Charles de La Porte

Charles de La PorteFonction
Surintendant
1648-1649
Michel Particelli d'ÉmeryMichel Particelli d'Émery et Claude de Mesmes
Biographie
Naissance 1602
Paris
Décès 8 février 1664
Paris
Activité Soldat
Conjoint Marie de Cossé-Brissac (d)
Enfant Armand-Charles de La Porte de La Meilleraye
Autres informations
Grade militaire Maréchal de France
Conflits Guerre de Trente Ans
Guerre franco-espagnole
Distinctions Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit
Chevalier de l'ordre de Saint-Michel
Maréchal de France
Blason

Charles II de La Porte (né en 1602 à Paris, mort le 8 février 1664 à Paris), fils de Charles Ier de La Porte (fils de François de La Porte et de sa deuxième femme Madeleine Charles du Plessis-Piquet) et de Claude de Champlais, marquis puis 1er duc de La Meilleraye et pair de France, baron de Parthenay et de Saint-Maixent, comte de Secondigny, seigneur du Boisliet, de La Lunardière, de La Jobelinière, de Villeneuve, est un gentilhomme et militaire français du XVIIe siècle.

Il est fait maréchal de France en 1639.

Biographie

Originaire du Poitou, il se retrouve très tôt orphelin et comme son cousin germain le cardinal de Richelieu, il est recueilli par leur oncle Amador de La Porte, Grand prieur de France, qui assure leur éducation (Suzanne de La Porte, fille de François de La Porte et de sa première femme Claude Bochard, demi-sœur d'Amador et de Charles Ier de La Porte, épouse François IV du Plessis de Richelieu : ils sont les parents du cardinal de Richelieu).

Il épousa en 1630 Marie Coiffié de Reuzé (ou Ruzé) d'Effiat, fille du maréchal Antoine Coëffier de Ruzé d'Effiat et sœur de Cinq-Mars, dont il aura un fils, Armand-Charles de la Porte, 2e duc de La Meilleraye, époux en 1661 d'une nièce de Mazarin, Hortense Mancini.

Lieutenant général de Bretagne en 1632, il est nommé gouverneur de Nantes, dont il laissera s'échapper le cardinal de Retz en 1654. Il est régulièrement présent sur les champs de bataille. Il est nommé la même année grand maître de l'artillerie de France, et acquiert la réputation d'être le meilleur général pour les sièges; on le surnommait « le preneur de villes ».

En 1635, il est lieutenant général des armées du roi.

En 1636, le cardinal de Richelieu le dépêche à Port-Louis pour rendre la citadelle de la ville inexpugnable ; il dira du marquis de La Meilleraye qu'il est « un des hommes du plus grand mérite, de la plus constante faveur et le plus comblé de son temps ».

Il s'empare d'Hesdin en 1639 puis, ayant fait sa jonction avec Maillé-Brezé après la chute de Lens (1641), il ravagea les faubourgs de Lille et mit le siège devant Bapaume, qui se rendit le 18 septembre 1641. Du 4 novembre 1641 au 9 septembre 1642, il conduit le siège de Perpignan, qui finit par se rendre.

Veuf, il épouse en 1637 Marie de Cossé, fille de François de Cossé-Brissac, qui lui apporta en dot 400 000 livres et le gouvernement de Port-Louis.

Le 29 juin 1639, Louis XIII le fait maréchal de France "sur la brèche" de la ville de Hesdin.

En 1641, il achète la baronnie de Parthenay. Nommé surintendant des Finances en 1648, il reste un des fidèles de la royauté durant les troubles de la Fronde.

En 1653, il légitima le fils qu'il avait eu de Catherine Fleury, Charles de Montgogué. En 1654 son nom figure sur la plaque du dépôt de fondation du couvent des Capucins de Quimperlé à côté de celui de l'évêque de Cornouaille monseigneur René du Louët de Coëtjunval

En 1663, un an avant sa mort, Louis XIV érige en duché-pairie ses terres de Parthenay et de Gâtine, sous le nom de duché de La Meilleraye, fondé sur Parthenay et l'actuelle commune de Beaulieu-sous-Parthenay (Deux-Sèvres) ; cet immense domaine fut morcelé et le château abandonné tomba en ruines à la fin du XVIIIe siècle.

Le nouveau duc de La Meilleraye ne manquait ni d'habileté, ni de finesse politique; avant même l'instauration de la Compagnie des Indes, il conçut l'audacieux projet de coloniser Madagascar, alors appelée l'Île Dauphine, et fonda sa propre compagnie de commerce maritime.

Un portrait peint du maréchal de La Meilleraye attribué à l'école de Philippe de Champaigne a figuré à la vente du 6 juin 2011 à Drouot (n°42 du catalogue).

Son buste en marbre (62 cm) par Louis Lerambert fait partie de la série de cinq commandée par Louis XIV afin d'honorer ses grands serviteurs, exécutés entre 1664 et 1672; l'œuvre - l'artiste fit également un buste du cardinal Mazarin - orna le Palais Brion en 1692 puis la salle des antiques du palais du Louvre "jusqu'en 1754 au moins" a disparu.

Notes et références

  1. D'après Père H. Griffet, Histoire du règne de Louis XIII, roi de France et de Navarre, Paris, les Libraires Associés, 1763, 3 volumes in-quarto, « tome XV », p. 355
  2. Archéologia, octobre 2022, no 613, p. 17.
  3. Françoise de La Moureyre, Le buste en marbre d'Antoine d'Aumont par Le Gros : une redécouverte dans "L'Objet d'art" no 543, mars 2018, p. 40.

Annexes

Bibliographie

Liens externes