Mali

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

République du Mali

Drapeau
Drapeau du Mali
Blason
Emblème du Mali
Devise Un peuple, Un but, Une foi
Hymne Pour l'Afrique et pour toi, Mali
Fête nationale 22 septembre
· Événement commémoré Proclamation de l’Indépendance (1960)
Description de l'image Mali (orthographic projection).svg. Description de l'image Mali carte.png. Administration
Forme de l'État Dictature militaire
Président de la Transition Assimi Goïta
Premier ministre Choguel Kokalla Maïga
Parlement Conseil national de la transition
Langues officielles

bambara, bomu, bozo, dogon (dogo-so, dogo-kan), peul (fulfulde ou pulaar), soninké (sarakolé), songhaï, sénoufo-mamara (minianka), syenara (sénoufo), touareg (tamalayt), hassanya, khassonké et malinké (maninkakan)

Le français est la langue de travail.
Capitale Bamako

12° 39′ N, 8° 00′ O

Géographie
Plus grandes villes Bamako, Sikasso, Ségou, Koulikoro Mopti, Koutiala, Kayes, San, Tombouctou, Gao, Bougouni, Kati, Nioro-du-Sahel, Taoudeni, Bandiagara, Kidal et Ménaka.
Superficie totale 1 241 238 km2
(classé 24e)
Superficie en eau 1,68 %
Fuseau horaire UTC +0
Histoire
Indépendance Drapeau de la France France
Drapeau de la Fédération du Mali Fédération du Mali
date 20 juin 1960 (Fédération du Mali)
22 septembre 1960 (République du Mali)
Démographie
Gentilé Malien, Malienne
Population totale (2022) 21 726 000 hab.
(classé 62e)
Densité 18 hab./km2
Économie
PIB nominal (2018) 17,163 milliards
PIB (PPA) (2018) 44,723 milliards
PIB nominal par hab. (2015) en augmentation 2 428,3 dollars
+ 4,5 %
PIB (PPA) par hab. (2018) 777,86 $
Monnaie Franc CFA (XOF)
Développement
IDH (2021) en augmentation 0,428 (faible ; 186e)
IDHI (2021) en augmentation 0,291 (153e)
Coefficient de Gini (2018) 36,1 %
Indice d'inégalité de genre (2021) en stagnation 0,613 (155e)
Indice de performance environnementale (2022) en diminution 28,5 (159e)
Divers
Code ISO 3166-1 MLI, ML
Domaine Internet .ml
Indicatif téléphonique +223
Code sur plaque minéralogique RMM
Organisations internationales Drapeau des Nations unies ONUDrapeau de l'Union africaine UA (suspendu)CEDEAO (suspendu)OHADABADCEN-SADCIROMVSALGCAMESAES

Le Mali, en forme longue la république du Mali, est un État d'Afrique de l'Ouest, frontalier de la Mauritanie à l'ouest, de l'Algérie aux nord et nord-est, du Niger à l'est, du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire au sud-sud-ouest, de la Guinée au sud-ouest et du Sénégal à l'ouest-sud-ouest. Sa capitale est Bamako, dont l'aire urbaine compte 2,529 millions d'habitants en 2019. Le pays fait partie de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et de l'Union africaine mais est actuellement suspendu de ces deux organisations en raison de la dictature militaire.

Entre le IVe siècle et le XVIe siècle, le territoire fait partie de plusieurs empires puissants de l'Afrique de l'Ouest, dont l'empire du Ghana, l'empire du Mali et l'Empire songhaï qui dominaient le commerce transsaharien de l'époque. Pendant le partage européen de l'Afrique du XIXe siècle, le territoire est colonisé par l'Empire colonial français sous le nom de Soudan français. Le Soudan forme en 1959 avec le Sénégal la fédération du Mali qui devient indépendante le 20 juin 1960. Durant l’été 1960, le Sénégal se retire de la fédération le 20 août, puis la République soudanaise, seul membre restant de la fédération, fait officiellement de même le 22 septembre en se renommant « république du Mali » et en conservant ainsi le nom « Mali » de la fédération. Les premières décennies suivant l'indépendance sont marquées par les dictatures aux partis uniques de Modibo Keïta de 1960 à 1968, puis de Moussa Traoré de 1968 à 1991. La démocratie et le multipartisme ne sont instaurés qu'en 1992 après le renversement de ce dernier par un coup d'État. En 2012, des groupes armés séparatistes et djihadistes s'emparent du nord du pays avant de lancer une offensive en direction de la capitale, provoquant un coup d'État. Le Mali demande alors l'intervention militaire de la France ainsi que de plusieurs pays africains dans le cadre de la MISMA. Les groupes armés sont rapidement repoussés, puis vaincus militairement lors de la bataille du Tigharghâr. Une partie des combattants bascule alors vers le terrorisme, commettant des attentats à travers tout le pays, ce qui suscite un important mécontentement au sein de la population malienne. L'intégrité territoriale malienne est rétablie de même que la démocratie en 2013 mais cette dernière prend fin avec les coups d'État de 2020 et 2021 aboutissant à l'instauration d'une dictature militaire pro-russe sur fond de multiplication des attentats.

Le pays a trois zones climatiques : les deux tiers nord du pays se situent dans le Sahara, le centre du pays est sahélien, et le sud du pays se trouve dans la savane soudanienne occidentale. Avec 20 millions de résidents, la population malienne est constituée de différentes ethnies, dont les principales sont les Arabes, les Bambaras, les Bobos, les Bozos, les Dogons, les Khassonkés, les Malinkés, les Miniankas, les Peuls (fulfulde ou pular pulaar), les Sénoufos, les Soninkés (ou Sarakolés), les Songhaïs, les Touaregs et les Toucouleurs. Le français est la langue de travail, mais la population parle majoritairement les langues nationales qui constituent les langues officielles, le bambara étant la plus utilisée et servant, parallèlement au français, de langue véhiculaire. Avec une économie essentiellement rurale, le Mali, pays enclavé, fait partie des pays les moins avancés sur le plan du développement socio-économique. L'islam sunnite est pratiqué par environ 95 % de la population.

Géographie physique

Articles détaillés : Géographie du Mali et Liste des villes du Mali.

Localisation et frontières

Le Mali se situe par 17° de latitude nord et 4° de longitude ouest. Plus précisément, son territoire est compris entre 10° et 25° de latitude nord et entre 4° et 12° de longitude ouest. Le pays possède des frontières communes avec la Mauritanie, l'Algérie, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée et le Sénégal.

Territoires limitrophes Territoires limitrophes du Mali
Mauritanie Algérie
Sénégal Mali Niger
Guinée, Côte d'Ivoire Burkina Faso Burkina Faso

Carte géologique du Mali. Carte topographique du Mali.

La géologie du Mali offre une grande variété de roches : les couches d'âges archéen et paléoprotérozoïque forment le socle d'une grande partie de l'ouest et du centre du pays ; la moitié nord est recouverte par les sédiments du bassin de Taoudeni, au centre du craton d'Afrique de l'Ouest : ce sont principalement des sédiments accumulés entre le Néoprotérozoïque et le Cambrien inférieur (reconnaissables par la triade tillites, craie à barite et chaille) d'une part, et des sédiments du Phanérozoïque d'autre part.

Le Mali, avec ses 1 241 238 kilomètres carrés, est le plus vaste État d'Afrique de l'Ouest après le Niger. Le relief est peu accentué et le point culminant du pays est le mont Hombori Tondo (1 155 m).

Les plaines alluviales, très vastes, sont toutefois dominées par quelques plateaux calcaires et de grès (plateaux mandingues et dogon).

Le Mali est traversé par deux grands fleuves : le Niger (parcourant le pays sur 4 200 km) et le Sénégal.

Climat

Répartition des climats au Mali, selon la classification de Koppen-Geiger.

Le pays possède trois zones climatiques :

Article détaillé : Savane soudanienne occidentale.

Géographie humaine

Répartition de la population

Le Mali, pays dont la population est encore essentiellement rurale, connaît une urbanisation croissante. La population urbaine est estimée à 20 933 072 d'habitants en 2020.

Le pays compte une densité de 16,79 hab./km2. La majorité de la population est constituée de jeunes. La plus grande part de la population étant essentiellement rurale, sa densité, très variable, passe de 90 hab./km2 dans le delta central du Niger à moins de 5 hab./km2 dans la région saharienne du Nord.

Le bateau Tombouctou de la compagnie COMANOV dans le port de Koulikoro.

Outre la capitale Bamako, les villes principales sont Kayes, Ségou, Mopti, Sikasso, Koulikoro, Kidal, Gao et Tombouctou.

Réseaux de transport

Aéroport international Modiba Keïta à Bamako.

Le réseau routier du Mali représentait en 2000 un linéaire de 18 560 km, dont 4 450 km de chaussées à structure renforcée. Cela représente une densité de 27,9 km de route pour 1 000 km2, ce qui reflète la faible densité de population du pays, mais aussi une répartition très inégale : plus de 17 % de la population bénéficie d'une route à moins de 2 km, mais les routes sont très rares au nord du pays.

Le transport ferroviaire relie la capitale du Mali à celle du Sénégal, Dakar, sur 1 248 km. Hérité de la colonisation, Transrail, autrefois appelé Régie des chemins de fer du Mali (actuellement hors service), a été construit par les colons dans le but de faciliter les interventions militaires du Sénégal vers le fleuve Niger et inversement en cas d'émeute. Surtout, il facilite le transport des matières premières vers l'Europe. Une rénovation effectuée par la China Railway Construction Corporation International est à l'étude depuis 2015. En 2018, les trains ont cessé de fonctionné, faute d'argent.

Le transport fluvial est marqué par sa saisonnalité à cause de la présence des chutes et des cataractes le long des cours d'eau. Il est assuré par deux bateaux : Kankou Moussa et Général Soumaré, qui relient Koulikoro à Ségou, Mopti, Tombouctou et Gao.

Le transport aérien se caractérise non seulement par la présence de plusieurs aéroports internationaux tels que ceux de Bamako, Mopti, Gao ou Tombouctou, et d'aérodromes ; mais aussi par la fréquentation de ceux-ci par beaucoup de compagnies aériennes : Air France, Royal Air Maroc, Tunisair, Air Algérie, Ethiopian Airlines, Air Mali, Air Burkina, Air Ivoire, etc. Le pays possède Sky Mali, une compagnie nationale privée qui reprend le flambeau de l'ancienne compagnie nationale Air Mali.

Toponymie

La république du Mali tient son nom de l'ancien empire du Mali fondé par Soundiata Keïta au XIIIe siècle et qui a connu son apogée au XIVe siècle.

En 1959, les deux colonies françaises du Soudan français et du Sénégal fondent la fédération du Mali qui obtient son indépendance le 20 juin 1960. La fédération éclate deux mois plus tard avec le départ des Sénégalais le 20 août. Le 22 septembre 1960, les Soudanais conduits par Modibo Keïta proclament à leur tour leur indépendance en dehors de la fédération du Mali dont ils conservent le nom pour leur nouveau pays (république du Mali) ; cette proclamation vaut surtout reconnaissance de l'indépendance sénégalaise proclamée le mois précédent puisque la fédération du Mali ne comptait plus que le seul Soudan.

Histoire

Article détaillé : Histoire du Mali.

Histoire pré-coloniale

En 1339, Angelino Dulcert, cartographe de l'école majorquine de cartographie, signale le Mali sur l'un des tout premiers portulans connus.

Cinq empires ou royaumes importants s'y succédèrent : l'empire du Ghana, l'empire du Mali, l'Empire songhaï, le royaume bambara de Ségou et l'empire peul du Macina. Son économie reposait sur l'agriculture, l'élevage et le commerce transsaharien avec les peuples d'Afrique du Nord intéressés par l'or, le sel et les esclaves mais aussi la culture. À son apogée, l'Empire s'étendait de l'Atlantique au Nigeria et du Nord de la Côte d'Ivoire au Sahara.

Des années 1880 à 1960, une colonie française

Articles détaillés : Soudan français, République soudanaise et Fédération du Mali. Drapeau du Soudan français et de la République soudanaise.

La conquête coloniale à partir de la colonie du Sénégal s'est effectuée lentement et les entités progressivement annexées ont été regroupées sous l'appellation Haut-Fleuve, territoire placé sous commandement militaire avec pour chef-lieu Kayes et dirigé par un commandant supérieur. Par décret du 18 août 1888, le Haut-Fleuve devient une entité administrative autonome de la colonie du Sénégal sous le nom de Soudan français. Son premier titulaire, le chef de bataillon Louis Archinard, qui succède à Galliéni le 10 mai 1888, en devient véritablement le premier commandant supérieur. Par décret du 22 octobre 1890, le commandant supérieur exerce la tutelle sur les services administratifs. Par décret du 27 août 1892, le Soudan français devient une colonie autonome et Archinard, promu lieutenant-colonel en mai 1890, en devient le premier gouverneur et accède au grade de colonel en septembre 1892.

Avec la conquête par la France à partir du début des années 1880, le Mali devient une colonie française le 27 août 1892 sous le nom de Soudan français, nom repris du décret du 18 août 1890 qui a donné ce nom à la région du Haut-Fleuve de la colonie du Sénégal. L'esclavage est aboli par l'administration coloniale en 1905 mais l'application de cette décision est lente et se heurte à des dynamiques locales. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la tentative d'implanter une usine d'huile d'arachide se heurte aux obstacles mis en place par le régime de Vichy pour favoriser les huileries du Sénégal.

Drapeau de la fédération du Mali (1959-1960).

Lors du référendum du 28 septembre 1958, les électeurs du Soudan français votent massivement (97 %) en faveur de la création de la République soudanaise au sein de la Communauté française. Le 4 avril 1959, le Sénégal et la République soudanaise se regroupent pour former la fédération du Mali, qui accède à l'indépendance le 20 juin 1960.

De 1960 à aujourd'hui, après l'indépendance

Le 20 août 1960, deux mois après le départ de la puissance coloniale, le Sénégal se retire de la fédération du Mali et proclame son indépendance. Le 22 septembre 1960, la République soudanaise proclame à son tour son indépendance sous la conduite de Modibo Keïta, tout en conservant le nom de Mali ; le Sénégal s'étant déjà retiré et l'indépendance de la fédération par rapport à la France datant de juin, cette proclamation ne vaut dans les faits que reconnaissance de l'indépendance sénégalaise et de la fin de la fédération du Mali et est le premier jour d'application de la constitution de la république du Mali.

En 1968, Modibo Keïta est renversé par un coup d'État conduit par un groupe d'officiers ayant à leur tête le lieutenant Moussa Traoré, qui instaure une dictature. Le 26 mars 1991, celui-ci est renversé à son tour par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré. Après une période de transition, ce dernier instaure la démocratie avec l'élection d'Alpha Oumar Konaré en 1992, qui sera réélu en 1997.

En 2002, le général Amadou Toumani Touré, qui avait pris sa retraite de l'armée pour se présenter, est élu président de la République du Mali, et réélu en 2007. Le 22 mars 2012, Amadou Toumani Touré est renversé par un putsch, mené par le capitaine Amadou Haya Sanogo. Après une transition, Ibrahim Boubacar Keïta est élu président de la République en septembre 2013 puis est réélu en 2018 au terme d'une élection contestée. Le 18 août 2020, il est renversé par un coup d'État militaire.

