts 3 2 0 1 1 5 12 (-2)
POP-SolidaritéS 2 1 0 0 3 3 9 (-1)
UDC 5 4 3 2 1 5 20 (+6)
Vert'libéraux 2 2 0 0 0 1 5 (+5)
PDC 1 0 0 0 0 0 1 (+1)
Totaux 35 (-1) 26 (-) 8 (-) 11 (+1) 9 (-) 26 (-) 115 (-)
Le Conseil d'État Article détaillé : Conseil d'État (Neuchâtel).

Il comprend cinq conseillers d'État, élus pour quatre ans.

Il exécute les tâches gouvernementales et dirige l’administration cantonale. Il planifie et coordonne les activités de l’État et, selon la Constitution de 2002, il présente un programme de législature au Grand Conseil.

En outre, annuellement, un projet de budget, un compte administratif et de bilan ainsi qu’un rapport sur sa gestion financière et administrative sont présentés au Grand Conseil.

De plus, il se doit de veiller à ce que l’activité de l’administration soit conforme au droit, doit prendre les initiatives assurant le développement du canton, doit veiller par des mesures utiles de la collaboration de l'État avec les autres cantons, communes neuchâteloises, ainsi qu'avec la Confédération. Enfin, le Conseil d'État représente l'État aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de son territoire.

Composition du Conseil d'État pour la législature 2021-2025
Nom Parti Département Depuis le
Frédéric Mairy PS Département de la santé, des régions et des sports (DSRS) 1er mars 2024
Alain Ribaux PLR Département de l'économie, de la sécurité et de la culture (DESC) 28 mai 2013
Crystel Graf PLR Département de la formation, des finances et de la digitalisation (DFFD) 25 mai 2021
Laurent Favre PLR Département du développement territorial et de l'environnement (DDTE) 4 novembre 2014
Florence Nater PS Département de l'emploi et de la cohésion sociale (DECS) 25 mai 2021

Fédérale

Le canton de Neuchâtel envoie à chaque élection fédérale quatre députés au Conseil national et, comme chaque canton, deux au Conseil des États.

Conseil national
Nom Parti Élu(e) depuis
Fabien Fivaz Les Verts 2019
Damien Cottier PLR 2019
Martine Docourt PS 2023
Didier Calame UDC 2023
Conseil des États
Nom Parti Élu(e) depuis
Céline Vara Les Verts 2019
Baptiste Hurni PS 2023
Conseil fédéral

Après Zurich, Berne et Vaud, Neuchâtel est le canton qui a eu le plus de conseillers fédéraux, avec un total de neuf.

Nom Période
Didier Burkhalter 2009-2017
René Felber 1987-1993
Pierre Aubert 1979-1987
Pierre Graber 1970-1978
Max Petitpierre 1944-1961
Louis Perrier 1912-1913
Robert Comtesse 1899-1912
Numa Droz 1876-1892
Eugène Borel 1872-1875

Sécurité

Le canton de Neuchâtel dispose d'une police cantonale. Profondément réformée en 2009, la Police neuchâteloise est issue de la fusion des anciennes gendarmerie et police judiciaire.

Deux établissements pénitentiaires se trouvent sur le territoire cantonal et sont gérés par les autorités :

Population et société

Démographie

Le canton de Neuchâtel comptait 175 757 habitants au 31 décembre 2020, dont 74,9 % ayant la nationalité suisse.

Le tableau et le graphe suivant montrent l'évolution de la population depuis 1850 et par région. Les données jusqu'à 1941 viennent du recensement fédéral de la population, les données depuis 1950 viennent du service de statistique du canton.

Région Total
canton
Littoral Montagnes Val-de-Ruz Val-de-Travers
1850 22 784 29 014 7 197 11 758 70 753
1860 27 343 36 630 8 561 14 835 87 369
1870 30 613 40 442 8 996 15 374 95 425
1880 34 198 43 178 9 201 16 167 102 744
1888 35 668 46 872 9 064 16 549 108 153
1900 42 633 57 027 9 442 17 177 126 279
1910 47 087 58 233 9 622 18 119 133 061
1920 46 910 57 599 9 719 17 121 131 349
1930 45 934 53 949 8 939 15 502 124 324
1941 47 626 48 471 7 970 13 833 117 900
1950 53 845 51 772 8 203 14 036 127 856
1960 64 446 58 405 8 817 14 507 146 175
1970 80 912 62 935 10 178 14 213 168 238
1980 81 027 55 241 10 807 11 645 158 720
1990 83 528 52 660 12 153 11 981 160 322
1995 86 548 54 005 13 309 12 408 166 270
2000 87 405 52 905 13 981 12 185 166 476
2005 89 279 52 836 14 669 12 196 168 980
2010 91 848 52 804 15 417 11 952 172 021
2015 94 683 54 637 16 579 12 071 177 970
2020 94 921 52 015 17 146 11 675 175 757

Pour des raisons techniques, il est temporairement impossible d'afficher le graphique qui aurait dû être présenté ici.

