Spotted Lake

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

Cet article est une ébauche concernant un lac et la Colombie-Britannique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Spotted Lake
Image illustrative de l’article Spotted Lake
Spotted Lake avec un bas niveau d'eau.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de la Colombie-Britannique Colombie-Britannique
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 41″ N, 119° 34′ 01″ O
Type Endoréique, salé, alcalin
Longueur 700 m
Largeur 250 m
Altitude 573 m
Hydrographie
Émissaire(s) Aucun (évaporation)
Géolocalisation sur la carte : Colombie-Britannique
(Voir situation sur carte : Colombie-Britannique) Spotted LakeSpotted Lake
Géolocalisation sur la carte : Canada
(Voir situation sur carte : Canada) Spotted LakeSpotted Lake

Le Spotted Lake (en français : « lac tacheté ») est un lac endoréique et salé situé près d'Osoyoos, en Colombie-Britannique, au Canada.

Histoire

Porte d'entrée de Spotted Lake.

Connu à l'origine par les Premières Nations de la vallée de l'Okanagan sous le nom de Ktlil'k ou Chliluk, Spotted Lake a été pendant des siècles — et est encore aujourd'hui — un site sacré dont on pense qu'il fournit des eaux thérapeutiques. Malgré cela, jusqu'à une tonne de minéraux présents dans l'eau du lac, décrits ci-dessous, ont été extraits puis expédiés dans des usines de l'est du Canada pour la fabrication d'explosifs lors de la Première Guerre mondiale,.

Bien que sacré pour les autochtones, le lac ne faisait pas partie de leurs réserves ; il se trouvait sur le ranch appartenant à la famille Ernest Smith d'Osoyoos pendant environ 40 ans. En 1979, Smith a tenté d'y construire un établissement thermal. Les Premières Nations — soutenus par plusieurs personnalités politiques, notamment les ministres Bill Vander Zalm et John Monroe — se sont opposés à cette proposition en raison du caractère sacré du lac et ont essayé d'acheter le site, en vain. Près de 20 ans plus tard, en novembre 2000, les descendants de Smith ont lancé un appel d'offres public pour extraire au moins 10 000 tonnes de boue du lac à des fins thermales. Un accord fut conclu fin octobre 2001 lorsqu'il a été annoncé que le gouvernement fédéral et les autochtones locaux ont acheté 22 hectares de terres autour du lac. Le ministère des Affaires indiennes a participé à hauteur de 705 000 $ et l'alliance autochtone Okanagan Nation Alliance a payé le reste, pour un coût total de 720 000 $.

De nos jours, un bâtiment en bois en ruine datant peut-être des années 1950 ou 1960 se trouve au bord du lac, sur lequel un panneau « Information - Cadeaux - Souvenirs » est apposé. Un panneau routier indique aux visiteurs que le lac est une zone sensible sur les plans culturel et écologique, ainsi qu'un lac de médecine traditionnelle pour le peuple Syilx de l'Okanagan. Le lac peut être observé de la clôture qui a été érigée pour protéger l'accès du public.

Composition

Spotted Lake.

Le lac est richement concentré en divers minéraux. Il contient des dépôts denses de sulfate de magnésium, de calcium et de sodium. Il contient également de fortes concentrations de huit autres minéraux et de faibles quantités d'argent et de titane.

La plupart de l'eau du lac s'évapore au cours de l'été, révélant des dépôts minéraux colorés. De grandes « taches » apparaissent sur le lac et sont colorées en fonction de la composition minérale et de la quantité saisonnière de précipitations. Le sulfate de magnésium, qui se cristallise en été, est l'un des principaux responsables de la couleur des taches. En été, les minéraux restant dans le lac durcissent pour former des « passerelles » naturelles autour et entre les taches.

Notes et références

  1. (en) BC Geographical Names, « Spotted Lake », sur apps.gov.bc.ca (consulté le 14 juillet 2023)
  2. (en) « Spotted Lake », sur gov.bc.ca (consulté le 21 septembre 2022).
  3. (en) Murray A. Roed, Robert J. Fulton, Diana Allen et Okanagan Geology Committee, Okanagan Geology South : Geologic Highlights of the South Okanagan Valley, British Columbia, Okanagan Geology Committee, 2011, 237 p. (ISBN 9780969979531).
  4. (en) Michael Kluckner, Vanishing British Columbia, 2005, 224 p. (ISBN 0-7748-1125-0, lire en ligne).

Voir aussi

Liens externes

Articles connexes