Depuis 2012, des conflits croisés Article détaillé : Guerre du Mali.

De janvier à avril 2012, le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), allié aux groupes Ansar Dine, Mujao et Aqmi, mène des attaques sur les camps militaires maliens et les villes situés dans les régions de Gao, de Tombouctou et de Kidal, remettant en cause l'unité territoriale du Mali dont l'armée fut mise en difficulté.

Le 22 mars 2012, le gouvernement est renversé par un coup d'État conduit par de jeunes militaires dénonçant son incapacité à gérer le conflit sévissant au nord du pays,. L'unité politique du pays est ainsi plus que jamais menacée,. Ces soldats mutins dirigés par le capitaine Amadou Haya Sanogo prennent le contrôle de la présidence, puis annoncent la dissolution des institutions et la suspension de la Constitution, et ceci, à un mois de l'élection présidentielle. Ce coup d'État entraîne le départ forcé d'Amadou Toumani Touré et la mise en place d'un couvre-feu temporaire. Les violences qui suivent le renversement du pouvoir ont pour conséquence la mort d'une personne et une quarantaine de blessés.

Le 1er avril 2012, la rébellion touareg, constituée du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et de plusieurs mouvements salafistes dont Ansar Dine, Mujao et Aqmi, gagne le contrôle sur les trois régions situées au nord du Mali. Le MNLA réclame l'indépendance de l'Azawad tandis qu'Ansar Dine souhaite imposer la charia. Les deux mouvements revendiquent le contrôle des principales villes.

Le 4 avril, le MNLA décide unilatéralement la fin des opérations militaires à compter du 5 avril à minuit (TU). Deux jours plus tard, le 6, le MNLA proclame l'indépendance de l'Azawad.

La proclamation de l'indépendance de l'Azawad par les Touaregs du MNLA est condamnée de façon catégorique par les différents partis maliens ainsi que par l'Union africaine et la communauté internationale ; ces partis affirment que l'intégrité territoriale du Mali n'est pas négociable et souhaitent que le MNLA revienne à la raison, de gré ou de force.

Le 27 juin, le Mujao chasse le MNLA de Gao lors du premier combat de Gao. En novembre, le MNLA lance une contre-offensive qui est cependant repoussée près d'Ansongo par les forces d'Aqmi et du Mujao. Après un premier échec, au combat de Tagarangabotte, les islamistes prennent l'avantage lors de la bataille d'Idelimane. Le 19 novembre, Ménaka est conquise.

Le 15 novembre 2012, François Hollande, président français, reçoit le président nigérien à l'Élysée pour discuter une intervention française et la protection des exploitations françaises des mines d'uranium, au Niger, à la frontière avec le Mali,.

Le 11 janvier 2013, devant la progression des groupes djihadistes au-delà de la ligne de cessez-le-feu et la prise de la localité de Konna, verrou stratégique dans la marche sur Bamako, l'état d'urgence est déclaré dans le pays. À la suite de la demande du président du Mali par intérim Dioncounda Traoré, le Tchad vient au secours du Mali avec un nombre important de militaires. Ensuite, la France sollicite l'accord de l'ONU pour déclencher une intervention militaire (opération Serval) de libération du pays. Dans un premier temps, les djihadistes reculent. À la suite de cette reconquête, il est décidé de substituer l'opération Barkhane à l'opération Serval, pour sécuriser la bande sahélo-saharienne, avec la mission d'empêcher la reconstitution de sanctuaires terroristes. Le nouveau dispositif est officiellement lancé le 1er août 2014. Mais la situation reste très précaire, avec de nombreuses attaques djihadistes. Les conflits communautaires persistent, occasionnant des centaines de morts, particulièrement dans la région de Mopti. En 2018, l'armée française poursuit ses opérations et particulièrement dans le Liptako-Gourma, une zone entre le centre du Mali, le sud-ouest du Niger et le Burkina Faso.

Durant la deuxième moitié des années 2010, les djihadistes s'adaptent à une guerre asymétrique : ils se terrent, procédant par attaques surprises et par des attentats, tout en utilisant les ressentiments locaux et les conflits intercommunautaires,. Un piège se referme progressivement sur les troupes françaises, de plus en plus critiquées localement : poursuivre le combat avec un risque d'enlisement et de compromission ou se retirer

En 2020, dans un contexte d'élections législatives contestées et de manifestations massives menées par le M5-RFP, le président Ibrahim Boubacar Keïta est arrêté par des mutins et démissionne sur les ondes de l'ORTM, à minuit, le 19 août 2020. Quelques heures plus tard, le Comité national pour le salut du peuple prend le pouvoir. Il est présidé par Assimi Goïta et dispose des services d'Ismaël Wagué comme porte-parole. Ce coup d'État est condamné de manière unanime par la communauté internationale.

Assimi Goita, Président de la transition du MaliAssimi Goita, président de la transition du Mali.

Le 24 mai 2021, le président de transition Bah N'Daw et le premier ministre de transition Moctar Ouane sont interpellés et conduits sous escorte militaire à Kati. Le lendemain, le colonel Assimi Goïta démet N'Daw et Ouane de leurs fonctions. À la suite de ce coup d'État, la France décide de mettre un terme à l'opération Barkhane et appuie le développement international de la Task Force Takuba notamment pour sécuriser la région du Liptako. Les autorités maliennes responsables du coup d'État s'engagent auprès de la Communauté internationale à « organiser des élections présidentielles et législatives avant le 27 février 2022 ». Cet engagement non tenu et le partenariat des autorités maliennes avec le groupe paramilitaire russe Wagner conduisent le 17 février 2022 à l'annonce du retrait de la Task Force Takuba.

Le 16 mai 2022, le gouvernement d'Assimi Goïta révèle avoir réussi à déjouer un coup d'État mené par des militaires maliens dans la nuit du 11 au 12 mai. Selon les sources officielles du gouvernement, cette tentative de putsch avortée a été « soutenue par un État occidental ».

Le 24 février 2023, le Mali fait partie des sept États membres de l'ONU (avec le Bélarus, la Corée du Nord, l'Érythrée, le Nicaragua, la Russie et la Syrie) qui ont voté contre une résolution appelant à l'arrêt des combats en Ukraine et le retrait des forces armées russes d'Ukraine.

Le 5 décembre 2023, le Mali et le Niger annoncent dans un communiqué conjoint mettre fin aux accords visant à la non-double imposition avec la France. Ils justifient cette décision par « l'attitude hostile persistante de la France » et « un manque à gagner considérable pour le Mali et le Niger ». Les accords doivent prendre fin « dans un délai de trois mois ».

Politique

Article détaillé : Politique au Mali.

Le Mali est une république avec un parlement unicaméral. Le pouvoir exécutif est représenté par le président et son gouvernement. Le pouvoir législatif par l'Assemblée nationale. La plus haute autorité judiciaire est la Cour suprême.

La démocratie a été instaurée en 1991, après le coup d'État d'Amadou Toumani Touré contre le régime dictatorial du Général Moussa Traoré, à la suite de révoltes populaires. Mais elle reste très fragile, avec soit des difficultés importantes lors des élections, notamment lors des élections présidentielle et législatives de 1997, soit des renversements du président en exercice (en 2012, 2020 et 2021). Ajoutons que la faible participation électorale et la non-compréhension par une partie importante de la population des enjeux électoraux fragilisent cette démocratie.

Depuis l'indépendance du Mali, neuf chefs d'État se sont succédé (mais seulement trois d'entre ont été élus de manière démocratique) :

Ordres et décorations

Administration

Subdivisions territoriales

Article détaillé : Organisation territoriale du Mali. Régions du Mali, depuis 2016. Jeune berger, région de Kayes.

