Rita Roos

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

Rita Roos
Illustration.
Fonctions
Conseillère d'État saint-galloise
1er juin 199631 mai 2000
Président 1998-1999
Département Économie
Députée au Conseil cantonal de Saint-Gall
19881996
Biographie
Nom de naissance Rita Niedermann
Date de naissance 29 juin 1951
Lieu de naissance Lichtensteig (SG)
Nationalité suisse
Parti politique Parti démocrate-chrétien
Diplômée de Université de Fribourg
Profession Avocate

Rita Roos, née le 29 juin 1951 à Lichtensteig, est une personnalité politique suisse, membre du Parti démocrate-chrétien.

Elle est, aux côtés de Kathrin Hilber, la première femme élue au Conseil d'État du canton de Saint-Gall en 1996 et la première à présider le gouvernement en 1998.

Biographie

Origines et famille

Rita Roos naît Rita Niedermann le 29 juin 1951 à Lichtensteig, dans le canton de Saint-Gall. Elle est la troisième d'une fratrie de quatre enfants, tous des filles. Son père, Fritz Niedermann, est agent d'assurance ; sa mère se prénomme Idda.

Elle grandit à Lichtensteig et y habite à nouveau depuis 1995.

Elle est mariée depuis 1984 à Markus Roos, d'origine lucernoise, et sans enfant.

Études et parcours professionnel

Après sa maturité gymnasiale passée en internat au Collège Sainte-Croix à Fribourg, elle obtient en 1975 une licence en droit de l'Université de Fribourg. Elle est l'assistante du professeur Luzius Wildhaber de 1976 à 1978 aux universités de Fribourg et de Bâle.

Une fois son brevet d'avocat du canton de Lucerne en poche, elle travaille comme juriste pour l'administration des impôts du canton de Lucerne de 1981 à 1984, puis ouvre son propre cabinet d'avocat en 1985 à Lichtensteig, qu'elle tient d'abord seule puis avec son époux. Elle est spécialisée en droit de la famille, en droit successoral et en droit foncier.

Après son retrait du gouvernement saint-gallois, elle séjourne deux ans aux États-Unis, où elle obtient en 2002 un Master of Laws de l'université de San Diego puis un diplôme en gestion d'entreprise. À son retour, après avoir repris sa pratique d'avocate, elle devient directrice pendant 12 ans de l'association Pro Infirmis, jusqu'en 2016,.

Parcours politique

Approchée en 1988 par le président de la section locale du Parti démocrate-chrétien (PDC) pour être candidate au Conseil cantonal de Saint-Gall, elle accepte à condition de figurer en tête de liste après les sortants. Elle est élue et y siège de 1988 à 1996.

Elle est élue en mars 1996 au Conseil d'État du canton de Saint-Gall, en troisième place des sept élus. Elle est la première femme, aux côtés de Kathrin Hilber, à y siéger, de 1996 à 2000 à la tête du département de l'économie qu'elle restructure totalement, notamment en licenciant le secrétaire général (frère de l'ancien secrétaire général du PDC Iwan Rickenbacher (de)). Elle est la première à présider le gouvernement en 1998-1999,,.

Elle est candidate en 1999 au Conseil fédéral. Favorite, elle se voit cependant préférer Ruth Metzler le 11 mars 1999 au quatrième tour de scrutin par 126 voix contre 118 après avoir manqué son élection d'une voix au tour précédent,,. Dans une analyse comparant son échec à celui d'Eva Herzog face à Elisabeth Baume-Schneider en 2022, la Neue Zürcher Zeitung relève que si ses compétences et son expérience étaient reconnues, elle était perçue comme « revêche » (spröde).

L'année suivante, au terme d'une campagne où elle fait l'objet de nombreuses attaques et critiques notamment dans le Sankt Galler Tagblatt,,, elle arrive dernière des dix candidats au gouvernement saint-gallois au premier tour et se retire pour le second.

Positionnement politique

Elle se revendique de l'aile sociale de son parti, mais se voit reprocher par la gauche un virage à droite après son accession au gouvernement.

Notes et références

Notes

  1. L'une de ses sœurs est paraplégique depuis l'âge de 20 ans.
  2. Elle est élue dès sa deuxième année au gouvernement, alors que la tradition voulait qu'on ne puisse accéder à la fonction qu'une fois qu'on a siégé sous la présidence de tous ceux présents depuis plus longtemps au sein du collège.
  3. Un bulletin sur lequel est écrit Roth au lieu de Roos est annulé.
  4. Elle se voit notamment reprocher le coûteux licenciement de deux cadres dans son département, une facture personnelle payée par l'État et la décoration coûteuse de son bureau.

Références

  1. (de) Agence télégraphique suisse, « Bundesratswahl: Das CVP-Karussell ist besetzt », Basler Zeitung,‎ 15 février 1999, p. 5
  2. (de) Monique Ryser, « Ein klarer Fall - meine Rita ist die Beste! », Schweizer Illustrierte,‎ 8 février 1999, p. 14
  3. (de) « Die Kulinarikvernetzerin », sur commune de Lichtensteig, 11 novembre 2021 (consulté le 17 avril 2024)
  4. (de) Damen-Wahl , dans Rundschau (1er avril 1998, 46 minutes) Schweizer Radio und Fernsehen. Consulté le 17 avril 2024. La scène se produit à 7:08.
  5. (de) « Fast-Bundesrätin Rita Roos trifft auf Unternehmer Dieter Bachmann », sur Schweizer Radio und Fernsehen, 4 août 2019 (consulté le 12 mai 2022)
  6. Michel Guillaume, « Rita Roos, la Madone tombée du ciel », L'Hebdo, no 3,‎ 21 janvier 1999, p. 12 et 13 (lire en ligne)
  7. Willy Boder, « L'Uni de Fribourg a été un nid de conseillers fédéraux. Le restera-t-elle ? », Le Temps,‎ 11 mars 1999 (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 17 avril 2024)
  8. Georges Plomb, « Rita Roos, vedette du PDC, fascinée et effrayée », L'Impartial,‎ 18 janvier 1999, p. 13 (lire en ligne)
  9. Anne-Marie Ley, « Quatre nouvelles conseillères d'État », Femmes suisses et le Mouvement féministe, vol. 84,‎ avril 1996, p. 9 (lire en ligne)
  10. (de) Esther Girsberger (de), Abgewählt. Frauen an der Macht leben gefährlich, Zurich, Xanthippe (de), 2004, 229 p. (ISBN 3952286826), p. 124
  11. « Roos-Niedermann, Rita », sur Base de données des élites suisses (consulté le 17 avril 2024)
  12. (de) Regula Weik, « Sommerserie: Was tun Sie heute? Der Politik trauert sie nicht nach », St. Galler Tagblatt, 29 juillet 2016 (consulté le 17 avril 2024)
  13. (de) Katharina Meier, Marina Widmer (dir.) et Heidi Witzig (de) (dir.), Blütenweiss bis rabenschwarz : St. Galler Frauen - 200 Porträts, Zurich, Éditions Limmat (de), 2003, 478 p. (ISBN 3857914440), « Sie gehörte nicht zum Filz », p. 314
  14. (de) Beat Bühlmann et Hannes Nussbaumer, « Behinderte nicht ausschliessen », Sankt Galler Tagblatt,‎ 3 décembre 2003
  15. « Gouvernement st-gallois : Rita Roos jette l’éponge », sur Swissinfo, 13 mars 2000 (consulté le 17 avril 2024)
  16. (de) stb, « Rita Roos - erste Frau im St. Galler Landammannamt », Neue Zürcher Zeitung, no 102,‎ 5 mai 1998, p. 14 (lire en ligne)
  17. David Aragai (trad. Laurence Margairaz), « Ruth Metzler-Arnold » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 3 mars 2022.
  18. « Élections des successeurs de Flavio Cotti et Arnold Koller », sur Assemblée fédérale suisse (consulté le 17 avril 2024)
  19. (de) Katharina Fontana, « Die Geschichte der «Damenwahl» wiederholt sich », Neue Zürcher Zeitung,‎ 7 décembre 2022 (ISSN 0376-6829, lire en ligne Accès limité, consulté le 18 avril 2024)
  20. Agence télégraphique suisse, « Rita Roos doit faire face à de nouveaux reproches », Le Temps,‎ 6 octobre 1999
  21. Agence télégraphique suisse, « Désignée à la quasi-unanimité, Rita Roos est mise sur orbite », 24 heures,‎ 15 février 1999, p. 8 (lire en ligne)

Liens externes