Éducation

L'université de Neuchâtel.

Social

Chômage

Au 31 janvier 2023, le taux de chômage dans le canton de Neuchâtel est de 2,9 %, représentant 2 572 personnes. En comparaison, ce taux est de 2,2 et 3,3 % en Suisse et en Suisse romande respectivement. En janvier 2022, le taux de chômage du canton était supérieur d'un point. La région qui a le taux de chômage le plus bas est celle du Val-de-Ruz (1,8 %). La région Val-de-Travers a quant à elle le taux le plus élevé (3,1 %).

Bénéficiaires de l'aide sociale

En 2021, le nombre de bénéficiaires de l'aide sociale dans le canton de Neuchâtel représente 6,6 % de la population. Ce taux s'élevait à 7,0 % en 2019 et à 6,8 % en 2020. Parmi les bénéficiaires, 4 652 sont des personnes seules, 3 128 sont des familles monoparentales, 3 005 sont des couples sans enfant, 505 sont des couples avec enfant et 285 sont dans des situations autres. De plus, 41,6 % des bénéficiaires sont des personnes sans emploi (chômeurs inclus), 34 % sont des personnes non actives et 24,5 % sont des personnes actives occupées. Le montant moyen perçu par les bénéficiaires est de 701 francs en 2021 alors qu'il était de 668 francs en 2019.

Médias

Un média écrit, ArcInfo, couvre le canton de Neuchâtel. Le titre est issu de la réunion en 2018 des quotidiens L’Express et L’Impartial, tous deux édités par la Société Neuchâteloise de Presse, elle-même possession du groupe ESH Médias.

Par ailleurs, une radio régionale, RTN, couvre l'ensemble du canton. Canal Alpha en est la télévision régionale.

Économie

Un tiers environ des emplois nationaux dans l'horlogerie sont concentrés dans le canton. (ici une TAG Heuer Monaco).

Baromètre de l'emploi : entre secondaire et tertiaire

En 2005, le canton offrait 83 724 emplois dans 9 257 établissements. En 2009, le canton offrait 85 400 emplois au dernier trimestre, soit une variation de l'emploi de -2,0 %.

À la fin du trimestre 2010, bien que le secteur tertiaire reste dans le négatif avec -0,6 %, grâce au 2,5 % de reprise du secteur secondaire, le canton atteint un total de reprise positif : +0,6 %.

Au troisième quartile de l'année 2011, la variation de l'emploi est un de meilleurs scores positifs depuis des années : + 3,9 %, avec une augmentation de l'emploi de 6 % pour le secondaire et 2,5 % pour le tertiaire. La fin de l'année 2012 restera stable avec 90 600 emplois offerts, ce qui correspond à une croissance du marché de l'emploi de 3,1 %.

Le secteur primaire représente 3 269 emplois (3,9 %) et 1 113 établissements (12 %). Le secteur secondaire employait 29 154 personnes (34,8 %) dans 1 947 établissements (21 %). Le secteur tertiaire offrait 51 301 postes de travail (61,3 %) dans 6 197 établissements (66,9 %) (Mémento statistique neuchâtelois, 2008).

Le secteur secondaire est fortement lié au secteur de l'horlogerie qui offre plus de 10 % des emplois, et ceci sans compter tous ceux des domaines liés. Environ un tiers des emplois de l'industrie horlogère suisse se trouvent dans le canton.

Marché du travail attractif pour les frontaliers

Année (T3) Nbre de frontaliers actifs Pourcentage
2009 7781,7 (21,98 %)
2010 8231,3 (23,24 %)
2011 9404,4 (25,94 %)
2012 10158,6 (28,84 %)

Le canton de Neuchâtel, à l'instar du Jura, de Vaud et Genève, reste un canton attractif pour les travailleurs frontaliers. Pour la seule année 2012 Neuchâtel a vu son effectif de travailleurs frontaliers augmenter de (11,2 %) en l'espace de trois semestres. Les travailleurs frontaliers occupent principalement le secteur secondaire de même que le tertiaire.

Selon certains médias, la libre circulation des personnes faciliterait la sous-enchère salariale de la part des employeurs : les frontaliers seraient souvent engagés sans CCT et avec un salaire inférieur à celui d'un suisse.

À Neuchâtel, depuis 2009, des postes supplémentaires d'inspecteurs du travail ont été créés dans le but de protéger les droits du travail des frontaliers qui vivent en moyenne avec un salaire de 2 250 CHF mensuel.

Culture locale

Emblèmes

Article connexe : Drapeau et armoiries du canton de Neuchâtel.

Le canton de Neuchâtel a pour emblèmes un drapeau et un blason. Les armoiries de Neuchâtel se blasonnent : Tiercé en pal de sinople, d’argent et de gueules à la croix d’argent au deuxième canton.

Langues

La langue majoritairement parlée dans le canton est le français. Toutefois, la langue traditionnelle (ou patois) est l'arpitan, aussi appelé francoprovençal, dans son dialecte neuchâtelois.

