Monarchisme

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

Cet article est une ébauche concernant la politique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.

Cet article adopte un point de vue régional ou culturel particulier et nécessite une internationalisation (octobre 2019).

Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les sections à internationaliser en utilisant {{section à internationaliser}}.

Le monarchisme est une doctrine politique qui prône la monarchie, c’est-à-dire une forme de gouvernement dans laquelle une seule personne fonde l'autorité de l'État. Le mode de désignation du monarque n'est pas nécessairement héréditaire : il peut dans de rares cas être élu, comme les empereurs du Saint-Empire romain germanique, les rois élus de Pologne, les doges de la république de Venise ou (encore actuellement) les papes de l'Église catholique romaine et les sultans de Malaisie.

Cependant, les mots monarque et monarchisme sont presque toujours utilisés à la place de ceux de roi et royalisme, en particulier dans les textes de ceux qui critiquaient la royauté sous l'Ancien Régime. On parle aussi, avec le présidentialisme, de monarchie républicaine.

Types de monarchie

Si l'on admet l'identification entre royauté et monarchie, plusieurs monarchies sont concevables :

La monarchie de droit divin

Article détaillé : Monarchie de droit divin.

La monarchie de droit divin est un système qui considère que toute autorité vient de Dieu. Le roi, considéré comme son « lieutenant sur terre », doit donc défendre la foi. Ce système repose sur plusieurs grands thèmes fondateurs, en particulier le baptême de Clovis, les royautés de Salomon et David, la « mission divine de la France », etc. Il est présent dans la plupart des milieux du monde actuel, que ce soit dans des pays musulmans (Arabie saoudite), asiatiques (Bhoutan) ou européens (État de la Cité du Vatican).

La monarchie absolue

Article détaillé : Monarchie absolue.

La monarchie absolue désigne une conception de la légitimité des sources du pouvoir ; la monarchie absolue est un système dans lequel le « pouvoir d'un seul » (le monarque) ne découle pas d'une désignation populaire ou nobiliaire et trouve sa source en soi, et, à l'inverse, il est la source de tout pouvoir (étymologiquement, le « comte » (comes, itis, « l'envoyé ») est un commis du roi). « Source du droit », la personne du roi ou de la reine n'est en concurrence avec personne : ni avec la noblesse, ni avec une représentation (parlement, conseil) qui n'est qu'éventuelle et n'est conçue que comme un moyen de gouverner. Le principe monarchique comme source de tout pouvoir légitime, est un absolu.

L'absolutisme concerne la source du pouvoir et non son exercice : l'exercice de la monarchie absolue française est délimitée par les Lois fondamentales du royaume de France et les lois et coutumes des différentes provinces et corps de l'État de la France d'Ancien Régime que le roi s'engage à respecter lors de son sacre.

La monarchie constitutionnelle

Article détaillé : Monarchie constitutionnelle.

La monarchie constitutionnelle est un système dans lequel les prérogatives du roi sont définies et limitées par une constitution, celle-ci pouvant être écrite ou — comme au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande — essentiellement coutumière.

La monarchie parlementaire

Article détaillé : Monarchie parlementaire.

La monarchie parlementaire est un système dans lequel le roi, indépendant des partis, exerce une autorité morale, magistrature suprême d'influence et d'arbitrage dans la vie politique, le gouvernement, étant seul responsable devant le parlement.

La monarchie parlementaire, dès lors qu'elle est dotée d'une constitution, est par définition une monarchie constitutionnelle, comme c'est le cas en Espagne, en Belgique, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège, en Suède, au Luxembourg, à Monaco, au Japon, Cambodge, Maroc ou comme ce fut le cas en France de 1791 à 1792 puis de 1814 à 1848, sous la première et la seconde Restauration et la monarchie de Juillet.

Au Royaume-Uni, la monarchie parlementaire est également une monarchie constitutionnelle, le rôle du monarque étant défini et circonscrit par la Constitution du Royaume-Uni,. Celle-ci n'est pas codifiée en un seul texte, mais consiste en un ensemble de lois fondamentales et de droits et principes coutumiers, ces derniers étant des conventions constitutionnelles. Il en va de même en Nouvelle-Zélande : La Constitution de la Nouvelle-Zélande est de même nature, et conscrit le rôle du monarque de Nouvelle-Zélande, faisant du pays une monarchie à la fois parlementaire et constitutionnelle,.

Courants monarchistes en France

Article détaillé : Monarchisme en France.

Il existe depuis la Révolution Française différente courants monarchistes en France :

Le légitimisme

Article détaillé : Légitimisme.

Le légitimisme est favorable au rétablissement de la royauté dans la personne de l’aîné des Capétiens, chef de la maison de Bourbon, et issu de la descendance de Philippe d’Anjou.

L'orléanisme

Article détaillé : Orléanisme.

L'orléanisme est favorable au rétablissement de la royauté dans la personne de l’aîné de la maison d'Orléans, issue de la descendance de Philippe d’Orléans. Il se divise en deux branches historiques :

Le bonapartisme

Article détaillé : Bonapartisme.

Le bonapartisme est favorable au rétablissement d’un régime impérial en France à la tête duquel serait placé un membre de la famille de Napoléon Bonaparte.

Références

  1. Expression française pour parler du Roi de France
  2. (en) "Constitutional monarchy", Encyclopædia Britannica
  3. (en) "The Independent guide to the UK constitution: The monarchy", The Independent, 12 juin 2015
  4. (en) "New Zealand Legal Research", École de Droit de l'université Harvard
  5. (en) "What is New Zealand’s system of government?", Commission électorale de Nouvelle-Zélande

Voir aussi

Travaux universitaires

Articles connexes

Liens externes