Classe Tourville

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.

La mise en forme de cet article est à améliorer (juin 2024).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ».

Classe Tourville
Image illustrative de l'article Classe Tourville
La frégate ASM Tourville le 14 juillet 2007 à Saint-Malo.
Caractéristiques techniques
Type Frégate
Longueur 152,75 m
Maître-bau 48,80 m
Tirant d'eau 6,80 m
Déplacement 4 580 t et 6 100 t à pleine charge
Propulsion 2 groupes turbines à vapeur Rateau à double réduction
4 chaudières multitubulaires, dissymétriques à chauffe automatique, timbrées à 45 kg/cm2 et surchauffe à 450 °C
2 hélices à pales fixes
Puissance 58 000 chevaux
Vitesse 32 nœuds (59,3 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 1 système Crotale EDIR - 8 missiles sur rampe + 18 en réserve
2 canons de 100 mm modèle 1968 qui portent le nom de "Soleil Royal" et "Barfleur"
2 affûts de 20mm F2
4 affûts pour mitrailleuses de 12.7mm
6 rampes de missiles anti-navires Exocet MM38
1 système Malafon : 1 sur rampe - 12 en réserve
2 berceaux lance torpilles anti-sous-marines L5 autoguidées
10 torpilles anti-sous-marines L5 mod 4
Rayon d’action 1 900 nautiques à 30 nœuds, 4 500 nautiques à 18 nœuds
Autres caractéristiques
Électronique 1 radar de veille Surface DRBV 51B
1 radar de veille Air DRBV 26A
1 radar de conduite de tir DRBC 32D
2 radar de navigation DRBN 34
1 sonar de coque DUBV 23
1 flûte ETBF DSBV 62C
1 sonar remorqué DSBX 1
1 dispositif d'alerte torpille Syva
1 brouilleur ARBB 32
1 intercepteur radar ARBR 16
2 lance-leurres Syllex
SENIT 3
SEAO/OPSMER

Liaisons HF, UHF, VHF et SHF ; Syracuse 2; Inmarsat
Liaison 11
Équipage 24 officiers
160 officiers mariniers
115 quartiers maîtres et matelots
Histoire
A servi dans  Marine nationale
Période de
construction
1970-1977
Période de service 1975-2013
Navires construits 3
Navires désarmés 3

Les frégates de classe Tourville sont des bâtiments de lutte anti sous-marine de la Marine française. Le nom Tourville est donné en l'honneur d'Anne Hilarion de Costentin de Tourville, vice-amiral et maréchal de France du XVIIe siècle.

Présentation

Origines

Mise sur cale à Lorient le 22 mars 1968, l'Aconit (D609) ou corvette C65 est admise au service actif le 30 mars 1973.

Ce programme de cinq corvettes répond à l'accroissement des performances des sous-marins dans les années 1960. La C65 est construite autour de deux systèmes novateurs au développement récent : le sonar remorqué actif DUBV43 et le missile porte-torpilles Malafon. Ces équipements la font considérer comme l'ultime évolution des escorteurs d'escadre de la classe T 47 spécialisés dans la lutte anti-sous-marine. Les performances de vitesse n’ont pas le niveau souhaité et la mise au point de la propulsion est longue et laborieuse.

Le programme s'arrête à la première unité. La conception de navires anti-sous-marins océaniques est totalement repensée et porte désormais le nom de C67 puis F67 type Tourville.

Descriptif

La classe Tourville est désignée comme frégate anti-sous-marine type F 67. Ces frégates de premier rang sont spécialisées dans la lutte anti-sous-marine (ASM). Elles embarquent un hélicoptère ASM Lynx et le missile porte-torpille Malafon, ce dernier étant débarqué lors d'une des modernisations des navires entre 1994 et 1996. Les F 67 sont équipées de moyens de lutte anti-navires (missiles Exocet) et anti-aérienne (missile Crotale, canon de 100 mm, 2 affûts de 20 mm F2 et 4 affûts pour mitrailleuses de 12,7 mm).

Le Tourville et le De Grasse ont subi entre 1994 et 1996 des modernisations importantes comportant le débarquement du système Malafon et l'installation du "SLASM" (Système de Lutte Anti-Sous-Marine), un système de détection multistatique.

Après seulement 24 ans de service, en 1999, le Duguay-Trouin a été désarmé prématurément. Sacrifié le premier par la Marine parce qu'il était le seul à ne pas posséder le Système de lutte anti sous-marine (SLASM) qui comprend un sonar remorqué basse fréquence avec un poisson de 10 t et un dispositif d'alerte torpille. Un grave incendie en 1983, le navire faillit connaître une fin prématurée en raison d'un important incendie qui se déclara à la machine et qui se propagea par les câbles électriques. Il fut maîtrisé de justesse.. La politique de diminution de bâtiments de la marine nationale auront conduit à sa fin.

SLASM

Le SLASM (Système de Lutte Anti-Sous-Marine) est un système de détection multistatique. Celui-ci consiste, pour un bâtiment de lutte ASM qui émet au sonar, à “partager” le retour d’écho avec un autre senseur (navire, bouée, sous-marin), ce qui permet de mieux situer le sous-marin adverse. Ce mode de détection nécessite l’utilisation de sonars très basse fréquence. Ces sonars, les premiers du genre, avaient de lourds calculateurs dédiés et souffraient d’une faible puissance de calcul. Ainsi, il fallait douze heures de travail à un supercalculateur pour analyser dix minutes d’émissions à basse fréquence.

Navires de la classe Tourville

Nom no  Mise sur cales Mise à l'eau Mise en service Désarmée Destination
Tourville D610 6 avril 1970 13 décembre 1972 14 juin 1975 10 novembre 2011 Cimetière de Landévennec (2012-2014) ;
Brise-lames à Lanvéoc-Poulmic depuis 2014.
Duguay-Trouin D611 25 février 1971 1er juin 1973 17 septembre 1975 13 juillet 1999 Brise-lames à Lanvéoc-Poulmic (1999-2014) ;
Cimetière de Landévennec (2014-2020) ;
Démantelé à Gand (2020-2021).
De Grasse D612 25 juillet 1972 30 novembre 1974 1er octobre 1977 5 septembre 2013 Cimetière de Landévennec (2013-2014) ;
Brise-lames à Lanvéoc-Poulmic depuis 2014.

Remplacement

Le De Grasse a été désarmé en 2013. Les premières frégates FREMM ont pris la suite des frégates de la classe Tourville, d'abord l'Aquitaine, puis la Normandie.

Les noms de la classe Tourville devraient être réutilisés pour les sous-marins de la classe Suffren.

Galerie

Références

  1. Herrou 1997 : p. 50-51 ; Feron 2002 : p. 67-68 ; Chant 2014 : p. 206-207
  2. Ireland 1984 : p. 27 ; Feron 2002
  3. « La Marine en pointe dans la lutte ASM », sur TTU, 12 décembre 2013 (consulté le 14 décembre 2013)

Bibliographie

Voir aussi

Article connexe

Liens externes