Les Républicains

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

Les Républicains (LR)
Image illustrative de l’article Les Républicains
Logotype officiel.
Présentation
Président Éric Ciotti (contesté)
Fondation 23 avril 2002 (UMP)
30 mai 2015 (LR)
Siège 4, place du Palais-Bourbon
75007 Paris
Fondateur Nicolas Sarkozy
Trésorier Daniel Fasquelle
Secrétaire générale Annie Genevard
Président du conseil national Vacant
Vice-président exécutif François-Xavier Bellamy
Vice-présidents Julien Aubert
Valérie Bazin-Malgras
Émilie Bonnivard
Valérie Boyer
Julien Dive
Fabien Di Filippo
Virginie Duby-Muller
Laurent Duplomb
Agnès Evren
Jacqueline Eustache-Brinio
Nelly Garnier
Pascale Gruny
Victor Habert-Dassault
Mansour Kamardine
Nadine Morano
Frédéric Péchenard
Florence Portelli
Frédérique Puissat
Emmanuelle Mignon
Premier secrétaire général délégué Othman Nasrou
Secrétaires généraux délégués Geoffroy Didier
Éric Pauget
Muriel Jourda
Raphaël Schellenberger
Secrétaires généraux adjoints Anne-Laure Blin
Pierre-Henri Dumont
Christine Gavalda Moulenat
Guillaume Guérin
Alain Joyandet
Maxime Minot
Isabelle Périgault
Antoine Vermorel-Marques
Positionnement Droite,,,,,,,,
Idéologie Conservatisme,,,,,
Gaullisme,,,,,
Affiliation française Union de la droite et du centre
Affiliation européenne Parti populaire européen
Affiliation internationale Internationale démocrate centriste
Union démocrate internationale
Adhérents 91 105 (revendiqués, au 11 décembre 2022)
Couleurs Bleu, blanc et rouge (drapeau français)
Site web republicains.fr
Présidents de groupe
Assemblée nationale Olivier Marleix (LR)
Sénat Bruno Retailleau (LR)
Parlement européen Manfred Weber (PPE)
Représentation
Députés 45  /  577
Sénateurs 121  /  348
Députés européens 6  /  81
Présidence de conseils départementaux 39  /  98
Présidence de conseils régionaux 3  /  18
Maires de communes de plus de 30 000 habitants 92  /  279

Les Républicains (LR) est un parti politique français, classé à droite sur l'échiquier politique. Issu en 2015 du changement de nom et de statuts de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), fondé en 2002, il s'inscrit dans la continuité des grands partis conservateurs et gaullistes français : UNR, UDR, RPR et UMP.

Il est le principal parti d'opposition durant la présidence de François Hollande (PS), avant de connaître un échec avec l'élimination de François Fillon au premier tour de l'élection présidentielle de 2017. Le parti demeure la première force d'opposition parlementaire au gouvernement, cette fois-ci face à Emmanuel Macron (LREM). Il subit cependant un deuxième revers important avec l'élimination de sa candidate Valérie Pécresse dès le premier tour de l'élection présidentielle de 2022, cette dernière n'atteignant qu'un score très faible par rapport aux ambitions de son parti. En juin 2024, le parti est secoué par la décision d'Éric Ciotti, le président, de faire alliance avec le Rassemblement national pour les élections législatives de 2024.

Histoire

Partis gaullistes avant l'UMP

Articles connexes : Gaullisme et Rassemblement pour la République.

Les Républicains, à la suite de l'UMP, est un parti politique héritier d'une longue lignée de différents partis gaullistes ou proches des majorités gaullistes.

En 2000, le RPR lance un chantier de création d'un parti unique de la droite parlementaire : l'Union en mouvement (UEM) se donne pour tâche de préparer l'élection présidentielle de 2002, en rassemblant les tendances gaullistes, libérales et démocrates chrétiennes pour la réélection de Jacques Chirac. Cependant, le président de Démocratie libérale (DL), Alain Madelin, est candidat contre Jacques Chirac en 2002.

Le 24 avril 2002, le RPR approuve la création d'une Union pour la majorité présidentielle (UMP), destinée à soutenir Jacques Chirac pour le second tour de la présidentielle. La quasi-totalité des députés de Démocratie libérale rejoignent l'UMP, dont Jean-Pierre Raffarin qui est nommé Premier ministre le 6 mai 2002. Cette coalition remporte les élections législatives en juin 2002, avant de devenir un parti en novembre de la même année.

L'UMP

Article connexe : Union pour un mouvement populaire.

Le 21 septembre de la même année, les assises extraordinaires de Villepinte adoptent à 86,5 % la dissolution du RPR au sein de l'UMP, nouveau parti dont les assises fondatrices — qui lui donnent le nom d'Union pour un mouvement populaire — ont lieu le 17 novembre 2002. DL ainsi qu'Écologie bleue se dissolvent également à la même date pour être fusionnées dans l'UMP.

Plusieurs partis ayant conservé leur autonomie sont associés à l'UMP dont FRS, CNIP, Parti radical, tandis que des parlementaires dissidents de l'UDF tels que Philippe Douste-Blazy la rejoignent. Le Parti radical, dirigé par Jean-Louis Borloo quitte finalement l'UMP en 2011, avant de créer l'UDI en 2012. Ce parti reste néanmoins allié à l'UMP lors de nombreuses élections.

L'UMP soutient les gouvernements nommés par Jacques Chirac entre 2002 et 2007, puis par Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012. Celui-ci prend le contrôle du parti à partir de la fin 2004. Dans l'opposition à partir de 2012, le parti connaît une succession de crises internes. En 2014, alors que Jean-François Copé est président du parti à la suite de son élection contestée en 2012, la révélation de l'affaire Bygmalion conduit à une démission de la direction du parti. Sortant de sa retraite politique, Nicolas Sarkozy fait campagne en vue du congrès de 2014 pour la présidence du parti, et promet, en cas de victoire, de changer le nom de l’UMP et de réformer ses statuts. Il est élu au premier tour de scrutin.

Transformation de l'UMP en LR en 2015

C'est le nom « Les Républicains » qui est retenu par la direction du parti,,. À l’issue d'un vote des adhérents des 28 et 29 mai 2015 sur internet, la nouvelle appellation est approuvée par 83,3 %, les nouveaux statuts à hauteur de 96,3 % et la composition du nouveau bureau politique par 94,8 %, avec un taux de participation de 45,7 %,. Le changement de nom est officialisé lors du « congrès fondateur » du 30 mai au Paris Event Center, devant près de 10 000 personnes. Cependant, juridiquement, il s'agit d'un changement de nom et non pas de la création d'un nouveau parti.

Ce nouveau nom, relativement large et consensuel au sein du parti, provoque néanmoins une polémique au sein d'une partie de l'opinion publique,. Le 26 mai 2015, le tribunal de grande instance de Paris rejette le recours en référé, constitué par quatre partis ou associations de gauche et 143 particuliers et intenté contre l'utilisation du nom, estimant que « le trouble manifestement illicite et le dommage imminent ne sont pas démontrés ».

L'historien des idées François Huguenin rappelle que si, à l'origine, à la fin du XIXe siècle, ce sont plutôt les partis politiques de gauche qui ont adopté ce mot (la Gauche républicaine de Jules Ferry et Jules Grévy et l'Union républicaine de Léon Gambetta), la droite l'a également rapidement utilisé au début du XXe siècle (notamment avec la Fédération républicaine) alors que la gauche commençait à préférer dans les noms des partis le mot « socialiste » ; le mot « République » s'ancre dans la droite à partir de 1958 : Union pour la nouvelle République (UNR) puis Union pour la défense de la République (UDR) puis Rassemblement pour la République (RPR) pour incarner la défense de la Ve République créée par Charles de Gaulle.

À l'Assemblée nationale, le président du groupe parlementaire, Christian Jacob, souhaite que le groupe ne soit pas désigné sous l'abréviation « LR » mais par le nom complet « Les Républicains »,. Malgré cette volonté du parti, celui-ci est généralement abrégé « LR » dans les médias,,.

Primaire et élection présidentielle de 2017

Articles connexes : Primaire de la droite et du centre de 2016 et Élection présidentielle de 2017. François Fillon, candidat LR à l’élection présidentielle de 2017.

Afin de désigner le candidat à l'élection présidentielle de 2017, Les Républicains organisent en novembre 2016 une primaire ouverte à tous les électeurs, sous la supervision de Thierry Solère. Sept candidats se présentent : Jean-François Copé, François Fillon, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire, Jean-Frédéric Poisson et Nicolas Sarkozy. À l’issue du premier tour, auquel participent plus de quatre millions d’électeurs, François Fillon et Alain Juppé se qualifient pour le second tour, devant Nicolas Sarkozy. Le premier l’emporte finalement avec 66,5 % des suffrages.

Donné grand favori de l'élection présidentielle, François Fillon doit faire face à des critiques sur son projet libéral-conservateur assumé, puis à une affaire politico-judiciaire de plusieurs mois, qui remet en cause la légitimité de sa candidature au sein de son camp. Il se maintient cependant et termine à la troisième position du premier tour, avec 20 % des suffrages exprimés. En vue du second tour, il appelle à soutenir Emmanuel Macron contre Marine Le Pen, tout comme la grande majorité des personnalités du parti, même si certaines refusent le « front républicain »,,, voire appellent à voter Marine Le Pen. Laurent Wauquiez ne tranche pas entre vote pour Emmanuel Macron et vote blanc. Emmanuel Macron est finalement élu et nomme Premier ministre Édouard Philippe, député et maire LR. Plusieurs élus LR signent alors une tribune dans laquelle ils indiquent souhaiter travailler avec le nouveau président, suscitant des tensions au sein du parti, où plusieurs s'y refusent. Bruno Le Maire et Gérald Darmanin sont nommés ministres.

Premier quinquennat d'Emmanuel Macron

François Baroin est désigné chef de file du parti pour les élections législatives de juin 2017. Le projet de François Fillon pour l'élection présidentielle est alors amendé concernant des sujets polémiques, notamment sur la hausse de la TVA, la suppression du nombre de fonctionnaires ou encore des sujets de santé. À l'issue du second tour de ces législatives, LR ne compte plus que 112 sièges à l'Assemblée nationale, un nombre néanmoins supérieur à ce que laissait présager le premier tour et les sondages.

