Géomorphologie

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer Géomorphologie
Partie de Géographie physique, discipline académique
Pratiqué par Géomorphologue (d)
Champs Lithosphère
Objets Relief
montagne
modelé
surface terrestre (en)
pente (d)

La géomorphologie (du grec γῆ, gé : la Terre, μορφή, morphé : la forme et λόγος : logos, l’étude) est l'étude scientifique des reliefs et des processus qui les façonnent sur les planètes telluriques.

Les géomorphologues analysent les paysages, cherchent à en comprendre l'histoire et l’évolution et à prévoir les changements futurs à travers une combinaison d'observations de terrain, d'expérimentations en laboratoire et de modélisations numériques.

Définition

Le Cono de Arita en Salar d'Arizaro, Salta (Argentine). Le Grand Canyon vu du Bright Angel Trail, Arizona (morphologie karstique)

La géomorphologie est la science qui a pour objet la description et l'explication des formes du relief terrestre. Cette discipline s'est construite au sein de la géographie physique (dont elle a longtemps été le fleuron) puis des géosciences. Elle est pratiquée par les géographes, les géologues, les archéologues selon des méthodes et des champs de recherche qui leur sont propres (géodésie, géotechnique, etc.). Les formes de la surface terrestre (et des planètes telluriques) évoluent en réponse à une combinaison de processus naturels et anthropiques, et tendent à équilibrer les processus d’ablation et d’accumulation. Ces processus agissent à des échelles spatiales et temporelles variées. Dans le temps long (petites échelles), le paysage se construit notamment par le soulèvement tectonique et le volcanisme (géomorphologie structurale). Il s'agit donc de l'analyse du milieu naturel, qui est un géosystème : ensemble géographique doté d'une structure et d'un fonctionnement propres, qui s'inscrit dans l'espace et dans le temps (spatio-temporel).

La géomorphologie est donc une discipline qui analyse l'une des composantes du milieu naturel, en relation étroite avec les autres disciplines de la géographie physique et des sciences de la terre (géologie). Deux domaines se partagent le champ scientifique de la géomorphologie :

Schématiquement, la géomorphologie structurale explique les grandes lignes du relief - l'architecture principale ou la structure - tandis que la géomorphologie dynamique retouche les grands traits du paysage généralement sous l'effet du climat.

Depuis les années 1970, l'exogéomorphologie, étude des reliefs et des dynamiques morphologiques des corps planétaires extraterrestres, se développe au sein de la planétologie.

Modelé et formations associées

Antelope Canyon, Arizona, creusé par des crues puissantes en contexte désertique dans la formation de grès Navajo (Navajo Sandstone) John Playfair, considéré comme l'un des précurseurs dans le domaine de la géomorphologie A.von Humboldt a également contribué à diffuser l'importance de la géomorphologie

L'étude géomorphologique comporte un double aspect :

Pour le géographe et géomorphologue Claude Klein, « la géomorphologie n'est pas une, elle est trine : il y a une microgéomorphologie, une mésogéomorphologie, une mégagéomorphologi ». Il distingue différents espaces d'étude selon une géomorphologie naturaliste : mégaformes du relief qui représentent essentiellement des phénomènes zonaux liés à la tectonique des plaques, mésoformes qui s'expliquent de manière prépondérant par la dynamique des profils d'équilibre, et microformes (qu'il appelle modelés) façonnées sous l'influence prédominante du climat (en particulier périglaciaire).

Histoire

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

La discipline est très ancienne si on considère son objet d'observation — les reliefs — et les sources remontant à l'Antiquité et au Moyen Âge tant occidentales (Aristote (384-322 av. J.-C.), Pline l'Ancien, Strabon, Sénèque, Avicenne) que chinoises.

Outils d'analyse géomorphologique

L’évolution technologique a permis de grands progrès dans la connaissance géomorphologique. Avec des avantages et des inconvénients, chacun de ses outils, utilisés généralement conjointement, permet une interprétation plus fine des reliefs et de leur évolution. De plus, dans certaines régions (montagne, couverture végétale importante, espaces très urbanisés, autres planètes du système solaire), la collecte des données de terrain est particulièrement difficile et nécessite l’utilisation de techniques et de méthodes particulières.