Annexes

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Références

  1. « Neuchâtelois aux urnes pour renouveler leurs autorités », sur swissinfo.ch (consulté le 31 mars 2020).
  2. « Conseil d’État »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ne.ch (consulté le 10 décembre 2008).
  3. « Grand Conseil »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ne.ch (consulté le 10 décembre 2008).
  4. « Liste des conseillers aux États par canton », sur parlement.ch (consulté le 8 décembre 2008).
  5. « Liste des conseillers nationaux par canton », sur parlement.ch (consulté le 8 décembre 2008).
  6. « Constitution cantonale ».
  7. « Les points culminants des cantons suisses » , sur Office fédéral de la statistique (consulté le 7 décembre 2021).
  8. (de) « Intermontane Relationen Inhalt », sur reliefs.ch, 25 décembre 2017 (consulté le 9 décembre 2021).
  9. (de) Hans Graber, « Geografie: Die Hochs und Tiefs der Kantone », sur Luzerner Zeitung (consulté le 9 décembre 2021).
  10. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes » Accès libre , sur Office fédéral de la statistique (consulté le 5 mars 2023).
  11. « Répertoire officiel des communes de Suisse - Modifications annoncées 2017 - Version du 24.10.2017 (remplace la version du 15.06.2017) », sur bfs.admin.ch (consulté le 16 novembre 2017).
  12. MétéoSuisse, « Normes climatologiques La Brévine »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) , sur meteosuisse.admin.ch (consulté le 29 novembre 2021).
  13. MétéoSuisse, « Normes climatologiques Neuchâtel »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) , sur meteosuisse.admin.ch (consulté le 29 novembre 2021).
  14. MétéoSuisse, « Normes climatologiques La Chaux-de-Fonds »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) , sur meteosuisse.admin.ch (consulté le 29 novembre 2021).
  15. « Société de navigation sur les lacs de Neuchâtel et Morat ».
  16. Robert Michèle , Histoire de la Réforme dans le pays de Neuchâtel, Neuchâtel/Charenton-lePont, Éditions Alphil-Presses universitaires suisses / FMSH diffusion, 2017, 134 p. (ISBN 978-2-88930-158-4 et 2-88930-158-3, OCLC 1013917616, lire en ligne)
  17. Chantal Lafontant Vallotton, « Neuchâtel fut à la fois canton et principauté », Passé simple n°3,‎ mars 2015
  18. « Historique - République et canton de Neuchâtel », sur ne.ch (consulté le 19 février 2020).
  19. Autorités : Grand Conseil et Conseil d'État sur le site officiel du canton.
  20. « Site Internet des élections et des votations »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www2.ne.ch (consulté le 24 avril 2023).
  21. Répartition des sièges au Grand Conseil : législature 2013-2017
  22. Le Conseil d'État sur le site officiel du canton.
  23. Composition et organisation du Conseil d'État sur ne.ch, site officiel du canton de Neuchâtel.
  24. « Police neuchâteloise - République et canton de Neuchâtel », sur ne.ch (consulté le 25 juin 2020).
  25. « Établissement de détention La Promenade (EDPR) - République et canton de Neuchâtel », sur ne.ch (consulté le 25 juin 2020).
  26. « Établissement d'exécution des peines de Bellevue (EEPB) - République et canton de Neuchâtel », sur ne.ch (consulté le 25 juin 2020).
  27. « Recensement annuel de la population », sur ne.ch (consulté le 14 février 2021).
  28. « Évolution de la population selon la région - 1850-2000 », sur bfs.admin.ch (consulté le 14 février 2021).
  29. « 1.1.4. Population résidante, par commune », sur ne.ch (consulté le 14 février 2021).
  30. « Site officiel du canton de Neuchâtel - Bref portrait - Formation, recherche et développement »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 décembre 2008).
  31. « Les chiffres du chômage dans le canton de Neuchâtel - Janvier 2023 » Accès libre, sur ne.ch (présentation en ligne, consulté le 10 février 2023).
  32. Rapport social NE 2021, Département de l'emploi et de la cohésion sociale, novembre 2022, 16-17 p. (lire en ligne).
  33. Variation de l'emploi selon STATEM statistiques trimestrielles de l'emploi : trimestres de 2005-2012
  34. par rapport au même trimestre de l'année précédente
  35. « Site officiel du canton de Neuchâtel - Bref portrait - Économie »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 17 décembre 2008).
  36. « OSTAJ - Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc Jurassien ».
  37. GPE (groupement transfrontalier européen) et syndicats s'unissent contre le dumping salarial, Tribune de Genève
  38. Swissinfo.ch
  39. « Drapeaux des cantons de Suisse », sur touslesdrapeaux.xyz (consulté le 6 décembre 2021).
  40. Jacques Leclerc, « Canton de Neuchâtel » Accès libre, sur CEFAN, Université Laval, 31 décembre 2015 (consulté le 2 mars 2023).