Interruption volontaire de grossesse en France

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

L'interruption volontaire de grossesse (IVG) est, en France, un avortement provoqué, décidé pour des raisons non médicales dans le cadre légal instauré par la loi Veil du 17 janvier 1975. Son dispositif légal est inscrit aux articles L.2211-1 et suivants du code de la santé publique.

Déjà modifié en 2001, le délai pour avorter est désormais fixé à 14 semaines de grossesse (soit 16 semaines d'aménorrhée) à la suite de la loi du 2 mars 2022, visant à renforcer le droit à l'avortement. Le 8 mars 2024, l'interruption volontaire de grossesse entre dans la Constitution.

Histoire du statut légal

Avant son autorisation

Passerelle de Bobigny nommée en mémoire du procès de Bobigny, la plaque rappelant le rôle important de cet évènement dans les débats qui ont conduit à la loi Veil.

Au Moyen Âge, le christianisme interdit et sanctionne l'avortement. Les idées évoluent peu les siècles suivants toujours marqués par le pouvoir de l'Église, les lois rendant passible de peine de mort toute femme ayant avorté ainsi que tout individu l'ayant aidée. Au siècle des Lumières, sous l'influence des philosophes, l'avortement n'est plus réprimé par la peine de mort. Alors que la dépénalisation de l'avortement semble s'imposer, un revirement s'opère au XIXe siècle avec une criminalisation de cette pratique. Le code pénal de 1791 condamne l'avortement. L'article 317 du code pénal de 1810 condamne sans distinction : « Quiconque provoque l'avortement d'une femme enceinte avec ou sans son consentement au moyens d'aliments, de drogues, de médicaments, par violence ou d'autres remèdes, est puni de prison ». En 1852, bien que l'avortement thérapeutique soit toléré par l'Académie de médecine et reconnu par la jurisprudence, une nouvelle loi dispose que l'avortement est « un crime contre l'ordre des familles et de la moralité publique ». L'utilisation de cette loi sur l’avortement thérapeutique n’est tolérée que si la grossesse met la vie de la mère en péril. Ainsi les avortements pour d’autres raisons, comme la moralité, la précarité ne sont pas acceptés. Si ces femmes pratiquent l’avortement, il sera considéré comme criminel même pratiqué par un officier de médecine ou une sage-femme.

Au début du XXe siècle, on estime à 500 000 le nombre d'avortements clandestins par an et à 300/an le nombre de décès maternels. Celles qui désirent se faire avorter font appel à des femmes dont c'est la spécialité, surnommées « faiseuses d'anges », parmi lesquelles les « tricoteuses », célèbres pour leurs aiguilles à tricoter, qu'elles utilisent pour percer la poche des eaux ou ouvrir le col de l'utérus, et entraîner une fausse-couche. La proposition de loi du professeur Odilon Lannelongue en 1910 aboutit à la loi du 29 juillet 1920 tendant à « réprimer la provocation à l'avortement et la propagande anticonceptionnelle » afin de combattre la dépopulation et la saignée démographique de la Grande Guerre. Elle modifie l'article 317 et correctionnalise les contrevenants à une peine de six mois à deux ans d'emprisonnement, et de 100 à 5 000 francs d'amende. La contraception est alors assimilée à l'avortement considéré comme un crime. Les natalistes trouvent que la loi n'est pas assez bien appliquée (les jurys populaires des Cours d'assises, émus par le désarroi des femmes, leur obtiennent souvent les circonstances atténuantes et les acquittent). La pression des populationnistes conduit au vote d'une nouvelle loi, le 27 mars 1923, qui correctionnalise le crime d'avortement pour faire échapper sa répression au jury d'assises et en faire un délit jugé par le tribunal correctionnel, composé de magistrats de carrière, supposés moins indulgents que les jurés.

En 1870, 15 personnes sont condamnées pour avortement. Le chiffre croit progressivement jusqu'en 1935 (277 condamnations) puis connaît un pic de 1943 à 1945 (respectivement 3 885 et 3 820 condamnations, en raison de la politique nataliste et des lois répressives votées sous le gouvernement de Vichy). Après la Libération, le chiffre chute fortement, et se rapproche de zéro à partir de 1973, les tribunaux anticipant la légalisation de l'avortement.

Année 1870 1890 1895 1900 1905 1910 1920 1925 1930 1935 1943 1945 1960 1965 1970 1971 1972 1973 1974 1975
Personnes condamnées
pour avortement
15 18 26 28 16 34 123 361 332 277 3 885 3 820 289 588 350 527 354 67 10 13

Sous le régime de Vichy

En 1942, sous le régime de Vichy où la devise officielle du Gouvernement est Travail, Famille, Patrie, l'avortement est déclaré crime contre la Sûreté de l'État, et passible, après jugement par des tribunaux d'exception, de la peine de mort. Marie-Louise Giraud, dite « la faiseuse d'anges », avorteuse pendant la Seconde Guerre mondiale, a été guillotinée par le régime de Vichy le 30 juillet 1943, suivie par Désiré Piogé le 22 octobre, pour trois avortements. La loi de 1942 est abrogée à la Libération, mais paradoxalement, le nombre de condamnations continue à progresser, avec un apogée en 1946, qui compte 5 151 sanctions pénales, il est vrai parfois assorties de sursis depuis une ordonnance de juin 1945. À partir de la fin des années 1950, les mouvements de revendication des femmes pour légaliser l'avortement se multiplient.

Légalisation par étapes

Le serment d'Hippocrate, prêté par tout médecin, a été révisé en 1966 car il interdisait l'avortement ( littéralement « je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif »).

Dès les débuts des années 1970, les mouvements féministes revendiquent le droit à l'avortement, en se fondant sur plusieurs arguments :

En 1970, le député Claude Peyret présente une proposition de loi. La proposition de loi Peyret prévoit l'accès à l'avortement thérapeutique en cas de viol. Toutefois, ce texte n'est jamais voté.

Le manifeste des 343 en 1971 puis l’année suivante le procès de Bobigny qui suscite un large débat et aboutit à l’acquittement d’une jeune fille mineure qui avait avorté après un viol en 1972, tous les deux largement médiatisés, marqueront la présence forte du sujet dans le débat public. Dès lors, le ministre de la Justice donne consigne au Parquet de ne plus poursuivre les avortements. Parallèlement, les mouvements pro-vie se développent, comme l'association Laissez-les-vivre fondée en 1971.

En 1973 le MLAC est créé par des médecins et non médecins militants, en particulier issus du Mouvement français pour le planning familial et de la CFDT. Ces militants vont réaliser des milliers d'IVG par la méthode de Karman, les revendiquer, organiser ouvertement des bus de femmes allant avorter à l'étranger, et des manifestations régulières dans toute la France.

Face à une loi ouvertement bafouée et à l'impossibilité de la faire respecter, l'avortement est finalement autorisé et encadré par le vote de la loi Veil en 1975. La dépénalisation de l'avortement et l'encadrement légal de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) sont adoptés en novembre 1974 (entré en vigueur en janvier 1975), alors que Simone Veil est ministre de la Santé du gouvernement Chirac sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. La majorité de la droite vote contre le projet de loi, mais le soutien de la gauche à la proposition de Simone Veil lui permet d'obtenir la majorité. Elle défend son avis devant une assemblée composée d'une majorité d'hommes.

Lors d'un discours devant les députés, Simone Veil déclare : « Je le dis avec toute ma conviction : l'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue. ». Mais au bout de trois jours de débat elle gagne son « combat » et fait apparaître la loi qui porte son nom : la loi Veil.

Cette loi pose deux formes d'interruption de grossesse (avant la fin de la dixième semaine et thérapeutique). Elle est adoptée à titre expérimental, mais la loi du 31 décembre 1979 relative à l'interruption volontaire de grossesse la confirmera.

La dernière tentative pour limiter l'impact de cette loi sur l'avortement échoue devant le conseil d'État le 31 octobre 1980. Mme Lahache avait avorté sans en informer son mari : ce dernier attaque devant le Conseil d’État l'administration hospitalière qui a pratiqué l’avortement, estimant que son avis était requis pour autoriser cet acte, d'autant que sa femme n'était pas, selon lui, dans une situation de détresse. Le Conseil d'État statue comme suit : « Les articles L162-1 à L162-11 du code de la santé publique permettent à toute femme enceinte qui s'estime placée par son état dans une situation de détresse et qui s'est soumise aux consultations prévues par certains de ces articles d'obtenir l'interruption de la grossesse avant la fin de la 10e semaine. Si, d'après le dernier alinéa de l'article L162-4, « chaque fois que cela est possible, le couple participe à la consultation et à la décision à prendre », il ressort de ce texte, éclairé par les travaux préparatoires de la loi, que cette disposition, qui présente un caractère purement facultatif, n'a ni pour objet, ni pour effet de priver la femme majeure du droit d'apprécier elle-même si sa situation justifie l'interruption de sa grossesse. »

Toutefois, jusqu'à la promulgation du nouveau Code pénal en 1992, le droit français connaît toujours l'infraction d'avortement. Ainsi, jusqu'à cette date, l'interruption légale de grossesse n'est juridiquement comprise que comme une dérogation à un délit. La loi de 1975 n'a créé qu'un fait justificatif permettant d'éviter les poursuites pénales. Désormais, l'interruption volontaire de grossesse est défendue comme un droit (cf. l'exposé des motifs de la loi du 4 juillet 2001), voire une liberté pour la femme dans la limite des douze premières semaines de gestation (12 semaines de grossesse, soit 14 semaines d'aménorrhée). À l'appui de cette analyse, on relève fréquemment que le nouveau Code pénal et le Code de la santé publique posent une série d'infractions qui ont pour finalité la protection de l'avortement légalement organisé. Cependant, la législation maintient le principe que l'avortement n'est ouvert qu'à la femme enceinte qui estime que son état la place dans une situation de détresse. Sont prohibées les interruptions de grossesse pratiquées sans le consentement de l'intéressée ou pratiquées en violation des règles posées par le Code de la santé publique.

Évolution après la légalisation

La loi du 27 janvier 1993 portant diverses mesures d'ordre social introduit dans le Code de la santé publique l'infraction d'entrave aux opérations d'interruption de grossesse. Depuis 1994, l'interruption thérapeutique après 12 semaines nécessite l'autorisation des centres de diagnostic pluridisciplinaires qui ont compétence pour décider quelles maladies la justifient ou non.

La voie médicamenteuse pour l'IVG est autorisée en France depuis 1989 en hôpital ; et depuis 2001 en cabinet de médecine de ville sous condition de sept semaines maximum aménorrhée à l'époque. Le décret du 1er juillet 2004 autorise l'utilisation du RU 486 pour un avortement médicamenteux chez le médecin de ville. Durant les décennies suivantes, l'autorisation s'ouvre davantage à certains centres et professionnels de la médecine hors hôpitaux.

La loi Vallaud-Belkacem du 4 août 2014 renforce le droit à l’IVG. La loi sanctionne toute entrave à l’information sur l'IVG et supprime la condition de détresse avérée que la loi de 1975 exigeait pour ouvrir droit à une IVG : la ministre des Droits des femmes souhaite protéger la liberté des femmes à disposer de leur corps et à décider seules de leur vie, considérée comme un « droit fondamental » et « non pas comme une simple tolérance assortie de conditions ». L’entrave à l’information est définie comme le fait d'empêcher une femme d'accéder à une information neutre et fiable sur l'IVG. La sanction de l'entrave à l'information vise notamment les sites Internet qui ont pour objectif d’empêcher les femmes de faire usage de leur droit dans les premières semaines.

Ces articles s'inscrivent dans une démarche de la ministre des Droits des femmes, visant à lever les freins à l'exercice du droit à l’interruption volontaire de grossesse : l'IVG est désormais remboursée à 100 % par la Sécurité sociale, l'acte médical est revalorisé pour augmenter le nombre de praticiens et un site gouvernemental dédié ivg.gouv.fr est lancé par Najat Vallaud-Belkacem le 27 septembre 2013,.

Le 1er décembre 2016, la proposition de loi du délit d'entrave numérique à l'IVG est débattue à l'Assemblée nationale. Elle a pour objectif de soumettre les sites qui dissuadent psychologiquement les femmes à pratiquer l’IVG (dans une intention politique, idéologique ou religieuse) à un encadrement législatif. La loi est votée définitivement le 16 février 2017. Pourtant, un an après, aucune plainte n'a été déposée, au grand dam d'associations comme la Fondation des Femmes.

Durant les années 2010, des alertes de professionnels de la santé, du Planning familial, et du ministère de la santé, sont faites quant à certaines difficultés d'accès à l'avortement pour les femmes le souhaitant : les causes relevées sont par exemple la fermeture de centres IVG ; le fait que des médecins qui pratiquaient l'IVG partent en retraite ; le fait qu'il y ait localement plus ou moins de médecins ne pratiquant pas l'IVG du fait de la clause de conscience ; ou des délais de prise de rendez-vous qui font dépasser les délais légaux d'accès à l'IVG,.

En août 2020, dans un contexte de pandémie de Covid-19, une proposition de loi « visant à renforcer le droit à l'avortement » prévoyant de rallonger le délai légal de 12 à 14 semaines de grossesse est déposée par des députés de divers groupes,, et portée principalement par la députée Albane Gaillot,. La proposition de loi est adoptée en première et deuxième lecture par l'Assemblée nationale mais rejetée par le Sénat. La Commission mixte paritaire échoue à parvenir à un compromis, renvoyant le texte devant l'Assemblée en janvier 2022. La loi est définitivement adoptée le 2 mars 2022, permettant l'avortement jusqu'à 14 semaines.

