Talweg

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

Cet article est une ébauche concernant un terme géographique et l’hydrographie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un talweg, ou thalweg (/tal.vɛɡ/), est la ligne formée par les points ayant la plus basse altitude, soit dans une vallée, soit dans le lit d'un cours d'eau.

Étymologie

Talweg (/ˈtaːlveːk/) est un terme allemand, formé des deux substantifs Tal, signifiant « vallée », et Weg, signifiant « chemin » : il signifie littéralement « chemin de vallée ». En français, on dirait plutôt ligne de collecte des eaux. Les talwegs sont en grande majorité modelés par l'érosion fluviale et fréquemment occupés par le réseau hydrographique.

Le talweg s'oppose à la ligne de crête, ligne de faîte ou ligne de partage des eaux.

L'espace compris entre deux talwegs est appelé interfluve.

Emploi dérivé

Par analogie entre isobares et courbes de niveau, talweg désigne en météorologie un creux barométrique.

Sens courant

Vallon, ligne de collecte des eaux, les talwegs sont le plus souvent désigné comme tel lorsqu'il se situent dans un terrain non rocheux. On parle de talwegs pour designer ce creusement, cette ligne d’écoulement dans de la terre, dans de l'argile, mais pas couramment dans de la roche où on utilisera les dénomination de gorge (géographie) ou de canyon.

Emploi imagé

Notes et références

Notes

  1. Mot de la même famille que l'anglais (en) dale
  2. Mot de la même famille que l'anglais (en) way

Références

  1. Max Derruau, Les formes du relief terrestre. Notions de géomorphologie, Paris, Armand Colin, 1969, 2001, 8e édition (ISBN 2-200-21014-0), page 5.
  2. Prononciation en allemand standard retranscrite selon la norme API.
  3. Florian Mallet, Spatialisation et modélisation de l'état hydrique des sols pour l'étude des processus de formation des écoulements en contexte torrentiel : application au bassin versant marneux du Laval (ORE Draix-Bléone, Alpes-De-Haute-Provence, France) (Thèse de doctorat en Hydrogéologie), Avignon, Université d'Avignon et des pays de Vaucluse, 2018, 248 p. (lire en ligne)

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Lien externe