Depuis 2016, le Mali est divisé en dix régions et un district. Ces subdivisions portent le nom de leur ville principale. Le tableau suivant présente les caractéristiques de ces régions, dont leurs populations respectives, telles qu'établies lors des recensements de la population effectués dans le pays. Un numéro est également attribué à chaque région, habituellement en ordre croissant, d'ouest en est.

Régions et district du Mali
Nom Superficie (km2) Population
(1998)
Population
(2009)
Région de Kayes I 119 743 1 374 316 1 996 812
Région de Koulikoro II 95 848 1 570 507 2 418 305
District de Bamako 252 1 016 296 1 809 106
Région de Sikasso III 70 280 1 782 157 2 625 919
Région de Ségou IV 64 821 1 675 357 2 336 255
Région de Mopti V 79 017 1 484 601 2 037 330
Région de Tombouctou VI 174 600 442 619 681 691
Région de Gao VII 89 532 341 542 544 120
Région de Kidal VIII 151 430 38 774 67 638
Région de Taoudénit IX 323 326 18 160 *
Région de Ménaka X 81 040 54 456 *
* estimée selon le recensement de l'époque

Les cinq régions du Nord : Gao, Kidal, Ménaka, Taoudénit et Tombouctou représentent les deux tiers de la superficie du pays pour seulement 10 % de sa population. Au sud, le pays est divisé entre les régions de Kayes, Koulikoro, Mopti, Ségou, Sikasso et le district de Bamako.

La décentralisation est une réforme majeure en cours. Elle vise à transférer des compétences aux collectivités territoriales afin que les affaires locales soient gérées au plus près des populations.

Cette réforme a pour base une refonte complète du découpage territorial hérité de l'administration coloniale et se distingue par le processus de consultation populaire qui a permis la création des communes sur la base de regroupements volontaires de villages et de fractions suivant des critères bien définis.

Il y a 703 communes au Mali, dont 684 nouvelles communes ont été créées en 1996. Une loi de 1999 confirme cette réorganisation administrative et territoriale du en créant les cercles (regroupement de communes) et les régions (regroupement de cercles).

L'État malien a créé une direction nationale des collectivités territoriales au sein du ministère de l'Administration territoriale et des Collectivités locales (MATCL) chargée de suivre la mise en œuvre de la décentralisation et le renforcement des capacités des collectivités territoriales. Des dispositifs d'appui technique et d'appui financier sont également en place.

En 2005, un document cadre de la politique nationale (DCPN) de décentralisation (2005-2014) a été adopté et s'articule autour de quatre axes majeurs, à savoir :

En 2005, la huitième institution de la république du Mali a été créée. Le Haut Conseil des Collectivités territoriales assure la représentation nationale des collectivités territoriales. Son avis est requis sur toutes les questions concernant la politique de développement local et régional, la protection de l'environnement et l'amélioration de la qualité de vie des citoyens à l'intérieur des collectivités territoriales.

En 2016, deux nouvelles régions sont constituées, celles de Taoudénit et de Ménaka, faisant ainsi suite à une loi entrée en vigueur en 2011, mais dont l'application a été suspendue en raison de la guerre du Mali, qui s'est déclarée peu de temps après.

Justice

Articles détaillés : Cour constitutionnelle du Mali, Cour suprême du Mali, Médiateur de la République (Mali), Commission nationale des droits de l'homme (Mali) et Conseil national de la transition (Mali). Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Éducation

Article détaillé : Système éducatif au Mali.

Le taux d'alphabétisation se situe entre 23 et 46 % selon les sources. Ce taux est plus faible parmi les femmes, la majorité des élèves étant des garçons.

Forces armées

Article détaillé : Forces armées maliennes. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Économie

Un marché au Mali. Articles détaillés : Économie du Mali et Énergie au Mali.

Généralités

Le Mali est un pays en développement, avec 65 % de son territoire en région désertique ou semi-désertique. L'activité économique est surtout limitée autour de la région fluviale irriguée par le fleuve Niger. Environ 10 % de la population est nomade et environ 80 % travaille dans l'agriculture ou la pêche. L'activité industrielle est concentrée autour des activités agricoles. L'exportation constitue une très importante manne de revenus. Le Mali dépend de l'aide étrangère et est très vulnérable aux fluctuations des prix mondiaux du coton, son exportation principale. En 1997, le gouvernement a mis en place un programme d'ajustement structurel réclamé par le Fonds monétaire international qui a aidé la croissance, la diversification et les investissements étrangers. Ces réformes économiques et la dévaluation du franc CFA en janvier 1994 ont soutenu une croissance moyenne de 4 %. La filière coton, comme chez d'autres producteurs africains a pris de la vigueur, même si sur le marché mondial, le cours de la livre de la fibre était en 2015 autour de 0,70 dollar, relativement bas comparé au pic des 2 dollars la livre qu'il avait atteint en 2011. Le pays était à la deuxième place du palmarès des sept premiers producteurs africains de coton au milieu des années 2010.

Le produit intérieur brut par habitant était estimé à 380 dollars en 2005 (selon World Development Indicators (WDI) database).

L'économie malienne connait des faiblesses dans plusieurs secteurs :

Quant à la dévaluation du franc CFA, censée favoriser les exportations, elle a surtout divisé par deux la valeur des capitaux nationaux et donc les capacités d'investissement nationales ; les exportations maliennes de produits transformés sont avant tout bloquées par des barrières administratives, et non du fait de leur prix.

L'or occupe la première place dans les recettes d'exportation du Mali (70 % en 2012 soit 15 % de son PIB, le Mali étant le troisième producteur d'or d'Afrique après l'Afrique du Sud et le Ghana, le neuvième au niveau mondial) suivi du bétail, du coton et du fer. D'autres produits comme l'arachide (360 000 tonnes produites en 2003) s'exportent fortement.

Développement du PIB par habitant des pays du Sahel.

Le PIB est principalement tiré par les secteurs primaire et tertiaire. Le PIB de 2006 était de 3 132 milliards de francs CFA et a augmenté à 3 344 milliards de francs CFA en 2007. L'inflation en 2009 était de 2,2 %. Le Mali espère réaliser un taux de croissance nominal du PIB de 7,8 %. En 2008 et 2009, la croissance devrait légèrement s'accélérer pour atteindre un taux moyen annuel de 4,8 %. Les exportations sont de 0,915 milliard de dollars et les importations de 0,927 milliard de dollars. Le PIB par secteurs (principaux) l'agriculture 45 %, l'industrie 17 % et les services 38 %. Les services occupent 13 % de la population active et contribuent pour 38 % au PNB du pays. Le secteur public n'occupe plus que 22 % des effectifs salariés du pays. Un important pourcentage de la population vit sous le seuil de pauvreté soit 36,1 % (2005) avec un taux de chômage qui est très élevé soit de 30 %. Et puis, 30 % de ce total résident dans un milieu urbain tandis que la majorité des démunis vivent dans un milieu rural.

Ressources minières

Le sous-sol du Mali est reconnu pour sa richesse en pierres précieuses et en différents fossiles. Parmi toutes les ressources minières connues du pays, seul l'or connaît en 2019 une exploitation intense.

Des entreprises multinationales ont développé les opérations de prospection de l'or en 1996-1998, et le gouvernement prévoit que le Mali deviendra un exportateur majeur d'or dans la région sub-saharienne. Il est d'ailleurs actuellement le troisième exportateur africain, derrière l'Afrique du Sud et le Ghana. L'or est la première source d'exportation du pays, suivi du coton et du bétail. La production d'or a doublé entre 2000 et 2002 pour représenter 12 % du PIB malien. C'est le troisième producteur aurifère d'Afrique.

Depuis la fin des années 1990, les « compagnies juniors » canadiennes multiplient les contrats avec des pays africains. Au Mali, elles ont pour nom Nevsun Resources, Robex, Resources, Great Quest Metals, Axmin, Delta Exploration, Etruscan Resources, Glencar Mining pic, North Atlantic Resources et IAMGold.

