Le Bourget (Seine-Saint-Denis)

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

Le Bourget
Le Bourget (Seine-Saint-Denis)
L'hôtel de ville.
Blason de Le Bourget
Blason
Le Bourget (Seine-Saint-Denis)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-Saint-Denis
Arrondissement Le Raincy
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Paris Terres d'Envol
Maire
Mandat
Jean-Baptiste Borsali
2024-2026
Code postal 93350
Code commune 93013
Démographie
Gentilé Bourgetins
Population
municipale
14 832 hab. (2021 en diminution de 8,66 % par rapport à 2015)
Densité 7 131 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 07″ nord, 2° 25′ 32″ est
Altitude Min. 38 m
Max. 48 m
Superficie 2,08 km2
Type Grand centre urbain
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de La Courneuve
Législatives 5e circonscription de la Seine-Saint-Denis
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France Le Bourget
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France Le Bourget
Géolocalisation sur la carte : Seine-Saint-Denis
Voir sur la carte topographique de la Seine-Saint-Denis Le Bourget
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France Le Bourget
Liens
Site web http://www.le-bourget.fr

Le Bourget est une commune française située dans le département de la Seine-Saint-Denis en région Île-de-France.

Petit village avant l'industrialisation, le Bourget a connu quelques batailles pendant la guerre franco-allemande de 1870. Néanmoins, la commune est surtout connue pour accueillir l'aéroport de Paris-Le Bourget, qui est ouvert au trafic national et international commercial non régulier et aux avions privés. Ouvert en 1919, il est le premier aéroport civil de Paris et reste le seul jusqu'à la construction de l'aéroport d'Orly.

L'histoire de la ville est d'ailleurs fortement liée à l'aéronautique. Le Bourget abrite par ailleurs le musée de l'Air et de l'Espace et accueille tous les deux ans le salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget.

Géographie

Localisation

Vue de la commune du Bourget en rouge sur la carte de la « Petite couronne » d'Île-de-France.

Le Bourget est une commune de la banlieue nord de Paris. Elle se situe à vol d'oiseau à 7 kilomètres des boulevards des Maréchaux à Paris, et à 10,4 kilomètres au nord-est de la cathédrale Notre-Dame de Paris, centre de la capitale française.

La ville se situe également à une dizaine de kilomètres de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle et fait partie de la zone économique de l'aéroport du Bourget.

La commune est située dans la région naturelle du pays de France, dans sa partie méridionale, et qui est aujourd'hui fortement urbanisée.

Communes limitrophes

La ville est limitrophe de Dugny, La Courneuve, Drancy et Le Blanc-Mesnil.


Communes limitrophes du Bourget
Dugny
La Courneuve Bourget Le Blanc-Mesnil
Drancy

Géologie et hydrographie

L'ancien étang du Bourget.

À l'époque glaciaire, les berges et les lits de la Marne et de la Seine recouvraient entièrement la ville. Aussi le sol de la commune est-il composé en partie de limons et de marnes.

Avant son industrialisation et l'urbanisation, la ville était quelque peu marécageuse et possédait même un étang.

Un ruisseau aujourd'hui busé, la Molette, traversait la ville avant de se jeter dans le Rouillon à Dugny. Il servait de séparation entre Le Blanc-Mesnil et Le Bourget.

Climat

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est toujours exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C).

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 650 mm, avec 10,4 jours de précipitations en janvier et 7,5 jours en juillet. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Bonneuil-en-France à 4 km à vol d'oiseau, est de 12,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 616,3 mm,. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022.

Statistiques 1991-2020 et records LE BOURGET (95) - alt : 49m, lat : 48°58'02"N, lon : 2°25'39"E
Records établis sur la période du 01-07-1920 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,3 2,1 4,2 6,3 9,8 13 14,9 14,6 11,5 8,8 5,2 2,8 8
Température moyenne (°C) 4,9 5,4 8,4 11,2 14,7 18 20,2 20 16,5 12,7 8,1 5,4 12,1
Température maximale moyenne (°C) 7,5 8,7 12,6 16,1 19,6 23 25,5 25,4 21,5 16,5 11,1 7,9 16,3
Record de froid (°C)
date du record
−18,2
17.01.1985
−16,8
14.02.1956
−9,6
07.03.1971
−3,7
01.04.1931
−1,6
06.05.1957
0,9
13.06.1935
3,5
09.07.1929
1,9
01.08.1923
0,1
24.09.1931
−5,6
30.10.1985
−9,5
28.11.1921
−15,1
16.12.1925
−18,2
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
16,1
27.01.03
20,8
28.02.1960
25,5
31.03.21
31,9
18.04.1949
35
24.05.1922
36,9
27.06.11
42,1
25.07.19
40,2
12.08.03
35,3
09.09.23
29,4
04.10.1921
21,3
08.11.15
17,2
16.12.1989
42,1
2019
Ensoleillement (h) 574 737 1 293 171 1 894 203 2 132 2 064 1 616 1 113 637 543 16 342
Précipitations (mm) 46,8 41,1 43,9 43,1 60,5 53,8 56,3 52,5 44,6 56,7 53,6 63,4 616,3
Source : « Fiche 95088001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Paysages

Le Bourget dispose de plusieurs espaces verts, le plus important étant le square Charles-de-Gaulle, parc de l'ancienne cristallerie du Bourget. Viennent ensuite les squares Lucien-Archambault, Charles-Corre et Little-Falls. Ce dernier a été baptisé en l'honneur de la ville de Little Falls, avec laquelle la commune du Bourget est jumelée. Aux portes de la commune se trouve le parc Georges-Valbon. Appelé avant 2010 le parc départemental de La Courneuve, c'est un site appartenant au réseau Natura 2000.

Urbanisme

Typologie

Au 1er janvier 2024, Le Bourget est catégorisée grand centre urbain, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 407 communes, dont elle est une commune de la banlieue,,. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal,. Cette aire regroupe 1 929 communes,.

Occupation des sols

Occupation des sols au Bourget en 2008
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 91,4 % 192,19
Espace urbain non construit 8,4 % 17,64
Espace rural 0,2 % 0,49
Source : Iaurif

Les 210,32 hectares de la commune sont principalement répartis en 2008 pour l'habitat individuel et l'habitat collectif, qui couvrent respectivement 40,90 ha et 31,96 ha. Ils sont également couverts par les voies de transports (rues, voies ferrées...) avec 44,12 ha, et par les entreprises (incluant bureaux, commerces...) avec 51,98 ha. Les espaces verts couvrent 8,74 ha de la commune soit près de 4,2 % de son territoire. Les équipements sportifs ouverts couvrent eux 6,14 ha et quant aux autres équipements (de loisir et culturel, de santé, d'enseignement...) ils occupent 10,31 ha de la ville.

Morphologie urbaine

Plan du Bourget, quartiers et occupation des sols.
En jaune, zones d'habitation.
En orange, ZAC et quartier nouveau.
En violet, zones industrielles.
En bleu, zones d'équipements collectifs.
En vert, espaces verts et cimetière.

De manière plutôt informelle, la ville du Bourget est divisée en deux quartiers par la RN 2 dénommée avenue de la Division-Leclerc au Bourget. Il y a à l'est, le quartier de la Molette, qui est limitrophe de Drancy et du Blanc-Mesnil et qui comprend la gare du Bourget. Quant au quartier du Haut Bourget, il se situe à l'ouest, il est ainsi limitrophe de Dugny et de La Courneuve ; il comprend l'hôtel de ville et l'aéroport du Bourget. Le Bourget est composé de nombreuses zones industrielles, notamment à proximité de l'aéroport au nord avec le parc des Expositions mais également à divers endroits de la ville : au sud-est, se trouvent les zones industrielles de l'Actipole et Le Vaillant et à l'ouest les zones industrielles de La Bienvenue et Hélène-Boucher. Au sud, toute une zone du quartier de la Molette est en plein réaménagement urbain, avec un quartier nouveau qui s'est créé entre 2003 et 2008 et avec la zone d'aménagement concerté (ou ZAC) du Commandant-Rolland,.

Habitat et logement

En 2020, le nombre total de logements dans la commune était de 7 008, alors qu'il était de 6 853 en 2015 et de 6 499 en 2010.

Parmi ces logements, 88,8 % étaient des résidences principales, 1,3 % des résidences secondaires et 10 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 16 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 82,3 % des appartements.

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements au Le Bourget en 2020 en comparaison avec celle de la Seine-Saint-Denis et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,3 %), légèrement supérieure à celle du département (1,2 %) mais inférieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 38,7 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (42,9 % en 2015), contre 38,2 % pour la Seine-Saint-Denis et 57,5 pour la France entière.

Le logement au Le Bourget en 2020.
Typologie Le Bourget Seine-Saint-Denis France entière
Résidences principales (en %) 88,8 92,7 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,3 1,2 9,7
Logements vacants (en %) 10 6,1 8,2

La commune, tenue par l'article 55 de la loi SRU de disposer d'au moins 25 % de son parc de résidences principales constitué de logements sociaux, respecte ses obligations.

Projets d'aménagement

Pour assurer la continuité des déplacements entre le village des médias à Dugny et le site des compétitions d'escalade du Bourget à l'occasion des Jeux olympiques d'été de 2024, la Solideo est chargée de construire un franchissement accessible aux piétons et aux vélos entre les deux sites au-dessus de l'autoroute A1. La passerelle aboutit au parc des sports, vers la rue de l’Égalité,.

Voies de communication et transports

L' ex-RN 2 au Bourget. Réseaux routiers Articles connexes : Autoroute A1 et Route départementale 932.

La ville est desservie par la route départementale RD 932 et la RD 30 ainsi que par l'autoroute A1, l'autoroute du Nord, qui était en 2008 l’autoroute française la plus fréquentée. Le Bourget est également situé à proximité de l'autoroute A86. Les axes majeurs pour se déplacer au Bourget sont l'avenue de la Division-Leclerc (RD 932) et l'avenue Jean-Jaurès (RD 30).

Transports en commun

Située en zone 3, Le Bourget est desservie par les transports ferroviaires, avec le RER B à la gare du Bourget, et aussi par plusieurs lignes d'autobus.

La ville est traversée par plusieurs voies ferrées :

La façade rénovée de la gare du Bourget en 2010. La gare du Bourget Grande Ceinture.

Ces trois lignes ferroviaires servent également au transport de fret. Le Bourget dispose en effet d'une gare de triage située principalement sur son territoire.

Articles connexes : Ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière) et Grande Ceinture. Articles connexes : Gare du Bourget, RER B et T11 Express.

Le Bourget est desservie par :

Projets de transports Articles détaillés : Ligne 16 du métro de Paris et Ligne 17 du métro de Paris.

Le Bourget est concerné par les projets de lignes 16 et 17 du Grand Paris Express.

Le prolongement de la ligne 7 du métro de Paris jusqu'au Bourget avec une station à la gare du Bourget et une autre au Musée de l'Air et de l'Espace est un projet ancien mais aujourd'hui non financé ni programmé.

Transports aériens Le tarmac de l'Aéroport de Paris Le Bourget. Article détaillé : Aéroport de Paris-Le Bourget.

L'aéroport du Bourget est situé en partie sur le territoire de la commune. Il est géré par Aéroports de Paris. L'aéroport est ouvert au trafic national et international commercial non régulier, aux avions privés, à l'aviation générale, aux IFR et aux VFR avec certaines restrictions. Il est le premier aéroport d'aviation d'affaires en Europe.

Situé à 13 kilomètres au nord-est de Paris, il occupe une superficie de 550 hectares, répartis sur quatre communes et deux départements : la Seine-Saint-Denis (Le Bourget et Dugny) et le Val-d'Oise (Bonneuil-en-France et Gonesse).

Toponymie

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Bourget est le diminutif de bourg, avec le sens de « petit village ou de petit hameau ».

Histoire

Articles connexes : Histoire de l'Île-de-France et Histoire de la Seine-Saint-Denis.

Préhistoire et Antiquité

À l’époque gallo-romaine, un chemin fort fréquenté se situe près de l’emplacement actuel du Bourget. C'est donc tout naturellement que des hommes s'installent sur le territoire actuel de la commune.

Moyen Âge

La première mention du lieu date de 1134, lorsque Louis VI cède la terre du Bourget à l'abbaye de Montmartre. Le Bourget est alors un village agricole relié à Paris par la route des Flandres, ancienne voie romaine.

Au XIe siècle, l'ancien hameau de Burgellum possède une léproserie. Le Bourget abritait également des tavernes sur la route des Flandres dès le XIe siècle, et un relais de poste créé au XVe siècle,. Des chevaux loués au niveau de l'actuelle avenue Jean-Jaurès, renforçaient les attelages des charrois montant la rue de Flandre jusqu'au-delà de l'église Saint-Nicolas.

Temps modernes

Carte de Cassini du Bourget et ses environs vers 1780.

En 1573, les religieuses de Montmartre échangent 60 livres de rente à prendre sur le Bourget avec Antoine de Brolly, seigneur du Ménil.

À partir de la fin du XVIe siècle, la seigneurie du Bourget est le plus souvent regroupée avec celle de Blanc-Mesnil. En 1580, Nicolas Potier est ainsi seigneur du Bourget, de même que René Potier l'un de ses descendants, qui porte le titre de seigneur du Blanc-Mesnil et du Bourget en 1646-1680,. Jusqu’en 1700, le village est en effet sous l’obédience des châtelains du Blanc-Mesnil, mais à la mort de mademoiselle de Blanc-Mesnil, la dernière héritière, le Bourget décide d’autorité d’accéder à l’autonomie administrative et de se séparer de la tutelle de la paroisse de Dugny.

Révolution française et Empire

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Époque contemporaine

De la Restauraition au Second Empire Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

En 1860 est mise en service la premiere section de la Ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière), entre la gare de Paris-Nord à la gare de Sevran, et la station du Bourget - Drancy est ouverte en 1863, favorisant le développement de la commune et de ses industries.

La guerre de 1870

Lors de la Guerre franco-allemande de 1870 et du siège de Paris, le Bourget va être annexé vers septembre 1870 par l'armée prussienne et va être le lieu d'une anecdote mais surtout de plusieurs affrontements :

Le 17 octobre 1870, le ballon monté baptisé Liberté est emporté, vide, par le vent violent de l'usine à gaz de la Villette à Paris alors assiégé. Il échappe aux aéronautes et s'échoue au Bourget après avoir parcouru 11 km. Les restes du ballon sont récupérés par les Prussiens.

Du 28 octobre au 30 octobre 1870, le Bourget est le théâtre d’affrontements contre les Prussiens. L'événement est connu comme la première bataille du Bourget. Le 28 octobre 1870, le général de Bellemare, commandant à Saint-Denis envoie, sans l'autorisation du général Trochu, le commandant Roland s'installer avec 300 francs-tireurs au Bourget. L'amiral Saisset avait envoyé à Drancy un bataillon d'infanterie de marine afin d'occuper le village et de s'y fortifier, et d'ainsi soutenir le Bourget. La garnison allemande est alors chassée du village. Mais le 30 octobre 1870 les Allemands contre-attaquent avec un déluge d'artillerie pendant que les fantassins prussiens avancent de trois côtés sur Le Bourget, côté Drancy, côté Dugny et côté Blanc-Mesnil. Cernés au nord, à l'est et au sud-est, nombre de soldats français fuient vers la Courneuve et Aubervilliers, au sud-ouest. Les Allemands coupent alors la route de la Courneuve. Seuls les commandants Brasseur et Baroche, avec leurs troupes, restent au Bourget et défendent la ville dans l’église Saint-Nicolas et dans les rues. À 13 h, les Allemands ont récupéré la place, laissant les troupes françaises en grand désordre. La rue où Ernest Baroche est décédé porte aujourd’hui son nom.

La nouvelle de la défaite du Bourget arrive à Paris en même temps que celle de la capitulation de Metz du 27 octobre 1870. Elles provoquent un grand mécontentement à Paris,.

Le 21 décembre 1870, les troupes de l'amiral de La Roncière composées de canonniers et de fusiliers marins, des 134e et 138e régiments d'infanterie de ligne et de gardes mobiles de la Seine attaquent le Bourget et Stains lors de la deuxième bataille du Bourget (1870). Les troupes françaises attaquent alors sur deux axes. Sur le premier axe d'attaque, après 7 h, les forts de l'Est parisien et d'Aubervilliers, des batteries à la Courneuve et des wagons blindés sur la ligne de Soissons ouvrent le feu sur le Bourget. L'offensive commence alors et un premier bataillon attaque par le nord-ouest, s'emparant du cimetière et faisant une centaine de prisonniers prussiens. Une seconde brigade attaque elle par le sud-ouest sur la route de Flandre mais ne peut entrer dans le village à cause des fortifications faites par les Prussiens durant le mois de novembre. L'attaque échoue et les soldats et marins français repartent avec quelques prisonniers. Sur le second axe, le général Ducrot prend position à Drancy avec de nombreuses troupes. Il est informé que l'offensive sur le premier axe a été un échec et l'on décide alors d'entreprendre un siège du village du Bourget. Drancy est alors armé de batteries, sans aucun résultat toutefois.

Les lieutenants de vaisseau Bousset, Morant, Patin, Wyats, l'enseigne de vaisseau Duquesne ont trouvé la mort au Bourget le 21 décembre 1870.

Plusieurs tableaux, dans l'église Saint-Nicolas du Bourget, relatent ces combats.

Avec la défaite française en 1871 et la signature du traité de Francfort du 10 mai 1871, les Bourgetins, alors réfugiés à Paris, peuvent rentrer chez eux. Les combats ont alors laissé de nombreuses ruines.

Articles détaillés : Siège de Paris, Chronologie du Siège de Paris, Première bataille du Bourget et Deuxième bataille du Bourget. De la guerre de 1870 à celle de 1914

En 1870, le Bourget compte 850 habitants. Avec l’arrivée de la révolution industrielle, le village se développe. Dès la fin du XIXe siècle, la commune accueille de nombreuses entreprises industrielles (telle la cristallerie émaillerie de Charles Paris, créée en 1867), grâce à sa desserte par la route des Flandres, le chemin de fer de la compagnie du nord ou la ligne de Grande Ceinture,.

La Ligne de Grande Ceinture est mise en eservice en 1882, avec la mise en service de la gare « Le Bourget Grande Ceinture », lors de l'ouverture aux voyageurs de la section Achères-Noisy-le-Sec. La gare ferme le 15 mai 1939, quand cesse le trafic sur la section nord comprise entre Versailles-Chantiers et Juvisy via Argenteuil,. Cette gare est aujourd'hui détruite.

Le 2 juin 1907, des jeunes gens du quartier des Batignolles de Paris, revenant d'une procession de la Fête-Dieu à Dugny, furent attaqués au Bourget, l'un de ces jeunes Hippolyte Debroise y fut blessé mortellement. Le procès de ces agresseurs présentés comme Les apaches du Bourget eut lieu par la suite. Le journal La Libre Parole, fit un long article sur cet assassinat en première page de son numéro du 6 juin 1907. La chemise ensanglantée du jeune Debroise est conservée en l'église Saint-Joseph-des-Épinettes et il est inhumé au cimetière des Batignolles (8e division).

En 1912, les TPDS, ancêtres de la RATP, créent la ligne du tramway CO qui relie Bourget à l'opéra à Paris, par la Route nationale 2. En 1921, comme suite de la création de la STCRP, la ligne change de nom et prend l'indice 52. En 1933, elle disparaît et est remplacée par une ligne d'autobus qui garde le même indice. En 1940, l'exploitation cesse puis est rétablie trois fois,,. Cette ligne devient la ligne 152 de la RATP en 1945.

1914-1945 : l'aéroport parisien du Bourget La roi Ferdinand Ier de Roumanie, la reine et M. et Mme Millerand à l'aéroport du Bourget en avril 1924.

Dès septembre 1914, l’armée implante au Bourget et à Dugny une réserve aérienne, plus proche du front que celles de Saint-Cyr. Elle crée rapidement un terrain d’aviation, afin de protéger le « camp retranché » de Paris contre les attaques aériennes allemandes,. La réquisition des terres agricoles est immédiatement suivie de l’installation de sept hangars en bois et toile, et de baraquements destinés aux ateliers et aux bureaux de l’administration.

En 1915, l’efficacité des escadrilles contre les attaques de nuit menées par les zeppelins reste décevante et les escadrilles sont envoyées au front par roulement d’un tiers. Le site du Bourget connaît néanmoins une densification de ses infrastructures, principalement sur le territoire de la commune de Dugny, où la réserve aérienne ne cesse de se développer pour atteindre jusqu’à 500 appareils.

Carte postale de l'Oiseau blanc, appareil qui décolla du Bourget en mai 1927 et qui disparut lors de son voyage.

Après la Première Guerre mondiale, la réserve aérienne continue ses activités sur le site du Bourget, poursuivant la gestion des stocks. Au lendemain du conflit, l'aviation civile bénéficie sur l'aéroport du Bourget d'installation et de matériel qui en font rapidement l'aéroport parisien de référence. Les premières lignes régulières desservent Londres, Bruxelles et Amsterdam puis, petit à petit, toute l'Europe.

Le Bourget devient aussi un lieu de promenade où l'on vient admirer ces machines qui vont bientôt relier les quatre coins du monde. C'est un lieu de départs ou d'arrivées de grands raids aériens. Le 8 mai 1927, l'Oiseau blanc décolle du Bourget et ses pilotes, Charles Nungesser et François Coli, espèrent atteindre New York sans escale ; malheureusement l'avion disparaît inexplicablement. C'est finalement Charles Lindbergh qui réalise la première traversée aérienne de l'Atlantique Nord entre New York et Paris, le 21 mai 1927. On vient applaudir l'aviateur, « vainqueur » de l'Atlantique Nord, posant sur son Spirit of Saint Louis. Une foule énorme accueillit aussi Édouard Daladier le 29 septembre 1938, après la signature des accords de Munich.

Avions italien et espagnol à l'aéroport du Bourget dans les années 1930.

En 1935, l’architecte Georges Labro remporte le concours en vue de la construction d'une nouvelle aérogare pour l'exposition internationale de Paris de 1937. Le projet lauréat est un bâtiment à l’architecture sobre, long de 233 mètres, intégrant l’ensemble des fonctions pour l’accueil des passagers et la gestion de l’aéroport. Pas entièrement achevée pour accueillir les premiers visiteurs de l’exposition universelle en juin, l’aérogare est officiellement inaugurée le 12 novembre 1937.

En 1939, l'aéroport du Bourget, avec 21 000 mouvements d’avions et 138 000 passagers, est le second aéroport d’Europe après celui de Berlin-Tempelhof.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands prennent possession de l’aéroport et l’agrandissent considérablement tout en occupant la ville. Le 16 août 1943, les forces américaines et anglaises bombardent les pistes mais la base aérienne reste occupée jusqu’à sa libération,. Ce bombardement du 16 août 1943, appelé « opération Starkey », destiné à détruire l'aéroport, rase la commune de Dugny à 98 % et le nord de la ville du Bourget.

Article détaillé : Aéroport du Bourget. Depuis 1945 Avions et maquettes de fusées se côtoient sur le tarmac du musée.

À la Libération, l'aéroport du Bourget est remis en état par les Américains et les Britanniques. À partir de mai 1945, 42 000 prisonniers de guerre et déportés sont rapatriés et transitent alors par le Bourget.

Au sortir de la guerre, le trafic de l'aéroport s'accroît rapidement et en 1952 Paris, s'équipe d’un nouvel aéroport, celui d'Orly. Dans les années 1960, la saturation de ce dernier entraîne un retour d’activités au Bourget mais en 1974, l’aéroport de Roissy-en-France est ouvert au trafic. L'aéroport du Bourget est peu à peu délaissé.

La création du nouvel aéroport de Roissy-en-France libère de la place au Bourget et le regroupement des collections dispersées dans une partie du hall de l'aéroport est étudié. C'est à partir de 1973 que le Musée de l'Air et de l'Espace déménage progressivement de Chalais-Meudon à l'aéroport du Bourget. Le premier hall, le hall B, est inauguré en 1975 peu avant le Salon du Bourget,.

Avant le 1er janvier 1968, la ville du Bourget est une commune du département de la Seine, département par la suite supprimé (tout comme le département de Seine-et-Oise dans lequel il était enclavé), en application de la loi du 10 juillet 1964 portant sur la réorganisation de la région parisienne. Il est dès lors intégré dans le département de la Seine-Saint-Denis.

En novembre 2005, comme de nombreuses communes de l'agglomération parisienne et celles des grandes villes de province, des faits de délinquance touchent la ville mais restent plus modérés que dans d'autres communes du département, même voisines telle celle du Blanc-Mesnil. Il n'y a pas eu de violences accrues au Bourget comme le montre la chronologie des émeutes de 2005 en France. Néanmoins, cet épisode, relayé par les médias de nombreux pays, montre alors l'état de ghettoïsation ethnique et sociale de nombreux secteurs de banlieue et l'incapacité du pouvoir politique à faire face à l'échec de l'intégration d'une importante population immigrée.

Articles connexes : Musée de l'Air et de l'Espace, Aéroports de Paris, Seine, Seine-Saint-Denis et Émeutes de 2005 dans les banlieues françaises.

Politique et administration

L'ancienne mairie, sur la route de Flandre, au coin de la place du 11-Novembre-1918, vers 1920. Elle restera en service jusqu'aux années 1950.

Rattachements administratifs et électoraux

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964, la commune faisait partie du département de la Seine. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de la Seine-Saint-Denis et à son arrondissement de Bobigny, après un transfert administratif effectif au 1er janvier 1968.

La commune a fait partie de 1801 à 1893 du canton de Pantin du département de la Seine, année où elle est rattachée au canton de Noisy-le-Sec, puis, en 1921 elle devient le chef-lieu du canton du Bourget. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de La Courneuve.

Intercommunalité

Articles connexes : Communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget et Intercommunalités de la Seine-Saint-Denis. Carte de la Seine-Saint-Denis. En rouge : l'ancienne communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget

Les villes de Drancy et du Bourget ont créé, fin 2006, une communauté de communes qui portait alors le nom de communauté de communes Drancy-Le Bourget. Le 1er janvier 2009, Dugny rejoint la communauté, qui prend le nom de communauté de communes de l'aéroport du Bourget,.

À compter du 1er janvier 2010, cette communauté de communes se transforme en communauté d'agglomération.

Dans le cadre de la mise en place de la métropole du Grand Paris, la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015 (Loi NOTRe) prévoit la création d'établissements publics territoriaux (EPT), qui regroupent l'ensemble des communes de la métropole à l'exception de Paris, et assurent des fonctions de proximité en matière de politique de la ville, d'équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs, d'eau et assainissement, de gestion des déchets ménagers et d'action sociale.

La création des EPT s'accompagne de la suppression des EPCI à fiscalité propre situés dans leur périmètre, et qui exercent désormais les compétences que les communes avaient transférées aux intercommunalités supprimées.

La commune est donc désormais membre de l'établissement public territorial Paris Terres d'Envol, créé par un décret du 11 décembre 2016 et qui regroupe :

Articles détaillés : métropole du Grand Paris, établissement public territorial et Établissement public territorial Paris Terres d'Envol.

Tendances politiques et résultats

À l’élection présidentielle française de 2007, le premier tour a vu arriver en tête Nicolas Sarkozy avec 33,89 % soit 1 762 voix, suivi de Ségolène Royal avec 27,79 % soit 1 445 voix, puis de François Bayrou avec 17,21 % soit 895 voix, et enfin de Jean-Marie Le Pen avec 10,19 % soit 530 voix, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 5 %. Au second tour, les électeurs ont voté à 53,86 % soit 2 722 voix pour Nicolas Sarkozy contre 46,14 % soit 2 332 voix pour Ségolène Royal, résultat proche de la moyenne nationale qui est, au second tour, de 53,06 % pour Nicolas Sarkozy et 46,94 % pour Ségolène Royal. Pour cette élection présidentielle, le taux de participation a été élevé. On compte au premier tour, 6 200 inscrits sur les listes électorales bourgetines, 84,74 % soit 5 254 voix ont participé aux votes, le taux d’abstention fut de 15,26 % soit 946 voix, 1,05 % soit 55 voix ont effectué un vote blanc ou nul et enfin 98,95 % soit 5 199 voix se sont exprimées.

Lors des municipales 2008, la liste conduite par Vincent Capo-Canellas, maire sortant NC a été élue dès le premier tour avec 61,2 % des suffrages exprimés,.

À l'élection régionale de 2010 en Île-de-France, le premier tour a vu arriver en tête la liste conduite par Valérie Pécresse (LMAJ) avec 26,83 % soit 633 voix, suivi de la liste conduite par Jean-Paul Huchon (LSOC) avec 24,08 % soit 568 voix, puis celle conduite par Marie-Christine Arnautu (LFN) avec 17,47 % soit 412 voix, et enfin la liste conduite par Cécile Duflot (LVEC) avec 10,17 % soit 240 voix, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 10 %. Au second tour, les électeurs ont voté à 54,91 % soit 1 387 voix pour la liste de Jean-Paul Huchon contre 45,09 % soit 1 139 voix pour la liste Valérie Pécresse, résultat proche de la moyenne régionale, qui est, au second tour de 56,69 % pour la liste de Jean-Paul Huchon contre 43,31 % pour la liste de Valérie Pécresse.

Lors du premier tour des élections municipales de 2014 dans la Seine-Saint-Denis, la liste UDI menée par le maire sortant Vincent Capo-Canellas remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 929 voix (58,81 %, 27 conseillers municipaux élus dont 10 communautaires). Il devance nettement les listes menées respectivement par :
- Johnny Magamootoo (SE, 531 voix, 16,18 %, 3 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire) ;
- Valérie Mery (PS, 467 voix, 14,23 %, 2 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire) ;
- Sebastien Foy (DVD, 535 voix, 10,76 %, 1 conseiller municipal élu).
Lors de ce scrutin, 47,42 % des électeurs se sont abstenus.

Article connexe : Élections municipales de 2014 dans la Seine-Saint-Denis.

Lors du second tour des élections municipales de 2020 dans la Seine-Saint-Denis, la liste DVD menée par Jean-Baptiste Borsali obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 430 voix (51,23 %, 25 conseillers municipaux élus dont 1 métropolitain).
Il devance de 69 voix la liste UDI-SL menée par le maire sortant Yannick Hoppe — qui bénéficie du report de la liste LC du 1er tour menée par Johnny Magamootoo  — et qui a obtenu 1 361 voix (48,76 %, 8 conseillers municipaux élus)..
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 53,02 % des électeurs se sont abstenus,.

Article connexe : Élections municipales de 2020 dans la Seine-Saint-Denis.

Le 3 novembre 2022, le maire du Bourget, Jean-Baptiste Borsali et son adjointe, Karima Miloudi, sont condamnés à trois mois de prison avec sursis pour avoir malmené des policiers. Ces derniers, qui encadraient l’enlèvement par un fourriériste de véhicules ventouses, dont l'un servait à un trafic de drogue, se sont fait traiter de « sale chien corrompu » par Karima Miloudi ; Jean-Baptiste Borsali a tiré sur l’uniforme d’un policier en lui disant « L’autorité, c’est moi ! », induisant une crise municipale en 2023,, qui culmmine avec la démission, le 25 novembre 2023, de 17 élus municipaux membres de la majorité municipale, rendant alors obligatoires de nouvelles élections municipales,.
Celles-ci ont lieu, après une campagne électorale tendue, le 28 janvier 2024 et voient la nette victoire de la liste DVD menée par le maire sortant Jean-Baptiste Borsali qui obtient 56,11 % des suffrages exprimés, devançant celle SE menée par Sandy Desrumaux, qui a recueilli 43,89 % des voix.
Lors de ce scrutin, 42,07 % des électeurs se sont abstenus.

Liste des maires

Article détaillé : Liste des maires du Bourget. Jean-Baptiste Borsali Liste des maires successifs depuis la Libération de la France
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Maurice Drouard    
1945 1959 Gustave Mary    
1959 1965 Charles Corre    
1965 1977 Maurice Houyoux DVD  
1977 février 1993 André Cadot DVD Démissionnaire
février 1993 1995 Albert Le Bris DVD Cadre technique à UTA
1995 décembre 2001 Frédéric Gailland UDF Cadre à Orly
Démissionnaire
2001 octobre 2017 Vincent Capo-Canellas UDF puis NC
puis UDI-FED
Directeur de cabinet d'élus locaux
Sénateur de la Seine-Saint-Denis (2011 →)
Conseiller général du Bourget (2003 → 2011)
Président de la CA de l'aéroport du Bourget (2006 → 2014)
Démissionnaire à la suite de sa réélection comme sénateur
2017 2020 Yannick Hoppe UDI Assistant parlementaire de Vincent Capo-Canellas (2017→ 2020)
juillet 2020 En cours
(au 3 février 2023)
Jean-Baptiste Borsali LR Chargé de communication dans le secteur privé
Réélu après un mandat écourté par la démission d'une partie du conseil municipal
Article connexe : liste des maires de la Seine-Saint-Denis.

Jumelages

Au 1er février 2023, Le Bourget est jumelé avec quatre villes, :

La commune du Bourget en France La commune de Amityville aux États-Unis La commune de Little Falls aux États-Unis La commune de Cullera en Espagne La commune de Joukovski en Russie

Équipements et services publics

Enseignement

Le collège Didier-Daurat, l'angle entre le bâtiment plus ancien et le plus moderne.

Le Bourget est situé en zone C, dans l'académie de Créteil. Les écoles de la commune appartiennent à la circonscription de l’Éducation nationale de Dugny - Le Bourget, dirigée par l'inspecteur de l'Éducation nationale. L'inspection est située dans les locaux de l'école Paul-Langevin de Dugny.

La commune compte une école maternelle (Saint-Exupéry), deux groupes scolaires (Jean-Jaurès et Jean-Mermoz) comprenant des écoles maternelles et des écoles élémentaires, une école primaire (Louis-Blériot) et le collège Didier-Daurat. Ce dernier a bénéficié d'une reconstruction en 2015. Le collège accueille, à la rentrée 2018, 770 élèves et une nouvelle direction avec à sa tête, M.Boris Calabrese, Chef d'Établissement. En outre des dispositifs ULIS "Troubles de la fonction visuelle", UPE2A-NSA et une section sportive scolaire "football", une bilangue Anglais/Espagnol est proposée aux élèves de 6e dès la rentrée 2019.

Il existe également l'institution privée Sainte-Marie comprenant des écoles maternelle et élémentaire, et un collège.

Le lycée Germaine Tillion a ouvert ses portes en septembre 2014 et accueille 665 élèves en filières générale et technologique. Il a été construit pour répondre notamment à la saturation du lycée Eugène-Delacroix à Drancy. Le nouveau lycée accueille les élèves du Bourget, de Dugny et une partie des Drancéens.

Le lundi 8 janvier 2007, la communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget a décidé la gratuité des repas dans les cantines scolaires des écoles primaires, sur l'initiative de Jean-Christophe Lagarde. La gratuité des repas qui profite à 3 000 élèves représente 5 % du budget de la communauté, soit 1,1 million d'euros, étant rappelé que, de manière générale, les familles payent rarement le coût de revient complet du service (aliments, personnels et locaux), et qu'une partie de ce coût est donc assumé par les contribuables locaux,.

Équipements sportifs

Icône d'horloge obsolète.Cette section doit être actualisée. (Dernière mise à jour : 2012)
Des passages de cette section sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-la ou discutez-en.

La commune du Bourget dispose en 2012 d'un stade municipal, de deux gymnases (Raoul-Clerget et Paul-Simon), d'un complexe sportif, de terrains de tennis, d'un skate park et d'un stade nautique. Il est possible de pratiquer de nombreux sports dans la commune.

Equipements culturels

La bibliothèque du Bourget. Icône d'horloge obsolète.Cette section doit être actualisée. (Dernière mise à jour : 2008)
Des passages de cette section sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-la ou discutez-en.

En 2012, le Bourget compte un cinéma municipal, deux centres culturels (le centre culturel Sans Limite et le centre culturel André Malraux) et un conservatoire de musique et de danse.

La ville du Bourget dispose de nombreuses médiathèques administrées par la communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget.

La médiathèque Georges Brassens, d'une surface de 4 000 m2, a été inaugurée le 28 avril 2007. Elle a coûté treize millions d'euros, dont 5,6 de subventions. La médiathèque a trois étages et comprend au sous-sol un auditorium. L'accueil et la section jeunesse (650 m2) se trouvent au rez-de-chaussée, les documentaires pour adultes au 1er étage, la fiction pour adultes, la musique et les films au 2e étage (soit 1 600 m2 pour la section adultes) et les services administratifs et scientifiques au 3e étage. Au total, elle donne accès à 65 000 livres, 8 000 DVD et 6 500 CD, et comprend 65 postes informatiques connectés à Internet ainsi que 10 postes de recherche documentaire. Elle constitue l'élément central d'un réseau de six médiathèques de quartier (quatre à Drancy, une au Bourget et une à Dugny). Les quatre médiathèques drancéennes de proximité sont celles de l'Économie, du Bois de Groslay, de l'Avenir et de Gaston-Roulaud. La bibliothèque du Bourget a, quant à elle, une superficie de 350 m2 et propose aux Bourgetins invalides de plus de 65 ans et aux Bourgetins handicapés un service de portage à domicile.

Santé

La clinique de soins de suite et de convalescence. Icône d'horloge obsolète.Cette section doit être actualisée. (Dernière mise à jour : 2012)
Des passages de cette section sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-la ou discutez-en.

En 2012, sur le territoire du Bourget se trouvent trois centres de santé. Il y a tout d'abord un centre municipal de la santé, où sont pratiqués médecine générale et spécialisée, soins infirmiers et prélèvements de laboratoire, mais aussi une clinique de soins de suite et de convalescence construite récemment et pouvant accueillir plus de 150 patients, et enfin un centre médico-psychologique avec une section infant-juvénile.

De plus, la commune dispose de trois résidences pour personnes âgées, une non-médicalisée (la résidence Arline-Marlin) et deux médicalisées (la maison des Glycines et la résidence MAPI). cette dernière est un établissement privé,.

Justice, sécurité, secours et défense

Le Bourget fait partie du ressort du tribunal d'instance d'Aubervilliers, du Tribunal judiciaire et du tribunal de commerce de Bobigny,.

Population et société

Les habitants sont appelés les Bourgetins.

Démographie

Évolution démographique Articles connexes : Histoire du recensement de la population en France et Démographie de la France.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans,.

En 2021, la commune comptait 14 832 habitants, en diminution de 8,66 % par rapport à 2015 (Seine-Saint-Denis : +4,77 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
486456447401573617738708654
Évolution de la population  , suite (1)
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6237068071 0721 3801 7592 0392 2582 550
Évolution de la population  , suite (2)
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8683 1043 9796 1856 5557 5988 2047 3278 404
Évolution de la population  , suite (3)
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
10 1069 67910 53411 02111 69912 11012 72014 97816 484
Évolution de la population  , suite (4)
2021 - - - - - - - -
14 832--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis Insee à partir de 2006.) Histogramme de l'évolution démographique Pyramide des âges

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 41,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (42,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 16,0 % la même année, alors qu'il est de 16,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 8 138 hommes pour 8 001 femmes, soit un taux de 50,42 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (49,18 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4  90 ou + 1,2 
3,6  75-89 ans 6,3 
10,1  60-74 ans 10,5 
19,7  45-59 ans 15,9 
26,7  30-44 ans 23,3 
16,9  15-29 ans 19,6 
22,7  0-14 ans 23,2 
Pyramide des âges du département de la Seine-Saint-Denis en 2020 en pourcentage
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3  90 ou + 0,9 
3,9  75-89 ans 5,2 
11,4  60-74 ans 11,9 
18,7  45-59 ans 18,1 
22,2  30-44 ans 22,2 
20,4  15-29 ans 20 
23,1  0-14 ans 21,7 

Manifestations culturelles et festivités

L'édition 2007 du salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget

La place du marché accueille la fête du 14 juillet et la Fête de la ville qui a lieu début septembre. Les centres culturels et le Mille Club proposent de manière assez fréquente des représentations de pièces de théâtre classique et moderne, notamment avec l'aide du Centre Théâtrale du Bourget qui donne de nombreuses représentations et qui dispense également des ateliers.

L'aéroport du Bourget accueille le salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget, qui est une des plus importantes manifestations internationales de présentation de matériels aéronautiques et spatiaux. Il est organisé tous les deux ans (années impaires) au mois de juin.

Grâce au parc des expositions de Paris-Le Bourget qui compte parmi les plus grands parcs d'exposition d'Île-de-France et est géré par la société Viparis, la commune accueille des salons et évènements d'envergure nationale et internationale, professionnels et grand public,.

Médias

La commune du Bourget édite un journal mensuel, Le Bourget en direct, envoyé à tous les Bourgetins. C'est un journal d'informations locales d'une vingtaine de pages en couleur. Il est également possible de le consulter sur le site de la ville.

Le Bourget dispose d'un portail institutionnel, site sur lequel il est possible de s'informer sur l'actualité de la ville, mais également sur ses infrastructures et son histoire.

La commune a adhéré au SIPPEREC, syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication, qui a procédé à l'étude de la mise en place du plan câble sur la commune.

Cultes

L'église Saint-Nicolas. Icône d'horloge obsolète.Cette section doit être actualisée. (Dernière mise à jour : 2008)
Des passages de cette section sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-la ou discutez-en.

Les Bourgetins disposent de lieux de culte bouddhique, catholique et musulman.

Créé en septembre 1989, le centre bouddhique international du Bourget (école theravâda) regroupe la communauté sri-lankaise bouddhiste.

Le Bourget est une commune qui dépend du secteur pastoral catholique du Blanc-Mesnil au sein du diocèse de Saint-Denis dont le lieu de culte au Bourget est l'église Saint-Nicolas,.

Église Saint Nicolas classée aux monuments historiques. Édifiée en 1410.

Salle de catéchisme rue de la république.

Il existe au Bourget une salle de prière musulmane, parfois designée comme mosquée. Celle-ci est gérée par l'Association cultuelle et culturelle des musulsmans du Bourget (ACCMB), créée en 2007.

1 600 places. ligne 16 du métro

Économie

Emploi

Icône d'horloge obsolète.Cette section doit être actualisée. (Dernière mise à jour : 2008)
Des passages de cette section sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-la ou discutez-en.

En 2008, 9 205 Bourgetins avaient entre 15 et 64 ans, les actifs ayant un emploi représentaient 73,5 % de la population bourgetine, les retraités représentaient 6,3 % des Bourgetins, 11,8 % de la population était considéré comme autres inactifs et 1 146 Bourgetins étaient chômeurs, ce qui donne un taux de chômage de 12,5 % pour la commune contre 16,3 % pour le département la même année. Et enfin la population estudiantine représentait 8,5 % des Bourgetins,.

Répartition des emplois par domaines d'activité en 2008

  Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Le Bourget 0,00 % 8,54 % 5,31 % 62,54 % 23,61 %
Moyenne nationale 2,98 % 14,35 % 6,89 % 45,27 % 30,51 %
Sources des données : INSEE

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2008

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Le Bourget 0,0 % 3,9 % 14,3 % 26,9 % 32,7 % 22,2 %
Moyenne Nationale 2,0 % 6,0 % 16,0 % 24,8 % 28,5 % 22,7 %
Sources des données : INSEE

Entreprises et commerces

La façade du parc des expositions Paris Le Bourget. Icône d'horloge obsolète.Cette section doit être actualisée. (Dernière mise à jour : 2004)
Des passages de cette section sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-la ou discutez-en.

En 2004, au Bourget, 65 entreprises ont été créées ; la ville se place à la 759e place au niveau national sur la création d'entreprise, cette année-là. Le nombre total d'établissements est d'environ 602 (en 2004).

Les établissements de l'industrie agricole et alimentaire représentent 1,2 % du nombre total d'entreprises avec un nombre de sept établissements, les industries des biens de consommation représentent 4 % avec vingt-quatre établissements, les industries automobiles comptent une entreprise soit 0,2 %, les industries des biens d'équipement représentent une part de 1,8 % avec onze entreprises. L'industrie des biens intermédiaires comporte quinze entreprises soit 2,5 %, la construction avec ses cinquante-cinq entreprises représente 9,1 %, le commerce représente pas moins de 28,4 % du nombre total d'entreprises avec cent soixante-onze établissements, le transport comprend soixante-quatorze établissements soit 12,3 %. Les activités immobilières totalisent treize entreprises soit 2,2 %, les services aux entreprises représentent 16,1 % avec cent quatre-vingt-dix-sept établissements, les services aux particuliers comprennent quatre-vingt-une entreprises soit 13,5 % et enfin pour ce qui touche au dernier type d'établissement à savoir l'éducation, la santé et l'action sociale on dénombre cinquante-trois entreprises soit 8,8 % du nombre d'établissements total.

Le parc d'expositions Paris Le Bourget est l'une des zones d'activités les plus importantes de la ville et il est l'un des plus grands parcs d'expositions franciliens avec ses 65 ha et accueille des salons d'envergure internationale. Tous les deux ans, il accueille le salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget. Le quartier du parc d'expositions et de l'aéroport du Bourget forme d'ailleurs une grande zone industrielle. On trouve au sud-est de la ville les zones industrielles de l'Actipole et Le Vaillant et à l'ouest les zones industrielles de La Bienvenue et Hélène Boucher.

L'immeuble de bureaux Mermoz, construit en 2009.

En 2009, le Mermoz a été construit ; c'est un immeuble de bureaux de 20 800 m2, à haute qualité environnementale. Il est le premier d'une série de projets du même acabit. Il est situé sur la ZAC du Commandant-Rolland, sur l'avenue Jean-Jaurès et à proximité de la gare du Bourget. La commune a la volonté de créer en cet endroit un pôle d'activités tertiaires. Un autre projet est en cours : un ensemble de 17 000 m2 de BNP Paribas Immobilier va y voir le jour en 2012.

Patrimoine et culture

Lieux et monuments touristiques

Patrimoine aéronautique Articles détaillés : Aéroport du Bourget et Musée de l'Air et de l'Espace. Statue érigée à l'entrée de l'aéroport du Bourget en l'honneur des vols de Nungesser et Coli et de Lindbergh.

L'aéroport du Bourget fut le premier des aéroports parisiens. Il est, aujourd'hui, le premier aéroport d'affaires européen.

En 1935, l’architecte Georges Labro, associé à une entreprise générale, la « Société Nouvelle de Construction et de Travaux », remporte le concours en vue de la construction d'une nouvelle aérogare pour l'exposition internationale de Paris de 1937. Le projet lauréat est un bâtiment à l’architecture sobre, long de 233 mètres, intégrant l’ensemble des fonctions pour l’accueil des passagers et la gestion de l’aéroport. Pas entièrement achevée pour accueillir les premiers visiteurs de l’Exposition en juin, l’aérogare est officiellement inaugurée le 12 novembre 1937. Sérieusement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale, il est reconstruit à l'identique, et sert d'aéroport civil de Paris jusqu'aux années 1970.

À l'entrée de l'aéroport du Bourget, une statue a été érigée en 1928 pour commémorer les vols de Nungesser et Coli et de Lindbergh.

L'entrée du Musée de l'air et de l'espace.

Le musée de l'air et de l'espace est le plus important musée aéronautique de France, et l'un des plus connus au monde. Lors de son déménagement au Bourget en 1975, le musée occupait une partie de l'esplanade ainsi qu'un hangar, au sud de l'aérogare. En 1977, la disparition du trafic commercial entraîne une reconversion rapide de l’aéroport dans l’aviation d’affaires, et libère de l'espace pour l'extension du musée qui ouvre, en moyenne, un nouveau hall tous les deux ans jusqu'en 1983. C'est en 1987 que l'aérogare, en partie désaffectée depuis 1977, devient « La Grande Galerie », qui présente une grande collection d’avions originaux des débuts de l’aviation et de la « Première Guerre mondiale ». L'esplanade est réhabilitée en 1999, et le « Hall de l'Espace », ainsi que le planétarium sont entièrement rénovés en 2000. En 2008, la galerie des maquettes est ouverte : de nombreuses maquettes anciennes, autrefois présentes dans les réserves du musée, sont maintenant visibles,,. Le musée est un établissement public administratif (EPA) dépendant du ministère de la Défense, placé sous la tutelle de la DMPA (Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives). Depuis le 1er janvier 1994, il est doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Le musée a eu une fréquentation de 274 678 visiteurs en 2008, le classant à la 24e place des musées français les plus visités.

À proximité du musée se trouve une statue de Lindbergh, qui est la reproduction d'une œuvre conservée à Minneapolis. Celle présente au Bourget fait l'objet d'un prêt accordé au Musée de l'Air et de l'Espace. La statue représente l'homme après avoir réalisé son exploit.

Édifices religieux et monuments commémoratifs Le monument de la défense du Bourget.

L'église Saint-Nicolas a été construite en 1742 sur les fondations d'une ancienne église datant du début du XVe siècle. Elle a subi des travaux de restauration à la suite des combats de la guerre de 1870. Classée monument historique, on peut notamment y admirer les bas-reliefs du chœur, ainsi que des tableaux rappelant le « fait d'armes de l'église du Bourget » en 1870 par Georges Bergès. Les deux tableaux représentent des scènes de la guerre franco-prusse, le premier dépeint la première bataille du Bourget et le second la deuxième bataille du Bourget. Dans les deux, on y voit l'église Saint-Nicolas et les mots « Dieu » et « Patrie » ainsi que huit noms de combattants pour chaque toile,. Un premier autel présente une dédicace aux soldats morts durant la Première Guerre mondiale et un second autel « Notre-Dame-des-Ailes », sur lequel la Vierge est représentée en tant que protectrice des aviateurs, autres héros de la ville,,.

Le monument aux morts, l'« épée brisée ».

L'hôtel de ville du Bourget contient lui aussi plusieurs tableaux et reliques de la guerre franco-allemande de 1870 et de la Première Guerre mondiale. Les deux tableaux présents dans la mairie sont de Charles Fouqueray. Le premier est inspiré d'une scène de la guerre de 1914-1918 et représente l'Apocalypse. Le second représente lui une scène de la première bataille du Bourget de 1870, il illustre une fois de plus l'église Saint-Nicolas, la défaite des troupes françaises et surtout la mort du commandant Brasseur. Le bâtiment abrite également des vitrines contenant diverses reliques perpétuant l'honneur et l'hommage de la ville aux combattants français de 1870 et de 1914-1918.

Le monument de la défense du Bourget est une chapelle édifiée en 1871 dans le cimetière de la ville. La décoration de l'édifice décline un vocabulaire guerrier ainsi que des symboles funéraires, comme les torches renversées des angles dont l'origine remonte à l'Antiquité romaine. Sur le devant de l'édifice sont gravés les mots « honneur » et « patrie »,.

L'« épée brisée », monument aux morts de 1870 et hommage aux Bourgetins morts pour la France, est située sur la place du 11 novembre 1918, le long de l'avenue de la Division-Leclerc. Il est construit dans un style antique avec « 1870 » écrit en chiffres romains dessus y est également dessiné une épée à la lame brisée et il figure sur l'œuvre l'inscription suivante : « Ils sont morts pour défendre la patrie. L'épée brisée dans leurs vaillantes mains sera forgée de nouveau par leurs descendants »,,.

La pyramide, est un monument érigée en janvier 1871 par les soldats prussiens. Ils élèvent cette pyramide de pavés à la mémoire de leurs camarades du troisième régiment. Elle est détruite en 1877 et reconstruite dans le cimetière du Bourget.

La plaque du souvenir est située dans la gare du Bourget ; elle commémore les hommes, femmes et enfants venant du camp de Drancy qui ont été déportés vers le camp d'extermination d'Auschwitz.

Architecture

L'école normale du Bourget en 2006.

L'architecture de la ville est assez diversifiée. On trouve des bâtiments témoignant de l'ancien caractère rural du Bourget mais aussi des vestiges de l'ère industrielle et de nombreuses constructions arborant une architecture de type Art nouveau, ainsi que des édifices de type Art déco.

L'une des plus anciennes, luxueuses et originales maisons est, sans doute, la « folie » du Bourget. La mode des maisons de campagne dites « folies » se fait au XVIIIe siècle chez les Parisiens qui en ont les moyens. Si de hauts magistrats ou des financiers acquièrent des domaines pour y faire construire ces demeures, celles des commerçants n’en sont pas moins luxueuses. Cette ancienne folie, à l’architecture sobre, construite au XVIIIe siècle et refaite au XIXe siècle, appartient à l’origine à un marchand de chevaux et est aujourd'hui la propriété de la mairie.

Il existe aussi au Bourget des villas anciennes telles les meulières, qui sont des constructions typiques de la banlieue parisienne et de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Les plus belles, de style Art nouveau, sont des villas construites pour les riches Parisiens qui souhaitaient se détendre dans la campagne autour de Paris. Certaines de ces maisons se distinguent par des décorations en fer forgé (verrières, portes, fenêtres, etc.) en briques et en céramiques et constituent de véritables curiosités architecturales. Pour cette même période, on trouve également des immeubles et d'anciennes usines, représentatifs de l'ère industrielle. La gare du Bourget montre également les mêmes caractéristiques. Il en va de même pour l'ancien collège Edgar-Quinet, baptisé ensuite collège Didier-Daurat et qui était en 1884 une école communale pour filles.

L’hôtel de ville, qui a été incendié pendant la guerre de 1939-1945, et l'ancienne école normale d'instituteurs créés vers 1930 témoignent, quant à eux, d'une architecture typiquement Art déco.

Personnalités liées à la ville

Héraldique

Blason de Le Bourget (Seine-Saint-Denis) Blason De gueules aux trois vols d'or rangés en pal et chargés chacun d'une étoile du même, au chef cousu d'azur chargé d'un huchet contourné aussi d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Paris comprend une ville-centre et 406 communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Résultats du premier tour des élections municipales 2008 - votants : 54,5 %, exprimés : 52,4 %, liste Capo-Canellas : 61,2 % des exprimés (27 sièges), liste Durand : 16,1 % (2 sièges), liste Mahon (PS) : 22,7 % des exprimés (4 sièges)
  5. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  7. SIPPEREC, Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication, Rapport d'activité de 2006

Références

Site de l'Insee
  1. Insee, « Métadonnées de la commune ».
  2. « Chiffres clés - Logement en 2020 au Le Bourget » (consulté le 19 décembre 2023).
  3. « Chiffres-clés - Logement en 2020 au Le Bourget - Section LOG T2 » (consulté le 19 décembre 2023).
  4. « Chiffres-clés - Logement en 2020 au Le Bourget - Section LOG T7 » (consulté le 19 décembre 2023).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2020 dans la Seine-Saint-Denis » (consulté le 19 décembre 2023).
  6. « Chiffres clés - Logement en 2020 dans la France entière » (consulté le 19 décembre 2023).
Autres sources
  1. « Présentation », sur le site de la mairie (consulté le 8 janvier 2018).
  2. « Cartes des limites administratives d'Île-de-France - Limites administratives des communes et départements », sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme - Île-de-France (consulté le 8 janvier 2018).
  3. Raymond Liegibel, Regards sur Drancy : Une commune dans l'histoire de France, Société Drancéenne d'Histoire et d'Archéologie, 350 p., p. 14-16.
  4. État des communes du département de la Seine à la fin du XIXe siècle : Monographie sur Dugny, Montévrain.
  5. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ 18 juin 2010 (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 28 décembre 2023)
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le 28 décembre 2023)
  7. « Orthodromie entre Le Bourget et Bonneuil-en-France », sur fr.distance.to (consulté le 28 décembre 2023).
  8. « Station Météo-France commune de Bonneuil-en-France) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 28 décembre 2023)
  9. « Station Météo-France commune de Bonneuil-en-France) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 28 décembre 2023)
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, novembre 2022 (consulté le 28 décembre 2023)
  11. « Plan du Bourget »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget, mars 2010 (consulté le 30 janvier 2012).
  12. « La Courneuve : Le parc départemental baptisé Georges Valbon », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ 11 janvier 2009.
  13. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, 28 mai 2024 (consulté le 30 juin 2024).
  14. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juin 2024).
  15. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juin 2024).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, 21 octobre 2020 (consulté le 30 juin 2024).
  17. « Fiche communale d'occupation des sols, vue satellite simplifiée », sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Île-de-France, 2008 (consulté le 8 janvier 2012).
  18. « Fiche communale d'occupation des sols, plan détaillé », sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Île-de-France, 2008 (consulté le 8 janvier 2012).
  19. « Quartiers faisant l'objet d'une convention de rénovation urbaine », sur le site du secrétariat général du comité interministériel des villes, 17 septembre 2009 (consulté le 8 janvier 2012).
  20. Nathalie Perrier, « Le Bourget séduit les familles », Le Parisien,‎ 2 janvier 2012.
  21. « Transparence Logement Social », Ministère de la transition écologique (consulté le 19 décembre 2023).
  22. Claire Guédon, « JO 2024 : une passerelle et un parcours de 2024 mètres pour relier Le Bourget, Dugny et La Courneuve », sur leparisien.fr, 26 décembre 2021 (consulté le 18 juillet 2023).
  23. « Découvrez la future passerelle entre Le Bourget et Dugny », sur ouvrages-olympiques.fr (consulté le 18 juillet 2023).
  24. Jamila Aridj, « Ces pilleurs d'autoroute qui cisaillent les câbles électriques », sur le site du magazine Le Point, 4 juin 2008 (consulté le 8 janvier 2018).
  25. « Plan RER B », sur le site de la régie autonome des transports parisiens (consulté le 21 janvier 2012).
  26. « Gare du Bourget-Grande Ceinture - Drancy », sur l'atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis édité par le conseil général (consulté le 30 janvier 2012).
  27. « Gare de triage du Bourget : nouvelle intervention du député-maire », sur le site de la mairie de Drancy (consulté le 31 janvier 2012).
  28. Stéphanie Tisserond, « Le métro automatique du Grand Paris a du plomb dans l'aile », sur le site du quotidien La Tribune, 11 août 2010 (consulté le 30 janvier 2012).
  29. « Les transports : Prolongement de la ligne 7 », sur le site de l'agglomération Plaine Commune (consulté le 30 janvier 2012).
  30. « Plaquette de présentation de l'Aéroport Paris-Le Bourget »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site le-bourget.fr d'Aéroports de Paris (consulté le 30 janvier 2012).
  31. « Aéroport du Bourget »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie de Bonneuil-en-France (consulté le 8 janvier 2012).
  32. « Des origines jusqu’au début de l’ère industrielle »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 8 janvier 2012).
  33. « Seigneurie du Bourget », sur l'atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis édité par le conseil général (consulté le 31 janvier 2012).
  34. « La léproserie du Bourget », sur l'atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis édité par le conseil général (consulté le 31 janvier 2012).
  35. Jean Lebeuf, Histoire de la banlieue ecclésiastique de Paris, vol. 6, Prault, 1755, p. 254-268.
  36. Louis Moreri, Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l'histoire sacré et profane, vol. 5, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1725, p. 1070.
  37. Raymond Liegibel, Regards sur Drancy : Une commune dans l'histoire de France, Société Drancéenne d'Histoire et d'Archéologie, 1979, 349 p., p. 264-278.
  38. « Ballon no 16 : « La Liberté » », sur le site coppoweb.com de Toussaint Coppolani (consulté le 31 janvier 2012).
  39. « 1870-1871. Le conflit franco-allemand », sur le site cheminsdememoire.gouv.fr du ministère de la défense (consulté le 31 janvier 2012).
  40. « 31 octobre 1870 », sur le site du projet Raspouteam (consulté le 31 janvier 2012).
  41. Annuaire de l'École navale : Anciens élèves de l'École navale tués à l'ennemi ou morts pour la France.
  42. « Station Bourget - Drancy », sur l'atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis édité par le conseil général (consulté le 31 janvier 2012).
  43. L'aventure de la Grande Ceinture par Bruno Carrière et Bernard Collardey, La Vie du rail, 1992, pages 32 et 190.
  44. .
  45. Jean Robert, Les tramways parisiens, G. Fuseau, 1959, 243 p. (lire en ligne), sur Google Books.
  46. Amtuir ligne 52.
  47. Bernard Festuot, « Petite histoire du tramway d'Aubervilliers (1877-1936) », Chemins de fer régionaux et urbains, vol. 1999/5, no 275,‎ 1999, p. 4-16 (ISSN 1141-7447).
  48. « Le « port aérien » du Bourget », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le 8 janvier 2012).
  49. « Histoire de l'aéroport du Bourget », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le 10 janvier 2012).
  50. « Hangars du Bourget, dits hangars Lossier », sur l'atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis édité par le conseil général (consulté le 31 janvier 2012).
  51. « Le Bourget, une ville liée à l'histoire de l'aéronautique »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  52. Clément-Pascal Meunier, Nungesser et Coli disparaissent à bord de l'Oiseau blanc : mai 1927, Paris, Ministère des transports, Inspection générale de l'aviation civile et de la météorologie, 1984, 90 p. (ISBN 2-11-085124-4).
  53. « De la conférence de Munich à la Seconde Guerre mondiale », sur le site cheminsdememoire.gouv.fr du ministère de la défense (consulté le 31 janvier 2012).
  54. « Le musée de l'Air va retrouver son faste », sur le site du quotidien Le Parisien (consulté le 31 janvier 2012).
  55. « L'aéronautique navale fait ses adieux à l'établissement de Dugny »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site meretmarine.com de la société Bretagne-Online (consulté le 31 janvier 2012).
  56. « Le temps et la ville - transformations »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du ministère des affaires étrangères (consulté le 10 janvier 2012).
  57. « Histoire », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le 8 janvier 2012).
  58. « Le musée de l'air et de l'espace », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le 8 janvier 2012).
  59. « Le département de la Seine en 1968 lors de sa suppression officielle », sur le site de l'observatoire du Grand Paris (consulté le 8 janvier 2012).
  60. Sebastian Roché, « Des émeutes en 2005, quelles émeutes ? » , sur le site du quotidien Le Figaro (consulté le 8 janvier 2012).
  61. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  62. « communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget », sur le site de l'nstitut d'Aménagement et d'Urbanisme - Île-de-France (consulté le 26 janvier 2012).
  63. « La communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 26 janvier 2012).
  64. « Trois agglomérations sont nées », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ 4 janvier 2010, p. III (ISSN 0767-3558).
  65. « Décret no 2015-1660 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Aulnay-sous-Bois », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 4 janvier 2015).
  66. « Résultats de l'élection présidentielle de 2007 », sur le site du quotidien Le Figaro (consulté le 11 janvier 2012).
  67. « Résultats de l'élection présidentielle de 2007 », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 11 janvier 2012).
  68. « Résultats des élections municipales 2008 », sur le site du quotidien Le Parisien (consulté le 11 janvier 2012).
  69. « Résultats des élections régionales de 2010 : Le Bourget », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 11 janvier 2012).
  70. « Résultats des élections régionales de 2010 : département de la Seine-Saint-Denis », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 11 janvier 2012).
  71. Résultats officiels pour la commune Le Bourget
  72. C.G., « Municipales au Bourget : pour sa première élection, Yannick Hoppe fera-t-il aussi bien que son mentor ? », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ 18 février 2020 (lire en ligne, consulté le 18 février 2020) « Réélu sénateur en octobre 2017, le chef de file local de l'UDI a, contre toute attente, choisi pour lui succéder au poste de maire, Yannick Hoppe. Agé à l'époque de 33 ans, le jeune conseiller municipal, qui était aussi son assistant parlementaire, est alors délégué aux relations publiques, à la médiation, au commerce et aux quartiers ».
  73. « Elections municipales 2020 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 22 juillet 2020).
  74. « Municipales 2020 en Seine-Saint-Denis : découvrez tous les candidats au 2nd tour, ville par ville », sur actu.fr, actufr.seinesaintdenis (consulté le 22 juillet 2020).
  75. Hélène Haus, « Le maire du Bourget et son adjointe condamnés à trois mois de prison avec sursis pour avoir malmené des policiers », Le Parisien,‎ 3 novembre 2022 (lire en ligne Accès payant, consulté le 19 décembre 2023).
  76. « Il ne pourra plus faire tout seul» : isolé, le maire du Bourget placé sous le contrôle de son ancienne majorité », Le Parisien,‎ 4 mars 2023 (lire en ligne Accès payant, consulté le 19 décembre 2023).
  77. Anthony Lieures, « Crise politique au Bourget : le budget entre les mains de la chambre régionale des comptes », Le Parisien,‎ 1er mai 2023 (lire en ligne Accès payant, consulté le 19 décembre 2023).
  78. Leo Da Veiga, « Le Bourget devra revoter après la démission massive du conseil municipal », Les Échos,‎ 5 décembre 2023 (lire en ligne Accès limité, consulté le 19 décembre 2023).
  79. « Au Bourget, les habitants revoteront les 28 janvier et 4 février : le maire sortant déjà « prêt » », Le Parisien,‎ 18 décembre 2023 (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2023) « Jean-Baptiste Borsali, qui s’était déclaré candidat à sa succession le jour même des démissions, le 27 novembre, précisait la semaine dernière être dans les starting-blocks : « Il y aura quelques surprises, mais ma liste est prête, mon programme est prêt », assure-t-il ».
  80. E.M., « Municipales partielles au Bourget : la liste du maire sortant victorieuse, dans une ambiance très tendue », Le Parisien,‎ 28 janvier 2024 (lire en ligne Accès payant, consulté le 31 janvier 2024).
  81. « L'éclatement électoral en Ile-de-France - Pour le second tour, les triangulaires dominent. Le point à Paris et en petite couronne », Libération,‎ 16 juin 1995 (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2017) « Dans trois communes de droite, les sortants devraient être battus par leurs anciens adjoints : Jean Valenet (RPR) à Gagny, Albert Le Bris (DVD) au Bourget, Roger Grosmaire (DVD) à Vaujours ».
  82. « Disparition d'Albert Le Bris », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ 17 juin 2008 (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2017).
  83. « Le Bourget: UDF et RPR veulent réconcilier le maire et ses adjoints », Libération,‎ 18 mai 1995 (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2017).
  84. Charles de Saint Sauveur, « Frédéric Gailland rend son écharpe de maire », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ 12 décembre 2001 (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2017) « A seulement 43 ans, l'édile met donc un terme à une brève carrière politique. En 1993, ce « jeune loup » de l'UDF s'était même hissé au second tour des élections législatives, faisant un peu moins bien en 1997. À la tête du Bourget par contre, il n'avait connu que des succès : en 1995, il avait profité des divisions à droite pour s'imposer, puis en mars dernier, il avait été confortablement élu au premier tour ».
  85. Alain Martin, « Le nouveau maire élu ce soir », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ 17 décembre 2001 (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2017) « Largement adoubé la semaine dernière par les membres de la majorité municipale, Vincent Capo-Canellas devrait succéder ce soir à Frédéric Gailland, maire démissionnaire du Bourget. Agé de 35 ans, celui qui était depuis mars dernier le premier adjoint au maire n'est pas un néophyte en politique. Membre de l'UDF comme son prédécesseur, il a commencé sa carrière en tant que directeur de cabinet du maire de Bagnols-sur-Céze (Gard) avant de rejoindre, au même poste, Frédéric Gailland en 1995. L'année d'après, il devient chef de cabinet de Philippe Douste-Blazy, alors ministre de la Culture, puis son principal collaborateur à l'Assemblée nationale. Après les législatives de 1997, il reviendra au Bourget pour prendre la direction générale des services de la ville jusqu'aux dernières élections municipales. En mars dernier, Vincent Capo-Canellas sort enfin de l'ombre en se présentant sur la liste conduite par Frédéric Gailland ».
  86. Florian Niget, « Le Bourget : le maire a choisi son successeur », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ 11 octobre 2017 (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2017) « La majorité municipale a tranché. Ce mercredi soir aux alentours de 21heures, après un débat et un vote à bulletin secret, Yannick Hoppe a été désigné pour succéder à Vincent Capo-Canellas (UDI) dans le fauteuil de maire du Bourget. Agé de 33 ans, il était jusque-là conseiller municipal délégué aux relations publiques, à la médiation, au commerce et aux quartiers. Il a obtenu 20 voix contre 4 à son adversaire (2 abstentions), le premier adjoint Albert Conty ».
  87. N. R., « Le Bourget : le nouveau maire retire les délégations de deux élus LREM », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ 12 novembre 2017 (lire en ligne, consulté le 23 avril 2021) « Jean-Baptiste Borsali et Denis Desrumaux ne décolèrent pas. Ces deux conseillers municipaux LREM du Bourget sont redevenus de simples élus sans délégation dans la nouvelle équipe municipale (...) Le nouveau maire a décidé de ne pas reconduire les délégations des deux élus LREM ».
  88. « Conseil municipal - séance du 4 juillet 2020 » , Procès verbaux des séances, sur le-bourget.fr (consulté le 23 avril 2021).
  89. Nathalie Revenu, « Élu maire du Bourget pour la deuxième fois depuis 2020, Jean-Baptiste Borsali en terrain miné », Le Parisien,‎ 3 février 2024 (lire en ligne Accès payant, consulté le 5 février 2024) « Jean-Baptiste Borsali (DVD) est réélu par 25 voix sur 33 ».
  90. « Jumelage », sur le-bourget.fr (consulté le 31 janvier 2023).
  91. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des affaires étrangères (consulté le 10 février 2012).
  92. « Les établissements scolaires », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  93. Le nouveau collège Didier-Daurat sur le site du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis.
  94. « Lycée Eugène Delacroix- Un des deux lycées de Drancy », sur le site de la mairie de Drancy (consulté le 8 janvier 2012).
  95. « Le projet du nouveau lycée qui ouvrira en 2012 a été choisi »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 8 janvier 2012).
  96. « Cantine gratuite à Drancy et au Bourget », sur le site du magazine L'Express, 8 janvier 2007 (consulté le 31 janvier 2012).
  97. Julie Lastérade, « Cantine gratuite dans les écoles de Drancy et du Bourget »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du journal Libération, 5 janvier 2007 (consulté le 31 janvier 2012).
  98. « Piscine & infrastructures »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  99. « Le guide des sports »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  100. « Culture », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  101. « Présentation des médiathèques », sur le site des médiathèques de la communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  102. « La Bibliothèque »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  103. « Le Centre Municipal de Santé », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  104. « Clinique de soins de suite et de convalescence »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  105. « Centre Médico Psychologique », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  106. « Résidences pour personnes âgées », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  107. « Social & santé »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  108. « Tribunal d'instance »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie d'Aubervilliers (consulté le 26 janvier 2012).
  109. « Arrondissement judiciaire de Bobigny »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du ministère de la Justice et des Libertés (consulté le 26 janvier 2012).
  110. « Ressort territorial », sur le site du greffe du tribunal de commerce de Bobigny (consulté le 26 janvier 2012).
  111. « Gentilé - Le Bourget (93350) », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 8 janvier 2012).
  112. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  113. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  114. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  115. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune du Bourget (93013) », 30 juin 2021 (consulté le 18 janvier 2022).
  116. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de la Seine-Saint-Denis (93) », 27 juin 2023 (consulté le 12 août 2023).
  117. « 30 ans du Centre Théâtral du Bourget »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  118. « Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget », sur le site du salon du Bourget (consulté le 26 janvier 2012).
  119. « Paris-Le Bourget »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la société « Viparis Le Palais des Congrès de Paris » (consulté le 13 janvier 2012).
  120. « Paris Le Bourget Parc d'Expositions », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le 8 janvier 2012).
  121. « Le Bourget en Direct », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  122. « Le Bourget », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  123. « Le Centre Bouddhique International du Bourget »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du centre bouddhique international (consulté le 8 janvier 2012).
  124. « Paroisses, lieux de culte »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du diocèse de Saint-Denis (consulté le 8 janvier 2012).
  125. « Horaires des messes 2011-2012 », sur le site du secteur Pastoral du Blanc-Mesnil, Le Bourget, Dugny et St Louis de Drancy, 16 septembre 2011 (consulté le 8 janvier 2012).
  126. « Mosquée du Bourget », sur le site de l'association cultuelle et culturelle des musulmans du Bourget (consulté le 29 janvier 2012).
  127. « La mosquée "AL IMANE" et Association culturelle des musulmans Des deux rives "ACMR" », sur La mosquée du Bourget (consulté le 30 janvier 2012).
  128. « La mairie du Bourget s'explique », sur Trouve ta mosquée (consulté le 30 janvier 2012).
  129. « Le Bourget (93013 - Commune) - Emploi, population active », sur le site de l'Insee (consulté le 5 janvier 2012).
  130. « Seine-Saint-Denis (93 - Département) - Emploi, population active », sur le site de l'Insee (consulté le 5 janvier 2012).
  131. « ACT4 - Population active de 15 ans ou plus ayant un emploi par sexe, catégorie socioprofessionnelle et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le 5 janvier 2012).
  132. « Entreprises et services, Le Bourget », sur le site linternaute.com de la société Benchmarkgroup (consulté le 5 janvier 2012).
  133. « Paris Le Bourget Parc d'Expositions », sur le site du comité départemental du tourisme (consulté le 5 janvier 2012).
  134. « Plaquette du pôle du Bourget dans le Grand Paris (non datée) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) , sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 8 janvier 2012).
  135. « L'aéroport du Bourget premier »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  136. Service du patrimoine culturel du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, Éléments d'architecture des années 1930 : Dugny, Le Blanc-Mesnil, Le Bourget (lire en ligne ).
  137. « Nungesser, de la Grande Guerre à la liaison transatlantique » (consulté le 17 janvier 2012).
  138. « 20 best aviation museums around the world », sur CNN (consulté le 20 août 2019).
  139. « Le musée de l'air et de l'espace », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le 10 janvier 2012).
  140. « Présentation du musée », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le 10 janvier 2012).
  141. « Le Musée de l’Air et de l’Espace (MAE) du Bourget », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le 10 janvier 2012).
  142. « Chiffres clés 2010 : Statistiques de la culture », sur le site du ministère de la culture et la communication (consulté le 17 janvier 2012).
  143. « Visite guidée du patrimoine du Bourget »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012).
  144. « L'église Saint-Nicolas, six siècles d'histoire »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2002).
  145. « Tableau : scène des combats du 28 au 31 octobre 1870 à l'église du Bourget », sur le site de Jean-Luc Flohic (consulté le 10 janvier 2012).
  146. « Tableau : fait d'armes des Français à l'église du Bourget en 1870 », sur le site de Jean-Luc Flohic (consulté le 10 janvier 2012).
  147. « Autel, le Bourget », sur le site de Jean-Luc Flohic (consulté le 10 janvier 2012).
  148. « Le Bourget », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le 2 février 2012).
  149. « Au Bourget, une célébration pour le monde de l'aviation »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l'Église catholique en France, 19 juin 2009 (consulté le 2 février 2012).
  150. « Les cavaliers de l’Apocalypse », sur le site de Jean-Luc Flohic (consulté le 10 janvier 2012).
  151. « Les combattants devant l’église et la mort du commandant Brasseur », sur le site de Jean-Luc Flohic (consulté le 10 janvier 2012).
  152. « Vitrine du souvenir du Bourget », sur le site de Jean-Luc Flohic (consulté le 10 janvier 2012).
  153. Fernand Bournon, États des communes à la fin du XIXe siècle : Le Bourget. Notice historique et renseignements administratifs, Montevrain, 1897, p. 32-35.
  154. « La folie du Bourget », sur le site du comité départemental du tourisme (consulté le 31 janvier 2012).
  155. « collège Didier Daurat », sur l'atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis édité par le conseil général (consulté le 31 janvier 2012).
  156. Site officiel Raymond Mulinghausen.
  157. « La pépite Prithika »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lejsd.com, 27 mars 2017 (consulté le 27 avril 2019).
  158. « Le Bourget », sur OLDJP la banque du blason 2 (consulté le 18 janvier 2012).