Processus d'érosion, agents de transport et formations superficielles

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Traditionnellement, le terme érosion désigne l'ensemble des processus d'ablation, de transport et de sédimentation des matériaux rocheux ; l'érosion au sens large est donc un triptyque. L'érosion des reliefs produit des modelés par ablation (entaille de la masse rocheuse) ou par sédimentation (dépôts corrélatifs).

Grands agents de transport

Processus fluviaux

La dynamique fluviale, ou géodynamique fluviale, étudie l'évolution géomorphologique des cours d'eau (les formes en résultant relevant de la morphologie fluviale). Elle est pluridisciplinaire, empruntant des éléments de méthode et de diagnostic à la géographie physique (dont la géomorphologie), à la géologie, à la sédimentologie, à l'hydraulique, à l’hydrologie, à la biologie et à l'écologie fluviale.

Processus éoliens

Mesquite Flat Dunes, vallée de la Mort (barkhane) et en arrière-plan les Cottonwood Mountains Érosion éolienne sur l’Altiplano andin, Bolivie

Les processus éoliens (de Éole, dieu grec du vent) se rapportent à l'activité des vents et plus particulièrement, à la capacité du vent à éroder, transporter des matériaux puis les déposer. Cet agent est particulièrement efficace dans les régions où la végétation est clairsemée (rhexistasie), où l’aridité ou le froid sont marqués et disposant d’une grande quantité de sédiments meubles. Le terme éolisation désigne les processus géomorphologiques relatifs à l’action du vent.

Le vent exporte des particules par déflation ; le vannage est une déflation sélective qui ne laisse au sol que les fragments dépassant la compétence du vent (érosion éolienne), les transports éoliens se font par suspension ou saltation (vent de sable, tempête de sable) selon la taille des grains et finalement un dépôt éolien se met en place (lœss, sables dunaires, etc.). Le modelé ou le relief éolien regroupe les formes sculptées par l'érosion due au vent : massif de dunes, couverture de lœss, etc., soit en contexte littoral, soit en contexte aride ou semi-aride.

Un modelé éolien est produit par l'action érosive ou constructive du vent. Le processus d'érosion éolienne se fait par abrasion ou polissage des surfaces exposées (dreikanter), par l'action du vent chargé de particules de sable et par déflation ou enlèvement par le vent de particules de la taille d'un grain de sable ou d’un limon (lœss) mais parfois lorsque la compétence du vent est plus forte, par des éléments beaucoup plus grossiers.

Les processus éoliens relèvent à la fois de l'ablation, du transport et du dépôt de matériaux de taille granulométrique fonction de la compétence (force) du vent. Ces processus édifient donc des formes et des formations de taille extrêmement variable (de la microforme à la surface régionale) et de durée tout aussi diverse. Par exemple de vastes édifices dunaires datant des phases d'avancées quaternaires du désert saharien peuvent aujourd'hui être figés, masqués par la végétation et constituer ainsi des héritages de périodes plus arides où les sables étaient mobiles n'étant pas fixés.

Processus glaciaires et périglaciaires

Les glaciers (langues glaciaires, calottes ou fona, inlandsis et même les névés) par creusement ou par dépôt façonnent le relief.

Modelés glaciaires

Modelés périglaciaires

Géomorphologie et écologie du paysage

Végétation et animaux, plus ou moins contrôlés par l'homme, influent conjointement sur la forme et l'évolution des paysages. Ici, le passage répété du bétail crée de petites terrasses en escalier, les « pieds-de-vache ».

En tant qu'élément structurant des paysages, le relief joue un rôle dans la répartition des êtres vivants à de multiples échelles. La géomorphologie est un domaine important de l'écologie du paysage. Les formes et structures du paysage sont déterminantes pour la flore, la faune et leurs fonctions au sein des écosystèmes, en particulier les corridors biologiques et certains points comme les îles, isthmes, lacs, fleuves, cols, détroits, creuses, etc., qui orientent naturellement la circulation des flux de gènes, d'espèces et de populations.

Notes et références

  1. J.-P.Peulvast, J.-R. Vanney, 2001
  2. Claude Klein, De la mésogéomorphologie à la microgéomorphologie et à la mégagéomorphologie, Ophrys, 2001, p. 6
  3. F. Joly, 1997.
  4. George P. (dir.), 1974 – Dictionnaire de la géographie. PUF, Paris, p. 155-156

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes