Gérard Larcher

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

Gérard Larcher
Illustration.
Gérard Larcher en 2014.
Fonctions
Président du Sénat français
En fonction depuis le 1er octobre 2014
(9 ans, 9 mois et 21 jours)
Élection 1er octobre 2014
Réélection 2 octobre 2017
1er octobre 2020
2 octobre 2023
Prédécesseur Jean-Pierre Bel
1er octobre 200830 septembre 2011
(2 ans, 11 mois et 29 jours)
Élection 1er octobre 2008
Prédécesseur Christian Poncelet
Successeur Jean-Pierre Bel
Sénateur français
En fonction depuis le 1er octobre 2007
(16 ans, 9 mois et 21 jours)
Élection 26 septembre 2004
Réélection 25 septembre 2011
24 septembre 2017
24 septembre 2023
Circonscription Yvelines
Groupe politique UMP (2007-2015)
REP (depuis 2015)
Prédécesseur Adeline Gousseau
2 octobre 198630 avril 2004
(17 ans, 6 mois et 28 jours)
Élection 28 septembre 1986
Réélection 24 septembre 1995
Circonscription Yvelines
Groupe politique RPR (1986-2002)
UMP (2002-2004)
Successeur Alain Schmitz
Ministre délégué à l'Emploi, au Travail et à l'Insertion professionnelle des jeunes
2 juin 200515 mai 2007
(1 an, 11 mois et 13 jours)
Président Jacques Chirac
Premier ministre Dominique de Villepin
Ministre Jean-Louis Borloo
Gouvernement Villepin
Ministre délégué aux Relations du Travail
31 mars 200431 mai 2005
(1 an et 2 mois)
Président Jacques Chirac
Premier ministre Jean-Pierre Raffarin
Ministre Jean-Louis Borloo
Gouvernement Raffarin III
Président de la commission des Affaires économiques du Sénat
5 octobre 200130 avril 2004
(2 ans, 6 mois et 25 jours)
Prédécesseur Jean François-Poncet
Successeur Jean-Paul Emorine
Vice-président du Sénat
16 janvier 199730 septembre 2001
(4 ans, 8 mois et 14 jours)
Réélection 6 octobre 1998
Président René Monory
Christian Poncelet
Secrétaire du Sénat
5 octobre 198930 septembre 1995
(5 ans, 11 mois et 25 jours)
Réélection 8 octobre 1992
Président Alain Poher
René Monory
Maire de Rambouillet
18 juin 20074 avril 2014
(6 ans, 9 mois et 17 jours)
Prédécesseur Jean-Frédéric Poisson
Successeur Marc Robert
18 mars 19837 juillet 2004
(21 ans, 3 mois et 19 jours)
Prédécesseur Jacqueline Thome-Patenôtre
Successeur Jean-Frédéric Poisson
Biographie
Nom de naissance Gérard Philippe René André Larcher
Date de naissance 14 septembre 1949
Lieu de naissance Flers (France)
Nationalité Française
Parti politique UNR-UDT (1965-1967)
UDR (1967-1976)
RPR (1976-2002)
UMP (2002-2015)
LR (depuis 2015)
Diplômé de École nationale vétérinaire de Lyon
Profession Vétérinaire
Religion Protestantisme
Résidence Petit Luxembourg (Paris 6e)
Gérard Larcher
Présidents du Sénat français

Gérard Larcher, né le 14 septembre 1949 à Flers (Orne), est un homme d'État français. Membre du RPR, de l'UMP puis de LR, il est président du Sénat de 2008 à 2011 et depuis 2014.

Élu maire de Rambouillet en 1983 et sénateur des Yvelines en 1986, il est vice-président du Sénat de 1997 à 2001 et président de la commission des Affaires économiques de la chambre haute de 2001 à 2004. Dans les gouvernements Raffarin et Villepin, entre 2004 et 2007, il est ministre délégué au Travail.

En 2008, après avoir remporté une primaire à droite face à l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, il est élu à la présidence du Sénat. Défait par le socialiste Jean-Pierre Bel à la suite de la victoire de la gauche aux élections sénatoriales de 2011, il retrouve trois ans plus tard la présidence de la haute assemblée, à laquelle il est réélu en 2017, 2020 et 2023.

Situation personnelle

Origines, famille et études

Gérard Philippe René André Larcher est issu d'une famille catholique. Son père, Philippe Larcher, maire de Saint-Michel-des-Andaines dans l'Orne, était propriétaire d'une usine de textile et petit éleveur de chevaux de selle et de vénerie,.

Envoyé en pensionnat chez les Eudistes, Gérard Larcher se convertit plus tard au protestantisme en épousant en secondes noces Christine Weiss, une amie d'enfance de confession luthérienne, avec laquelle il a trois enfants : Aymeric, Dorothée et Charlotte.

Après avoir obtenu son baccalauréat à l'institution Sainte-Marie de Caen, il s'inscrit dans une classe préparatoire BCPST au lycée Louis-Thuillier à Amiens. Il intègre ensuite l'École nationale vétérinaire de Lyon, dont il est diplômé en 1973. Passionné par la chasse,, il soutient sa thèse d'exercice, intitulée Contribution à l'étude des chiens de grande vénerie : « Le Poitevin ». Il effectue ensuite son service militaire à la caserne de la garde républicaine à Paris.

Il est souvent présenté comme membre de la franc-maçonnerie, mais il dément cette appartenance.

Carrière professionnelle

Gérard Larcher est docteur vétérinaire, spécialisé dans les chevaux, pendant 14 ans. Par ailleurs, il atteint un niveau de compétition en saut d'obstacles et concours complet. Il travaille, de 1974 à 1979, au haras national du Pin, en Normandie, au sein de l'équipe de France de sports équestres, qu'il suit lors de sa victoire aux Jeux olympiques d'été de 1976 à Montréal (Canada),. Il arrête cette activité en 1979, après être devenu conseiller municipal de Rambouillet. Il est ensuite correspondant de la Fédération équestre internationale, jusqu'en 1983. Il interrompt sa carrière professionnelle après avoir été élu sénateur.

Passions et hobbies

Passionné d'équitation, Gérard Larcher aime également la pêche en mer, notamment à l'Île-de-Batz, où sa famille possède une maison depuis plus de 50 ans.

Il est également un passionné de la voiture 4L depuis son enfance, un modèle de voiture qu'il a révélé encore posséder lors du 60e anniversaire de ce modèle emblématique de Renault, en 2021.

Parcours politique

De Rambouillet au Sénat

Gérard Larcher avec Jean-René Lecerf en 2009.

Gérard Larcher s'engage au sein des jeunes gaullistes et à l’Union pour la nouvelle République – Union démocratique du travail (UNR-UDT) dès le lycée. Il intègre le RPR lors de sa création, en 1976. Proche de Charles Pasqua, il entre dans les années 1990 au bureau politique, puis au comité politique du parti gaulliste.

Il est tout d'abord conseiller municipal de Rambouillet à partir de 1979. Après la victoire de la gauche à l'élection présidentielle de 1981, sa femme l'incite à se lancer véritablement en politique. Élu maire de Rambouillet à la suite des élections municipales de 1983 au cours desquelles il a notamment affronté Christine Boutin, il est constamment réélu, recueillant jusqu'à 71 % des voix dès le premier tour des municipales de 2001. À ce poste, Gérard Larcher poursuit la construction de logements sociaux, lance la création d'une nouvelle zone d'activité intercommunale consacrée à l'industrie cosmétique et d'un village culturel hébergeant des troupes d'artistes. Lorsqu'il abandonne son mandat de maire au profit de son premier adjoint Jean-Frédéric Poisson, lors de sa nomination au gouvernement en 2004, le taux de chômage à Rambouillet est inférieur à 5 %.

De 1985 à 1992, il exerce les fonctions de conseiller régional d'Île-de-France.

Il est élu sénateur dans le département des Yvelines le 28 septembre 1986. Réélu le 24 septembre 1995, il exerce plusieurs fonctions importantes au Sénat : secrétaire de 1989 de 1995, vice-président de 1997 à 2001, président de la commission des Affaires économiques et du Plan de 2001 à 2004. Il est aussi rapporteur de la commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi d'orientation pour l'aménagement et le développement du territoire en 1994.

Ministre sous Jacques Chirac

Bien qu'ayant préféré Édouard Balladur à Jacques Chirac au moment de l'élection présidentielle de 1995, Gérard Larcher est nommé ministre délégué aux Relations du Travail dans le troisième gouvernement de Jean-Pierre Raffarin (2004-2005), puis ministre délégué à l'Emploi, au Travail et à l'Insertion professionnelle des jeunes dans le gouvernement de Dominique de Villepin (2005-2007). D'après Jean-Christophe Le Duigou, un dirigeant de la CGT, il est « un des moins mauvais ministres du Travail depuis longtemps ». Il est réputé pour être un homme d'écoute et de consensus, participant longuement aux négociations avec les partenaires sociaux, dont il est proche,.

Redevenant maire de Rambouillet en juin 2007, il conserve ses fonctions après les élections municipales de 2008, lors desquelles sa liste obtient 57,7 % des suffrages au premier tour.

Après avoir décliné l'offre de Nicolas Sarkozy qui souhaitait le nommer ministre de l'Agriculture,, il redevient sénateur le 1er octobre 2007, à la suite de la démission de la sénatrice Adeline Gousseau.

Régulièrement consulté sur les questions sociales par le président Sarkozy, il préside la commission spéciale sur la loi de modernisation de l'économie à partir de juin 2008. Le 11 avril 2008, Gérard Larcher, ancien président de la Fédération hospitalière de France, remet au chef de l'État un rapport sur la réforme hospitalière. Il préconise entre autres le regroupement d'établissements, dans le but de ramener les hôpitaux publics à l'équilibre budgétaire en 2012, alors qu'ils affichent un déficit cumulé de 800 millions d'euros chaque année.

Premier mandat de président du Sénat

Gérard Larcher en 2009, durant son premier mandat à la présidence du Sénat.

Dès son départ du gouvernement, les médias prêtent à l'ancien ministre l'intention de briguer la présidence du Sénat,. Il est le premier à déclarer publiquement sa candidature à la succession de Christian Poncelet, le 31 juillet 2008.

Lors d'une primaire interne organisée par le groupe UMP le 24 septembre 2008, Gérard Larcher est largement désigné candidat représentant du groupe UMP à la présidence du Sénat, contre l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et le maire de Compiègne, Philippe Marini. Il est élu président du Sénat le 1er octobre suivant, avec 173 voix, contre 134 à Jean-Pierre Bel (SOC), 19 à René Garrec (UMP) et 2 à Jean-Pierre Raffarin (UMP). Dans le discours qu'il prononce à la suite de sa victoire, le nouveau président de la chambre haute enjoint à ses collègues de « faire de institution la maison des élus locaux et des collectivités territoriales », tout en déplorant le fait que celle-ci soit critiquée « à partir de caricatures ou d'informations tronquées » ; dans un souci d'exemplarité, Gérard Larcher « 'engage à la transparence ».

Le 18 novembre 2008, il annonce la baisse de 30 % de ses indemnités, ainsi que celle des trois questeurs du Sénat. Selon L'Express, le cabinet de Gérard Larcher a réduit ses dépenses de 44,45 % au cours de l'année 2009. Durant son mandat, il mène la plus importante réorganisation du Sénat depuis 1958, en réformant notamment les systèmes de rémunérations, retraites et privilèges des sénateurs (fin des grosses retraites et des prêts immobiliers à 0 %, réduction du parc automobile, suppression du deuxième appartement de fonction du président du Sénat). En juillet 2011, il se félicite d’être le premier président de la haute assemblée à ne pas avoir demandé à l'État d'augmenter le budget du Sénat.

Comme prévu, les élections sénatoriales de septembre 2011 sont favorables à la gauche, qui obtient 177 sièges contre 171 à la droite et au centre-droit. C'est la première fois, sous la Ve République, qu'une alternance se produit à la chambre haute. Soucieux de défendre son bilan, Gérard Larcher annonce rapidement être candidat à un nouveau mandat malgré la défaite de son camp. Le 1er octobre suivant, il obtient 134 voix contre 179 pour Jean-Pierre Bel, qui devient ainsi le premier président socialiste de l'histoire du Sénat.

Sur les bancs de l'opposition sénatoriale

Après avoir perdu le « plateau » du Sénat, Gérard Larcher intègre la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées de la chambre haute, présidée par le socialiste Jean-Louis Carrère.

Le 28 février 2012, il entre au conseil d'administration du domaine national du château de Chambord à la suite d'un arrêté gouvernemental publié au Journal officiel. Sa nomination comme président de ce conseil est approuvée dès le lendemain par le Conseil des ministres.

Lors du congrès de l'UMP de novembre 2012, il soutient la candidature de l'ancien Premier ministre François Fillon pour la présidence du parti face à celle du secrétaire général sortant, Jean-François Copé,,.

Tandis qu'il refuse de briguer un nouveau mandat de maire à Rambouillet lors des élections municipales de mars 2014, Gérard Larcher annonce très tôt son intention de retrouver la présidence du Sénat à l'issue des élections sénatoriales de septembre suivant. D'après le quotidien Le Figaro, qui s'appuie notamment sur le témoignage de son collègue Gérard Longuet, il nourrit cette ambition dès sa défaite face à Jean-Pierre Bel, en octobre 2011.

Retour au « plateau »

Deuxième mandat de président du Sénat Gérard Larcher après sa réélection au « plateau », le 1er octobre 2014.

Lors des élections sénatoriales de septembre 2014, qui suivent le scrutin municipal du mois de mars, le renouvellement de la moitié du Sénat s'avère favorable à la droite et au centre. Dans les jours qui suivent, à l'occasion d'une primaire, Gérard Larcher obtient l'investiture du groupe UMP pour briguer la présidence du Sénat après avoir battu Jean-Pierre Raffarin et Philippe Marini, qu'il avait déjà affrontés six ans plus tôt.

Le 1er octobre 2014, il est élu président du Sénat à l'issue d'un second tour avec 194 voix contre 124 au socialiste Didier Guillaume. Gérard Larcher obtient ainsi quelques voix de plus que le nombre total de sénateurs formant la nouvelle majorité. C'est la première fois sous la Ve République qu'un sénateur est élu à la présidence de la chambre haute à deux reprises de façon non consécutive.

En janvier 2015, à la suite de la déclaration du président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, remettant en cause l'existence du Sénat, Gérard Larcher annonce cesser sa collaboration avec ce dernier dans le cadre d'une mission sur le sentiment d'appartenance à la nation confiée par François Hollande après une série d’attentats. Les médias se font alors l'écho de ce débat ancien sur la fin du bicamérisme, tandis que Gérard Larcher reçoit l'appui de la quasi-totalité des sénateurs.

Il annonce, en mars 2015, une réforme des revenus des sénateurs visant à baisser les indemnités de ceux trop souvent absents et à contrôler les frais de mandat, en interdisant notamment leur utilisation pour l'achat d'une permanence électorale. Le journaliste Yvan Stefanovitch, auteur d'un pamphlet contre les avantages acquis des membres de la haute assemblée, dénonce toutefois une « réforme de façade » n’ayant aucun réel impact sur l'absentéisme des sénateurs,.

Lors de la primaire présidentielle de la droite et du centre de 2016, il est l’un des principaux soutiens de François Fillon,. Après la victoire de celui-ci, il devient président du comité politique des Républicains, mis en place pour « assumer la plénitude des pouvoirs et des attributions du bureau politique dans l'intervalle des réunions de ce dernier ». Entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2017, après l'élimination de François Fillon, qu'il soutenait malgré des réticences causées par les soucis judiciaires de ce dernier, Gérard Larcher appelle à voter pour Emmanuel Macron,,. A posteriori, il explique à propos de l'affaire Fillon : « On est tous tombés de l’armoire. J'ai continué la campagne par fidélité, mais je savais que c'était plié ».

Troisième mandat de président du Sénat

Candidat à sa réélection au scrutin sénatorial de septembre 2017 et à la présidence du Sénat, il est donné en difficulté à la suite de la montée en puissance de La République en marche, le parti du nouveau président, Emmanuel Macron. Dans ce contexte, il propose la nomination au Conseil constitutionnel du sénateur centriste Michel Mercier, qui était perçu comme un de ses potentiels rivaux pour la présidence du Sénat. Dans les Yvelines, Gérard Larcher doit faire face à la concurrence de trois listes à droite, dont une menée par l'ancien député Jacques Myard, qui lui reproche la nomination de Michel Mercier au Conseil constitutionnel, et ses prises de position modérées à l'égard du nouvel exécutif.

Gérard Larcher au côté du Premier ministre Édouard Philippe pour la commémoration de l'armistice de 1918 à Paris, en novembre 2017.

La liste qu'il conduit dans les Yvelines obtient 57,9 % des suffrages exprimés, bénéficiant du vote d'un collège électoral principalement élu lors des élections municipales de 2014, favorables à la droite,. Avec cinq élus sur six sièges à pourvoir (l'autre siège est obtenu par LREM, qui recueille 12,6 % des voix), il manque de peu de réaliser le grand chelem dans son département. À l'issue du scrutin sénatorial, la majorité de droite renforce son nombre d'élus. Le 2 octobre 2017, il est réélu pour un troisième mandat avec 223 voix, contre 79 à Didier Guillaume (SOCR) et 15 à Éliane Assassi (CRCE).

Au cours de l'année 2018, alors qu'Emmanuel Macron cherche à obtenir le soutien nécessaire du Sénat pour l'examen d'un projet de révision constitutionnelle, Gérard Larcher négocie avec le gouvernement afin qu’il opte pour une réduction moindre du nombre de sénateurs, pour qu’il réduise la dose de scrutin proportionnel proposée pour les élections sénatoriales et pour qu'il abandonne l’idée de renouveler le Sénat dans sa totalité en 2021. Il essaie également de modifier les mesures touchant au droit d’amendement et au cumul des mandats pour les maires des petites communes,. Sa conduite des négociations lui attire les critiques d’une partie de sa majorité, qui le trouve trop conciliant avec l’exécutif.

En mars 2019, la décision du bureau du Sénat de saisir la justice après les travaux de sa commission d'enquête sur l’affaire Benalla suscite la colère de l'exécutif et des élus de La République en marche à son égard. À cette occasion, le Sénat est perçu comme un réel contre-pouvoir alors que l’Assemblée nationale est jugée plus effacée qu’auparavant. Gérard Larcher invoque l'application du droit et se félicite de la médiatisation des auditions menées par la commission des Lois de la chambre haute,.

Il est hostile à la désignation de François-Xavier Bellamy, qu'il juge trop conservateur et eurosceptique, à la tête de la liste Les Républicains-Les Centristes aux élections européennes de 2019. Après le mauvais score réalisé par la liste, il critique la ligne du président de LR, Laurent Wauquiez, et annonce qu'il entend conduire un rassemblement du centre et de la droite au-delà des partis politiques existants. Alors que le parti est menacé d’explosion, il rassemble dans un hôtel parisien ses dirigeants, puis commence un tour de France des fédérations. Il met en avant l’importance que son camp politique puisse de nouveau exister entre le RN et LREM, notamment en vue des élections municipales de 2020,. Bénéficiant d'une image de rassembleur, il refuse de briguer la présidence de LR au congrès de 2019 faisant suite à la démission de Laurent Wauquiez et dément tout projet de candidature à l’élection présidentielle de 2022.

En mars 2020, avec Christian Jacob et François Baroin, il conseille à Emmanuel Macron de maintenir le premier tour des élections municipales malgré la crise sanitaire due à la Covid-19, estimant qu'il faudrait également fermer des structures comme les transports en commun en cas d’annulation du scrutin. Alors qu’il appelle à faire à l’union nationale derrière l’exécutif, le président du Sénat est ultérieurement critiqué par la majorité présidentielle pour cette prise de position, qui aurait été déterminante dans le choix du chef de l’État,.

Quatrième mandat de président du Sénat Gérard Larcher aux célébrations du centenaire du Territoire de Belfort (2022).

À l'issue des élections sénatoriales de 2020, la droite conforte sa majorité, LR gagnant quatre sièges et le groupe Union centriste trois. Candidat à un nouveau mandat de président du Sénat, Gérard Larcher bat son record de voix obtenu en 2017, réunissant 231 voix, soit 71,3 % des 324 suffrages exprimés, contre 65 pour le socialiste Patrick Kanner, 15 pour la communiste Éliane Assassi et 13 pour l'écologiste Guillaume Gontard.

S'attachant à donner au Sénat davantage de force sur la scène politique, il autorise la mise en place de commissions d'enquête mettant en difficulté le gouvernement sur l'assassinat de Samuel Paty, l'influence des cabinets de conseil ou le fiasco sécuritaire du stade de France en 2022. Toutefois, lorsque certains sujets paraissent sensibles pour la droite comme la fraude fiscale, il fait obstacle à la création d'une telle commission.

Alors que la droite n’a pas de candidat incontesté en vue de l’élection présidentielle de 2022, il se démarque de nombreux dirigeants LR en appelant à l’organisation d’une primaire et en ne se disant pas hostile à la possibilité qu’une personnalité n’étant pas issue de LR représente le parti à ce scrutin,. Au début de l'année 2021, alors qu'il reste perçu comme un « sage » dans son parti, il est chargé de définir les modalités de désignation du candidat de la droite. En prévision du scrutin présidentiel, il intègre l'équipe de campagne de la candidate LR, Valérie Pécresse, en qualité de président d'honneur des comités de soutien,. Face au refus d'Emmanuel Macron de débattre avec les autres candidats, il accuse le président sortant de profiter du conflit ukrainien pour tenter d'enjamber le scrutin et questionne la légitimité du gagnant d'une « élection sans campagne ». Ces propos tenus par le troisième personnage de l'État choquent la majorité présidentielle tandis qu'Emmanuel Macron les qualifie d'« irresponsables ».

Aux débuts du second mandat d'Emmanuel Macron, il adopte une posture plus conciliante vis-à-vis de l'exécutif alors qu'il apparaissait comme l'un de ses principaux adversaires durant son premier quinquennat, se présentant lui-même comme le garant d'un « contre-pouvoir » vis-à-vis de l'exécutif. Le président du Sénat est même mentionné comme un possible recours pour la fonction de Premier ministre en remplacement d'Élisabeth Borne. Les médias rapportent que cette nomination présenterait plusieurs avantages comme l'expérience institutionnelle de l'intéressé, son ancrage dans les collectivités locales ainsi que sa capacité à travailler avec la droite, la gauche et le Mouvement démocrate (MoDem). Cependant, l'aile gauche de la majorité présidentielle se montre réticente et Gérard Larcher oppose une fin de non-recevoir à cette idée,.