En 2012, une entreprise canadienne a fait des sondages exploratoires en vue d'exploiter une mine d'uranium dans la région de Faléa.

Le lithium devenant un métal de plus en plus recherché pour les batteries des voitures électriques, le Mali se préparait en 2022 à ouvrir une mine pour en extraire à Goulamina, à l'ouest de Bougouni. Son exploitation, qui assurerait une production annuelle de 726 000 tonnes de concentré de spodumène en moyenne, sera confiée aux entreprises australienne Fireching et chinoise Ganfeng. Il s'agira de la première mine de lithium fondée en Afrique de l'Ouest.

Le Mali est le troisième exportateur d'or en Afrique, et l'exploitation minière artisanale représente environ un tiers de sa production globale. L'Institute of Security Studies a rapporté le commerce d'or illicite massif du Mali à Dubaï dans le secteur minier artisanal de l'Afrique de l'Ouest. De plus, les voisins du Mali et d'autres l'exploitent comme point d'entrée sur les marchés de l'or des ÉAU. L'or du Venezuela et de la Libye a été illégalement exporté à Dubaï via le Mali. Le gouvernement de Nicolás Maduro au Venezuela aurait reçu plus d'un milliard de dollars en 2020 du trafic d'or au Mali. Selon un spécialiste non identifiant sur le commerce de l'or en Afrique qui a parlé au projet d'ENACT, les groupes armés et les organisations terroristes en Afrique financent également leurs opérations grâce au commerce illégal de l'or avec Dubaï. De plus, les courriers transportant 10 kilogrammes ou plus d'or par voyage entre le Mali et le Dubaï le portent à la main. Un seul voyage est bénéfique car les vols du Mali à Dubaï coûtent environ 500 $ US, soit environ 10 à 12 g d'or,.

Le Mali dans l'économie mondiale

États membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Pour ce qui est des principaux partenaires commerciaux, le principal pays importateur du Mali est le Sénégal avec 13,1 % en 2008 et le principal pays exportateur est la Chine avec 26,7 % en 2008. En dehors de ces pays, le Mali a aussi, comme partenaires commerciaux, la France, la Côte d'Ivoire, la Belgique, le Luxembourg, la Grande-Bretagne et l'Allemagne.

Le Mali est membre de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Le Mali s'est hissé au niveau de premier producteur de coton de l'Afrique au sud du Sahara. Il possède le premier troupeau de bétail de la sous-région, assure l'autosuffisance alimentaire durable en année de pluviométrie normale et subvient à l'ensemble de ses besoins en céréales sèches.

Agriculture

Usine de coton de la Compagnie malienne pour le développement du textile.

L'agriculture est le premier employeur du pays, en effet, 80 % de la population active travaille dans ce secteur. Les 20 % restants sont employés dans l'industrie ou les services. Leur production est principalement basée sur les céréales qui constituent l'essentiel de leur base alimentaire. Ces céréales sont surtout : le mil, le sorgho, le riz, le maïs, le fonio ainsi que le blé. Il y a aussi quelques tubercules tels que : l'igname, la pomme de terre et le manioc. Une des cultures ayant eu une certaine montée en production est celle de la production fruitière et maraîchère. Les bananes, les mangues et les oranges forment une importante exportation vers les pays d'Europe et les pays arabes. La production cotonnière domine l'agriculture industrielle, mais malgré cela elle a quand même connu une baisse de 5,23 %. Aujourd'hui le coton est produit à perte et cela depuis la chute du marché en 2005. L'industrie n'a malheureusement jamais réussi à atteindre de nouveau le prix de vente d'avant la crise.

À la suite de la chute du cours du coton sur le marché en 2005, les paysans maliens produisent aujourd'hui à perte. Les agriculteurs dégagent des marges de plus en plus étroites et sont obligés de contracter des dettes. La CMDT (Compagnie malienne du développement des textiles) achète le kilogramme de coton 160 francs CFA alors que la production de ce même kilogramme coûte 190 francs CFA. Le Mali envisage des alternatives, mais il n'est pas facile de sortir de la monoculture.

En plus du coton (12e producteur mondial en 2004) et de ses dérivés (graine de coton), le Mali est un important producteur de mangues (200 000 tonnes) dont une faible partie seulement est exportée (3 000 tonnes) malgré un énorme potentiel. C'est un gros producteur et exportateur de bétail dans la région :

Secteurs divers

En ce qui concerne l'immobilier, le Mali est un pays en chantier. Il existe de nombreux projets publics et privés dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics. La demande en matériaux de construction est en très forte croissance. Aussi, les créneaux suivants offrent d'énormes possibilités d'investissement : fabrique de briques, cimenteries, fabrication de chaux et de peintures, production de plâtre, fabrication de fer à béton et autres, menuiserie métallique ou de bois pour les bâtiments, fabrication d'appareils électriques (ampoules, disjoncteurs, prises, gaines).

Le tourisme, encore circonscrit à quelques zones, se développe depuis quelques années. Citons notamment les sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO : le Pays Dogon, Tombouctou, Djenné, le tombeau des Askia à Gao. Certains de ces sites ont été profanés à Tombouctou et Gao depuis l'occupation par les islamistes en juillet 2012.

Des champs cultivés au bord du fleuve Sénégal, près de la ville de Kayes, MaliCulture maraîchère au bord du fleuve Sénégal à Kayes.

Indicateurs de développement

En 2021, le Mali est classé 186e pays sur 191 en ce qui a trait à son indice de développement humain (IDH). En 2007, son indicateur de pauvreté est de 56,4 %, soit 107e pays sur 108.

Évolution de l'IDH depuis 1990
Année 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020 2021
IDH 0,237 0,270 0,317 0,366 0,404 0,416 0,427 0,428

Le rapport national sur le développement humain 2006 porte sur les relations entre la dégradation de l'environnement et ses effets sur les conditions de vie et de bien-être des populations. Les recommandations touchent principalement la maîtrise des eaux, la diminution de la pression humaine sur les ressources forestières, le contrôle des déchets chimiques toxiques, la lutte contre l'ensablement et la désertification. Il propose notamment de renforcer les capacités de gestion des populations locales et réclame l'application de la réglementation existante.

En 2023, le Mali est classé en 129e position pour l'indice mondial de l'innovation.

Démographie

Articles détaillés : Démographie du Mali et Liste des villes du Mali. Évolution de la démographie entre 1890 et 2021.

La croissance très rapide de la population constitue un problème fondamental pour l'amélioration du niveau de vie des Maliens, d'autant plus que les deux tiers de la superficie du Mali sont arides ou semi-arides. La pauvreté est importante puisque les 10 % de la population la plus pauvre ne consomment que 2,4 % des consommations totales du pays et les 10 % les plus riches en consomment 30,2 % (2001).

Communautés

La population du Mali est divisée en plusieurs communautés. Les peuples nomades et semi-sédentaires se trouvent au nord. Les Maures, les Kountas et les Touaregs représentent environ 10 % de la population. Les premiers sont traditionnellement spécialisés dans le commerce de la gomme arabique tandis que les seconds et les troisièmes sont éleveurs nomades ; ils se déplacent en permanence à la recherche de pâturages frais pour leur bétail.

Plus au sud, on trouve les Bambaras (28 %) qui représentent le groupe majoritaire, autour de la capitale Bamako, ainsi que les Malinkés qui leur sont apparentés et les Soninkés, les Peuls (9 %), les Sénoufos, les Bwas, les Bozos, les Dogons (6 %), les Songhaïs et les Khassonkés.

Les Touaregs, les Songhaïs, les Kountas et les Bérabichs résident dans le Nord du Mali, la partie la plus aride et la moins peuplée du pays. Les Bellas, qui sont d'anciens esclaves des Touaregs, vivent dans ces mêmes régions

Femmes

En 2018, le Mali comptait 18,4 millions d'habitants, dont 51,3 % de femmes. Avec 5,9 enfants par femme, le pays possède l'un des taux de fécondité les plus élevés au monde.

En 2001, le taux brut de scolarisation de l'enseignement secondaire s'élevait à 4 % pour les filles et 14 % pour les garçons.

Le taux d'utilisation des méthodes contraceptives est bas. La majorité des femmes au Mali a subi une mutilation génitale. De nombreux décès sont liés à la grossesse.

Santé

Article détaillé : Catégorie:Santé au Mali.

L'espérance de vie à la naissance est de 53,06 ans en moyenne, 51,43 ans pour les hommes et 54,73 ans pour les femmes (estimation de 2012).

VIH/sida

Le taux de prévalence moyen national du VIH est de 1,3 % en 2006 contre 1,7 % en 2001 dans la population générale. Cependant cela est marqué par une féminisation de l'épidémie, en effet le taux de prévalence observé chez les femmes enceintes est de 3,5 % depuis 2002. Cependant le pourcentage de personnes ayant entendu parler du VIH et du sida a baissé, sur la tranche d'âge de 15 à 49 ans, et est passé de 90,3 % à 86,2 % pour les femmes et de 98,1 % à 90,6 % chez les hommes. Parmi eux, 20,7 % a eu des rapports sexuels avant l'âge de 15 ans. Pour les femmes la proportion est de 24,7 % contre 5,4 % pour les hommes. 9,3 % des femmes et hommes de 15-49 ans ont eu des rapports sexuels avec plus d'un partenaire au cours des 12 derniers mois, dont 25,3 % des hommes et 5,9 % des femmes. Parmi eux 28,4 % ont déclaré avoir utilisé un préservatif lors de leur dernier rapport sexuel, dont 16,7 % pour les femmes et 38,8 % pour les hommes.

Culture

Articles détaillés : Culture du Mali et Français d'Afrique.

Le Mali a su conserver les éléments importants de ses cultures traditionnelles. Les griots (ou « Djéli ») exercent toujours leurs fonctions de musiciens-poètes transmettant l'histoire du pays et des hommes sur plusieurs générations. Bakary Soumano, chef des griots du Mali de 1994 à 2003, a contribué à réhabiliter les fonctions du griot dans la société moderne.

L'artisanat du Mali est très riche, il varie d'une région à une autre, d'une ethnie à une autre.

Langues

Article détaillé : Langues au Mali.

La nouvelle constitution de la république du Mali adoptée démocratiquement par référendum le 23 juin 2023 par 97 % des votants stipule désormais que: “les langues nationales sont les langues officielles du Mali” et “le français est la langue de travail”. Le français n'est donc plus la langue officielle du Mali.

Signalisation bilingue à l'entrée de Kidal. Sur le côté gauche du rocher, Kidal est transcrit en caractères tifinagh.

Le français est la langue de travail, mais la plus utilisée est le bambara qui est parlé par plus de 50 % de la population. Cette dernière, ainsi que douze autres (bobo, bozo, dogon, peul, soninké, songhaï (ou songoy), sénoufo-minianka, tamasheq, hassanya, khassonké, mandinka et le maninkakan) sont reconnues par l'État comme des langues nationales.

Le recensement de 1987 a enregistré la langue parlée par les personnes de plus de six ans. Le bambara arrive largement en tête (38,3 %), suivi du peul (11,7 %), du dogon (6,9 %), du songhaï (6,3 %) et du soninké (12,3 %). La connaissance du français a également beaucoup progressé. En 1960, 66 000 Maliens savaient lire et écrire en français. En 1985, ils étaient 564 000. En 2009, ils étaient 2,2 millions.

Les régions du Mali de Gao, Kayes, Kidal, Koulikoro, Mopti, Segou, Sikasso et de Tombouctou sont membres de l'Association internationale des régions francophones. Le Mali est membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie ainsi que de l'Organisation internationale de la francophonie.

Religion

Article détaillé : Religion au Mali.

Selon le Pew Research Center, en 2010, 94,4 % des habitants du Mali sont musulmans, alors que 2,4 % sont chrétiens, principalement catholiques (1,6 %) et que 2,7 % pratiquent une religion populaire.

La religion est omniprésente au Mali. Il est rare de trouver un village sans sa mosquée. Mais des cérémonies animistes, pourtant interdites par l'islam, persistent encore dans quelques villages majoritairement musulmans. Les griots et marabouts rappellent le passé animiste de nombreuses régions du pays, tout comme les fétiches, et amulettes, très répandues.

L'un des lieux célèbres du christianisme au Mali est la ville de Kita dans la région de Kayes (1re région) où se trouve la cathédrale Notre-Dame où a lieu le pèlerinage catholique annuel au Mali. Il y a aussi des Protestants, dont la présence est assez récente, développée par des missionnaires surtout Américains, dont les effectifs sont très limités.

Littérature

Parmi les grands écrivains maliens, citons Amadou Hampâté Bâ et Seydou Badian Kouyaté.

Musique

Amadou au parc de Choisy lors d'un concert de lutte contre la désertification du Sahel.

Les mélodies traditionnelles, autrefois jouées sur la kora, continuent d'alimenter la musique d'aujourd'hui via des interprètes dignes descendants des griots tels que Mamadou Diabaté, Ganda Fadiga, Toumani Diabaté, Babani Koné, Amy Koita. Parmi les non-griots, on peut également citer Salif Keïta, Ali Farka Touré, Khaira Arby, Vieux Farka Touré, Boubacar Traoré, Rokia Traoré, Oumou Sangaré et Samba Touré.

La diversité de la musique malienne met en valeur la diversité culturelle du Mali. On peut ainsi trouver différents styles musicaux comme les chansons de chasseurs, la musique du wassoulou, les griots, etc.

Les instruments utilisés sont essentiellement le n'goni, la kora, le balafon, le dum dum.

La musique malienne est surtout connue à travers des célébrités comme Amadou et Mariam Bagayogo, le « couple aveugle » qui a créé Beaux dimanches (Le dimanche à Bamako…), Ali Farka Touré le deux fois nommé aux Grammy Awards, la diva de Tombouctou Khaira Arby, Salif Keïta, Habib Koité, Samba Touré, héritier de la musique d'Ali Farka Touré, Mama Sissoko qui fut plagié par le célèbre chanteur américain Carlos Santana et dont l'affaire fut portée devant la justice américaine en 2005, Oumou Sangaré, Oumar Koïta, qui est naturalisé allemand, ou encore Mokobé, jeune Malien de France qui a su s'imposer dans le milieu du rap tout en n'oubliant pas ses racines et en collaborant avec plusieurs artistes africains. Ballaké Sissoko œuvre par ses collaborations avec des musiciens européens comme le violoncelliste Vincent Ségal ou le pianiste Ludovico Einaudi au rayonnement de la kora et de la culture malienne.

La musique dogon est bien souvent l'oubliée de ce patrimoine très riche. Cette musique dogon est diverse et variée. Elle est étroitement associée aux différents rites : mariages, funérailles, etc. Après Kadja Lélé, la vétérane, la jeune chanteuse Déné Issébéré est l'emblème de cette culture musicale dogon aussi bien au Mali qu'en dehors des frontières maliennes.

La musique touareg est appréciée au-delà des frontières maliennes, notamment le blues touareg ; elle est représentée entre autres par le groupe Tinariwen, initiateur et leader de ce courant musical.

Le reaggaeman Koko Dembélé a composé beaucoup de titres en langue dogon.

Cinéma

Le cinéma malien est connu notamment à travers le travail de Souleymane Cissé et de Cheick Oumar Sissoko.

Le cinéma numérique ambulant est présent au Mali.

Médias

Article détaillé : Médias au Mali.

Les médias au Mali sont constitués par la presse écrite (en français et quelques journaux en langues nationales), par la radio de proximité, par la télévision, ainsi que par plusieurs services liés (satellite, câble, internet).

Les journaux sont concentrés dans la capitale Bamako ou dans les grandes villes régionales. Le réseau des radios libres croit à grande vitesse. Ces radios atteignent la grande majorité de la population en diffusant des émissions dans les langues locales. L'accès à internet se développe tant au niveau de l'extension des infrastructures, de la réduction des coûts et de la familiarisation des usagers aux outils les plus courants. On note plusieurs collaborations de sites internet avec des journaux, des radios et des télécentres communautaires.

Fêtes et jours fériés

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
Variable Aïd el-Fitr fête de ramadan Fin du Ramadan
Variable Aïd al-Adha Tabaski Commémoration du sacrifice d'Abraham
Variable Mawlid Maouloud Naissance de Mahomet
Variable Laylat al-Qadr Nuit du Destin 10 dernier jours du Ramadan
Variable Mouharram Tamkharit Nouvel an musulman
1er janvier Jour de l'an
14 janvier Journée de la Souveraineté retrouvée Commémoration de la grande mobilisation du 14 janvier 2022
20 janvier Fête de l'armée du Mali
26 mars Journée des Martyrs Chute du régime de Moussa Traoré
1er mai Fête du travail
25 mai Fête de l'Afrique Création de l'Organisation de l'unité africaine
22 septembre Jour de l'Indépendance Proclamation de la république du Mali (indépendance accordée par la France le 20 juin 1960 à la fédération du Mali)
25 décembre Noël Naissance de Jésus-Christ
Variable Lundi de Pâques

Notes et références

  1. « Mali Population 2023 (Live) », sur worldpopulationreview.com (consulté le 9 avril 2023).
  2. « Mali - PIB ($ US courant) » (consulté le 21 juin 2020).
  3. « Mali - PIB (Parité pouvoir d'achat) ($ international courant) » (consulté le 21 juin 2020).
  4. « Mali - PIB par habitant ($ US constant 2010) » (consulté le 21 juin 2020).
  5. Du 30 juin 1962 au 1er juin 1984, la monnaie était le franc malien.
  6. Rapport sur le développement humain 2021/2022 : Temps incertains, vies bouleversées : façonner notre avenir dans un monde en mutation, New York, Programme des Nations unies pour le développement, septembre 2022, 337 p. (ISBN 978-92-1-126452-4, lire en ligne).
  7. (en) « Gini index », sur Banque mondiale (consulté le 24 avril 2023).
  8. (en) Martin J. Wolf, John W. Emerson, Daniel C. Esty, Alex de Sherbinin, Zachary A. Wendling et al., 2022 Environmental Performance Index, New Haven, Connecticut, États-Unis, Yale Center for Environmental Law & Policy, 2022, 192 p. (lire en ligne ).
  9. (en) « Mali », sur www.cia.gov, The World Factbook (consulté le 5 avril 2018).
  10. (en) « Least Developed Countries (LDCs) », sur www.un.org, 23 septembre 2010 (consulté le 3 octobre 2020).
  11. (en) « Senegal - Mali railway modernisation agreements signed », sur Railway Gazette International, 5 janvier 2016 (consulté le 3 octobre 2020).
  12. (en) « Senegal announces plans to fast track rehabilitation of Dakar-Bamako railway connection », sur The North Africa Post, 10 janvier 2020 (consulté le 24 juin 2023).
  13. Ingrid-Houssaye Michienzi, Datini, Majorque et le Maghreb (14e-15e siècles) : réseaux, espaces méditerranéens et stratégies marchandes, BRILL, 5 avril 2013, 724 p. (ISBN 978-90-04-24543-3 et 90-04-24543-X, lire en ligne).
  14. Marie Rodet, « Mémoires de l’esclavage dans la région de Kayes, histoire d’une disparition », Cahiers d’études africaines, vol. 197,‎ 2010, p. 263-291 (DOI 10.4000/etudesafricaines.15854, lire en ligne, consulté le 3 février 2024).
  15. « Mali : Ibrahim Boubacar Keïta président très confortablement élu », sur leparisien.fr, 15 août 2013.
  16. « Coup d'Etat de soldats contre le gouvernement au Mali », sur Challenges, 22 mars 2012 (consulté le 1er mai 2024) : « Le porte-parole des soldats, le lieutenant Amadou Konaré, a expliqué dans un communiqué qu'ils avaient la sécurité du pays entre les mains, « à cause de l'incapacité du gouvernement à donner aux forces armées les moyens nécessaires de défendre l'intégrité de notre territoire national ». »
  17. « Nord-Mali : la rébellion crée un État islamique », sur Le Figaro, 27 mai 2012.
  18. Harouna Fomba, « Mali : Bamako tourmentée par la Fusion du MNLA et Ansar Dine », sur Afrik, 29 mai 2012 (consulté le 1er mai 2024).
  19. Pierre Cochez, « Le Mali est menacé de partition », sur la-croix.com, 12 avril 2012.
  20. Bilal Ag Acherif, « Communiqué no 14-04-04-2012 - fin des opérations militaires », sur MNLA, 4 avril 2012 (consulté le 16 août 2012).
  21. « Le Mali et l'uranium au cœur des discussions entre les présidents français et nigérien à Paris », RFI Afrique,‎ 15 novembre 2012 (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2018).
  22. Jean Guisnel, « Niger : les forces spéciales protégeront les mines d'uranium d'Areva », Le Point,‎ 23 janvier 2013 (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2018).
  23. « Mali: état d’urgence pour combattre les islamistes », JeuneAfrique.com,‎ 11 janvier 2013 (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2018).
  24. Julien Ponthus, « Laurent Fabius a bon espoir d'un accord pour intervenir au Mali », sur Challenges, 24 septembre 2012 (consulté le 3 octobre 2020).
  25. Laurent Lagneau, « Une page se tourne : les opérations Serval et Épervier sont désormais terminées », sur Zone Militaire, 1er août 2014.
  26. (en) « Mali election: Militia mayhem threatens vote », BBC,‎ 26 juillet 2018 (lire en ligne, consulté le 10 août 2018).
  27. « L'armée française met en sommeil une base au Niger et se concentre sur le Mali », Le Figaro,‎ 9 juillet 2019 (lire en ligne).
  28. Morgane Le Cam, « Au Mali, l’opération « Barkhane » ensablée en terre oubliée », Le Monde,‎ 4 mai 2019 (lire en ligne).
  29. « Paris face aux nouveaux défis du djihad sahélien », Le Monde,‎ 14 janvier 2020 (lire en ligne).
  30. « Coup d’État au Mali : retour sur les événements qui ont conduit à la démission d’IBK », sur JeuneAfrique.com, 18 août 2020 (consulté le 19 août 2020).
  31. (es) « El coronel Assimi Goita, designado nuevo hombre fuerte de Mali tras el golpe », sur elconfidencial.com, 19 août 2020 (consulté le 1er mai 2024).
  32. « Mali : Bah N’Daw et Moctar Ouane arrêtés », 24 mai 2021 (consulté le 24 mai 2021).
  33. « Au Mali, le colonel Assimi Goïta annonce avoir démis le président et le premier ministre de transition », sur www.lemonde.fr, 25 mai 2021 (consulté le 26 mai 2021).
  34. « Sahel : que se passe-t-il autour de la Task Force Takuba ? », sur Le Point, 27 janvier 2022 (consulté le 19 février 2022).
  35. « Déclaration conjointe sur la lutte contre la menace terroriste et le soutien à la paix et à la sécurité au Sahel et en Afrique de l’Ouest. », sur elysee.fr, 17 février 2022 (consulté le 19 février 2022).
  36. « Barkhane : la France et ses alliés annoncent un « retrait coordonné » du Mali », sur Le Point, 17 février 2022 (consulté le 19 février 2022).
  37. « Mali : la junte au pouvoir affirme avoir déjoué une tentative de coup d’Etat », Le Monde.fr,‎ 17 mai 2022 (lire en ligne, consulté le 17 mai 2022).
  38. « Mali : le gouvernement d’Assimi Goïta affirme avoir déjoué un coup d’État », sur JeuneAfrique.com (consulté le 17 mai 2022).
  39. AFP, « L’Assemblée générale de l’ONU vote pour exiger le retrait russe d’Ukraine, la Chine s’abstient », sur L'Obs, 24 février 2023 (consulté le 24 février 2023).
  40. « Le Mali et le Niger rétablissent la double imposition avec la France », sur RFI (consulté le 5 décembre 2023).
  41. François L'Écuyer, « Lent développement au Mali », Le Journal des alternatives (Québec),‎ 25 janvier 2006 (lire en ligne, consulté le 6 mai 2010).
  42. « Mali : coup d’État militaire contre le président ATT », sur JeuneAfrique.com, 22 mars 2012 (consulté le 26 mai 2021)
  43. « Dioncounda Traoré désigné président malien par intérim », sur Radio-Canada.ca (consulté le 26 mai 2021)
  44. « Mali : Ibrahim B. Keïta élu avec 77,61% », sur Le Figaro, 15 août 2013.
  45. « Crise. Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a été arrêté par des soldats mutins », sur Courrier international, 18 août 2020 (consulté le 18 août 2020).
  46. « Le président du Mali annonce sa démission », sur Le Journal de Montréal (consulté le 19 août 2020).
  47. « Qui est Bah N’Daw, le nouveau président de transition du Mali? », sur RFI, 21 septembre 2020 (consulté le 26 mai 2021)
  48. « Mali: le président Bah N'Daw et le Premier ministre Moctar Ouane ont démissionné », sur RFI, 26 mai 2021 (consulté le 26 mai 2021)
  49. « Recherche sur l’Historique de la Décentralisation au Mali. De la Période Coloniale à la 3ème République », sur web.archive.org mali.penserpouragir.org (consulté le 10 mars 2021).
  50. « Haut conseil des collectivités du Mali Mise en oeuvre de la décentralisation au Mali : « Bilan et perspectives », 10 juin 2006 (consulté le 10 mars 2021).
  51. (en) « Mali statistcs »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur UNICEF (consulté le 16 août 2012).
  52. « Coton : le Mali, ce champion d'Afrique », sur Le Point Afrique (consulté le 22 janvier 2019).
  53. « Coton : où se trouvent les principaux producteurs africains ? », sur JeuneAfrique.com, 11 juin 2015 (consulté le 7 septembre 2020).
  54. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Bamako 2012, Petit Futé, 2012, p. 57.
  55. « Mali - Profil - 2017 », sur www.indexmundi.com (consulté le 4 août 2018).
  56. « RESSOURCES MINIERES AU MALI 1re partie: Un potentiel non négligeable », sur Club de Mediapart, 2 février 2013 (consulté le 3 octobre 2020).
  57. « Industries extractives au Mali : une filière en or », sur JeuneAfrique.com, 21 mars 2019 (consulté le 3 octobre 2020).
  58. Filip Reyntjens et Stefaan Marysse, L'afrique des Grands Lacs: Annuaire 1999-2000, Editions L'Harmattan, 1er octobre 2000 (ISBN 978-2-296-40370-3, lire en ligne), p. 302.
  59. « Les sociétés minières canadiennes d'exploration et de développement du secteur de l'or : les impacts de leurs activités en Afrique de l'Ouest : mémoire de Fodé-Moussa Keita à l'Université du Québec à Montréal » , 2007.
  60. « Mali : uranium ».
  61. Agence Ecofin, « Ganfeng et Firefinch donnent le feu vert à la construction de Goulamina, la première mine de lithium du Mali », sur Agence Ecofin (consulté le 11 juin 2022)
  62. Kate Bartlett, « Du Mali au Zimbabwe, le lithium africain suscite des convoitises », sur VOA, 9 juin 2022 (consulté le 11 juin 2022)
  63. (en) « Mali to Dubai: artery for West Africa’s booming illegal gold trade », sur Institute of Security Studies (consulté le 3 août 2022)
  64. « Du Mali à Dubaï : commerce illégal de l’or en plein essor », sur Intellivoire (consulté le 8 août 2022)
  65. « Mali : statistiques », sur statistiques-mondiales.com (consulté le 16 août 2012).
  66. Florence Brondeau, « Agro-business et développement dans la région de l’Office du Niger (Mali) », Insaniyat / إنسانيات. Revue algérienne d'anthropologie et de sciences sociales, nos 51-52,‎ 30 juin 2011, p. 119–134 (ISSN 1111-2050, DOI 10.4000/insaniyat.12659, lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  67. Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008 : La lutte contre le changement climatique : un impératif de solidarité humaine dans un monde divisé, New York, Programme des Nations unies pour le développement, janvier 2008, 382 p. (ISBN 978-2-7071-5356-2, lire en ligne), p. 240.
  68. « Lancement officiel du rapport national sur le développement humain (RNDH) édition 2006 », sur initiatives-mali.info, 20 octobre 2006 (consulté le 16 août 2012).
  69. WIPO, « Indice mondial de l’innovation 2023 - L’innovation dans un climat d’incertitude », sur wipo.int (consulté le 17 février 2024)
  70. « Mali - Profil - 2017 », sur www.indexmundi.com (consulté le 11 décembre 2019).
  71. « Enrayer la communautarisation de la violence au centre du Mali », sur Crisis Group, 9 novembre 2020 (consulté le 23 novembre 2020).
  72. « Etude sur la situation de la femme auMal », sur genreenaction.net/.
  73. ONUSIDA, « RAPPORT DE LA COLLECTE DES DONNÉES SUR LES RESSOURCES ET LES DÉPENSES NATIONALES (REDES) DE LA LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA AU MALI 2006 », sur www.unaids.org, 2007 (consulté le 18 janvier 2013).
  74. ONUSIDA, « RAPPORT NATIONAL UNGASS 2012 », sur www.unaids.org, 2012 (consulté le 18 janvier 2013).
  75. Jacques Leclerc, « L'aménagement linguistique dans le monde - Mali », sur Trésor de la langue française au Québec, 27 mai 2009 (consulté le 3 août 2009).
  76. S. M. Traoré, « La répartition spatiale de la population », dans Philippe Bocquier et Tiéman Diarra, Population et société au Mali, Paris, L'Harmattan, 1999, 204 p. (ISBN 2-7384-8490-5 et 9782738484901), p. 21-29.
  77. Jean-Benoît Nadeau, « En 2050, la langue française sera Africaine ! », sur Forum mondial de la langue française, 5 mars 2012 (consulté le 16 août 2012).
  78. « Site de l'Association internationale des régions francophones », sur regions-francophones.com (consulté le 16 août 2012).
  79. (en) « Religions in Mali », sur www.globalreligiousfutures.org (consulté le 23 février 2018).
  80. Henri Raulin, « Un aspect historique des rapports de l'animisme et de l'Islam au Niger », Journal des Africanistes, vol. 32, no 2,‎ 1962, p. 249–274 (DOI 10.3406/jafr.1962.1359, lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  81. (en) « University of Minnesota, Institute of Advances Study October 11, 2012: Sharon Fischlowitz: The Art and Ambivalence of Afropolitan Patriotism: Making Malian Music in Times of Celebration and Crisis », sur web.archive.org ias.umn.edu (consulté le 10 mars 2021).
  82. « Déné Issébéré - Pays dogon », sur deneissebere.net.

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes