Régiment de Piémont

Régiment de Piémont
Image illustrative de l’article Régiment de Piémont
Uniforme et drapeau du régiment de Piémont en 1563 publication de 1772.
Création 1569
Dissolution 1791
Pays Drapeau du royaume de France Royaume de France
Branche Infanterie
Rôle infanterie de ligne
Ancienne dénomination Régiment de Brissac
Guerres Rébellions huguenotes
Batailles Bataille des Ponts-de-Cé
Siège de Saint-Jean-d'Angély
Siège de Montauban

Le régiment de Piémont est un régiment d'infanterie du royaume de France, créé en 1569 sous le nom de régiment de Brissac, est l'une des plus anciennes unités militaires, l'un des cinq Vieux, devenue à partir de la Révolution le 3e régiment d'infanterie de ligne.

Création et différentes dénominations

Après le traité de Cateau-Cambrésis en 1559, les « bandes noires » d'infanterie française et italienne en Italie du Nord, ainsi nommées d'après la couleur de leur drapeau, sont évacuées vers la France sauf des petites garnisons maintenues à Turin, Chieri, Pignerol, Chivasso et Villanova d'Asti.

Selon l'ordonnance de Louis XIV de 1666, il roule avec le régiment de Champagne et le régiment de Navarre.

Article détaillé : 3e régiment d'infanterie de ligne.

Colonels et mestres de camp

Campagnes et batailles

Le 24 juillet 1641 il est renforcé par le régiment de Beauce (1635-1641)

En 1697 à la fin de la guerre de la Ligue d'Augsbourg, la brigade de Piémont (composée du régiment de Piémont et du régiment de Foix) est sous les ordres du maréchal Boufflers.

Plan de la bataille de Rosbach, le 5 novembre 1757.

Le 1er mars 1705, ses grenadiers soutiennent ceux du régiment de Périgord à l'attaque du fort de l'Isle, dont la prise amène enfin la capitulation de Verrue.

Piémont est à Strasbourg en 1740, année du commencement de la guerre de Succession d'Autriche. En septembre 1741, il part pour joindre, sous Lauterbourg, la division du comte de Gassion destinée à l’armée de Bohême.

Le 5 novembre 1757, le régiment de Piémont est à la bataille de Rosbach, en 1re ligne à la droite de l’infanterie. Flanqué à droite par la cavalerie autrichienne, celle-ci prit la fuite dès les premières charges des escadrons de Prusse, laissant Piémont à découvert. Son 1er bataillon formait une colonne pleine de 12 hommes de front ; les 3 autres étaient en colonne par pelotons. Sa compagnie de grenadiers, qui était en tête, fut détruite dès les premières salves de l’artillerie ennemie, qui tirait à cartouches à balles. Piémont, laissé sans ordre, se mit en bataille pour marcher à l’ennemi, et fut soumis ainsi à un plus grand feu. Piémont et toute l’infanterie de la 1re ligne céda, et la bataille fut perdue par une complète déroute. Bien que le colonel comte d’Esparbès avec les officiers restants firent tout leur possible pour retarder la poursuite des Prussiens, cette bataille coûta au régiment plus de 1 000 hommes, 22 officiers tués et 64 blessés.

Après s’être refait, Piémont est employé dès 1758, à la bataille de Sandershausen, à la conquête de Cassel et de la Hesse, et à la bataille de Lützelberg. Le régiment passe l’hiver à Hanau, d’où il détache 100 hommes pour la garde du château de Marburg.

La campagne de 1759 s’ouvre le 13 avril par la bataille de Bergen et Piémont y est posté à droite. 2 de ses bataillons avec 1 de Royal-Roussillon traversent le village de Bergen pour marcher à l’ennemi, sont assaillis au débouché du village par une troupe qui les fusille à 50 pas. Les premières décharges font tomber beaucoup d’officiers et de soldats : les autres s’élancent avec impétuosité, baïonnette au bout du fusil, forçant l’ennemi à abandonner le terrain. Délogé par des troupes fraîches, qui les soumettent à un feu terrible d’artillerie et de mousqueterie, les bataillons se jettent dans un chemin élevé, bordé de vignes. Au moment où l’ennemi modifie sa marche pour les y aller forcer, les 4 compagnies de grenadiers de Piémont débouchent sur son flanc et le mettent en désordre. Les 2 bataillons chargent à leur tour et s’emparent de tout le canon. Comme une troisième colonne vient encore disputer à Piémont le terrain acquis, les 2 bataillons engagés et attaqués par des forces supérieures se replient derrière les 2 autres bataillons qui n’avaient pas encore donné. Le colonel d’Esparbès les porte tous les quatre en avant des vergers de Bergen, ce qui contraint le prince Ferdinand à replier ses troupes.

En mai 1762, Piémont est envoyé au camp de Rées et participe à l'affaire du 25 août puis au combat du Johannisberg ou il soutient le régiment de Béarn alors en difficulté. La guerre de Sept Ans s'acheva sur cette victoire et le régiment pris ses quartiers à Wesel ou il passa l'hiver.
Lors de la réorganisation des corps d'infanterie français de décembre 1762, le régiment conserve ses quatre bataillons.
L'ordonnance arrête également l'habillement et l'équipement du régiment comme suit :
Habit, veste, parements, revers et collet de drap blanc piqué de bleu, culotte de tricot de même couleur; parements, revers et collets de pannes noires, pattes en travers, à demi écusson, garnies de cinq boutons, dont un à chacun des 4 angles et un à la pointe du milieu de l'écusson, trois sur la manche et un en dedans du parement, cinq au revers et quatre en dessous : boutons jaunes, collés et mastiqués de buis, forme plate, avec le no 4. Chapeau bordé d'or.

Lors de la réorganisation des corps d'infanterie français du 26 avril 1775 Piémont conserve ses 4 bataillons.

Aussitôt son dédoublement en 1776, Piémont part pour Toulon, où il arrive en mai 1776, et où il s’embarque pour passer en Corse. Il tient garnison à Saint-Florent de juillet 1776 à juillet 1779, revient sur le continent, séjourne à Toulon jusqu’en 1783, et cette année, après une courte halte à Uzès, il se met en route pour Metz, où il entre le 16 juin.

Le 3e régiment d’infanterie de ligne fait les campagnes de 1792 à 1793 à l’armée du Rhin. Son colonel, Jean-Louis de Blou de Chadenac, est tué au siège de Mayence en 1793.

Composition

Par l'Ordonnance du 1er novembre 1733 revue par l'Ordonnance du 10 février 1734, la composition du régiment est la suivante :

D'après l'Ordonnance du Roi du 8 janvier 1737, le régiment était composé de 159 officiers en pied et de 4 bataillons, soient 2 040 soldats. D'après une ordonnance de 1746, le régiment de Piémont est porté à 5 bataillons.

D'après l'ordonnance du 20 décembre 1748, le régiment de Piémont est réduit à 4 bataillons : « les sergents et fusiliers des 16 compagnies à réformer seront distribués et incorporés dans les 64 compagnies de fusiliers qui seront conservées par l'ancienneté des capitaines qui les commandent, après avoir completé la compagnie de grenadiers du cinquième bataillon ».

Équipement

Drapeaux

Habillement

Personnalités

Notes et références

Notes

Références

  1. Louis Susane, Histoire de l'ancienne infanterie française, vol. 2, Paris, 1850, p. 328-329.
  2. Louis Susane, Histoire de l'ancienne infanterie française, vol. 2, Paris, 1850, p. 329.
  3. Lemau de La Jaisse, « Abrégé de la carte générale du militaire de France » 1734, p. 103.
  4. Mort à la défense de Poitiers en 1569
  5. Famille de Cochefilet
  6. Lemau de La Jaisse, « Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer », p. 50.
  7. Louis Susane, Histoire de l'ancienne infanterie française, vol. 2, Paris, 1850, p. 329-342.
  8. Louis Susane, Histoire de l'ancienne infanterie française, vol. 2, Paris, 1850, p. 342.
  9. Louis Susane, Histoire de l'ancienne infanterie française, vol. 2, Paris, 1850, p. 343.
  10. Plan de Verrue, attaquée par l'armée du roy commandée par Mgr le duc de Vendosme
  11. Renseignements à chercher
  12. Ordonnance du roi, concernant l'infanterie françoise : du 10 décembre 1762
  13. Historique du 3e Régiment d'Infanterie ex-Piémont, 1569-1891, 1894, p. 149-161.
  14. Lemau de La Jaisse, « Abrégé de la carte générale du militaire de France », p. 104.
  15. Lemau de La Jaisse, « Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer », p. 48.
  16. Lemau de La Jaisse, « Abrégé de la carte générale du militaire de France » 1734, p. 104.
  17. Albert Tournier (préf. Jules Claretie), Vadier, président du Comité de sûreté générale sous la Terreur d'après des documents inédits, Paris, Ernest Flammarion, 1896 (lire en ligne), p. 41.

Annexes

Sources et bibliographie

Articles connexes

Lien externe