Ru (hydrologie)

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer Le ru du pain perdu à Antey-Saint-André.

Un ru (n.m. pluriel rus, également rial, rieu, rio, riots, rui, rau, rupt et plus rarement rû) est la dénomination hydrologique ancienne voire régionale de petits ruisseaux aménagés par l'homme plus communément qualifiés de canal. Au figuré, il symbolise la modestie rius d'umilité. Le mot ressurgit dans les toponymes.

Étymologie

Le mot vient du latin « rivus », terme indiquant un ruisseau, un petit cours d'eau, ruisselet, qui a engendré d'autres termes en latin médiéval, comme « raza » (= fossé, canal), « rubina » (= canal de dérivation)

Dénomination

Ils portent généralement la dénomination plus commune de canaux, notamment dans le Briançonnais ou encore dans le Piémont, mais également des appellations régionales, comme celle de Waale dans le Haut-Adige, de bisses dans le Valais et de Flurbewässerung dans les Grisons.

En France, on trouve l'emploi du terme ru pour désigner un affluent normand de la Seine : le ravine du Hazey ou ru du Canal. De nombreux rus sont par ailleurs décrits en région Île-de-France, comme le ru de Gally ou le ru de la Ménagerie.

Répartition en Vallée d'Aoste

En Vallée d'Aoste, les rus ont historiquement alimenté l'économie au sens propre comme au sens figuré. Ils ont été construits entre le XIIIe et le XVe siècle ayant pour fonction d'amener l'eau des ruisseaux de montagne aux terrains non autrement irrigables, et par conséquent incultivables. À ce titre, leur entretien était assuré par la corvée, contrôlée par un gardien des eaux, ou revé en patois valdôtain. Certains de ces ouvrages sont toujours en fonction de nos jours. Ceux qui ont été abandonnés sont dénommés rus morts, ou encore rus du pain perdu.

Le ru Courtaud à Ayas. • Principaux rus de la Vallée d'Aoste • Principaux rus abandonnés de la Vallée d'Aoste

Dans le bas Valtournenche, deux sont encore visibles : le premier, sur la droite orographique, pour irriguer les replats de Verrayes, le second, sur la gauche, traverse la colline de Châtillon.

Répartition en France

Signalétique usuelle des cours d'eau en France.

Les systèmes hydrologiques de cours d'eau français comportent plusieurs rus, parmi lesquels:

• pour la Seine • pour la Bièvre • pour le Loing • pour la Marne • pour l'Oise

Références

  1. Voir ru sur Wiktionary
  2. Si l'utilisation de la graphie rû est indéniable (cf. Historique de la Vallée d'Aoste par Jean-Baptiste de Tillier - voir le texte revu et annoté par Sylvain Lucat, Éditeur scientifique, 1887, p. 38), ni les raisons de l'apparition (XVIe siècle), ni celles de la disparition (au XIXe siècle, cf. Georges Carrel, La vallée de Valtornenche en 1867 (1868), ou encore la Pétition de la ville d'Aoste à la Chambre des Députés sur la péréquation de l'impôt foncier (1864)) de l'accent circonflexe n'ont été documentées du point de vue académique / scientifique.
  3. La forme riu est la mention écrite la plus ancienne de France : vers 1165 par Chrétien de Troyes, in Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 1765; A la même époque, vers 1180-90 ru par Alexandre de Paris, in Alexandre, I, 2395, Elliott Monographs, 37, p. 54); xiiies.
  4. cf https://www.cnrtl.fr/definition/ru .
  5. Michel Prodel, Contribution à la toponymie de la Corrèze, 2020 - Les différentes appellations des petits cours d'eau dans la toponymie corrézienne.

Bibliographie

Liens externes