Siège de Collioure (1642)

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer Siège de Collioure Description de cette image, également commentée ci-après La ville et le château de Collioure Informations générales
Date Mars-avril 1642
Lieu Collioure, Principauté de Catalogne
Issue Victoire des français
Belligérants
Drapeau du royaume de France Royaume de France Drapeau de l'Espagne Monarchie espagnole
Commandants
Charles de La Porte
Abraham Fabert
Forces en présence
10 000
Pertes
3 000 morts et blessés
3 000 prisonniers

Guerre de Trente Ans
Guerre des faucheurs

Batailles

Guerre de Trente Ans   Données clés
Coordonnées 42° 31′ 36″ nord, 3° 04′ 53″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France) Siège de CollioureSiège de Collioure
Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon
(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon) Siège de CollioureSiège de Collioure
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
(Voir situation sur carte : Pyrénées-Orientales) Siège de CollioureSiège de Collioure

Le siège de Collioure est un des épisodes de la guerre des faucheurs, durant la guerre de Trente Ans qui s'est déroulé en mars-avril 1642 et qui s'est soldé par une victoire française.

Préambule

Peu de temps après la révolte provoquée par le Corpus de Sang, l'armée de Philippe IV d'Espagne occupa Tortose et Tarragone, le 17 janvier 1641, face à la pénétration alarmante de l'armée castillane, dirigée par Pau Claris de la Généralité de Catalogne, proclame la République catalane en acceptant une alliance politique et militaire avec la France, plaçant la Catalogne sous l'obéissance de Louis XIII. Quelques jours plus tard, avec l'aide de l'armée française, la Generalitat obtient une importante victoire militaire à la bataille de Montjuïc le 26 janvier 1641, et les troupes castillanes se replient sur Tarragone.

Le 4 mai 1641, les troupes françaises d'Henri d'Escoubleau de Sourdis se présentent devant Tarragone et commencent le blocus de la ville avec l'infanterie de Philippe de La Mothe-Houdancourt. Pendant les mois de mai et juin, il y plusieurs combats autour de Tarragone. Le 9 mai, les Français prennent le fort de Salou et le 13 mai ils gagnent la bataille de Constantí. Après avoir été vaincus du lors de la première bataille navale de Tarragone, les Espagnols construisent une nouvelle troupe commandée par García Álvarez de Tolède y Mendoza qui parvient à ravitailler la ville, permettant à une colonne castillane de 4 500 hommes de quitter Tarragone le 23 mars 1642 pour secourir Perpignan, isolée au nord.

Le siège

Louis XIII entreprit, en 1642, de reprendre aux Espagnols Collioure, dans le Roussillon. Le maréchal de La Meilleraie, renommé pour ses talents dans les sièges, fut chargé de conduire l'entreprise. Sous ses ordres était Abraham Fabert, plébéien, devenu officier général par sa valeur héroïque, son sens droit et étendu et son coup-d'oeil. Il commandait alors le 1er bataillon des Gardes françaises.

Le 18 mars, sous les ordres d'Abraham de Fabert, les Gardes françaises ouvrent la tranchée devant Collioure, et du château royal de Collioure, du côté de la redoute Sainte-Thérèse. Participent également à ce siège les Gardes suisses, le régiment de Champagne, le régiment d'Essiat mais aussi d'Artagnan avec les mousquetaires du Roi, les gendarmes et la cavalerie légère du roi qui inspectent les collines qui dominent la ville tandis que la flotte française bloque le port. Il y a aussi les régiments de cavalerie d'Enghien, de Conti, de Roquelaure, d'Espenan, de Cinq-Mars, de Béarn et de Melleraye. Ils disposent également de 46 canons et de 8 mortiers pour attaquer la place.

Le 24 mars, 3 000 espagnols retranchés sur une colline et couverts par un ruisseau défendaient cette position d'où il fallait les chasser pour faire l'approche totale de la place. L'entreprise était hasardeuse et difficile. Fabert s'avance avec le 1er bataillon des Gardes françaises et les autres le suivirent. Après avoir rejoint les Espagnols, les troupes françaises les attaquent, les culbutent et les poursuivent l'épée dans les reins jusqu'aux portes de Collioure, défendu par le marquis de Mortara. Ils emportent ensuite le fort d'Argillers et la redoute Sainte-Thérèse.

Les défenseurs étaient privés d'eau par la destruction du puits, avec 3 000 victimes entre morts et blessés et sans possibilité de recevoir des renforts, car les troupes de Pedro Antonio Fernandez de Cordoue qui allaient à leur secours avaient été défaites à la bataille de Montmelóbataille de Montmeló.

Le 1er avril, les troupes françaises entrent de vive force dans la ville.

Conséquence

Le marquis de Mortara accepta de se rendre à condition de quitter la place avec 2 canons. Il obtint également le passage de ses blessés et malades (environ 400 personnes) à Tarragone. Le reste des troupes se dirigea vers l'Espagne via la France puis vers Pampelune, par le chemin le plus court.

Les places fortes de Perpignan et de Salses, étant totalement isolées, elles capitulent tour à tour et ces prises terminèrent la campagne en Catalogne.

Notes et références