Paix de Passau

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2020).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références »

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?

Paix de Passau Données clés
Données clés
Signé 2 août 1552
Passau, Allemagne
Parties
Signataires Charles Quint (Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique)

La paix de Passau est un traité signé par l'empereur Charles Quint le 2 août 1552, après une courte guerre contre les princes luthériens de la ligue de Smalkalde, garantissant la liberté de culte aux protestants.

Contexte

Prélude

En 1550, le pape Jules III est prié par l'empereur Charles Quint de rouvrir les sessions du concile de Trente, interrompu par la mort de Paul III en 1549 : du 1er janvier 1551 au 28 avril 1552 ont donc lieu les sessions 9 à 16.

Le 15 janvier 1552, les princes allemands de la ligue de Smalkalde, avec à leur tête l'électeur Maurice de Saxe, s'allient avec le roi de France Henri II par le traité de Chambord ; en échange de l'aide française, les signataires acceptent l'annexion par la France des Trois-Évêchés (Metz, Toul, Verdun).

La deuxième guerre de Smalkalde et le traité de Passau

À la demande de l'empereur, cette délégation de protestants est invitée à prendre part au concile.

Mais au lieu de discuter, Maurice de Saxe attaque les armées de l'empereur (deuxième guerre de Smalkalde) qui manque être capturé à Innsbruck et est obligé de se replier à Villach. Son frère Ferdinand entame alors des négociations avec les rebelles.

Charles Quint accepte finalement de signer le 2 août 1552 la paix de Passau, traité par lequel il permet aux protestants de pratiquer leur religion.

Suites

Malgré cela, les troubles durent jusqu'à la mort de Maurice de Saxe en 1553.

Un peu plus tard, le 3 octobre 1555, est signée la paix d'Augsbourg qui reconnait le protestantisme dans l'Empire selon la règle cujus regio, ejus religio (la religion du prince est la religion du pays).

Notes et références

  1. Thomas Nicklas, « Les idées de paix en 1555 et les motifs d’un compromis indispensable », dans De la guerre juste à la paix juste : Aspects confessionnels de la construction de la paix dans l’espace franco-allemand (xvie-xxe siècle), Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », 7 mai 2019 (ISBN 978-2-7574-2119-2, lire en ligne), p. 49–64
  2. (en) Theo Hoyer, « The Rise and Fall of the Schmalkaldic League: The Treaty of Passau », Concordia Theological Monthly, vol. XXIII, no 6,‎ juin 1952 (lire en ligne)

Articles connexes