Terre d'Israël

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.

Cet article ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (février 2023).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article ainsi que son intérêt encyclopédique, il est nécessaire, quand des sources primaires sont citées, de les associer à des analyses faites par des sources secondaires.

La terre d'Israël approximative, lors de l'époque biblique Carte du royaume d’Israël et de Juda en -926 Eretz Israel Carte illustrant la Haggada d’Amsterdam (1695).

La Terre d’Israël (en hébreu : ארץ ישראל, Eretz Yisrael) est une étendue géographique comprenant les anciens royaumes d’Israël et de Juda, berceau du peuple juif.

Dans la Bible, « Terre d'Israël » désigne :

Ce terme a été utilisé tant par les juifs que les chrétiens au cours de l’histoire (pour l’étymologie de ce nom, voir Israël (Bible)). Cette Eretz Israel est également appelée Terre promise par les Juifs en référence à la première promesse qu’a faite Dieu à Abraham, Isaac et Jacob de donner ce pays à eux et en héritage à leur descendance dans la Genèse : « Et je t'ai donné à toi et à ta postérité la terre de tes pérégrinations, toute la terre de Canaan. »

Le nom de Terre sainte est utilisé par les chrétiens en référence à la vie de Jésus.

À la suite de plusieurs exils, la nation juive est dispersée à travers le monde antique et plus tard à travers le monde. Un lien spirituel fort invoqué dans la Déclaration d’indépendance de l’État d’Israël la rattache néanmoins à cette terre.

Appellations historiques

La terre d’Israël dans les sources juives

La Bible mêle au long de ses 24 Livres injonctions et récits relatifs à la terre d’Israël, ainsi que de multiples définitions territoriales d’Eretz Israël. La première accompagne la promesse de Dieu faite à Abraham, dans la Genèse : « C’est à ta descendance que je donne ce pays, du fleuve d’Égypte au grand fleuve, le fleuve Euphrate ». Ailleurs, la Bible est moins précise : « J’établirai ton territoire de la mer des Joncs à la mer des Philistins, et du désert au fleuve ». Les contours de la Terre donnée sont donc partagés entre une version maximale et une version minimale.

La terre d'Israël est décrite comme la « Terre de lait et de miel » (hébreu : אֶרֶץ זָבַת חָלָב וּדְבָשׁ). Par exemple dans deutéronome 7.9 : (Car l'Éternel, ton Dieu, t'amène dans une bonne terre, une terre de ruisseaux et de sources dans la vallée et la montagne: blé et orge, vigne et figue et grenade, terre d'olivier et miel : une terre qui, sans danger, etc.).

« … כי ה' אלוהיך מביאך אל ארץ טובה ארץ נחלי מים עיינות ותהומות יוצאים בבקעה ובהר: ארץ חיטה ושעורה וגפן ותאנה ורימון, ארץ זית שמן, ודבש: ארץ אשר לא במסכנות »

La terre d’Israël dans les sources islamiques

Dans le Coran

Le Coran fait référence implicite ou explicite à la terre d'Israël à plusieurs reprises :

Les exégèses (Tafsir) définissent la terre appartenant aux enfants d’Israël comme étant la région de la Palestine,,, comprenant parfois la Jordanie ainsi que parfois la région de Syrie en fonction des moufassirs.

Certains commentateurs proposent cependant que les Israélites héritèrent (aussi) de la souveraineté de la terre d'Égypte. Notamment en se basant sur la sourate Le récit (28:5-6) : « Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeants et en faire les héritiers, et les établir puissamment sur terre, et faire voir à Pharaon, à Haman, et à leurs soldats, ce dont ils redoutaient » (la Syrie et l'Égypte d’après le Tafsîr Al Jalalayn et la terre d'Égypte d'après Ibn Abbâs). Cette interprétation est largement contestée et cette problématique se retrouve dans la sourate Al-Baqara (2:61) : « …Descendez donc à n'importe quelle ville… », « à n'importe quelle ville » (misr) est traduit par un certain nombre de traducteurs par « en Égypte ». D'après Tabari, il n'y a pas d'indication dans le Coran ou dans les Hadiths qui permettraient de décider laquelle des interprétations est la vraie, cependant Tabari préfère l'interprétation de Ubayy et d'Ibn Masud ainsi que d'Al-Basrî et Ibn al-Rabi selon laquelle il est question de l'Égypte. Abu Muslim al-Khawlani (en) et Ibn Zayd proposent qu'il est question de la ville sainte (Jérusalem). Al Suddi, Quatadah et Mujahid proposent qu'il est question d' « une ville du pays ». Muhammad Asad propose que la phrase ne doit pas être prise au sens littéral. Concernant la sourate La fumée (44:25-28) « Que de jardins et de sources ils laissèrent , que de champs et de superbes résidences, que de délices au sein desquels ils réjouissaient. Il en fut ainsi et Nous fîmes qu'un autre peuple en hérita ». À savoir, les enfants d’Israël, d’après le Tafsîr Al Jalalayn et Ibn Abbâs.