Inscription dans la Constitution

L'inscription de l'IVG dans le texte de la Constitution française est d'abord portée au cours de la XVe législature en mai 2017 par une proposition de loi communiste au Sénat, puis en juillet 2018 à l'Assemblée nationale par plusieurs amendements des groupes PS,, UDI, Agir et Indépendants, LFIet GDR au projet de loi constitutionnelle pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace. Ces amendements sont rejetés par la majorité ou non examinés à cause de l'abandon de l'examen du texte à la suite de l'affaire Benalla. En 2019, une proposition de loi visant à protéger le droit à l’interruption volontaire de grossesse est portée par les députés des groupes PS, LFI et GDR. Elle n'est pas mise à l'ordre du jour par la majorité.

À la suite de l'arrêt Dobbs v. Jackson Women's Health Organization de la Cour suprême américaine, qui a propagé une onde de choc dans le monde, plusieurs parlementaires annoncent leur intention de faire entrer l'IVG dans la Constitution française. Aurore Bergé, présidente du groupe Renaissance, dépose le 30 juin 2022 une proposition de loi constitutionnelle visant à garantir le droit à l'IVG. Les députés des groupes de la NUPES en déposent une le 6 juillet 2022 avec comme premiers signataires les présidents de ces groupes, Mathilde Panot, Julien Bayou, André Chassaigne, Cyrielle Chatelain et Boris Vallaud. Au Sénat, la sénatrice écologiste Mélanie Vogel dépose également une proposition de loi constitutionnelle transpartisane formulée en ces termes : « Nul ne peut porter atteinte au droit à l'interruption volontaire de grossesse et à la contraception. La loi garantit à toute personne qui en fait la demande l'accès libre et effectif à ces droits. ». Elle est rejetée par le Sénat lors de la niche parlementaire des écologistes le 19 octobre 2022.

Après ce revers au Sénat, les présidents et députés des groupes de la Nupes déposent une nouvelle version de la proposition de loi, intégrant également la contraception, le 7 octobre 2022. Elle est le premier texte inscrit à l'ordre du jour de la niche parlementaire de la France insoumise le 24 novembre 2022. Dans un souci de consensus, Aurore Bergé retire sa proposition de loi, votée le 9 novembre en commission des Lois et qui devait être présentée le 28 novembre dans l'hémicycle, et se rallie à celle de la gauche. À la suite d'un amendement modifiant sa rédaction, le texte dispose finalement dans la version soumise au vote : « La loi garantit l'effectivité et l'égal accès au droit à l'interruption volontaire de grossesse ». Il est adopté en première lecture à 337 voix contre 32.

Le 13 novembre 2022, Marine Le Pen fait savoir son opposition à ce projet de loi. L'analyse du scrutin la mentionne pourtant comme ayant voté en faveur du projet. Marine Le Pen étant absente, un autre député RN se serait « trompé de place » et a voté « pour ». Mediapart comme le journal Libération mentionnent le « double discours de Marine Le Pen » qui n’a pas « cessé de louvoyer sur cette question ».

Le texte est ensuite examiné au Sénat lors de la niche parlementaire des sénateurs socialistes, début février 2023. Le texte est amendé par la droite sénatoriale afin d'éviter une adoption en des termes identiques, qui provoquerait un référendum sur la proposition, et d'inscrire une formulation différente : « La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté de la femme de mettre fin à sa grossesse. » puis adopté.

L'introduction de la notion de « liberté de mettre fin à la grossesse » face à celle de « droit à l'IVG » défendue par la gauche génère un doute sur la différence entre les conséquences juridiques des deux termes. De même, le passage de « personne » à « femme » laisse à penser que pourraient être exclus les hommes transgenres.

Emmanuel Macron reprend à son compte ces propositions, en annonçant, le 8 mars 2023, que l'inscription dans la Constitution du droit à l'avortement fera partie des mesures se trouvant dans un projet de loi constitutionnelle à venir. En l'absence d'éléments concrets, La France insoumise annonce remettre la proposition de loi à l'ordre du jour de sa niche parlementaire du 30 novembre 2023, afin de pousser le chef de l’État à proposer un projet de loi constitutionnelle (un projet de loi à l'initiative du gouvernement ne nécessite pas de référendum). Ce projet reprend une formulation quasiment identique à celle du Sénat : « La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d'avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ».

Le Conseil d’État, obligatoirement consulté sur les projets de loi, rend son avis le 7 décembre, il y dissipe le doute sur la différence entre « liberté de mettre fin à la grossesse » et « droit à l'IVG » : « Au vu de la jurisprudence du Conseil constitutionnel qui ne retient pas, en la matière, une acception différente des termes de droit et de liberté, le Conseil d’Etat considère que la consécration d’un droit à recourir à l’interruption volontaire de grossesse n’aurait pas une portée différente de la proclamation d’une liberté », ainsi que le doute résultant du fait de mentionner « la femme » en précisant que le droit à l'IVG concerne toute personne indépendamment du genre : « Il résulte de l’objet même de cette liberté et conformément à l’intention du Gouvernement qu’elle doit être entendue comme bénéficiant à toute personne ayant débuté une grossesse, sans considération tenant à l’état civil, l’âge, la nationalité et la situation au regard du séjour en France ».

Présenté en Conseil des ministres le 12 décembre 2023, l'examen du projet de loi constitutionnelle débute le 16 janvier 2024 à l'Assemblée nationale, puis est adopté le 30 janvier 2024 à 493 voix pour et 30 contre, dont 15 députés LR, 12 du RN, 2 ex-LR et une ex-RN.

Il est examiné en séance publique au Sénat le 28 février, où il est adopté à 267 voix pour et 50 contre. Tous les sénateurs des groupes de gauche ainsi que l'essentiel de ceux des groupes du centre votent pour, tandis que 41 sénateurs du groupe LR votent contre, 13 s'abstiennent et 6 ne participent pas au vote, sur 132 membres.

Le 4 mars 2024, le Parlement réuni en Congrès adopte le texte à 780 voix pour, dépassant largement les 512 voix requises, et 72 contre,,,. L'intégralité de la gauche vote pour, tandis que les votes contre comprennent 50 parlementaires LR, 13 du RN et de l'extrême-droite, et un ancien ministre d'Emmanuel Macron, Jean-Baptiste Lemoyne. En outre, 18 parlementaires LR et 20 du RN se sont abstenus, et 4 parlementaires LR, 11 du RN et 2 du parti Horizons ne sont pas venus voter.

La loi est promulguée le 8 mars 2024, journée internationale des droits des femmes. La France devient ainsi le premier pays au monde à inscrire explicitement dans sa Constitution la liberté des femmes à recourir à l'interruption volontaire de grossesse.

Chronologie détaillée de la contraception et de l'avortement en France

Article détaillé : Chronologie du droit relatif à la contraception et de l'avortement en France.

Statut et condition actuelle

Délai légal

Depuis 2022, le délai légal pendant laquelle une femme peut demander une interruption de grossesse est de quatorze semaines de grossesse.

Avant 2001, le délai légal était de dix semaines. Une modification de la loi en 2001 fixe à douze semaines de grossesse (14 semaines d'aménorrhée) la période pendant laquelle une femme peut demander une interruption de grossesse.

L'avortement pour motif médical est possible lorsque la grossesse met en danger la vie de la femme, ou lorsque le fœtus est atteint d'une maladie grave et incurable au moment du diagnostic, peut être pratiqué au-delà de ce délai, jusqu'au dernier moment de la grossesse.

Jusqu'en 2015, le médecin devait respecter un délai de réflexion d'une semaine entre la demande et la confirmation écrite de la patiente ; ce délai pouvait alors être réduit à deux jours pour éviter de dépasser la limite légale des douze semaines de grossesse. Ce délai de réflexion obligatoire de 7 jours a été supprimé le 9 avril 2015.

Le Parlement a adopté le 23 février 2022 une proposition de loi transpartisane pour allonger la durée légale de l'IVG de 12 à 14 semaines.

Prise en charge par la sécurité sociale

Les frais de soins et d'hospitalisation liés à une interruption volontaire de grossesse sont pris en charge par l'assurance maladie depuis 1983 ; la prise en charge a été portée à 100 % en mars 2013,.

La prise en charge intégrale de tous les actes autour de l'IVG (consultations, analyses, échographies, etc.) est effective depuis le 1er avril 2016.

Conditions et procédures

La « situation de détresse » prévue par la loi Veil de 1975, qui n'était plus exigée depuis l'arrêt Lahache du Conseil d’État du 31 octobre 1980, a été supprimée par la loi no 2014-873 du 4 août 2014 qui affirme que « la femme enceinte qui ne veut pas poursuivre une grossesse peut demander à un médecin l'interruption de sa grossesse ». Depuis 2001, les mineures peuvent demander un avortement sans consulter leurs parents au préalable si elles sont accompagnées à la clinique par un adulte de leur choix. Les parents ne seront pas informés par le médecin et n’auront pas accès aux éléments du dossier médical de l'enfant pour lesquels elle a demandé le secret. La femme est donc libre de sa décision qu'elle soit majeure ou mineure.

Un entretien psycho-social, mené par une conseillère conjugale, est obligatoire pour toutes les mineurs, mais seulement proposé aux femmes majeures. Un délai de 48 heures est obligatoire après cet entretien psychosocial (pour toutes les mineures et toutes les majeures qui réalisent cet entretien).

Jusqu'en 2015, deux consultations médicales étaient obligatoires ainsi qu'un délai de réflexion d'une semaine entre les deux. Ce délai pouvait toutefois être réduit à deux jours si le seuil des douze semaines de grossesse risquait d'être dépassé. En dépit de voix qui s'opposaient à cette mesure arguant qu'elle contribuait à banaliser cet acte, le délai de réflexion obligatoire d'une semaine a été supprimé en 2016, raccourcissant ainsi le parcours pour les femmes.

À la première consultation, le médecin procède à un examen clinique, il informe la patiente des différentes méthodes et lui présente les risques et les effets secondaires potentiels.

Si le médecin est habilité à pratiquer l’IVG, il peut dès lors la réaliser en respectant le délai après l'entretien psycho-social s'il a eu lieu. Si la patiente souhaite faire pratiquer l'IVG par un autre médecin, il doit alors lui délivrer un certificat attestant qu’elle s’est conformée aux consultations préalables. Une consultation de contrôle et de vérification de l’IVG est réalisée entre le quatorzième et le vingt-et-unième jour suivant l'intervention.

Dans le cadre de la révision de la loi sur la bioéthique de 2020, un amendement ajoute la « détresse psychosociale » comme critère autorisant l'interruption médicale de grossesse (IMG) jusqu'au terme de la grossesse, mais ce n'est pas valable pour l'IVG,.

Statistiques sur l'avortement en France

Évolution du devenir des grossesses en France (hors fausse-couche précoce) entre 1965 et 2005.
Légende :

Préalablement à sa légalisation, les statistiques sur l'avortement en France résultent d'estimations effectuées selon des règles hétérogènes. En se basant sur les statistiques de décès causées par les avortements (300 en 1900 et 600 en 1913), leur nombre est estimé à 30 000 et 60 000, alors qu'en 1910, un nataliste, le professeur Lacassagne, évoquait dans la presse les « 500 000 enfants chaque année, manquent à la France. » Pour 1939, l'estimation est de 120 000. Au début du baby boom, soit après l'annulation de la loi prévoyant la peine de mort pour les avorteurs, la moyenne est estimée à 1000 par jour, soit 360 000. Dans La vérité sur l'avortement, paru en 1962, son auteur, Anne-Marie Dourlen-Rollier estime ce nombre à 800 000 par an.

Par la suite, après la loi Veil, le recours à l’IVG est resté stable depuis 1975 (année de la légalisation) : après un pic en 1976 avec 19,6 avortements pour 1 000 femmes de 15 à 49 ans, le taux oscille ensuite autour de 14 avortements annuels pour 1 000 femmes,, et est de 14,5 en 2015 ; on estime que près de 40 % des femmes y auront recours dans leur vie ». Le nombre moyen d'IVG par femme est estimé pour 2013 à 0,55.

Chaque année, il y a entre 215 000 et 230 000 interruptions volontaires de grossesse (216 700 en 2017 selon la DREES).

Dans les années 1975-1985, le taux d'IVG par naissance était de l'ordre de grandeur de 33 %, mais il a chuté depuis et se rapproche, après un pic en 1982, de 25 % dans les années 2000. Il est en 2015 de 26,7 %.

L'avortement clandestin est resté un phénomène significatif jusqu'en 1995, où il a commencé à régresser. Ce n'est qu'en 2003 que ces cas, jugés marginaux, ont disparu des statistiques officielles.

La forte croissance des IVG chez les très jeunes femmes (âgées de moins de 18 ans), observée dans les années 1990 et au début des années 2000, s’est ralentie. Le recours à l’IVG se concentre sur les jeunes femmes. De 19 à 25 ans, les taux d’IVG dépassent 25 %.

On estime que chaque année entre 4 000 et 5 000 Françaises se rendent à l'étranger, principalement aux Pays-Bas et en Espagne, pour avorter au-delà du délai légal de douze semaines.

Quelque 130 centres médicaux pratiquant l’IVG ont fermé en France entre 2001 et 2011 en raison du manque de moyens financiers ou de personnels. En septembre 2019, le ministère de la santé a indiqué que dans la plupart des régions françaises, l'accès à l'IVG comporte certains lieux en « tension ».

En 2019, 232 200 interruptions de grossesse volontaires ont été réalisées en France (217 500 en France métropolitaine et 14 700 dans les départements et régions d'outre-mer (DROM)), ce total constituant le nombre le plus important depuis 1990 selon la DREES,. La tranche d'âges la plus concernée par les IVG est celle des 20 à 29 ans, avec un taux de 27,9 IVG pour 1000 femmes pour toute la France. Par ailleurs, il existe des variations du taux de recours à l'IVG selon les régions du pays. Les lieux où se déroulent les IVG sont pour un peu plus de la majorité des structures hospitalières, les taux de réalisation hors de ces structures (soit dans des cabinet libéraux, des centres de santé ou des centres de planification et d’éducation familiale) étant de 41,6 % dans les DROM et 25,4 % en métropole. Les IVG sont de plus en plus souvent médicamenteuses et donc de moins en moins chirurgicales, depuis 2001 et l'autorisation des premières, y compris dans les hôpitaux (41 % des IVG dans ces structures sont instrumentales). La DREES indique dans son article de 2020 concernant 2019, que les données ont pour la première fois été mises en relation avec des données fiscales, ce qui a permis de constater une corrélation entre niveau de vie et IVG, avec davantage d'IVG chez les plus précaires par rapport aux plus aisées, toutefois, les données peuvent aussi être liées à d'autres raisons, telles que différents âges ou différents statuts de célibataire ou de couple.

Une légère baisse du nombre d'IVG est enregistrée en 2020 (220 000 / - 4 %).

En 2021, le taux d'une femme pour trois connaissant un avortement dans sa vie est avancé.

En 2022, le nombre d'IVG a atteint 234 300, en augmentation de 7,2 % par rapport à l'année précédente. La même année, le nombre de naissances a décru de 2,2 % pour un total de 726 000 naissances. Cela signifie qu'une grossesse sur quatre (24,4 %) est interrompue volontairement par une IVG.

Rapport de la population à l'IVG

La Fondation Jean-Jaurès publie en juin 2022 une enquête sur les rapports qu'entretient la population française à l'IVG. Cette enquête présentent des résultats par sensibilité politique, âge, pratique religieuse, catégories socioprofessionnelles, niveau d'étude, lieu de vie et sexe. Selon elle, 83 % des Français ont un avis positif sur l'autorisation de l'IVG dans la loi française. Les électeurs de Yannick Jadot (95 %) sont les plus favorables à la loi, ceux d'Éric Zemmour les moins favorables (75 %). Les femmes sont 85 % à soutenir la législation actuelle, les hommes 81 %. Les personnes de plus de 65 ans sont 92 % à soutenir la législation, les 18-24 ans 71 %.

Polémiques et controverses autour de l'IVG en France

En mars 2013, le magazine en ligne Madmoizelle.com publie un entretien téléphonique entre une journaliste de la rédaction et l’une des conseillères du numéro vert du site Ivg.net. À l’origine de cette enquête se trouve un questionnement sur la qualité de l’information fournie par le site qui figure en première place des résultats de Google pour la requête « IVG » sur le moteur de recherche. Au cours de cet entretien, la journaliste révèle peu de désinformation de la part des conseillères mais un discours orienté anti-IVG. Ivg.net est le site web d’une association anti-avortement déposée en 2008 et nommée « SOS-détresse ». Ainsi, quand une femme appelle le numéro vert publié sur le site Ivg.net, elle dialogue avec un standardiste qui tente de l’inciter à poursuivre sa grossesse. Selon L'Express, Ivg.net pose problème dans le sens où il se revendique comme étant neutre mais de nombreux témoignages de femmes les ayant contactés démontre le contraire.

À la suite de cela, Marisol Touraine et Najat Vallaud-Belkacem annoncent fin septembre 2013 le lancement du site ivg.gouv.fr. L’objectif annoncé en est de proposer une alternative neutre et informationnelle aux sites accusés de diffuser des informations orientées ou mensongères susceptibles de compromettre l’exercice du droit à l’IVG.

Guerre de référencement entre le site gouvernemental et les sites anti-IVG

Le 8 janvier 2016, une lectrice du magazine Causette signale à la rédaction qu’en recherchant « IVG » dans Google, le moteur de recherche place le site officiel du gouvernement Ivg.gouv.fr en deuxième position dans les résultats, après le site ivg.net. Le troisième documentaire Citizen Facts explique que le site a augmenté sa visibilité au moyen de son compte facebook en payant en 2022 plus de 6 000 € en trois mois pour mettre en avant des témoignages aussi publiés par ailleurs sur son site. Le documentaire montre aussi que ce site est soutenu financièrement par le site du fonds Stella domini, dirigé par Loïc Labouche. Ce site efface par la suite toute trace de financement.

Affiché en premier dans les résultats du moteur de recherche Google, ivg.net a bénéficié de son ancienneté puisque de 2008 à 2013, il n'y avait pas de site officiel pour informer sur l'IVG. De plus, nombre de sites institutionnels comme les sites web des villes de Lorient ou de Colomiers, du centre des œuvres universitaires (CROUS) de Paris, du centre hospitalier de Bordeaux ou encore des portails d’informations jeunesse des départements de Moselle ou de Charente-Maritime avaient publié sur leur site un lien redirigeant vers le numéro vert du site Ivg.net. Ces institutions, pensant renvoyer leurs internautes vers un service officiel, avaient alors inconsciemment contribué au bon référencement d’Ivg.net sur Google.

Pour permettre au site gouvernemental Ivg.gouv.fr de s'afficher en premier résultat sur le moteur de recherche Google, Causette, suivi par Marisol Touraine, avait incité les internautes à consulter massivement le site Ivg.gouv.fr.

Pour faire face à la désinformation, la loi contre le délit d'entrave numérique à l'IVG a étendu droit l'extension du délit d’entrave à l’IVG institué par la loi de 1993.

La loi no 2017-347 relative à l'extension du délit d'entrave à l'IVG

Le délit d’entrave est inscrit dans le code de la santé publique (art L. 2223-2) et est défini comme le fait d'empêcher ou de tenter d'empêcher, de pratiquer ou de s'informer, sur une IVG ou les actes préalables à celle-ci.

Le 12 octobre 2016, la proposition de la loi relative à l'extension du délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse a été déposée à l'Assemblée nationale par des députés membres du groupe socialiste, écologiste et républicain et apparentés. Les auteurs estiment que certains sites Internet « induise délibérément en erreur, intimide et/ou exerce des pressions psychologiques ou morales afin de dissuader de recourir à l’interruption volontaire de grossesse ».

L'extension du délit d'entrave à l'IVG a définitivement été adopté jeudi 16 mars 2017. Le texte punit de deux ans de prison et de 30,000 euros d'amende toute tentative en ligne de diffuser des informations « de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques ou les conséquences d'une interruption volontaire de grossesse ». Tous les groupes de gauche et une majorité de l'UDI ont voté en faveur du texte, tandis que Les Républicains ont voté contre « une atteinte à la liberté d'expression ». Le lundi 20 mars 2017, le président de la République promulgue la loi no 2017-347 relative à l'extension du délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse.

Douze mois plus tard, aucune plainte n'a été déposée selon les informations recueillies par l'AFP. Ces plateformes figurent toujours en bonne place sur les moteurs de recherche. Pour Alba Horvat, juriste bénévole à la Fondation des femmes, la loi n'a pas eu d'effet car elle est « trop complexe » et il est difficile de prouver l'entrave.

Notes et références

Notes

  1. Malgré la Yougoslavie en 1974 qui garantissait la liberté de « décider librement de la naissance de ses enfants » (mais pas explicitement un droit à l'avortement même si cela se traduisait par un droit à l'avortement jusqu'à 10 semaines de grossesse),.

Références

  1. articles L.2211-1
  2. Israel Nisand, Luisa Araújo-Attali, Anne-Laure Schillinger-Decker, L'IVG, Presses Universitaires de France, 2012, p. 47.
  3. Simone Veil, Les hommes aussi s'en souviennent, Stock, 2004, p. 107.
  4. Amandine Dandel, « Avortement criminel », in Hervé Guillemain (dir.), Dictionnaire d’Histoire Politique de la Santé (DicoPolHiS), Le Mans Université, 2020 (lire en ligne sur http://dicopolhis.univ-lemans.fr/ ; page consultée le 9 décembre 2020)
  5. De nombreux instruments sont utilisés : aiguille à tricoter, baleine de parapluie ou de corset, tringle à rideau, épingle à cheveux qui provoquent une perforation utérine, voire intestinale et une septicémie. Petit tuyau de garagiste, stylo bille de secrétaire qui, en introduisant de l'air, causent souvent une embolie gazeuse. L'injection intra-utérine d'eau de savon, adjuvant réputé abortif, favorise les infections. Cf. Xavière Gauthier, Paroles d'avortés : quand l'avortement était clandestin, Martinière, 2004, p. 20-22.
  6. Anne Cova, Maternité et droits des femmes en France : XIXe – XXe siècles, Economica, 1997, p. 256.
  7. Jean Dalsace, Anne Marie Dourlen-Rollier, L'avortement, Castermann, 1970, p. 45.
  8. Olivier Wieviorka (dir.), Julie Le Gac, Anne-Laure Ollivier et Raphaël Spina, La France en chiffres : de 1870 à nos jours, Paris, Perrin, 2015, 666 p. (ISBN 978-2-262-02741-4), p. 28-29
  9. Fabrice Cahen et Christophe Capuano, « La poursuite de la répression anti-avortement après Vichy. Une guerre inachevée ? », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 111, no. 3, 2011, pp. 119-131.
  10. « AVORTEMENT : pour une loi humaine », Le Monde.fr,‎ 13 avril 1974 (lire en ligne, consulté le 18 juillet 2021)
  11. Michèle Sarde, De l'alcôve à l'arène. Nouveau regard sur les Françaises, Robert Laffont, 2007, p. 30.
  12. Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire(s) du MLAC (1973-1975) », Clio, no 18,‎ 1er novembre 2003, p. 241–252 (ISSN 1252-7017 et 1777-5299, DOI 10.4000/clio.624, lire en ligne, consulté le 18 septembre 2018)
  13. Les grands discours parlementaires de la Cinquième République, textes présentés par Jean Garrigues, Armand Colin
  14. Loi no 75-17 du 17 janvier 1975 relative à l'interruption volontaire de la grossesse.
  15. http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/interruption/simone_veil_tribune-1.asp Discours de Simone Veil à l'Assemblée nationale (première séance du 26 novembre 1974).
  16. Loi no 79-1204 du 31 décembre 1979 relative à l'interruption volontaire de la grossesse.
  17. Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), « Interruptions volontaires de grossesse : une hausse confirmée en 2019 », Études et résultats, no 1163,‎ septembre 2020 (lire en ligne , consulté le 27 septembre 2021)
  18. Arrêt Lahache : Conseil d’État, 31 octobre 1980, no 13028, http://www.rajf.org/article.php3?id_article=1134.
  19. revue Prescrire no 280 février 2007 p. 134-136
  20. les semaines d'aménorrhée sont comptées à partir du 1er jour des dernières règles ; on retranche généralement deux semaines pour avoir une estimation en semaines de grossesse
  21. Article L2212-1 du Code de la santé publique
  22. Loi no 93-121 du 27 janvier 1993 portant diverses mesures d'ordre social.
  23. Décret no 2004-636 du 1er juillet 2004 relatif aux conditions de réalisation des interruptions volontaires de grossesse hors établissements de santé et modifiant le code de la santé publique.
  24. « Interview de Najat Vallaud-Belkacem à l’Express : "Le débat sur l'IVG a réveillé les hyper-conservateurs" », L’Express, 31 juillet 2014.
  25. « La volonté d’une égalité des droits effective et concrète entre les femmes et les hommes », La Revue des droits de l'homme, juillet 2014.
  26. « Plongée dans les nouvelles méthodes des anti-avortement », AFP, 8 février 2013.
  27. « IVG.gouv.fr : le premier site officiel d’information sur l’IVG est lancé ! », Madmoizelle.com, 27 septembre 2013.
  28. « Le gouvernement lance un site d’information sur l’avortement », La Croix, 27 septembre 2013.
  29. IVG : les députés votent la pénalisation des sites Internet faisant de la « désinformation », lemonde.fr, 1er décembre 2016
  30. « Un an après, l'extension du délit d'entrave à l'IVG peine à être appliquée », sur ladepeche.fr, 17 février 2018
  31. Mathilde Costil, Sylvie Gittus et François Béguin, « Près de 8 % des centres pratiquant l’IVG en France ont fermé en dix ans », Le Monde.fr,‎ 27 septembre 2019 (édité le 18 février 2020) (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2021)
  32. « Avec une légère hausse en 2019, le taux de recours à l’avortement atteint son niveau le plus haut depuis trente ans », Le Monde.fr,‎ 24 septembre 2020 (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2020)
  33. Adèle Bonnemains, « Proposition de loi sur l’IVG : vers un renforcement du droit à l’avortement », sur maze.fr, 23 octobre 2020.
  34. Assemblée Nationale, « Dossier législatif - Renforcement du droit à l'avortement », sur Assemblée nationale (consulté le 24 juin 2022).
  35. « Allongement de l'IVG : derrière la loi, la députée du Val-de-Marne Albane Gaillot », sur actu.fr (consulté le 13 mars 2022).
  36. Marlène Thomas, « IVG : au Sénat, la majorité de droite rejette l'allongement du délai légal », Libération, 20 janvier 2021 (consulté le 1er février 2021).
  37. « Allongement des délais d'accès à l'IVG : le texte poursuit son parcours législatif | LCP », sur lcp.fr (consulté le 5 février 2022).
  38. « Proposition de loi constitutionnelle n°545 visant à inscrire le droit à l'interruption volontaire de grossesse dans la Constitution »
  39. « Amendement n°1059 de première lecture à l'Assemblée nationale au projet de loi constitutionnelle n°911 pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace », sur Assemblée nationale
  40. « Amendement n° 1372 de première lecture à l'Assemblée nationale au projet de loi constitutionnelle n°911 pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace », sur Assemblée nationale.
  41. « Amendement n°426 de première lecture à l'Assemblée nationale au projet de loi constitutionnelle n°911 pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace », sur Assemblée nationale.
  42. « Amendement n°1115 de première lecture à l'Assemblée nationale au projet de loi constitutionnelle n°911 pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace » Accès libre, sur Assemblée nationale
  43. « Amendement n°2312 de première lecture à l'Assemblée nationale au projet de loi constitutionnelle n°911 pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace », sur Assemblée nationale.
  44. « Proposition de loi constitutionnelle n°2086 visant à protéger le droit fondamental à l'interruption volontaire de grossesse » Accès libre, sur Assemblée nationale.
  45. « Avortement : la majorité présidentielle a-t-elle retoqué par le passé deux texte proposant d'inscrire l'IVG dans la Constitution ? » Accès libre
  46. « IVG : la volte-face de la Cour suprême américaine a renforcé le soutien des Français », sur TF1 Info, 29 novembre 2022.
  47. « Proposition de loi constitutionnelle n°8 - 16e législature », sur Assemblée nationale (consulté le 5 mars 2024)
  48. « Proposition de loi constitutionnelle n°15 - 16e législature », sur Assemblée nationale (consulté le 29 février 2024).
  49. « Droit fondamental à l'IVG et à la contraception », sur Sénat (consulté le 25 février 2024).
  50. « Droit fondamental à l'IVG et à la contraception », sur Sénat (consulté le 25 février 2024).
  51. « Scrutin n°8 - séance du 19 octobre 2022 », sur Sénat (consulté le 25 février 2024).
  52. « Proposition de loi constitutionnelle n°293 - 16e législature », sur Assemblée nationale (consulté le 29 février 2024).
  53. « IVG dans la Constitution : la proposition de loi portée par Renaissance adoptée en commission », sur lcp.fr, 9 novembre 2022 (consulté le 5 mars 2024)
  54. « Droit à l'IVG : les députés votent pour son inscription dans la Constitution », sur tf1info.fr, 24 novembre 2022 (consulté le 5 mars 2024)
  55. « Proposition de loi visant à garantir le droit fondamental à l'interruption de grossesse (version, résultant de la première lecture du texte, à l'Assemblée nationale) » Accès libre, sur Assemblée nationale (consulté le 16 mai 2023).
  56. « Assemblée nationale : les députés votent en première lecture l'inscription du droit à l'IVG dans la Constitution », sur France Info, 24 novembre 2022 (consulté le 2 janvier 2023).
  57. « Droit à l’IVG : l’illustration du double discours de Marine Le Pen », sur Mediapart, 14 novembre 2022.
  58. « Analyse du scrutin n°629 - Deuxième séance du 24/11/2022 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr.
  59. Chez Pol, « Le Sénat récure le «greenwashing» de la majorité », sur Libération (consulté le 26 novembre 2022).
  60. Nicolas Massol, « IVG dans la Constitution : La poudre aux yeux de Marine Le Pen », sur liberation.fr, 22 novembre 2022..
  61. « Inscription de l'IVG dans la Constitution : la proposition de loi sera débattue au Sénat en février 2023 », sur France Info, 14 décembre 2022 (consulté le 2 janvier 2023).
  62. Simon Barbarit, « Le Sénat adopte l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution », sur Public Sénat, 1er février 2023 (consulté le 3 juin 2023).
  63. Grégoire Poussiegle, « Emmanuel Macron veut intégrer la liberté de recourir à l'IVG dans la Constitution » Accès libre, sur Les Échos, 8 mars 2023 (consulté le 3 juin 2023).
  64. « IVG dans la Constitution : du texte de LFI au « souhait » de Macron, un parcours de dix-huit mois au Parlement », Le Monde,‎ 4 mars 2024 (lire en ligne, consulté le 7 mars 2024).
  65. « Avis du Conseil d'Etat sur le projet de loi constitutionnelle relatif à la liberté de recourir à l’interruption volontaire de grossesse », sur Assemblée nationale
  66. « Liberté de recourir à l’interruption volontaire de grossesse », sur Assemblée nationale (consulté le 23 janvier 2024).
  67. « Liberté de recourir à l’interruption volontaire de grossesse », sur Assemblée nationale (consulté le 3 février 2024).
  68. « Analyse du scrutin n° 3289 - Deuxième séance du 30/01/2024 - Assemblée nationale », sur Assemblée nationale (France) (consulté le 4 mars 2024).
  69. « Scrutin n°136 - séance du 28 février 2024 », sur Sénat (consulté le 4 mars 2024).
  70. « Analyse du scrutin n° 1 Première séance du 04/03/2024 », sur Assemblée nationale.
  71. « Avortement: voici le nouveau texte de la Constitution avec l'inscription de l'IVG », sur BFM TV (consulté le 4 mars 2024).
  72. « La France inscrit l'IVG dans sa Constitution, premier pays à le faire », sur France Info, 4 mars 2024 (consulté le 4 mars 2024).
  73. « En direct : l’inscription de l’IVG dans la Constitution définitivement adoptée par le Parlement », Le Monde,‎ 4 mars 2024 (lire en ligne, consulté le 4 mars 2024).
  74. LOI constitutionnelle n° 2024-200 du 8 mars 2024 relative à la liberté de recourir à l'interruption volontaire de grossesse (1) (lire en ligne)
  75. Miodrag Jovicic, « La nouvelle Constitution yougoslave de 1974. Ses particularités et caractéristiques en tant qu'acte juridique général suprême. », Revue internationale de droit comparé, vol. 26, no 4,‎ 1974, p. 793-794 (DOI 10.3406/ridc.1974.15623, lire en ligne, consulté le 26 mai 2024)
  76. «Aucun État n'a inscrit un droit à l'IVG dans sa Constitution, sauf l'ex-Yougoslavie», sur Le Figaro, 19 octobre 2022 (consulté le 26 mai 2024)
  77. WebDoc IEP : Texte intégral de la loi Veil de 1975
  78. « IVG dans la Constitution : une « étape fondamentale » », sur gouvernement.fr (consulté le 5 mars 2024)
  79. « Loi du 2 mars 2022 visant à renforcer le droit à l'avortement », sur Vie publique.fr (consulté le 13 mars 2022).
  80. Article L2213-1 du Code de la santé publique
  81. Délai de réflexion dans le cadre d'une interruption volontaire de grossesse : Article L2212-5 du Code de la santé publique
  82. IVG : l'Assemblée vote la suppression du délai de réflexion de sept jours, Le Monde, 9 avril 2015
  83. « Loi n°82-1172 du 31 décembre 1982 relative à la couverture des frais afférents à l'interruption volontaire de grossesse non thérapeutique et aux modalités de financement de cette mesure », sur Légifrance.
  84. DILA, « Interruption volontaire de grossesse (IVG) : remboursement à 100% pour toutes les assurées sociales », sur Service-public.fr, 28 mars 2013 (consulté le 12 février 2014).
  85. Base légale : art. L.322-3 20°) et art. R.322-9 I. 4°) du Code de la sécurité sociale
  86. Ministère de la Santé, « Le parcours IVG remboursé à 100% - Ministère de la Santé » , sur ivg.social-sante.gouv.fr (consulté le 12 mars 2017).
  87. Conseil d’État, assemblée, du 31 octobre 1980, 13028 : la décision d'avorter n'appartient qu'à la femme enceinte.
  88. Article L.2212-7 al.2 Code de la santé publique
  89. « Les soins aux personnes mineures », sur solidarites-sante.gouv.fr (consulté le 11 mai 2022).
  90. DILA, « Interruption volontaire de grossesse (IVG) », sur Service-public.fr, 9 avril 2013 (consulté le 14 février 2014).
  91. Collège national des enseignants en gynécologie-obstétrique (CGNOF), Référentiel du collège, Elsévier-Masson, 2018, 816 p. (ISBN 978-2-294-75406-7), p4.
  92. Agnès Leclair, « Loi bioéthique: ces dispositions surprises votées à la sauvette », sur Le Figaro, 2 août 2020 (consulté le 3 août 2020).
  93. Président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, Israël Nisand est professeur émérite de gynécologie obstétrique., « Pourquoi l’IMG jusqu’au 9e mois pour détresse psychosociale est nécessaire dans des cas exceptionnels », sur FigaroVox, 14 août 2020.
  94. « Anne-Marie Dourlen-Rollier (1921-2002) », sur data.bnf.fr (consulté le 27 septembre 2021).
  95. Coll, « Pourquoi le nombre d’avortements n’a-t-il pas baissé en France depuis 30 ans ? », in Population et sociétés, pub. INED, no 407, décembre 2004, lire en ligne
  96. « Avortements - Avortements, contraception - France - Les chiffres - Ined - Institut national d’études démographiques »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ined.fr (consulté le 12 mars 2017).
  97. « Avortements », sur Ined - Institut national d’études démographiques (consulté le 27 septembre 2021).
  98. « 216 700 interruptions volontaires de grossesse en 2017 - Ministère des Solidarités et de la Santé », sur drees.solidarites-sante.gouv.fr (consulté le 29 octobre 2018).
  99. Données FECONDITE.htm#a01 INSEE pour les données de natalité et de naissance mort-nées, INED pour les statistiques d'avortement à partir de 1995, estimations d'après Chantal Blayo, « L’évolution du recours à l’avortement en France depuis 1976 », in Population, 3, 1995, pages 779 à 810 (voir le tableau dans publication/1077/publi pdf1 84.pdf publication INED, p. 116) pour les périodes antérieures. Voir aussi pour les estimations antérieures à 1975 (haute et basse) : INED, Cahier no 117. "La seconde révolution contraceptive. La régulation des naissances en France de 1950 à 1985." 1987.
  100. Magali Mazuy, Laurent Toulemon, Élodie Baril, « Le nombre d’IVG est stable, maIs moIns de femmes y ont recours », Population-F,‎ 69 (3), 2014, 365-398 (lire en ligne)
  101. Corine Goldberger, « Avortement: "J'ai été obligée d'avorter en Hollande" », sur le site du magazine Marie Claire (consulté le 16 février 2015).
  102. « "L'accès à l'avortement régresse, parfois jusqu'à la tragédie" », sur Le Huffington Post, 25 janvier 2020.
  103. « Après un pic en 2019, le nombre d’IVG a légèrement baissé en 2020 en France », Le Monde.fr,‎ 28 septembre 2021 (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2021)
  104. Agathe Ranc et Émilie Brouze, « Le nombre d’avortements en France stagne depuis 30 ans. Comment l’expliquer ? », sur L'Obs, 31 mars 2021 (consulté le 27 septembre 2021).
  105. « Le nombre des interruptions volontaires de grossesse augmente en 2022 | Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques », sur drees.solidarites-sante.gouv.fr (consulté le 7 mars 2024).
  106. « En 2022, des naissances au plus bas depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », Insee Focus no 307, sur Insee (consulté le 7 mars 2024).
  107. Fondation Jean Jaurès / IFOP, Le rapport des Français à l’avortement et la question de l’inscription de l’IVG dans la constitution française, Fondation Jean-Jaurès, 29 juin 2022, 12 p. (lire en ligne ).
  108. « Tu vois des pubs anti-IVG sur Facebook ? Ce n’est pas un hasard », Madmoizelle,‎ 12 juillet 2018 (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018).
  109. « Comment lutter contre les sites anti-IVG sur Google ? », Libération.fr,‎ 8 janvier 2016 (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018).
  110. « La désinformation d'IVG.net, entre risques farfelus et discours culpabilisant », L'Express,‎ 1er décembre 2016 (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018).
  111. « Création du site ivg.gouv.fr pour garantir aux femmes une information complète et fiable sur leurs droits », sur ministère des Solidarités et de la Santé, 27 septembre 2013 (consulté le 24 septembre 2018).
  112. « IVG : le site du gouvernement ne balise pas assez ! », Causette,‎ 8 janvier 2016 (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018).
  113. Aude Favre (réalisatrice et autrice) et Sylvain Louvet (auteur), « Citizen Facts (3/5) - Avortement : la croisade en ligne des anti-IVG » (documentaire télévisuel), sur Arte (consulté le 4 novembre 2023).
  114. Samuel Laurent et Laura Motet, « Ivg.net, le site très orienté d’un couple de militants catholiques », Le Monde, 7 décembre 2016 (consulté le 24 septembre 2018).
  115. « IVG: entre pro-life et gouvernement, la guerre du référencement sur Google », L'Expansion, 1er décembre 2016 (consulté le 24 septembre 2018)
  116. LOI n° 93-121 du 27 janvier 1993 portant diverses mesures d'ordre social (lire en ligne)
  117. « Proposition de loi relative à l'extension du délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse - Sénat », sur senat.fr (consulté le 24 septembre 2018).
  118. « LOI n° 2017-347 du 20 mars 2017 relative à l'extension du délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse | Legifrance », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 24 septembre 2018).
  119. La-Croix.com, « Ces sites anti-IVG qui créent la controverse », sur La Croix, 30 novembre 2016 (consulté le 24 septembre 2018).
  120. « Un an après, le délit d'entrave "numérique" à l'IVG, peine à être appliqué », France Inter,‎ 17 mars 2018 (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018)

Pour en savoir plus

Bibliographie

Dossiers sociologiques Dossiers juridiques

Articles connexes

Liens externes