Mais les dissensions ne disparaissent pas pour autant entre les députés souhaitant œuvrer dans une démarche « constructive » à l'égard du deuxième gouvernement Philippe et ceux qui y sont beaucoup plus réticents. Douze d'entre eux, emmenés par Thierry Solère et Franck Riester, s'associent avec les seize élus UDI et quelques divers droite pour constituer un groupe autonome à l'Assemblée. Le groupe Les Républicains, réduit à cent députés, reste néanmoins le plus important groupe d'opposition à l'Assemblée nationale. Le 31 octobre 2017, le bureau politique de Les Républicains exclut les membres du gouvernement Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu, Franck Riester et Thierry Solère, tandis qu'il « prend acte du départ » d'Édouard Philippe, que celui-ci n'a lui-même pas annoncé, mais sans toutefois l'exclure formellement du parti,. Bruno Le Maire n'était déjà plus membre de Les Républicains depuis sa nomination dans le gouvernement Philippe selon Bernard Accoyer. Le 28 novembre, plusieurs élus LR lancent un nouveau parti de droite, Agir.

L’élection interne pour la présidence du parti de décembre 2017 voit Laurent Wauquiez, tenant d'une « droite décomplexée », l’emporter avec 74,6 % des suffrages, face à la « filloniste » Florence Portelli et au « juppéiste » Maël de Calan. Plusieurs personnalités, notamment Xavier Bertrand et Nora Berra, annoncent dans la foulée leur départ du parti,. Le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde indique de son côté qu'il exclut toute alliance avec LR, qu'il accuse de « dérive droitière ». En janvier suivant, Alain Juppé annonce ne pas renouveler sa cotisation au parti.

Aux élections européennes de 2019, Les Républicains enregistrent un résultat historiquement faible pour le principal parti de droite : créditée de 13 % dans les derniers sondages, la liste LR-LC-CPNT, conduite par François-Xavier Bellamy, arrive en quatrième position du scrutin, avec 8,5 % des voix. Après le scrutin, plusieurs personnalités de LR, dont Valérie Pécresse, Bruno Retailleau et Gérard Larcher, remettent en cause la ligne prônée par Laurent Wauquiez. Celui-ci démissionne le 2 juin de la présidence des Républicains, tandis que Valérie Pécresse et plusieurs autres élus quittent le parti,. Le congrès d’octobre 2019 voit le chiraquien Christian Jacob l’emporter sur le souverainiste Julien Aubert et sur le national-libéral Guillaume Larrivé. Le parti perd les trois quarts de ses adhérents entre 2015 et 2019, leur nombre étant passé de 238 000 à 58 000. Ce nombre remonte à 91 000 en 2021.

Élection présidentielle de 2022

Articles connexes : Congrès des Républicains de 2021 et Élection présidentielle française de 2022.

Les Républicains annoncent lors d'un congrès organisé le 25 septembre 2021 qu'ils choisiront leur candidat à l'issue d'une primaire interne (dite « fermée », par opposition à la primaire « ouverte » de 2016), appelée « congrès pour la France ». Le candidat de droite favori des sondages, Xavier Bertrand, refuse dans un premier temps un tel scrutin, avant de s'y résoudre. La primaire est organisée sous le contrôle d’un comité présidé par Christian Jacob qui valide cinq candidatures à la suite de l’obtention du nombre de parrainages d'élus requis : Michel Barnier, Xavier Bertrand, Éric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse,. Les adhérents placent Éric Ciotti (25,6%) et Valérie Pécresse (25,0%) en tête au premier tour, de peu devant Michel Barnier (23,9%) et Xavier Bertrand (22,6%). Les trois candidats éliminés appellent tous à voter pour Valérie Pécresse, qui remporte le second tour avec 61 % des voix des quelque 114 000 votants. Ce second tour est analysé par les médias comme un vote pour la ligne politique à suivre pendant l'élection présidentielle entre « la droite sans tabou » d'Éric Ciotti et la présidente de Soyons libres, plus modérée,.

La campagne de Valérie Pécresse commence officiellement avec son premier meeting, le 11 décembre 2021. Longtemps au coude-à-coude avec Marine Le Pen et Éric Zemmour dans les intentions de vote, elle voit progressivement l'« effet primaire » s'éroder lors de l'invasion de l'Ukraine par la Russie fin février, au bénéfice d'Emmanuel Macron. Son meeting au Zenith de Paris le 13 février est jugé par la presse comme « catastrophique ». Son débat avec Éric Zemmour le 10 mars ne lui permet pas de rebondir.

Le soir du premier tour, Valérie Pécresse obtient 4,78 % des suffrages, un score inférieur à ce que lui prédisait les sondages et qui ne permet pas au parti d'être remboursé de ses frais de campagne s'élevant à 15 millions d'euros, s'obligeant en conséquence un appel au don. Valérie Pécresse affirme également s'être endettée personnellement à hauteur de 5 millions d'euros. Cette dette laisse craindre pour la survie du parti de la droite parlementaire. De plus, Les Républicains réalisent ainsi la pire performance pour un candidat gaulliste à l'élection présidentielle. Le parti vote le lendemain une motion concernant le second tour affirmant qu’« aucune voix ne peut se porter sur Marine Le Pen » alors que Valérie Pécresse indique qu'elle votera pour Emmanuel Macron, et que Xavier Bertrand et Michel Barnier appellent explicitement au vote Macron, qui est au contraire refusé par Éric Ciotti.

Deuxième quinquennat d'Emmanuel Macron

Article connexe : Congrès des Républicains de 2022.

Les élections législatives qui suivent confirment l'érosion de LR qui perd une cinquantaine de députés par rapport à la précédente législature, soit près de la moitié de leur groupe, ainsi que son statut de premier parti d'opposition au profit du Rassemblement national qui multiplie par onze son nombre de députés. Le parti se retrouve également dépassé en nombre par La France insoumise et l'union des partis de gauche au sein de la NUPES. Christian Jacob quitte la présidence de LR le 30 juin 2022. Annie Genevard lui succède, par intérim, à compter du 4 juillet suivant. Un nouveau congrès, incluant une élection d'un nouveau président des Républicains est prévu début décembre 2022. Éric Ciotti, Bruno Retailleau et Aurélien Pradié décident chacun de leur côté de se présenter à la présidence du parti. Éric Ciotti est élu président du parti le 11 décembre 2022.

Malgré la chute du nombre d'élus du parti à l'Assemblée, la situation de majorité relative de la coalition présidentielle positionne LR comme « faiseurs de rois » pour faire adopter les textes de la majorité, notamment sur les sujets liés à l'immigration et la sécurité. Le refus de la majorité des députés Les Républicains de voter une motion de censure en réponse à l'utilisation multiples de l'article 49.3 permet au gouvernement Borne de se maintenir en place.

Lors des élections sénatoriales de 2023, le parti perd douze sénateurs, notamment aux profits des communistes et écologistes, mais l'équilibre des forces à la chambre haute reste toutefois en sa faveur, permettant la reconduction de Gérard Larcher à sa tête,. En décembre 2023, après l'adoption d'une motion de rejet de la version du projet de loi immigration du gouvernement Borne, Les Républicains parviennent à imposer en commission mixte paritaire une version proche de celle votée par le Sénat, plus répressive, en retirant toutefois la suppression de l'aide médicale d'état après l'engagement de la Première ministre d'un débat sur le dispositif au début de l'année 2024 ; grâce aux voix du Rassemblement national et de la majorité, le texte est adopté par les deux chambres du Parlement.

Après la nomination de Gabriel Attal au poste de Premier ministre, Rachida Dati est nommé ministre de la Culture au sein de son gouvernement, provoquant ainsi le transfuge d'une figure des Républicains,. Éric Ciotti annonce dans la foulée son exclusion et écarte tout vote de confiance pour le gouvernement Attal mais maintient aussi le refus du parti de déposer ou de voter une motion de censure.

Lors des élections européennes de 2024, le parti réfléchit et spécule sur son avenir, évoquant l'hypothèse d'une future alliance avec la macronie. Plusieurs membres sont partagés sur le sujet : Laurent Wauquiez est hostile à toute coalition, mais Gérard Larcher ne fait pas vraiment taire les spéculations. Quant à Éric Ciotti, il se pose en adversaire de la macronie mais ne dit pas « jamais de la vie ».

Crise interne après l’alliance avec le RN décidée par Éric Ciotti sans vote ni consultation

Article détaillé : Crise de 2024 au parti Les Républicains.

Le mardi 11 juin 2024, surlendemain de la dissolution de l'Assemblée nationale par Emmanuel Macron et alors que le dépôt des listes aux législatives anticipées doit être fait dans la semaine, Éric Ciotti annonce que Les Républicains noueront une « alliance avec le Rassemblement national », événement « orchestré » par « les médias de Vincent Bolloré ». La veille, ce dernier en a finalisé l'organisation au siège de son empire des médias, avec Éric Ciotti, qui n'en a encore rien dit dans son propre parti, sans prévenir ni consulter les élus ni le conseil national. Cette alliance est souhaitée depuis des mois par Vincent Bolloré, qui en « a esquissé la possibilité devant des journalistes et des éditeurs » de son groupe, et rencontré chaque été, depuis plusieurs années chez lui à Saint-Tropez, Éric Ciotti avec qui il « déjeune souvent ». Un de ses proches, le présentateur de CNews Pascal Praud, a été prévenu de la dissolution trois heures avant son annonce et avant Gabriel Attal et le gouvernement. Ce « bloc des droites, national », contre le Front populaire et Ensemble est salué par Marine Le Pen, Jordan Bardella et Guilhem Carayon, président du mouvement de jeunesse Les Jeunes Républicains.

Jordan Bardella et Éric Ciotti annoncent que « plusieurs dizaines » de candidats LR seront « soutenus » via cet « accord » mais sans préciser de noms. Sur les 61 députés sortants, seule Christelle d'Intorni le soutient. Il cite ensuite les députés européens Céline Imart et Christophe Gomart, mais la première se désolidarise plus tard. Éric Ciotti investira finalement 62 personnes dont seulement une sur deux est adhérente LR. Parmi elles, « de nombreux anciens soutiens » d'Éric Zemmour, mais aussi « des proches de Marion Maréchal Le Pen, des chroniqueurs de CNews, un porte-parole de Donald Trump en France, une ex-députée macroniste » et de « très nombreux » parachutés depuis Paris.

Gérard Larcher, président LR du Sénat et Olivier Marleix, président du groupe parlementaire LR demandent la démission d'Éric Ciotti, qui répond par « un affrontement surréaliste sur les réseaux sociaux » avec « le reste de sa famille politique ». Gauthier Le Bret, journaliste de CNews, affirme que Gérard Larcher « négocie un accord avec la majorité présidentielle », ce qu'il dément immédiatement.

Éric Ciotti conteste son exclusion du parti Les Républicains, votée à l'unanimité du bureau politique, car ce dernier doit se réunir « sur convocation du président » ou « à l’initiative d’un quart des membres du conseil national », selon les statuts. Un référé du tribunal judiciaire de Paris ordonne le 14 juin la suspension des effets des deux décisions d'exclusion prononcées contre lui les 12 et 14 juin, à condition que sa défense saisisse dans les huit jours la justice sur le fond du dossier,. Le 11 juin, il lance de concert avec Vincent Bolloré une pétition mais jugée « manifestement illicite », car sans précision sur l'usage des données personnelles.

Courants internes et positionnement politique

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2020). Pour l'améliorer, ajoutez des références de qualité et vérifiables (comment faire ?) ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les statuts de l'UMP prévoyaient le dépôt et le vote de déclarations de principe lors des congrès. Cette possibilité est mise en œuvre et choisie par plus de 150 000 adhérents lors du Congrès de l'UMP de novembre 2012.

En avril 2015, la reconnaissance institutionnelle des courants au sein du parti n'est pas reprise dans les statuts du nouveau parti Les Républicains.

Depuis mars 2018, un « conseil des sensibilités », « instance nouvelle qui rassemble des gaullistes, des libéraux et des centristes, avec pour mission de travailler au projet du parti » est créé par Laurent Wauquiez. Jean Leonetti (vice-président, centriste) plaide à ce moment : « Nous avons un président, Laurent Wauquiez, qui n'est pas contesté. Il ne peut rassembler que dans la diversité et l'innovation ».

Le parti est opposé à l'immigration,,,.

Gaullistes

Article connexe : Gaullisme.

Depuis la création de la Ve République en 1958, les gaullistes constituent de facto la force principale de la droite française. Ils se placent dans l'héritage du général de Gaulle, dont ils mettent en avant le volontarisme politique au service de la grandeur et des intérêts du pays. D'abord regroupés au sein de l'UNR et de l'UDR, ils sont à l'origine de la création du RPR (1976).

Avec le temps, des filiations politiques s'opèrent dans les rangs néo-gaullistes, selon l'influence particulière de personnalités qui les incarnent. On peut distinguer ainsi :

Centristes

Article connexe : Centrisme politique en France.

Au sein du mouvement, les centristes sont essentiellement issus de l'ancienne UDF. Il s'agit de l'une des idéologies dominantes au sein des droites européennes, à l’image des partis politiques démocrates-chrétiens ailleurs en Europe, et incarne aussi la famille la plus européiste au sein du parti. Ils sont représentés par les « juppéistes » d'Alain Juppé ou bien encore avec Nathalie Kosciusko-Morizet pendant la primaire de la droite et du centre de 2016 avec leur programme prônant l'idéologie progressiste avec les similitudes prôche du social-libéralisme. Idéologiquement ils sont très européens, plutôt fédéralistes (au niveau européen, mais aussi dans leur approche très « décentralisatrice » de l'organisation de l'État français) et revendiquent un libéralisme social,. Ils se placent dans l’héritage du Parti démocrate populaire, du Mouvement républicain populaire, du Centre démocrate, du Centre des démocrates sociaux et de Force démocrate. On peut classer dans cette famille les figures de Georges Bidault, de Robert Schuman, de Pierre Pflimlin, d’Alain Poher, de Jean Lecanuet, de René Monory et de Jacques Barrot.

En 2011, une partie des centristes ont quitté l'UMP derrière Jean-Louis Borloo et le Parti radical pour fonder l'Alliance républicaine, écologiste et sociale puis l'Union des démocrates et indépendants (UDI) avec d'autres formations centristes (NC, AC, LGM…). Après ce départ, les centristes de l'UMP sont représentés par Jean Leonetti qui a créé le club « République et Humanisme » qui rejoindra les libéraux dans le courant France moderne et humaniste en 2012, ou par le groupe de réflexion La France Droite de NKM. Ils se situent à l’aile gauche du parti. Ils restent proches du Mouvement démocrate, de l’Union des démocrates et indépendants et de La République en marche.

Libéraux

Article connexe : Libéralisme français.

Les libéraux réformateurs trouvent leur origine à DL (Hervé Novelli), au RPR (Patrick Devedjian) ou à l'UDF (Pierre Méhaignerie), ils sont notamment regroupés au sein du club Les Réformateurs, et des Cercles libéraux présidés par Alain Madelin. Cette famille trouve dans le libéralisme politique et économique une solution globale pour la société française. La liberté est donc leur valeur fondamentale et doit prévaloir à tous les niveaux qu'il s'agisse du développement économique, sur lequel ils mettent le plus l'accent, du champ d'intervention de l'État ou des questions sociétales (liberté individuelle). Ils rejettent l'égalitarisme, le dirigisme et encouragent les mouvements de mondialisation et de libéralisation de l'économie qu'ils estiment positifs. Cette famille constitue un soutien important de Nicolas Sarkozy qui, cependant, apparaît un peu moins libéral qu'il ne l'a été. On peut notamment citer David Martinon, ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy, ou encore Emmanuelle Mignon, sa directrice de cabinet et l'une de ses « plumes ».

Les libéraux de centre droit (Jean-Pierre Raffarin, Hervé de Charette, Gérard Longuet, Philippe Douste-Blazy, Pierre Méhaignerie, Jean-Claude Gaudin, Jean Leonetti, Dominique Bussereau, Marc Laffineur, Dominique Dord, Luc Chatel, Bruno Le Maire, Hervé Mariton, Franck Riester, Virginie Calmels) étaient notamment regroupés au sein des groupes de réflexion Démocrate et populaire, Convention démocrate puis France moderne et humaniste. Ils sont aujourd’hui représentés par Droite Lib. Ils se placent dans la tradition orléaniste de la droite française et dans l’héritage de la Fédération nationale des républicains indépendants, du Parti républicain et de Démocratie libérale. Idéologiquement ils sont très européens, plutôt fédéralistes (au niveau européen, mais aussi dans leur approche très « décentralisatrice » de l'organisation de l'État français) et revendiquent un libéralisme économique et social. On peut également classer dans cette famille les figures d’Antoine Pinay, de Valéry Giscard d'Estaing, de Raymond Barre et d’Alain Madelin. Ils se sont majoritairement ralliés aux juppéistes lors de la primaire de la droite et du centre de 2016,.

Conservateurs

Articles connexes : Parti chrétien-démocrate et Sens commun (mouvement politique).

Les conservateurs trouvent leur origine au sein du RPR, du RPF de Charles Pasqua ou du MPF et constituent l'aile la plus conservatrice du parti, avec La Droite populaire. Ils se réclament généralement de l'héritage gaulliste, dont ils retiennent essentiellement les prises de positions souverainistes et en faveur d'une « Europe des Nations », mais s'en écartent en assumant la promotion d'une droite « décomplexée ». Eurosceptique, cette tendance est souvent considérée proche de mouvements externes classés à la droite du parti, comme les partis souverainistes (MPF de Philippe de Villiers ou bien Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan), et exprime son attachement à la prise en compte des aspirations des électeurs du Front national, tout en affirmant vouloir indéfectiblement rester dans la famille de la droite républicaine. Le positionnement patriote et souverainiste de cette tendance lui donne une influence plus grande que son poids réel au sein du parti en ce qu'elle tient un discours susceptible d'attirer les suffrages d'électeurs du Front national.

Les conservateurs regroupent aussi des libéraux patriotes, souverainistes, antieuropéistes et antimondialistes autour de la La Droite populaire et de La Droite libre. Ils défendent un libéralisme interne, une société traditionnelle fondée sur la famille (opposition au mariage entre personnes de même sexe et à l'avortement), un libre-échange modéré dans le cadre de nations, une définanciarisation de l'économie et une promotion de la libre-entreprise, un État minimum laissant place à l'innovation, à la concurrence et à la propriété privée, l'identité nationale française et un patriotisme affiché, une politique de défense forte, une politique étrangère fondamentalement isolationniste mais aussi pragmatique, une décentralisation massive et profonde afin de respecter le principe de subsidiarité, une libéralisation de l'éducation notamment grâce au chèque scolaire et au développement de l'enseignement privé hors contrat, une politique d'immigration restreinte et suivie d'une politique d'intégration assimilationniste, etc.

En décembre 2021, le Mouvement conservateur soutient la candidature d'Éric Zemmour à l'élection présidentielle française de 2022. Christian Jacob indique alors qu'« il met fin au contrat avec le Mouvement conservateur (ex-Sens commun) et que ses membres sont exclus des instances ».

Démocrates-chrétiens

La démocratie chrétienne est un courant de pensée politique, se référant à des principes religieux, qui se développe en Europe à partir de la fin du XIXe siècle. Elle cherche à promouvoir, au sein d’une société démocratique et pluraliste, une politique inspirée du message qu’expriment les Évangiles, la doctrine sociale de l'Église et les travaux de penseurs chrétiens.

Les chrétiens conservateurs sociétaux (Christine Boutin) sont notamment rassemblés au sein du Parti chrétien-démocrate. Historiquement proches des démocrates chrétiens, ils en constituent une tendance plus affirmée dans son attachement aux valeurs catholiques, rejetant le libéralisme à la fois d'un point de vue sociétal (participation aux marches anti-IVG, opposition au PACS) et économique. Ils se caractérisent notamment par des prises de positions très sociales (par exemple le revenu universel) dans une démarche vers des catégories de populations qu'ils estiment négligées ou rejetées par la société (les détenus, sans abris…), souhaitant ainsi être les tenants d'une droite « plus humaine ».

Les idées des conservateurs, incluant un questionnement sur l'identité nationale mais aussi un renforcement des mesures de lutte contre l'immigration et l'insécurité, sont reprises — sur les conseils de Patrick Buisson — par Nicolas Sarkozy dans l'optique de prendre des voix au Front national. Ces positions ont pu créer des tensions au sein de la droite : ainsi, début 2011, un débat sur la laïcité, considéré comme anti-islam par des médias et les différents cultes, provoque des dissensions entre le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, et le Premier ministre, François Fillon. Deux mois plus tard, un débat sur la double nationalité, reprenant des propositions de Claude Goasguen mais aussi de Marine Le Pen, oppose les députés de La Droite populaire à des élus centristes ou plus modérés comme Étienne Pinte ou Nathalie Kosciusko-Morizet.

L'historien Nicolas Lebourg estime alors que « la droite est aujourd'hui invertébrée, elle ne sait plus se différencier des autres courants de pensée pour proposer une offre politique autonome. Elle parle sans cesse de combat culturel mais n'offre pas de conception du monde qui lui soit propre, et se limite en général en cette matière à des problématiques sociétales contre la société multiculturelle . Elle n'a d'ailleurs pas de revue théorique, preuve que cette prétendue prétention au combat culturel n'est que slogan ».

Organisation

L'organisation repose sur une direction, un bureau politique et un conseil national.

Les statuts ont été révisés à plusieurs reprises. La version actuelle est le fruit d'une dernière révision, validée par les adhérents en 2021, dans le but de donner d'avantage de poids aux jeunes, qui sont représentés dans les strates dirigeantes nationales.

Historique des dirigeants

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2023). Pour l'améliorer, ajoutez des références de qualité et vérifiables (comment faire ?) ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source. Présidents
Portrait Nom Dates du mandat Notes
Nicolas Sarkozy Nicolas Sarkozy 30 mai 2015 23 août 2016 Ancien président de la République. Président de l'UMP de 2004 à 2007 et de 2014 à 2015. Démissionne après l'annonce de sa candidature à la primaire française de la droite et du centre de 2016.
Laurent Wauquiez Laurent Wauquiez
(intérim)
23 août 2016 29 novembre 2016 Vice-président délégué du parti, il succède par intérim à Nicolas Sarkozy. Député et président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes.
Vacance de la présidence du 29 novembre 2016 au 10 décembre 2017.
Le secrétaire général, Bernard Accoyer, est à la tête du parti.
Laurent Wauquiez Laurent Wauquiez 10 décembre 2017 2 juin 2019 Président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes. Il est élu président dès le premier tour lors du congrès du parti, le 10 décembre 2017, face à Florence Portelli et Maël de Calan. Il démissionne après l’échec de la droite aux élections européennes de 2019.
Laurent Wauquiez Jean Leonetti
(intérim)
2 juin 2019 13 octobre 2019 Vice-président délégué du parti, il succède par intérim à Laurent Wauquiez.
Laurent Wauquiez Christian Jacob 13 octobre 2019 30 juin 2022 Président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale. Il est élu président dès le premier tour lors du congrès du 13 octobre 2019, face à Julien Aubert et Guillaume Larrivé.
Annie Genevard Annie Genevard
(intérim)
30 juin 2022 11 décembre 2022 Vice-présidente du parti, elle succède par intérim à Christian Jacob.
Éric Ciotti Éric Ciotti 11 décembre 2022 "En fonction"(contesté) Député, élu lors du congrès de 2022, face à Bruno Retailleau et Aurélien Pradié.
François-Xavier Bellamy et Annie Genevard 12 juin 2024 En fonction Député européen et candidate aux législatives anticipées. Ils assurent l'intérim du parti après l'exclusion d'Eric Ciotti.
Vice-présidents exécutifs
Portrait Nom Dates du mandat Notes
Nathalie Kosciusko-Morizet Nathalie Kosciusko-Morizet 30 mai 2015 15 décembre 2015 Nommée par Nicolas Sarkozy. Elle est évincée de la direction en raison de sa prise de position contre la politique électorale du parti pour le second tour des élections régionales de 2015.
Laurent Wauquiez Laurent Wauquiez 15 décembre 2015 10 décembre 2017 Nommé par Nicolas Sarkozy. Il assure l'intérim de la présidence durant la primaire française de la droite et du centre de 2016. Il est élu président du parti le 10 décembre 2017.
Virginie Calmels 13 décembre 2017 17 juin 2018 Nommée par Laurent Wauquiez. Elle est limogée en raison de ses prises de positions contre celui-ci.
Jean Leonetti Jean Leonetti 17 juin 2018 23 octobre 2019 Il assure l’intérim de la présidence du 2 juin au 13 octobre 2019, à la suite de la démission de Laurent Wauquiez.
Guillaume Peltier Guillaume Peltier 23 octobre 2019 7 décembre 2021 Le 7 décembre 2021, il est démis de sa fonction de vice-président par Christian Jacob après un tweet où il se demandait « comment rester insensible » au discours d'Éric Zemmour.
Annie Genevard Annie Genevard 6 juillet 2021 18 janvier 2023 Nommée vice-présidente déléguée par Christian Jacob. À ce titre, lui succède le 4 juillet 2022 après sa démission.
Aurélien Pradié 18 janvier 2023 18 février 2023 Nommé vice-président exécutif par Éric Ciotti. Il est démis de ces fonctions un mois plus tard à la suite de son opposition intransigeante à la réforme des retraites, soutenue par la direction du parti.
François-Xavier Bellamy 18 février 2023 En fonction Nommé vice-président exécutif par Éric Ciotti.
Secrétaires généraux
Portrait Nom Dates du mandat Notes
Laurent Wauquiez Laurent Wauquiez 30 mai 2015 15 décembre 2015 Secrétaire général de l'UMP depuis décembre 2014, il conserve la même fonction lors de la création du parti. Député et ancien ministre.
Éric Woerth Éric Woerth 15 décembre 2015 29 novembre 2016 Nommé par Nicolas Sarkozy fin 2015. Il quitte son poste après la primaire du parti en novembre 2016. Député et ancien ministre.
Bernard Accoyer Bernard Accoyer 29 novembre 2016 13 décembre 2017 Ancien député et ancien président de l'Assemblée nationale. Nommé par François Fillon après sa victoire lors de la primaire présidentielle, il est à la tête du parti jusqu'au 10 décembre 2017 et l'élection d'un nouveau président.
Bernard Accoyer Annie Genevard 13 décembre 2017 23 octobre 2019 Députée élue dans la 5e circonscription du Doubs, proche de François Fillon, elle est nommée à ce poste par Laurent Wauquiez après son élection à la présidence du parti.
Bernard Accoyer Aurélien Pradié 23 octobre 2019 18 janvier 2023 Député du Lot, il est nommé par Christian Jacob après son élection à la présidence du parti.
Annie Genevard 18 janvier 2023 En fonction Elle est nommée par Éric Ciotti après son élection à la présidence du parti.
Trésorier
Portrait Nom Dates du mandat Notes
Daniel Fasquelle Daniel Fasquelle 30 mai 2015 En fonction Nommé trésorier de l'UMP en 2014 par Nicolas Sarkozy, il est maintenu à ces fonctions lors de la création des Républicains en 2015.

Direction

À l'occasion du changement de nom et de statuts, le président Nicolas Sarkozy désigne Nathalie Kosciusko-Morizet en tant que vice-présidente déléguée et numéro deux, Laurent Wauquiez comme secrétaire général, Éric Woerth assurant le poste de délégué général au projet présidentiel du parti avec Isabelle Le Callennec comme déléguée générale adjointe au projet, Sébastien Huyghe et Lydia Guirous, porte-parole, Luc Chatel et Brice Hortefeux en tant que conseillers politiques.

Le 5 juin, Nicolas Sarkozy désigne 25 nouveaux membres à la direction du parti. Ainsi Valérie Pécresse est désignée comme la « coordonnatrice des élections régionales », secondée par Guillaume Peltier. Maud Fontenoy est nommée déléguée à l'environnement. L'économiste Christian Saint-Étienne, ancien membre de l'UDI, est nommé au poste de délégué à l'économie. Olivier Dassault est nommé président du comité des entrepreneurs, afin de permettre à ces derniers de participer à l'élaboration du projet présidentiel. Édouard Courtial est conseiller politique aux côtés de Brice Hortefeux et Luc Chatel. Bérengère Poletti est secrétaire générale adjointe aux fédérations professionnelles. L'ancien ministre Roger Karoutchi est délégué à la riposte. La commission nationale d'investiture sera présidée par Christian Estrosi. Valérie Debord avec Madeleine de Jessey, leader de l'association Sens commun sont responsables des programmes de formation,. Le 11 juin, Nicolas Sarkozy complète la direction du parti avec des délégués nationaux dont Thierry Mariani, délégué national aux Français de l'étranger, assisté de Christophe-André Frassa. Jean Rottner est responsable des élus locaux et secrétaire général du comité des maires.

Après les élections régionales, le 15 décembre 2015, Nicolas Sarkozy annonce une modification de l'organigramme de Les Républicains. Laurent Wauquiez devient vice-président délégué et numéro deux à la place de Nathalie Kosciusko-Morizet, Isabelle Le Callennec devient vice-présidente et Éric Woerth secrétaire général. Le mois suivant, Guillaume Larrivé, Guillaume Peltier, Valérie Debord et Brigitte Kuster deviennent porte-paroles du parti ; critiquant « l'entourage » et la « méthode » de Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin annonce pour sa part qu'il quitte son poste de secrétaire général adjoint. En septembre 2016, Bérengère Poletti et Annie Genevard sont également nommées porte-parole du parti.

Fin août 2016, après l'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains, Laurent Wauquiez lui succède par intérim au poste de président.

Fin novembre 2016, Bernard Accoyer est nommé par François Fillon au poste de secrétaire général, après sa victoire lors de la primaire présidentielle. Laurent Wauquiez devient premier vice-président, en tandem avec Isabelle Le Callennec. Gérald Darmanin et Annie Genevard sont nommés secrétaires généraux adjoints. Un comité politique est créé (composé de Gérard Larcher, Christian Jacob, Virginie Calmels, François Baroin, Nathalie Kosciusko-Morizet, Thierry Solère, Jean-Frédéric Poisson et Jean-François Copé et où sont membres de droit les secrétaires généraux et les vice-présidents), délibérant de la même façon que le bureau politique. Jean-François Lamour devient président de la commission d'investiture, secondé par deux vice-présidents, Roger Karoutchi et Alain Marleix. Le 21 décembre, Valérie Boyer est nommée porte-parole.

Le 4 avril 2017, Éric Ciotti est nommé secrétaire général adjoint du parti, en remplacement de Gérald Darmanin, démissionnaire depuis le 5 mars, à la suite de l'affaire Fillon.

Après la victoire de Laurent Wauquiez lors du congrès de 2017, une nouvelle direction est annoncée le 13 décembre : Virginie Calmels devient première vice-présidente et vice-présidente déléguée, Guillaume Peltier deuxième vice-président, Damien Abad troisième vice-président, Annie Genevard secrétaire générale, Geoffroy Didier secrétaire général délégué chargé notamment de la stratégie de communication et du porte-parolat, Julien Aubert secrétaire général adjoint chargé de la formation, Valérie Boyer secrétaire générale adjointe chargée des relations avec la société civile, Mathieu Darnaud secrétaire général adjoint chargé des élus locaux, Fabien Di Filippo secrétaire général adjoint chargé des adhésions, Virginie Duby-Muller secrétaire générale adjointe chargée des fédérations, Sophie Primas secrétaire générale adjointe chargée des relations avec les parlementaires, Lydia Guirous, Gilles Platret et Laurence Sailliet porte-paroles.

Virginie Calmels est remplacée par Jean Leonetti le 17 juin 2018.

Début juillet 2021, Annie Genevard devient vice-présidente déléguée de LR, soit la no 2 du parti, en remplacement de Guillaume Peltier. Dans la foulée, Agnès Evren est nommée porte-parole du parti, en tandem avec Gilles Platret.

Composition de l'équipe dirigeante du parti Composition depuis le 18 janvier 2023 Composition jusqu'au 18 janvier 2023  

Bureau politique

D'après les statuts de 2015, le bureau politique du parti est composé de 115 membres contre 61 pour l'ancienne UMP. L'ensemble des composantes du parti doit y être représenté. Dix-sept personnalités en sont membres de droit, avec les trois premiers dirigeants du parti (président, vice-président et secrétaire général), auxquelles s'ajoutent les anciens Premiers ministres et les anciens présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale. Dix-huit personnalités sont des « membres invités permanents ». Enfin, trois collèges viennent compléter le bureau et sont composés comme suit : cinquante parlementaires, vingt élus non parlementaires et dix représentants des fédérations,.

Conseil national

Le Conseil national détermine, dans l’intervalle des sessions du Congrès, les orientations politiques du Mouvement. Il veille au bon fonctionnement du mouvement. En 2015, le Conseil national est présidé par Jean-Pierre Raffarin. Luc Chatel lui succède le 13 février 2016, jusqu'à sa démission, le 2 novembre 2017. Tous deux quittent la vie politique, le premier en juin 2017, le second en novembre de la même année. Le Conseil national est par la suite présidé successivement par Jean Leonetti de 2018 à 2019, puis Annie Genevard de 2019 à 2023 et par Rachida Dati de 2023 à 2024.

Historique des présidents du Conseil national
Portrait Nom Dates du mandat Notes
Jean-Pierre Raffarin 2015 2016 Ancien Premier ministre de 2002 à 2005, il est nommé président du Conseil national en 2015 par Nicolas Sarkozy. Il démissionne en 2016 et soutien la candidature d'Alain Juppé lors de la primaire présidentielle. Il se retire finalement de la vie politique en 2017.
Luc Chatel 2016 2017 Il est nommé président du Conseil national par Nicolas Sarkozy. Il démissionne en 2017 après l'élection de Laurent Wauquiez à la présidence du parti et annonce quitter la vie politique.
Jean Leonetti 2018 2019 Il est nommé président du Conseil national par Laurent Wauquiez et devient également vice-président délégué du parti. Après la démission de Laurent Wauquiez, il devient président du parti par intérim et quitte ses fonctions à la suite de l'élection de Christian Jacob.
Annie Genevard 2019 2023 Elle est nommée présidente du Conseil national par Christian Jacob. Elle cumule cette fonction avec celle de vice-présidente déléguée du parti entre 2021 et 2023. Après la démission de Christian Jacob, elle devient présidente du parti par intérim jusqu'à l'élection d'Éric Ciotti. Elle quitte sa fonction en 2023 lorsqu'elle est nommée par ce dernier secrétaire générale du parti.
Rachida Dati 2023 2024 Elle est nommée présidente du Conseil national par Éric Ciotti.

Congrès

Le congrès, qui constitue l'assemblée générale de LR, regroupe les adhérents à jour de cotisation et délibère sur l’action générale et les orientations politiques du parti.

Structures interne

Les Jeunes Républicains Article détaillé : Les Jeunes Républicains.

Les Jeunes Républicains rassemblent les adhérents du parti Les Républicains âgés de 16 à 29 ans jusqu'en 2021, puis de 16 à 34 ans. Le mouvement a à sa tête, un président élu pour deux ans. Tous les adhérents du parti rentrant dans cette catégorie d'âge sont inscrits automatiquement chez les Jeunes Républicains. Une fois le cap des 35 ans atteint, les adhérents sont radiés du mouvement de jeunesse.

Son fonctionnement repose sur une organisation décentralisée. Ce fonctionnement est confirmé en 2004 avec l'établissement de statuts garantissant l'élection du président des Jeunes Républicains par les conseillers nationaux des Jeunes Républicains (CNJR), eux-mêmes élus par l'ensemble des adhérents.

Au niveau local cependant, les responsables départementaux jeunes (RDJ) sont nommés par le président des Jeunes Républicains en accord avec le secrétaire départemental de la fédération Les Républicains. Un responsable départemental ne peut donc être nommé si le parti ne le souhaite pas. Inversement, le RDJ ne peut pas être nommé sur ordre du secrétaire départemental. Dans la réalité, il s'agit le plus souvent d'un accord entre les parties.

En 2020, sur quelque 50 000 adhérents à LR, moins de 500 ont moins de 35 ans, ce qui conduit à élargir la catégorie d'âge et à leur accorder plus de place dans les instances dirigeantes,.

Académie Georges Mandel

En mai 2023, Éric Ciotti, président du parti, annonce la création de l'Académie Georges Mandel, une structure destinée à former de jeunes talents pour refonder l'idéologie du mouvement.

Siège et finances

Ancien siège du parti Les Républicains, au 238, rue de Vaugirard.

Auparavant, Le siège se situait au 238 rue de Vaugirard (15e arrondissement), un immeuble acquis en 2010 et dont le parti est locataire depuis sa revente en février 2019.

En juillet 2017, Le Monde fait état d'une situation financière comprenant une dette à hauteur de 55 millions d'euros. Cet endettement financier, de 74 millions d'euros en 2014, est dû au coût d'acquisition du siège, aux conséquences de l'affaire Bygmalion, et à une forte baisse du nombre d'adhérents, qui n'étaient que 56 000 à avoir acquitté leur cotisation en 2019.

En novembre 2019, l'endettement est ramené à 13,2 millions d'euros, 36 millions d'euros sur les 46 de prix de cession du siège ayant été affectés au remboursement de la dette, et des économies ayant été réalisées sur les plus hauts salaires et sur les frais de personnel dont les effectifs sont passés de 101 en 2013 à 66 en 2019.

En juin 2023, le parti annonce quitter son siège de la rue de Vaugirard en janvier 2024 pour des locaux place du Palais-Bourbon.

Depuis son déménagement, le parti est installé au 4 place du Palais Bourbon, face à l'une des entrées de l'Assemblée Nationale.

Principales figures

Le parti Les Républicains compte ou a compté dans ses rangs plusieurs personnalités figures de la politique française, qui ont parfois pu occuper les plus hautes fonctions de la République :

Résultats électoraux

Élections présidentielles

Année Candidat Premier tour Statut
Voix % Rang
2017 François Fillon 7 212 995 20,01 3e Battu
2022 Valérie Pécresse 1 679 001 4,78 5e Battue

Élections législatives

Année Premier tour Second tour Sièges Rang Position
Voix % Voix %
2017 3 573 366 15,77 4 040 016 22,23 112  /  577 2e Opposition
2022a  2 398 782 10,55 1 478 589 7,13 61  /  577 4e

a Au sein de l'UDC.

Élections sénatoriales

Année Sièges Rang Résultat
2017 146  /  348 1er Majorité relative
2020 148  /  348 1er Majorité relative
2023 139  /  348 1er Majorité relative

Élections européennes

Année Voix % Sièges Rang Tête de liste Groupe
2019a  1 920 407 8,48 7  /  74 4e François-Xavier Bellamy PPE
2024 1 794 029 7,25 6  /  81 5e

a Liste commune avec Les Centristes, qui obtiennent un siège.

Élections régionales

Année Premier tour Second tour Conseillers Présidents
Voix % Rang Voix % Rang
2015 5 827 419 26,85 2e 10 127 619 40,24 1er 818  /  1910 7  /  17
2021 4 180 278 28,47 1er 5 745 280 37,63 1er 784  /  1926 4  /  17
  1. Résultats des listes « Union de la droite et du centre » dans leur ensemble.

Élections départementales

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Élections municipales

Élection Premier tour Second tour Villes + 100 000 hab. Rang (villes + 100 000 hab.)
2020 725 454 330 615 14  /  42 1er (exaequo avec le PS)

Groupes parlementaires

Les Républicains disposent d'un groupe parlementaire dans chacune des deux chambres, composés des élus issus du parti :

Partis et structures associés

Actuels

Anciens

Partis indépendants mais alliés à LR

Publications

Les Éditions des Républicains (société d'édition du parti Les Républicains) éditent et publient plusieurs revues:

Affiliations internationales

Les Républicains sont membres de trois organisations dont deux internationales et une européenne :

Bibliographie

Littérature primaire

Littérature secondaire

Notes et références

Notes

  1. Un bureau politique du parti a été organisé le 12 et 13 juin 2024 afin d'exclure et de destituer Éric Ciotti, et de nommer deux présidents par intérim François-Xavier Bellamy et Annie Genevard. La décision d'exclusion et de destitution, contestée judiciairement par Éric Ciotti, a été suspendue le lendemain, en attendant une décision sur le fond.
  2. Comme Éric Ciotti, Henri Guaino, Georges Fenech, Guillaume Larrivé, Nicolas Dhuicq, Jean-Frédéric Poisson (du PCD, parti associé à LR), ou le mouvement Sens commun.
  3. C’est notamment le cas de l'ancienne ministre sous la présidence Chirac Françoise Hostalier et de l'ancienne ministre sous Nicolas Sarkozy Christine Boutin (PCD).
  4. Médiapart, revenant sur la condamnation en raison d'un problème de forme de LR par le tribunal des prud'hommes pour licenciement sans cause réelle ni sérieuse d'Éric Cesari, directeur général au moment de l'affaire Bygmalion, fait état d'un salaire mensuel de 12 000 euros en 2014. LR condamné pour le licenciement de son ancien directeur général, lIlyes Ramdani, Mediapart, 7 janvier 2021
  5. Au moment de l'élection

Références

  1. Collectif, « Les Républicains (LR) : dates clés, histoire, actus, infos sur ce parti », sur La Croix (consulté le 4 février 2024)
  2. « Présidentielle 2022 : qui sont les cinq candidats déclarés à droite ? », sur Franceinfo, 27 août 2021 (consulté le 4 février 2024)
  3. « Présidentielle en France: qui des cinq candidats pour représenter la droite ? », sur RFI, 30 novembre 2021 (consulté le 4 février 2024)
  4. « Congrès des Républicains : près de 53 % de participation après dix heures de vote pour désigner le candidat à l’élection présidentielle », Le Monde.fr,‎ 1er décembre 2021 (lire en ligne, consulté le 4 février 2024)
  5. (en) « French right-wing party to choose candidate for presidential election », sur euronews, 1er décembre 2021 (consulté le 4 février 2024)
  6. « Congrès les Républicains : retrouvez notre direct sur le premier tour de l’investiture », Le Monde.fr,‎ 2 décembre 2021 (lire en ligne, consulté le 4 février 2024)
  7. (en) « In first, French conservatives pick a woman as presidential candidate », sur euronews, 4 décembre 2021 (consulté le 4 février 2024)
  8. « Législatives 2022 : la droite éparpillée façon puzzle », sur France 24, 30 avril 2022 (consulté le 4 février 2024)
  9. « Pour le lancement de ses états généraux, LR roule à droite et tape sur la majorité », Le Monde.fr,‎ 17 juin 2023 (lire en ligne, consulté le 4 février 2024)
  10. Fabien Escalona, « Les Républicains sont l’un des partis conservateurs les plus en perdition », sur Mediapart, 14 octobre 2019 (consulté le 4 février 2024)
  11. (en) « French conservative party chooses between moderate, right-wing presidential candidates », sur France 24, 2 décembre 2021 (consulté le 4 février 2024)
  12. (en) « French legislative elections: Conservative party Les Républicains hang on to survival », Le Monde.fr,‎ 13 juin 2022 (lire en ligne, consulté le 4 février 2024)
  13. (en) « Meet the three candidates competing to lead France's conservative party Les Républicains », Le Monde.fr,‎ 4 novembre 2022 (lire en ligne, consulté le 4 février 2024)
  14. (en) « France's conservative Républicains elect new leader to revive political fortunes », sur RFI, 12 décembre 2022 (consulté le 4 février 2024)
  15. « LR : le maire d’Orléans annonce quitter les Républicains car « la position du parti est devenue illisible » », sur lejdd.fr, 12 mars 2023 (consulté le 4 février 2024)
  16. « À Carcassonne, Les Républicains revendiquent "l'héritage" du général De Gaulle », sur lindependant.fr (consulté le 4 février 2024)
  17. « Eric Ciotti élu président de LR », sur Les Échos, 12 décembre 2022 (consulté le 4 février 2024)
  18. « En un graphique : l’effondrement des Républicains et du Parti socialiste au fil des dernières présidentielles », Le Monde.fr,‎ 12 avril 2022 (lire en ligne, consulté le 4 février 2024)
  19. « Le maire d'Orléans Serge Grouard quitte (cette fois définitivement) le parti Les Républicains », sur France Bleu, 12 mars 2023 (consulté le 4 février 2024)
  20. François-Xavier Roucaut, « Débâcle des Républicains, le gaullisme en état de mort cérébrale », sur Revue politique et parlementaire, 11 avril 2022 (consulté le 4 février 2024)
  21. « Les Républicains (LR) », sur France politique (consulté le 4 juin 2017).
  22. « Les partisans de Jacques Chirac annoncent la création de l'Union pour la majorité présidentielle (UMP) », sur lemonde.fr (consulté le 18 septembre 2018).
  23. Emmanuel Galiero, « UMP/Les Républicains : les avantages et les dangers d'un nouveau nom », le Figaro,‎ 14 avril 2014 (lire en ligne, consulté le 18 avril 2015).
  24. Alain Auffray, « « Les Républicains », un hold-up sémantique », Libération,‎ 14 avril 2014 (lire en ligne, consulté le 18 avril 2015).
  25. « L'UMP bientôt rebaptisée « Les Républicains » », sur ump.blog.lemonde.fr, 9 avril 2015 (consulté le 18 avril 2015).
  26. Pauline Théveniaud (avec Olivier Beaumont), « Congrès des « Républicains » : « Un jour de renaissance », pour Sarkozy », sur leparisien.fr, 30 mai 2015 (consulté le 19 juin 2015).
  27. Olivier Bossut, « Au revoir l'« UMP », bonjour « Les Républicains » ! », sur leparisien.fr, 29 mai 2015 (consulté le 10 juin 2015).
  28. Alexandre Lemarié et Matthieu Goar, « Sarkozy met les Républicains en ordre de bataille pour 2017 », sur lemonde.fr, 30 mai 2015 (consulté le 10 juin 2015).
  29. « Témoin de publication du changement de nom de l'association », 11 juillet 2015 (consulté le 4 mars 2018).
  30. Maurice Szafran, « Pourquoi le nouveau nom de l'UMP suscite l'indignation », Challenges,‎ 16 avril 2015 (lire en ligne , consulté le 18 avril 2015).
  31. Ludovic Vigogne, « Les Républicains : le nom qui fâche », sur lopinion.fr, 26 avril 2015, mis à jour le 1er mai 2015 (consulté le 14 mai 2015).
  32. « L'UMP pourra bien s'appeler « Les Républicains », estime le tribunal des référés de Paris », sur francetv info, 26 mai 2015 (consulté le 17 novembre 2015).
  33. Carl Meeus, « François Huguenin : « La droite fait-elle main basse sur la République ? » », Le Figaro Magazine,‎ semaine du 22 mai 2015, p. 163-165.
  34. Hélène Bekmezian, « Naissance du groupe Les Républicains à l’Assemblée », sur Le Monde, 2 juin 2015 (consulté le 10 juin 2015).
  35. « Sur demande des Républicains, les groupes à l'Assemblée perdent leurs sigles », sur Le Figaro, 2 juin 2015 (consulté le 23 juin 2015).
  36. « On ne dit pas « LR », on dit « Les Républicains », sur nouvelobs.com, 16 juin 2015 (consulté le 17 juin 2015).
  37. « Groupe Les républicains (LES-REP) », sur nosdeputes.fr (consulté le 23 juin 2015).
  38. Martine Chevalet, « Les nouveaux Républicains agitent l'Assemblée », sur leparisien.fr, 4 juin 2015 (consulté le 23 juin 2015).
  39. « Fenech : "Je ne voterai pas Macron même si c'est la consigne" », sur bfmtv.com, 24 avril 2017.
  40. Julien Chabrout, « Le député LR Guillaume Larrivé votera blanc au second tour de la présidentielle », sur lelab.europe1.fr, 28 avril 2017.
  41. Jean-Baptiste Garat, « Le vote blanc divise les Républicains », Le Figaro,‎ samedi 29 / dimanche 30 avril 2017, p. 6.
  42. Victor Dhollande-Monnier, « Nadine Morano refuse le front républicain pour le second tour de l’élection présidentielle », sur lelab.europe1.fr, 24 avril 2017.
  43. Paul Chaulet, « Guaino, Ciotti, Sens Commun… cette droite qui n'appelle pas à voter Macron », sur lexpress.fr, 24 avril 2017.
  44. Étienne Baldit, « Une ex-ministre et coordinatrice de la campagne de Fillon votera Le Pen pour "battre Macron" », sur lelab.europe1.fr, 24 avril 2017.
  45. Tristan Quinault Maupoil, « Christine Boutin : "Contre Macron, je voterai Le Pen" », sur lefigaro.fr, 24 avril 2017.
  46. « Les Républicains divisés sur le vote blanc », sur la-croix.com, 26 avril 2017.
  47. Nicolas Enault, « NKM, Estrosi, Borloo… Le compteur des femmes et des hommes politiques de droite prêts à suivre Emmanuel Macron », sur francetvinfo.fr, 17 mai 2017.
  48. « Bruno Le Maire et Gérald Darmanin exclus des Républicains », sur midilibre.fr, 17 mai 2017.
  49. François Vignal, « Législatives : Les Républicains reviennent "sur les sujets polémiques" pour leur projet », sur publicsenat.fr, 9 mai 2017.
  50. « Après les élections législatives, le parti Les Républicains au bord de la scission », sur lci.fr, 20 juin 2017 (consulté le 9 juillet 2017).
  51. « Assemblée: La droite se scinde entre deux groupes, avec Les Républicains et les «Constructifs» », sur www.20minutes.fr (consulté le 9 juillet 2017).
  52. « Cinq membres pro-Macron, dont Edouard Philippe, exclus par Les Républicains », sur lci.fr, 31 octobre 2017 (consulté le 31 octobre 2017).
  53. « Les Républicains excluent quatre pro-Macron, "prennent acte" du départ d'Édouard Philippe », sur europe1.fr, 31 octobre 2017.
  54. « Des élus Constructifs lancent « Agir, la droite constructive » », Le Figaro,‎ 26 novembre 2017 (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018).
  55. Pierre-Alain Furbury, « Wauquiez élu à la tête de LR », Les Échos,‎ 10 décembre 2017 (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018).
  56. Valérie Hacot, « Les Républicains : le départ de Xavier Bertrand fragilise déjà Laurent Wauquiez », Le Parisien,‎ 12 décembre 2017 (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018).
  57. « Après l'élection de Laurent Wauquiez, l'ancienne secrétaire d'État Nora Berra quitte LR », Le Figaro,‎ 14 décembre 2017 (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018).
  58. « Lagarde (UDI) exclut toute alliance avec Wauquiez (LR) », Le Point,‎ 19 décembre 2017 (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018).
  59. « Alain Juppé se met en retrait du parti Les Républicains », Le Monde,‎ 15 janvier 2018 (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018).
  60. « Proclamation des résultats de l'élection des représentants au Parlement européen », Journal officiel de la République française, no 125,‎ 30 mai 2019 (lire en ligne).
  61. « Valérie Pécresse annonce sa démission des Républicains », Le Monde,‎ 5 juin 2019 (lire en ligne, consulté le 6 juin 2019).
  62. « Départs en série chez LR après la démission de Valérie Pécresse », sur BFMTV, 6 juin 2019 (consulté le 30 juillet 2019).
  63. « Le parti Les Républicains compte plus de 238.200 adhérents », sur Le Point, 8 janvier 2016.
  64. « Présidentielle 2022 : avec près de 150.000 militants, Les Républicains se réjouissent avant leur Congrès », sur Le Figaro, 17 novembre 2021 (consulté le 17 novembre 2021).
  65. « Les Républicains enterrent la primaire ouverte », La Croix,‎ 25 septembre 2021 (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 13 janvier 2022).
  66. « Xavier Bertrand refuse une primaire LR "sous une forme déguisée" », sur Le HuffPost, 30 septembre 2021 (consulté le 13 janvier 2022).
  67. « Congrès pour la France – Organisation », sur les Républicains, 4 octobre 2021 (consulté le 13 janvier 2022).
  68. « Election présidentielle 2022 : Xavier Bertrand annonce qu’il participera au congrès LR », Le Monde.fr,‎ 11 octobre 2021 (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2022).
  69. Primaire LR pour la présidentielle. Éric Ciotti termine premier, juste devant Valérie Pécresse Ouest-France, le 02/12/2021
  70. « Congrès des Républicains en direct : Valérie Pécresse désignée candidate de LR pour l’élection présidentielle », Le Monde.fr (consulté le 13 janvier 2022).
  71. « Les Républicains : Qui sera candidat(e) pour la présidentielle ? », sur FRANCE 24, 29 novembre 2021 (consulté le 13 janvier 2022).
  72. « Présidentielle 2022 : Eric Ciotti, le pari de la droite dure », sur LCI (consulté le 13 janvier 2022).
  73. « Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse se dresse en "chef de guerre" pour rassembler le camp LR derrière elle », sur midilibre.fr (consulté le 13 janvier 2022).
  74. « Présidentielle 2022 - "Catastrophique", "un naufrage" : avalanche de critiques après le meeting de Valérie Pécresse au Zénith de Paris », sur lindependant.fr (consulté le 12 avril 2022)
  75. « Le débat entre Pécresse et Zemmour vire au brouhaha et aux boules puantes », sur 20minutes.fr (consulté le 12 avril 2022)
  76. « Présidentielle 2022 : Les Républicains ne seront pas remboursés de leurs frais de campagne », Le Monde.fr,‎ 12 avril 2022 (lire en ligne, consulté le 12 avril 2022)
  77. « Valérie Pécresse : un résultat catastrophique et une dette personnelle », sur linternaute.com (consulté le 12 avril 2022)
  78. « Résultats présidentielle 2022 : Valérie Pécresse lance un "appel aux dons" pour la "survie" financière des Républicains », sur Franceinfo, 11 avril 2022 (consulté le 12 avril 2022)
  79. 2022 : chez Les Républicains, « une très large majorité » contre Marine Le Pen au second tour, La Croix, le 11/04/2022
  80. « Résultats des législatives 2022 : la droite conduite par LR obtient 64 sièges à l'Assemblée nationale, selon notre estimation Ipsos-Sopra Steria », sur Franceinfo, 19 juin 2022 (consulté le 24 octobre 2022)
  81. « Après l'élection de 89 députés, le Rassemblement national fait face au défi de la crédibilité », sur Europe 1 (consulté le 24 octobre 2022)
  82. « Résultats législatives 2022 : quels sont les scores de LFI, du PS, du PC ou d'EELV au sein de la Nupes ? », sur lefigaro.fr, 20 juin 2022 (consulté le 24 octobre 2022)
  83. « Christian Jacob quitte la présidence des Républicains », sur lemonde.fr, 30 juin 2022 (consulté le 1er juillet 2022).
  84. « Présidence de LR : "Nous n'avons pas les moyens de nous déchirer", alerte la présidente par intérim Annie Genevard », France Info,‎ 2 septembre 2022 (lire en ligne)
  85. Présidence des Républicains : Aurélien Pradié, le député qui veut battre Éric Ciotti et Bruno Retailleau, lejdd.fr, 8 septembre 2022, par Emmanuelle Souffi