Cinquième mandat de président du Sénat

À l'issue des élections sénatoriales du 24 septembre 2023, la droite et le centre conservent leur majorité à la chambre haute. Briguant la présidence du Sénat pour la cinquième fois, Gérard Larcher est réélu le 2 octobre suivant avec 218 voix, contre 64 voix pour le socialiste Patrick Kanner, 20 voix pour la communiste Cécile Cukierman et 18 voix pour l'écologiste Guillaume Gontard. Le groupe des sénateurs macronistes ne présente aucun candidat face à lui, lui apportant implicitement son soutien.

À l'occasion des 120 ans de l'Entente cordiale, et après la réception au Sénat du roi Charles III, Gérard Larcher rédige la préface de l'ouvrage Journal intime de la présidence de la République - Émile Loubet - 1899/1906, mettant en avant l'engagement d'un de ses prédécesseurs à la présidence du Sénat.

Prises de position

Gérard Larcher dans son bureau du Petit Luxembourg, en 2015.

Gérard Larcher est tenant d'une aile « modérée » et de « tendance chiraquienne » au sein de la droite,. Il affirme « ne jamais dire non par dogmatisme, ne jamais dire oui par principe ».

Alors que l'inversion du calendrier électoral, votée en 2001 à la suite de l'adoption du quinquennat présidentiel, a réduit l'influence de l'Assemblée nationale sur la scène politique, Gérard Larcher défend l'idée que le Sénat doit être un contre-pouvoir face à l'exécutif, en particulier dans le contexte de l'affaire Benalla.

S'affichant en défenseur des « territoires », il se montre critique envers le jacobinisme et la centralisation. Il s'oppose au projet d'Emmanuel Macron de réduire le nombre de parlementaires à hauteur de 25-30 % et d'instaurer une part de scrutin proportionnel aux élections législatives,. En 2019, il s'oppose au projet de référendum d'initiative partagée contre la privatisation du groupe ADP qu'il considère comme un « détournement de démocratie représentative ».

Il estime que le port du foulard islamique dans l'espace public est « une liberté qu' veu défendre » et juge l'islam « compatible avec la République, à condition qu'il ne soit ni radical ni politique ».

Après les élections législatives de 2022, il estime que la présidence de la commission des Finances de l'Assemblée nationale doit revenir au Rassemblement national plutôt qu'à l'un des groupes de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale.

Il estime en 2022 que le recul de l'âge de la retraite à 65 ans est « indispensable » et assure le gouvernement de son soutien. Il s'oppose cependant à la suppression du régime spécial des sénateurs.

Il s'oppose à l'inscription de la liberté à l'avortement dans la Constitution, considérant que celui-ci « n’est pas menacé dans notre pays » et que la norme juridique suprême « n’est pas un catalogue de droits sociaux et sociétaux »,.

Synthèse des résultats électoraux

Présidence du Sénat

Année Groupe 1er tour 2d tour Issue
Voix % Rang Voix % Rang
2008 UMP 173 52,74 1er Élu
2011 134 39,18 2e Battu
2014 145 42,15 1er 194 57,57 1er Élu
2017 REP 223 70,35 1er Élu
2020 231 71,30 1er Élu
2023 218 68,13 1er Élu

Élections sénatoriales

Année Parti Département Voix % Rang Sièges
1986 RPR Yvelines 1 124 45,03 1er 3  /  5
1995 1 157 43,55 1er 3  /  5
2004 UMP 1 389 51,93 1er 4  /  6
2011 1 452 53,66 1er 4  /  6
2017 LR 1 588 57,94 1er 5  /  6
2023 1 634 57,88 1er 4  /  6

Détail des mandats et fonctions

Au gouvernement

Au Sénat

Gérard Larcher présidant une séance du Sénat en 2015.

Au niveau local

Autres fonctions

Distinctions

Notes et références

Notes

  1. Ce rapport préconise plusieurs mesures dont :
    • le regroupement d'hôpitaux pour mutualiser les moyens. Ces regroupements pourraient se faire dans le cadre de communautés hospitalières de territoire (CHT), encouragés par l'allocation prioritaire aux CHT des crédits d'investissement du plan hôpital 2012. Dans ces CHT, les établissements de grande taille assureraient les soins de pointe, et les hôpitaux locaux de petite taille concentreraient leurs activités dans les soins de suite et la gériatrie. 300 CHT seraient ainsi créés, regroupant le millier d'établissements hospitaliers actuels.
    • une gouvernance renforcée exercée par un directeur aux pouvoirs étendus. Le conseil d'administration des établissements hospitaliers serait transformé en conseil de surveillance et le président du conseil de surveillance du CHT ne serait plus systématiquement le maire de la commune.
    • une évolution du statut des 40 000 praticiens hospitaliers (PH), qui obtiendraient une rémunération supplémentaire en fonction de leur activité.
    • une incitation pour les cliniques privées à participer aux missions de service public (permanence des soins, accueil des démunis).

Références

  1. Bruno Jeudy, « Gérard Larcher, la passion des chevaux », Le Figaro,‎ 18 août 2009 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  2. « PORTRAIT - Gérard Larcher, un gaulliste qui "mouille sa chemise" », Le Point,‎ 23 septembre 2008 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  3. Philippe Goulliaud, « Protestantisme : Gérard Larcher veut répondre à Marion Maréchal-Le Pen », Le Figaro,‎ 3 septembre 2015 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  4. Jacques Trentesaux, « Gérard Larcher au scanner », L'Express,‎ 1er février 2007 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  5. Réforme, no 3292, 23-29 octobre 2008.
  6. Cyril Lacarrière et Caroline Vigoureux, « Gérard Larcher : chasse, pêche et... famille (6/10) », L'Opinion,‎ 9 août 2015 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  7. Larcher G.P., Contribution à l'étude des chiens de grande vénerie : « le Poitevin »., Lyon, 1973, 74 p. (lire en ligne).
  8. Charles Jaigu, « Gérard Larcher, la force tranquille », Le Figaro Magazine,‎ 11 mai 2018 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  9. « Gérard Larcher, le charme inusable du train de sénateur », sur challenges.fr, 30 septembre 2017 (consulté le 10 mars 2021).
  10. Marc André. « Les réseaux de Gérard Larcher », L'Expansion, 1er décembre 2006.
  11. « La biographie de Gérard Larcher », Le Nouvel Observateur, 18 mars 2009.
  12. Ouest-France, « Gérard Larcher : l'amour de l'île de Batz », sur ouest-france.fr, 25 août 2009 (consulté le 26 septembre 2023).
  13. « Gérard Larcher raconte sa passion pour la 4L de Renault, un "vrai symbole familial" », sur europe1.fr, 15 février 2021 (consulté le 26 septembre 2023).
  14. « Déclaration de M. Gérard Larcher, président du Sénat, dans Réforme du 27 octobre 2008, sur son attachement au protestantisme et à la laïcité, son engagement dans la vie politique et la conception de son rôle comme président du Sénat », vie-publique.fr, 2008.
  15. « Le roi Gérard », L'Express, 1er février 2007.
  16. « Gérard Larcher (presque) président du Sénat », L'Express, 24 septembre 2008.
  17. « Extrait de la table nominative 1994 » de Gérard Larcher, sur le site du Sénat.
  18. « Sénat : Gérard Larcher, l'éternel retour d'un champion du compromis », Le Point,‎ 30 septembre 2017 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  19. Marie-Dominique Lelièvre, « Le Sénat à l’estomac », Libération,‎ 2 octobre 2008 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  20. « Résultats des élections municipales 2008 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 1er août 2023).
  21. « Gérard Larcher a refusé l'Agriculture pour viser la présidence du Sénat », Capital,‎ 20 juin 2007 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  22. « Gérard Larcher: «Je n'ai rien demandé au président» », Le Parisien,‎ 11 septembre 2008 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  23. « M. Gérard LARCHER », sur senat.fr (consulté le 1er août 2023).
  24. « Commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi n° 398 (2007-2008) de modernisation de l’économie », sur senat.fr (consulté le 1er août 2023).
  25. Olivier Pognon et Judith Waintraub, « Sénat : Raffarin et Larcher préparent leur duel », Le Figaro,‎ 17 juillet 2008 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  26. Valérie Zoydo, « Les candidats à la présidence du Sénat: une bataille entre ex-UDF et ex-RPR », 20 Minutes,‎ 1er août 2008 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  27. Samuel Potier, « Présidence du Sénat : Larcher bat Raffarin », Le Figaro,‎ 24 septembre 2008 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  28. Samuel Potier, « Gérard Larcher, nouveau président du Sénat », Le Figaro,‎ 1er octobre 2008 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  29. « Séance du 1er octobre 2008 (compte rendu intégral des débats) », site officiel du Sénat.
  30. « Larcher réduit le train de vie du Sénat », Les Échos,‎ 19 novembre 2008 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  31. « Rigueur sénatoriale », L'Express, 13 septembre 2009.
  32. « L'UMP explique sa défaite au Sénat par ses divisions », Le Monde, 26 septembre 2011.
  33. « Pour la première fois de son histoire, le Sénat bascule à gauche », Le Monde,‎ 25 septembre 2011 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  34. Guillaume Perrault, « La présidence du Sénat ne devrait pas échapper au PS », Le Figaro,‎ 26 septembre 2011 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  35. « Jean-Pierre Bel, premier socialiste à la tête du Sénat », Le Parisien,‎ 1er octobre 2011 (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2020).
  36. « Arrêté du 28 février 2012 portant nomination au conseil d'administration du domaine national de Chambord », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 2 août 2023).
  37. François Krug, « Larcher, ex-président du Sénat, atterrit au château de Chambord », Rue89,‎ 29 février 2012 (lire en ligne, consulté le 1er mars 2012).
  38. Ségolène de Larquier, « Gérard Larcher : "Fillon peut permettre la reconquête" », Le Point,‎ 5 juillet 2012 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  39. Jean-Baptiste Garat, « La chasse aux soutiens bat son plein à l'UMP », Le Figaro,‎ 20 août 2012 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  40. Alain Auffray, « Fillon hausse le ton dans la dernière ligne droite », Libération,‎ 12 novembre 2012 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  41. « Sénat : Gérard Larcher prêt à reprendre la présidence », Le Parisien,‎ 8 avril 2014 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  42. Jean-Baptiste Garat, « Présidence du Sénat: la patiente reconquête de Gérard Larcher », Le Figaro,‎ 30 septembre 2014 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  43. « Voici à quoi ressemble la nouvelle majorité au Sénat », sur francetvinfo.fr, 29 septembre 2014 (consulté le 23 juillet 2020).
  44. Ivan Valerio, « Gérard Larcher fait un pas décisif vers la présidence du Sénat », Le Figaro,‎ 30 septembre 2014 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  45. « Élection du Président du Sénat », sur senat.fr, 1er octobre 2014 (consulté le 10 mars 2021).
  46. Hélène Bekmezian, « Gérard Larcher, un come-back inédit à la tête du Sénat », Le Monde,‎ 30 septembre 2014 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  47. « Le ton monte encore d'un cran entre Gérard Larcher et Claude Bartolone », Le Parisien,‎ 29 janvier 2015 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  48. « Top - Gérard Larcher », Le Figaro Magazine, semaine du 20 mars 2015, page 25.
  49. « Stefanovitch : "Le Sénat, 4 ou 5 jours par mois pour… 11 350 euros net mensuel" », Le Point,‎ 17 juin 2016 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  50. Hugo Domenach, « "Les sénateurs vivent sur une autre planète !" », Le Point,‎ 12 août 2016 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  51. « Gérard Larcher voit Fillon à l'Elysée, Sarkozy à la tête du parti », sur europe1.fr, 13 mars 2016 (consulté le 2 août 2022).
  52. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », L'Opinion,‎ 20 avril 2016 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  53. « Tout savoir sur le comité politique qui va "évaluer la situation" de Fillon », sur europe1.fr, 6 mars 2017 (consulté le 23 juillet 2020).
  54. Sébastien Billard, « Sénat, chasse et coup de fourchette : 10 choses à savoir sur Gérard Larcher », L'Obs,‎ 30 septembre 2017 (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2020).
  55. « "Nous voulons et nous pouvons gagner les législatives", dit Larcher », sur rtl.fr, 25 avril 2017 (consulté le 23 juillet 2020).
  56. « L’« immense honte » du ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen », Le Monde,‎ 29 avril 2017 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  57. « Michel Mercier au Conseil constitutionnel : les manœuvres de Gérard Larcher », sur lopinion.fr, 27 juillet 2017.
  58. « Soupçons d’emplois fictifs : Michel Mercier renonce à intégrer le Conseil constitutionnel », sur lemonde.fr, 8 août 2017.
  59. « Myard contre Larcher : “J'ai décidé de me présenter aux sénatoriales” », sur lefigaro.fr, 26 août 2017.
  60. Résultats des élections sénatoriales de 2017 dans les Yvelines.
  61. « Sénatoriales: un succès pour LR, enfin », sur lexpress.fr, 25 septembre 2017.
  62. « Sénatoriales : la droite frise le grand chelem dans les Yvelines », Le Parisien,‎ 24 septembre 2017 (lire en ligne).
  63. « Gérard Larcher (LR) élu président du Sénat pour la troisième fois », Le Monde,‎ 2017 (lire en ligne).
  64. François Vignal, « Institutions : Larcher prêt à jouer à nouveau le jeu avec Macron », sur publicsenat.fr, 6 septembre 2018 (consulté le 10 mars 2021).
  65. « Gérard Larcher : «On peut arriver à une réforme positive des institutions» », Le Parisien,‎ 10 juillet 2018 (lire en ligne).
  66. « Les manœuvres sous contraintes de Gérard Larcher », Les Échos,‎ 12 juillet 2018 (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2020).
  67. « Benalla : le Sénat saisit la justice des cas de proches de Macron, la majorité fulmine », sur liberation.fr, 21 mars 2019 (consulté le 10 mars 2021).
  68. Alexandre Sulzer, « LR : Gérard Larcher, l’incontournable », Le Parisien,‎ 1er octobre 2020 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  69. « Gérard Larcher, le casque bleu des droites », Le Parisien,‎ 30 mai 2019 (lire en ligne).
  70. « Les Républicains : Gérard Larcher propose de "reconstruire un projet qui rassemble la droite et le centre" », sur francetvinfo.fr, 28 mai 2019 (consulté le 28 mai 2019).
  71. « Gérard Larcher veut rassembler la droite et le centre dans « un projet » », sur lepoint.fr, 28 mai 2019 (consulté le 28 mai 2019).
  72. « Larcher prend la tête d’un rassemblement de la droite et du centre au-delà des partis », sur lefigaro.fr, 28 mai 2019 (consulté le 28 mai 2019).
  73. « Démission de Laurent Wauquiez : et maintenant, qui pour diriger les Républicains ? », sur lci.fr, 3 juin 2019 (consulté le 5 juin 2019).
  74. « Présidentielle 2022 : "Je ne suis pas candidat", rectifie Gérard Larcher sur RTL », sur rtl.fr, 7 octobre 2019 (consulté le 31 octobre 2019).
  75. Marion Mourgue, « Municipales : Gérard Larcher au cœur de la polémique », sur lefigaro.fr, 15 mars 2020 (consulté le 17 mars 2020).
  76. Léa Stassinet, « Municipales : Larcher a-t-il réellement mis la pression sur l'exécutif en faveur d'un maintien ? », sur rtl.fr, 15 mars 2020 (consulté le 17 mars 2020).
  77. « Gérard Larcher réélu président du Sénat », Le Monde,‎ 1er octobre 2020 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  78. « Gérard Larcher (LR) a été réélu à la présidence du Sénat », La Dépêche,‎ 1er octobre 2020 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  79. Sophie des Déserts, « Ruses, gourmandise, opacité… Au Sénat, Gérard Larcher, la revanche de l’ancien monde », sur liberation.fr, 22 septembre 2023 (consulté le 1er octobre 2023).
  80. « Gérard Larcher favorable à une primaire à droite pour 2022 », Le Parisien,‎ 24 juillet 2020 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  81. « Présidentielle 2022 : Larcher ne voit « aucun problème » à un candidat de la droite non issu des Républicains », L'Obs,‎ 21 février 2021 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  82. Marie-Pierre Haddad, « Présidentielle 2022 : Gérard Larcher, faiseur de rois à droite ? », sur rtl.fr, 24 février 2021 (consulté le 10 mars 2021).
  83. Philippe Paupert, « Présidentielle : Valérie Pécresse en campagne à Cairanne ce dimanche », sur francebleu.fr, 22 mars 2022 (consulté le 29 mars 2022).
  84. Sébastien Birden, « «On sait qu’on a ici un fort ancrage local»: le passage en revue des troupes de Valérie Pécresse dans les Yvelines », Le Parisien,‎ 24 juillet 2020 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  85. « Gérard Larcher: «Macron tente d’enjamber la présidentielle» », sur Le Figaro, 14 mars 2022 (consulté le 29 mars 2022).
  86. « «Pas de débat, pas de mandat» : 5 minutes pour comprendre les procès en «illégitimité» faits à Emmanuel Macron », sur leparisien.fr, 18 mars 2022 (consulté le 29 mars 2022).
  87. Loris Boichot et Tristan Quinault-Maupoil, « Gérard Larcher, l’ex-«bête noire» de la macronie, désormais cité pour Matignon », Le Figaro,‎ 4 mai 2023 (lire en ligne, consulté le 1er août 2023).
  88. Laureline Chatriot, « Gérard Larcher à Matignon ? Il "refuserait" le poste si Macron le lui proposait », sur rtl.fr, 7 mai 2023 (consulté le 8 mai 2023).
  89. « Larcher réélu à la présidence du Sénat pour la cinquième fois mais moins confortablement qu'en 2020 », sur bfmtv.com (consulté le 2 octobre 2023).
  90. Marceau Taburet, « Sénat : Gérard Larcher encore réélu président… avec le soutien des macronistes », L'Humanité,‎ 2 octobre 2023 (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2023).
  91. Association Emile Loubet, Journal Intime de la Présidence de la République - Emile Loubet - 1899/1906, Montélimar, Association Emile Loubet, 2024, 633 p., Préface.
  92. « Montélimar. Un livre raconte la présidence d’Émile Loubet : « Pour entrer dans les coulisses de la diplomatie de l’époque » », sur ledauphine.com (consulté le 28 avril 2024).
  93. Geoffroy Clavel, « Gérard Larcher, un recours faute de mieux chez Les Républicains », sur huffingtonpost.fr, 4 juin 2019 (consulté le 14 mai 2020).
  94. « Le président du Sénat propose une réduction de 20% du nombre de parlementaires », L'Express,‎ 29 avril 2019 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  95. « Élections législatives : Gérard Larcher "résolument hostile" à la proportionnelle », sur francetvinfo.fr, 9 mars 2021 (consulté le 10 mars 2021).
  96. « Le RIP est "un détournement de démocratie", selon Larcher », sur rtl.fr, 20 juin 2019 (consulté le 20 juin 2019).
  97. « Gérard Larcher juge que ne pas traiter le sujet des « relations avec l’islam » est « une faute politique » », Le Monde,‎ 27 octobre 2019 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  98. « "La présidence de la commission des finances doit revenir au RN": Larcher défend "le respect" pour les élus de Le Pen », sur bfmtv.com, 22 juin 2022 (consulté le 2 août 2023).
  99. Florent Le Du, « Retraites : La Macronie peut-elle vraiment compter sur LR ? », L'Humanité,‎ 4 octobre 2022 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  100. « Contre l’avis de la droite et de Gérard Larcher, les écolos veulent supprimer le régime spécial des sénateurs », Libération,‎ 4 octobre 2022 (lire en ligne, consulté le 2 août 2023).
  101. « Gérard Larcher s’oppose à l’inscription de l’IVG dans la Constitution, estimant que le droit à l’avortement « n’est pas menacé dans notre pays » », Le Monde.fr,‎ 23 janvier 2024 (lire en ligne, consulté le 20 février 2024)
  102. Paul Chaulet Chaulet, « IVG dans la Constitution : la droite bouge, jusqu’où ? » Accès payant, sur L'Express, 27 février 2024 (consulté le 13 juin 2024)
  103. « Élection du Président du Sénat (1er octobre 2008) », sur senat.fr (consulté le 3 juillet 2022).
  104. « Élection du Président du Sénat (1er octobre 2011) », sur senat.fr (consulté le 3 juillet 2022).
  105. « Élection du Président du Sénat (1er octobre 2014) », sur senat.fr (consulté le 3 juillet 2022).
  106. « Élection du Président du Sénat (2 octobre 2017) », sur senat.fr (consulté le 3 juillet 2022).
  107. « Élection du Président du Sénat (1er octobre 2020) », sur senat.fr (consulté le 3 juillet 2022).
  108. « Résultats des élections sénatoriales de 1986 : Yvelines », sur politiquemania.com (consulté le 3 juillet 2022).
  109. « Résultats des élections sénatoriales de 1995 : Yvelines », sur politiquemania.com (consulté le 3 juillet 2022).
  110. « Résultats des élections sénatoriales de 2004 : Yvelines », sur politiquemania.com (consulté le 3 juillet 2022).
  111. « Résultats des élections sénatoriales de 2011 : Yvelines », sur politiquemania.com (consulté le 3 juillet 2022).
  112. « Résultats des élections sénatoriales 2017 : Yvelines », sur interieur.gouv.fr (consulté le 3 juillet 2022).
  113. « Résultats des élections sénatoriales de 2023 : Yvelines », sur senatoriales2023.senat.fr (consulté le 24 septembre 2023).
  114. Christophe Gendry, Chambord : Gérard Larcher restera-t-il président ?, La Nouvelle République, le 2 octobre 2014.
  115. (es) « BOE.es - Documento BOE-A-2015-3144 », sur boe.es (consulté le 20 juillet 2017).
  116. « Prix », sur ujp-france.com (consulté le 23 juillet 2020).
  117. La Revue de l'ordre des vétérinaires, no 79, novembre 2021.

Voir aussi

Publications

Bibliographie

Filmographie

Articles connexes

Liens externes