La faune et la flore

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. ou discutez-en, sachant que la pertinence encyclopédique d'une information se démontre essentiellement par des sources secondaires indépendantes et de qualité qui ont analysé la question. (octobre 2023)
Motif avancé : Hors-sujet, imprécis, non sourcé Fleurs de la terre d'Israël

La Terre d'Israël relie l'Afrique, l'Asie et l'Europe. Sa végétation se caractérise ainsi par une grande diversité due à la multitude de zones climatiques différentes, de la région irano-touranienne au nord au climat désertique du Néguev au sud.

La flore de la Terre d'Israël comprend environ 2 600 espèces de plantes, en dehors des plantes cultivées. Parmi ces plantes, plus de 264 sont protégées. Les formes de végétation les plus courantes sont les forêts, terres boisées et broussailles méditerranéennes. Les arbres typiques sont l'olivier, le chêne, le pistachier térébinthe, le figuier, le caroubier et l'acacia. Avec la création de l'État d'Israël, le KKL a commencé à planter de nombreuses forêts, pour la plupart des forêts de conifères.

Le désert du Néguev est peuplé par des espèces animales désertiques, les champs par de petits animaux et parmi les espèces sur le mont Hermon figurent la vipère. Il existe 33 espèces de chauves-souris, des s méditerranéens et des requins du golfe d'Eilat sont parfois observés dans les eaux qui détient également un récif corallien.

Israël est sur le chemin de la migration des oiseaux de beaucoup, y compris les grues, les cigognes, les pélicans et divers canards. Beaucoup d'entre eux s'arrêtent en Israël pour se reposer et se nourrir, en particulier dans la région des étangs de la vallée de la Houla. La terre d'Israël est devenue une importante destination mondiale pour l'observation des oiseaux.

De nombreuses espèces, comme les lions ou les ours ont disparu de la terre d'Israël.

Notes et références

  1. « Sefarim.fr : la Bible en hébreu, en français et en anglais dans la traduction… », sur sefarim.fr (consulté le 5 décembre 2023).
  2. Genèse 15-18.
  3. Genèse 15:18-21.
  4. Nombres 23:20-33.
  5. Genèse 15:18-21, Nombres 23:20-33, Deutéronome 1:7 11:24.
  6. Nombres 34:1-12, Ezéchiel 47:13-20.
  7. « Tafsir al-Jalalayn,7:137 ».
  8. « Ibn Abbas 7:137 ».
  9. « Ibn Kathir 7:137 ».
  10. Tafheem, « Tafheem 7:137 ».
  11. Coran, sourate 7:137.
  12. « Maarif 5:20 ».
  13. Ibn Kathir« Ibn Kathir 5:21 ».
  14. Coran, sourate 5:21.
  15. Sourate Al-Ma'ida 5:26.
  16. « Coran 26:57-9 ».
  17. « Maarif 17:101 ».
  18. Coran, sourate 17:104.
  19. Ibn Abbas, « Ibn Abbas 10:93 ».
  20. Coran, sourate 10:93.
  21. ;« Al-Shuara' 26, n. 45 ».
  22. « Surah Bani Israil, Ayat 1 ».
  23. « Surah Al-Anbiya, Ayats 71-81 ».
  24. « Surah Saba, Ayat 18 ».
  25. « Tafsir Al-Jalalayn 28:6 »(voir aussi Tafsîr Ibn ‘Abbâs).
  26. (Dr. Kamal Omar, Khalifa, Majid Fakhry, Abdel Haleem, Ali Bakhtiari Nejad, Safi Kaskas, Ahmed Raza Khan/Mohammed Aqib Qadari, Hassan Qaribullah/ Ahmed Darwish, Talal A. Itani (new translation), Aisha Bewley (Muhammad Mahmoud Ghali : "certains disent que c'est en Égypte"), Ali Ünal ( pas de choix), M. M. Pickthall (le pays), etc. « Liste de traductions du verset en Anglais ».
  27. Ayoub, The Qur’an and Its Interpreters, Volume 1, p. 108 (Consultable sur Google books).
  28. « Note 47 Asad(Quran Ref: 2:61) ».
  29. « Tafsir al-Jalalayn 44:28 »(voir aussi le Tafsîr Ibn ‘Abbâs).

Voir aussi

Articles connexes