  86. « Éric Ciotti élu président du parti Les Républicains avec 53,7% des voix », sur France Bleu, 11 décembre 2022 (consulté le 11 décembre 2022)
  87. « Malgré trois motions de censure… pourquoi l'opposition ne renversera pas le gouvernement », sur TF1 INFO, 24 octobre 2022 (consulté le 1er décembre 2023)
  88. « Au Sénat, la gauche tutoie la centaine d’élus », Le Monde.fr,‎ 25 septembre 2023 (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2023)
  89. « Sénat : Gérard Larcher réélu président de la chambre haute pour un cinquième mandat », sur Franceinfo, 2 octobre 2023 (consulté le 1er décembre 2023)
  90. « Immigration : la motion de rejet de la loi a été adoptée par les députés », sur rtl.fr, 11 décembre 2023 (consulté le 12 janvier 2024)
  91. « Loi « immigration » adoptée au Parlement, crise dans le camp présidentiel… Retrouvez les réponses à vos questions », Le Monde.fr,‎ 21 décembre 2023 (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2024)
  92. « Loi « immigration » : « une déflagration », le récit d’une soirée de vote houleuse à l’Assemblée nationale », Le Monde.fr,‎ 20 décembre 2023 (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2024)
  93. Romain David, « Gouvernement Attal : la nomination surprise de Rachida Dati au ministère de la Culture », sur Public Sénat, 11 janvier 2024 (consulté le 16 janvier 2024)
  94. Victor Boiteau, « Après la nomination de Rachida Dati au ministère de la Culture, secousses chez Les Républicains », sur Libération (consulté le 16 janvier 2024)
  95. « Gouvernement de Gabriel Attal : Rachida Dati exclue de LR après sa nomination au ministère de la Culture », sur Europe 1, 11 janvier 2024 (consulté le 16 janvier 2024)
  96. Chez Pol, « Le parti Les Républicains retrouve son doudou préféré : le «ni ni» », sur Libération (consulté le 16 janvier 2024)
  97. « Élections européennes : une hypothétique coalition entre LR et la macronie empoisonne la fin de campagne de François-Xavier Bellamy », sur radiofrance.fr, 3 juin 2024 (consulté le 3 juin 2024).
  98. « “Macron KO” : le triomphe du RN à la une de la presse internationale », sur Courrier international, 10 juin 2024 (consulté le 11 juin 2024)
  99. « Législatives : Éric Ciotti annonce que LR va nouer une «alliance avec le Rassemblement national» », sur Le Figaro, 11 juin 2024 (consulté le 11 juin 2024)
  100. "Législatives 2024 : comment les médias de Vincent Bolloré orchestrent l’alliance du RN et de la droite" par Ariane Chemin et Ivanne Trippenbach le 16 juin 2024
  101. Raphaëlle Bacqué, « Comment Éric Ciotti a orchestré avec Vincent Bolloré l’annonce de son ralliement au RN », sur lemonde.fr, 13 juin 2024 (consulté le 13 juin 2024).
  102. "Les Républicains envoient à Éric Ciotti son avis d’expulsion après une folle journée". Article par Alexandre Pedro, dans Le Monde le 13 juin 2024
  103. Article dans Ouest-France le 16/06/2024
  104. Victor Boiteau, « Législatives anticipées : Ciotti tend la main au RN et plonge la droite dans le chaos », sur Libération (consulté le 12 juin 2024)
  105. « Alliance LR-RN aux législatives: Le Pen salue le « choix courageux » d'Éric Ciotti », sur BFMTV (consulté le 11 juin 2024).
  106. « Alpes-Maritimes : battus sur leurs terres, les Républicains vont-ils s'allier avec le Rassemblement national ? », sur Franceinfo, 11 juin 2024 (consulté le 11 juin 2024)
  107. « Après Guilhem Carayon, l’eurodéputée LR Céline Imart soutient Éric Ciotti », Le Monde,‎ 11 juin 2024 (lire en ligne, consulté le 11 juin 2024).
  108. "Elections législatives 2024 : Jordan Bardella annonce un « accord » entre le RN et Éric Ciotti avec « plusieurs dizaines » de députés LR « soutenus »
  109. Article par François Blanchard et Alexis Cuvillier, BFM TV le 12/06/2024
  110. Article par Sylvain Duchampt, France 3 le 12/06/2024
  111. "Législatives 2024 : les amis d’Éric Ciotti » alliés avec le RN, un ensemble hétéroclite où les LR sont minoritaires", article par Alexandre Pedro et Clément Guillou, dans Le Monde le 17 juin 2024
  112. « En direct, élections législatives : Éric Ciotti veut une alliance de la droite avec le RN, les appels à sa démission se multiplient chez LR », Le Monde.fr,‎ 11 juin 2024 (lire en ligne, consulté le 11 juin 2024)
  113. « Éric Ciotti exclu de LR : bataille pour le contrôle des réseaux sociaux des Républicains », sur Le Figaro, 12 juin 2024 (consulté le 13 juin 2024)
  114. Juliette Vignaud, « Législatives : le bureau politique des Républicains décide d’exclure Éric Ciotti », Le Point, 12 juin 2024 (consulté le 12 juin 2024)
  115. « Les Républicains: Éric Ciotti indique que "le tribunal judiciaire de Paris est saisi" après son exclusion », sur BFMTV (consulté le 13 juin 2024)
  116. « LR modifie ses statuts pour dynamiser son mouvement "jeunes" », sur Le Point, 8 février 2021 (consulté le 13 juin 2024)
  117. Éric Ciotti a préparé avec Vincent Bolloré son ralliement au RN en vue des législatives françaises. Article dans le quotidien suisse Le Temps du 13 juin 2024
  118. Article de Raphaël Grably le 13/06/2024 sur BFM TV
  119. « L’UMP est morte, vive Les Républicains », sur La Croix, 9 avril 2015.
  120. « LR se dote d'un Conseil des sensibilités, première réunion mercredi », sur Europe 1 (consulté le 6 janvier 2019).
  121. « Sécurité, immigration : les propositions des Républicains pour « réarmer l'État » », sur Le Point, 17 novembre 2020 (consulté le 4 février 2024)
  122. « LR, à l'offensive sur l’immigration, veut afficher une image d’unité après les divisions sur les retraites », Le Monde.fr,‎ 23 mai 2023 (lire en ligne, consulté le 4 février 2024)
  123. « La droite républicaine face à ses démons », Le Monde.fr,‎ 23 mai 2023 (lire en ligne, consulté le 4 février 2024)
  124. « Immigration, justice, Europe… la droite lance une offensive contre l’Etat de droit », Le Monde.fr,‎ 28 mai 2023 (lire en ligne, consulté le 4 février 2024)
  125. « François Fillon. Peut-on être souverainiste et européen ? », sur Ouest-France, 30 novembre 2016.
  126. Émilie Trevert, « Bourlanges : "Juppé et Macron, candidats du centrisme libéral" », sur lepoint.fr, 17 septembre 2016.
  127. Matthieu Goar, « Le programme à forte tonalité libérale d’Alain Juppé », sur Le Monde, 2 mai 2015.
  128. « Quand Nicolas Sarkozy défendait le droit du sol », sur lefigaro.fr, 15 juin 2015 (consulté le 16 juillet 2015).
  129. « Juppé se dit "libéral-social" face à l'"hyperlibéral" Fillon », sur la-croix.com, 25 novembre 2016.
  130. « Social, environnement, énergie: quelles différences entre Juppé et Fillon? », sur novethic.fr, 23 novembre 2016.
  131. « Présidentielle 2022 : le Mouvement conservateur, affilié à LR, rejoint Eric Zemmour après la défaite d'Eric Ciotti », France Info,‎ 4 décembre 2021 (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2021).
  132. « LR : Guillaume Peltier et Gaël Perdriau démis de leurs fonctions de vice-présidents du parti », sur 20 minutes, 7 décembre 2021 (consulté le 11 décembre 2021).
  133. « Derrière l'offensive sécuritaire de Sarkozy, deux conseillers-clés », sur Rue89, 14 août 2010 (consulté le 2 août 2016).
  134. « Débat laïcité et islam : Les six religions de France sont contre », sur francesoir.fr, 30 mars 2011.
  135. « Laïcité : Copé reproche à Fillon de ne pas « jouer collectif », sur lefigaro.fr, 29 mars 2011.
  136. « Claude Goasguen : « Nous allons vers une réaffirmation de la nationalité », sur la-croix.com, 8 mai 2011.
  137. « Marine Le Pen en campagne contre la double nationalité », sur lepoint.fr, 1er juin 2011.
  138. « Double nationalité, la majorité présidentielle divisée », sur lemonde.fr, 3 juin 2011.
  139. Interview de Nicolas Lebourg, Le Figaro Magazine, semaine du 11 décembre 2015, p. 54-56.
  140. Statuts de février 2021. Les Républicains, 2021, 14 p. (lire en ligne)
  141. Alexandre Lemarié, « Les Républicains : Kosciusko-Morizet et Wauquiez restent en place, Woerth est promu », sur Le Monde, 2 juin 2015 (consulté le 2 juin 2015).
  142. « La navigatrice Maud Fontenoy nommée au sein de la direction des Républicains », sur Le Figaro, 5 juin 2015.
  143. « Pluie de nominations chez les Républicains », sur Les Échos, 5 juin 2015.
  144. « Les Républicains se dotent de délégués nationaux », sur bfmtv.com, 11 juin 2015 (consulté le 10 juin 2015).
  145. « Les nouveaux porte-paroles des Républicains », sur republicains.fr, 6 janvier 2015.
  146. « Il quitte la direction des Républicains à cause des « méthodes » Sarkozy », sur Le Huffington Post, 7 janvier 2015 (consulté le 7 janvier 2016).
  147. « La députée des Ardennes Bérengère Poletti nommée porte-parole des Républicains », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 2 septembre 2016 (consulté le 12 décembre 2016).
  148. « Bureau politique du 29 novembre 2016 », sur republicains.fr, 29 novembre 2016.
  149. Florent De Corbier, « Valérie Boyer nommée porte parole des Républicains », sur lamarseillaise, 21 décembre 2016.
  150. « Le compteur des lâcheurs de Fillon », sur liberation.fr, mars 2017.
  151. « Le Secrétaire général adjoint du parti LR quitte son poste », sur Atlantico.fr, 6 mars 2017 (consulté le 24 avril 2020).
  152. Jean-Baptiste Garat, « Éric Ciotti prend du galon chez Les Républicains », sur Le Figaro, 4 avril 2017 (consulté le 24 avril 2017).
  153. « Communiqué de presse des Républicains », sur twitter.com.
  154. « Le président de LR, Christian Jacob, va retirer à Guillaume Peltier son statut de numéro 2 du parti », sur lefigaro.fr (consulté le 6 juillet 2021)
  155. « Gilles Platret, le maire de Chalon-sur-Saône, nommé porte-parole LR pour la présidentielle », sur Les Échos, 7 juillet 2021 (consulté le 8 juillet 2021).
  156. « Le bureau politique », sur republicains.fr (consulté le 13 mai 2017).
  157. « Chez Les Républicains, un bureau politique à 115 membres », sur Lejdd.fr, 20 mai 2015 (consulté le 31 mai 2015).
  158. « Jean-Pierre Raffarin quitte la vie politique pour créer une ONG », Le Monde,‎ 27 juin 2017 (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018).
  159. Emmanuel Berretta, « Luc Chatel : "Aujourd'hui, la droite est conservatrice et étriquée" », Le Point,‎ 1er novembre 2017 (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018).
  160. Les Républicains : Nouveaux statuts-mai 2015, Éditions de l’Union, 2015 (lire en ligne), p. 4.
  161. Christine Ollivier, « Avec à peine 500 adhérents de moins de 35 ans, la droite cherche désespérément à mobiliser les jeunes », sur lejdd.fr, 23 août 2020 (consulté le 24 août 2020).
  162. « Présidentielle: Le siège du parti Les Républicains à vendre sur Le bon coin », sur 20minutes.fr, 27 avril 2017 (consulté le 19 juillet 2017).
  163. « Les Républicains ont réduit leur dette de 80% depuis 2014 », sur LExpress.fr, 29 novembre 2019 (consulté le 7 février 2021)
  164. « LR et le microparti de François Fillon s’accordent sur le partage des dons de la campagne », Le Monde,‎ 26 juillet 2017 (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 27 juillet 2017).
  165. Hugo Domenach, « Le parti Les Républicains « efface l'ardoise de Bygmalion » », sur Le Point, 28 novembre 2019 (consulté le 7 février 2021)
  166. Marion Mourgue, « Les Républicains ont trouvé leur nouveau siège : 4, place du Palais-Bourbon à Paris », sur leparisien.fr, 21 juin 2023 (consulté le 21 juin 2023)
  167. « Election présidentielle 2022 », sur www.resultats-elections.interieur.gouv.fr (consulté le 11 avril 2022)
  168. « Valérie Pécresse : « Je suis 2/3 Merkel et 1/3 Thatcher » », sur lepoint.fr, 18 août 2021 (consulté le 4 septembre 2021).
  169. « Valérie Pécresse : «Il nous faut une Europe protectrice et conquérante» », sur lefigaro.fr, 28 juin 2018 (consulté le 4 décembre 2021).
  170. « Election présidentielle 2022 : Valérie Pécresse conteste également la primauté du droit européen, après la décision prise par la Pologne », Le Monde.fr,‎ 13 octobre 2021 (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2021).
  171. Louis Nadau, « Brexit : l'Union européenne "quand on la quitte, cela doit être douloureux !", lance Valérie Pécresse », sur marianne.net, 7 février 2019 (consulté le 4 décembre 2021).
  172. https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN2BG2TI/france-xavier-bertrand-candidat-a-la-presidentielle-2022.html
  173. Dominique Albertini, « Bruno Retailleau : «Dire que la France souffre du libéralisme, c’est une mauvaise plaisanterie» », Libération,‎ 14 avril 2020 (lire en ligne)
  174. « Les Editions des républicains - Qui sommes nous? », sur editions-des-republicains.fr.
  175. « Répertoire de la Bibliothèque nationale de France », sur bibliographienationale.bnf.fr.
  176. « Copé ne veut plus être un bad boy », sur lexpress.fr, 22 février 2013.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes